Mythologie gréco-romaine

mythologie commune entre les Grecs et les Romains

La mythologie gréco-romaine, ou mythologie classique, est la synthèse de ce qu’ont en commun la mythologie grecque et la mythologie romaine. Avec la philosophie et la théorie politique, la mythologie est un des plus grands apports de l'antiquité classique à la société occidentale[1]. Durant le Moyen Âge et la renaissance, périodes durant lesquelles le latin était la langue dominante du discours savant en Europe, les noms liés à la mythologie et donc les déités ont été majoritairement écrits sous leur forme latine. Avec le renouveau d'intérêt porté à la civilisation grecque au XIXe siècle, les dénominations grecques ont obtenu un regain d'utilisation et sont devenues prédominentes[2].

Mars est un dieu romain qui est assimilé au dieu grec Arès.
Carte de l'empire romain à différent moment de son expansion :
  • HistoriqueModifier

    La mythologie grecque est avant le VIIIe siècle av. J.-C. principalement transmise de manière orale. À partir de cette date, correspondant à l'époque d'Homère et d'Hésiode et à la fin des siècles obscurs grecs, la mythologie grecque rentre dans son ère littéraire. On parle alors de mythographie, conciliée à l'écrit par les mythographes[3]. Les mythes grecques sont étroitement liés à la religion hellénique, se concentrant la plupart du temps sur les récits des actions des dieux et des héros grecs. Ces récits mythologiques sont principalement hérités de source antique tel que l’Iliade et l’Odyssée, les tragédies écrites par Eschyle, Sophocle et Euripide. Aussi, les récits mythologiques servent souvent d'autres objectifs que la description historique et mythologique, ils ont ainsi pour but le divertissement et même la comédie, par exemple dans Les Grenouilles ou encore la critique sociétale comme dans Antigone.

    La mythologie romaine consiste en de multiples histoires traditionnelles relatives à Rome durant la période de la monarchie et à la fondation de Rome. La mythologie Romaine est codifié par les nombreuses institutions religieuses de la Rome antique ainsi que par le code de conduite Romain, les mos majorum. Elle se focalise principalement sur les acteurs humains et plus rarement sur les interventions divines. Cependant, le destin à une place majeure dans cette mythologie. Les mythes romains ont une étroite relation avec l'historiographie romaine, comme dans les premiers livres de Tite-Live Ab Urbe condita libri[4]. Le mythe romain le plus célèbre est peut-être la naissance de Romulus et Remus et la fondation de la ville, dans laquelle le fratricide peut être considéré comme l'expression de la longue histoire de division politique dans la République romaine[5].

    Durant l'expansion de la république romaine, un syncrétisme se déroule entre ces deux mythologies, ou la mythologie romaine principalement tire de nombreuses influences de la mythologie grecque. Cette hellénisation des mythes romains est également facilité par la proximité des déités entre ces deux civilisations, dû en grande partie à leur origine indo-européenne commune. Les romains absorbent également une part importante des histoires grecques (voir interpretatio graeca) et les complètes des leurs, comme dans l’Énéide écrite par Virgile au Ier siècle av. J.-C., qui est un roman faisant suite à l’Iliade. Les deux mythologies continue cependant de différé par exemple sur l'interprétation du dieu de la guerre. Arès, assimilé par les romains à Mars, est un dieu froid, de la violence, son nom étant interprété par les grecques antiques comme signifiant terreur tandis que Mars est un dieu décrit comme digne[6]. Les romains conserveront également les aspects plus ritualistes de leur religion, avec un intérêt moindre pour la nature cosmogonique, héroïque et philosophique de la mythologie grec, marquant ainsi malgré ce syncrétisme de nombreuses différences[7].

    Influences provenant d'autres mythologiesModifier

    La mythologie gréco-romaine a subi de nombreux syncrétismes avec d'autres mythologies, principalement celles dont les peuples furent occupés par les grecs pendant l'époque hellénistique ou par les romains pendant la république romaine tardive, puis pendant l'Empire romain. Cette incorporation des dieux locaux des peuples conquis permettait en partie d'éviter les oppositions religieuses.

    Par exemple, en Égypte antique, de nombreuses divinités seront associés à des dieux grecs pendant la période ptolémaïque. Amon-Râ sera entre autres associé à Zeus, puis à partir de la période romaine en Égypte en , il sera associé avec Jupiter, sous le nom de Zeus Ammon[8].

    Divinités communesModifier

    Grec Romain Fonction(s) Parenté
    Aphrodite Vénus Déesse de la germination, de l’amour, des plaisirs, de la beauté, et de la séduction Fille de Zeus et de Dioné (dans l’Iliade), Ouranos (dans la Théogonie)
    Apollon Phébus Dieu du chant, de la musique, de la poésie, de la lumière du soleil, de la guérison et de l’avenir Frère jumeau d'Artémis
    Arès Mars Dieu de la guerre Frère d’Athéna et d’Héphaïstos
    Artémis Diane Déesse de la chasse et de la lune Sœur jumelle d’Apollon
    Asclépios Esculape Dieu de la médecine Fils d’Apollon
    Athéna Minerve Déesse de la stratégie guerrière, de la sagesse, des artisans, des artistes et des maîtres d’école Sœur d’Arès et d’Héphaïstos
    Borée Aquilon Personnification du Vent du nord.
    Charites Grâces Déesses de la beauté Filles de Zeus
    Chloris Flore Déesse des fleurs
    Cronos Saturne Roi des Titans Père de Zeus, Poséidon, Hadès, Héra, Déméter et Hestia
    Déméter Cérès Déesse de la nature, l’agriculture et de la fertilité Sœur de Zeus, de Poséidon, d’Hadès, d’Héra, et d’Hestia ; mère de Perséphone
    Dionysos Bacchus Dieu de la vigne, des fêtes, de la musique et du théâtre
    Ényo Bellone Déesse de la guerre
    Éole Æolus (en) Dieu et maître des vents et des tempêtes.
    Éos Aurore Déesse de l’aurore
    Érinyes Furies Déesses de la vengeance
    Érèbe, Erebos Erebus Dieu et personnification des Ténèbres.
    Éris Discorde Déesse de la discorde
    Éros Cupidon Dieu de l’amour
    Euros Vulturnus Dieu du Vent d’est
    Gaïa Tellus, Terra Déesse mère et de la Terre
    Hadès Pluton Dieu des Enfers Frère de Zeus, Poséidon, Héra, Déméter et Hestia
    Harmonie Concorde Déesse de l’harmonie et de la discorde Fille de Zeus et Électre ou bien d’Arès et d’Aphrodite
    Hébé Juventas Déesse de la jeunesse, de la vitalité
    Hécate Déesse de la magie
    Hélios Sol Dieu du Soleil.
    Héra Junon Reine des dieux, déesse du mariage et de la naissance Sœur et femme de Zeus ; sœur de Poséidon, Hadès, Déméter et Hestia
    Héraclès Hercule Demi-dieu personnifiant la force
    Héphaïstos Vulcain Dieu des forgerons et du feu Fils d’Héra et de Zeus
    Hermès Mercure Dieu du commerce, messager des dieux et des voleurs
    Hestia Vesta Déesse du foyer Sœur de Zeus, de Poséidon, d’Hadès, de Déméter, et d’Héra
    Hygie Salus Déesse de la santé
    Hypnos Somnus Dieu du sommeil
    Ilithye Lucine Déesse de la maternité Fille de Zeus et Héra
    Mnémosyne Moneta Déesse de la mémoire Fille d'Ouranos et de Gaïa ; mère des neuf Muses ; conjointe de Zeus
    Moires Parques Déesses personnifiant le Destin
    Muses Camènes Au nombre de neuf, elles se nomment Clio, Muse de l’histoire ; Calliope, la poésie héroïque et l’éloquence ; Euterpe, la musique ; Thalie, la comédie ; Melpomène, la tragédie ; Terpsichore, la danse ; Érato, la poésie lyrique ; Uranie celle de l’astronomie ; Polymnie, la rhétorique Filles de Zeus
    Némésis Invidia Déesse de la juste colère (des dieux) et du châtiment céleste
    Notos Auster Dieu du Vent du sud
    Nyx Nox Déesse et personnification de la Nuit
    Ouranos Uranus Dieu père et du Ciel
    Pan Faunus Dieu de la nature
    Perséphone Proserpine Déesse des plantations Fille de Déméter et de Zeus ; épouse d’Hadès.
    Phobos Dieu de la peur panique frère de Déimos et fils d’Arès et d’Aphrodite
    Poséidon Neptune Dieu des mers et des océans Frère de Zeus, d’Hadès, de Déméter, d’Héra, d’Hestia ; père des Cyclopes
    Rhéa Cybèle, Ops Titanide Épouse de Cronos ; mère de Hestia, Déméter, Héra, Hadès, Poséidon et Zeus
    Séléné Luna Déesse de la Lune Fille des Titans Hypérion et Théia ; sœur de Hélios (Sol) et Éos (Aurore)
    Thanatos Orcus, Mors, Letus Dieu de la Mort Frère jumeau d’Hypnos
    Thémis Justice Déesse de la Justice
    Zéphyr Favonius Personnification du Vent d’ouest
    Zeus Jupiter Roi des dieux, dieu de la foudre et du ciel Marié à Héra ; frère de Poséidon, d’Hadès, de Déméter, d’Héra, d’Hestia, père de tous les dieux

    Voir aussiModifier

    Articles connexesModifier

    Liens externesModifier

    RéférencesModifier

    1. Entry on "mythology" in The Classical Tradition, edited by Anthony Grafton, Glenn W. Most, and Salvatore Settis (Harvard University Press, 2010), p. 614 et passim.
    2. (en) Francis Haskell et Nicholas Penny, Taste and the Antique : The Lure of Classical Sculpture 1500–1900, Yale University Press, (1re éd. 1981), p. XV
    3. (en) « Basic Aspects of the Greek Myths - Greek Mythology Link », sur www.maicar.com (consulté le )
    4. (en) Alexandre Grandazzi, The Foundation of Rome : Myth and History, Cornell University Press, , p. 45–46
    5. (en) TP Wiseman, Remus : A Roman Myth, Cambridge University Press, , passim
    6. (en) Kurt A. Raaflaub, War and Peace in the Ancient World, Blackwell, , p. 15
    7. « MYTHOLOGIES - Le monde gréco-romain » (consulté le )
    8. H. Galiment, Bulletins et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, (lire en ligne), p. 622–636