Pyramide de Meïdoum

pyramide construite par les pharaons Houni et Snéfrou

La pyramide de Meïdoum est une pyramide, initialement à sept degrés, puis élargie à huit degrés et enfin transformée pour devenir la première pyramide à faces lisses égyptienne. Elle est attribuée à Snéfrou, premier roi de la IVe dynastie, et se situe à Meïdoum à l'entrée du Fayoum. Son nom ancien est Djed-Snéfrou (Ḏd-Snfrw, signifiant « Snéfrou est stable »). Elle porte également le nom de « fausse pyramide », donné par les Arabes, du fait de son état actuel ne la faisant plus ressembler à une vraie pyramide. De part la technique de construction et l'agencement des différents éléments du complexe et des appartements funéraires, ce monument est une transition entre ceux de la IIIe et ceux de la IVe dynastie, à la fois archaïque et innovante. Les pyramides de Snéfrou, d'un volume total de 3 300 000 m3 (soit 700 000 de plus que la pyramide de Khéops), représentent le projet le plus ambitieux de toute l'Antiquité.

Pyramide de Meïdoum
Meidoum03.jpg
Pyramides d'Égypte et de Nubie
Commanditaire
Autre nom
Djed-Snéfrou, Ḏd-Snfrw (« Snéfrou est stable »), « La fausse pyramide »
Nom (hiéroglyphes)
V10AS29F35I9
D21
V11AR11O24
Type
Hauteur
initiale 93,50 m
~ 178 coudées
aujourd'hui 70 m
Base
147 mètres
~ 280 coudées
Inclinaison
51°50'35" pour la pyramide lisse
Pente
14/11
Entrée
une sur la face nord
Pyramides satellites
une
Coordonnées

L'attribution de la pyramideModifier

Pendant longtemps, on a cru que cette pyramide avait été construite par le prédécesseur de Snéfrou, le roi Houni, dernier souverain de la IIIe dynastie, mais il n'y a pas de raison convaincante à cela. Cette attribution a été faite uniquement pour la raison qu'aucune autre tombe ne peut être attribuée à Houni. Cependant, le nom de la ville pyramidale proche du monument était Djed-Snéfrou et seuls des textes et des inscriptions portant le nom de Snéfrou et non celui de Houni ont été trouvés sur place.

La théorie d'Achmed Fachri selon laquelle la pyramide a été commencée pendant le régne d'Houni et achevée par son successeur Snéfrou n'est pas non plus plausible, étant donné qu'aucune pyramide d'un souverain de l'Ancien Empire n'a été usurpée par son successeur. Si la pyramide avait été commencée par Houni, il aurait été peu probable que Snéfrou dépense autant d'énergie et de temps sur ce monument, car les découvertes d'autres pyramides montrent que les rois n'effectuaient que les travaux les plus nécessaires sur la tombe de leur prédécesseur afin de garantir une sépulture et un culte des morts fonctionnels. Les recherches menées dans les circonstances mentionnées ci-dessus supposent maintenant que la pyramide a été commencée par Snéfrou[1].

Les circonstances de la constructionModifier

La pyramide de Meidum est le premier tombeau que Snéfrou a construit pendant son règne. Il choisit comme emplacement un site vierge de toute construction royale près de sa résidence Djed-Snéfrou, près de la ville actuelle de Meïdoum. La construction a commencé comme un tombeau royal régulier (E1) dans le style des pyramides à degrés (ici, sept degrés) construites jusqu'à cette époque, bien que certaines innovations aient déjà été prévues à ce stade, comme le transfert de la chambre funéraire du sous-sol vers le cœur de la pyramide. Apparemment confiant dans un long règne, un premier changement (E2) eut lieu après quelques années, agrandissant la pyramide et la faisant passer de sept degrés à huit degrés. Bien qu'achevé, Snéfrou abandonna le bâtiment comme tombeau et, après le déménagement de sa résidence, commença la construction d'une nouvelle pyramide à Dahchour, la pyramide de Meïdoum devant désormais remplir une fonction de cénotaphe. En même temps que Snéfrou démarrait le chantier de la pyramide rouge également à Dahchour, une nouvelle modification (E3) du monument démarra aux alentours du 15e recensement du bétail, celle-ci visait à transformer la pyramide à huit degrés en une pyramide à fasses lisses, comme la pyramide rouge. Selon Stadelmann, cela est dû au fait que le bâtiment représentait désormais le royaume des dieux comme un lieu de culte royal et devait donc être une copie du tombeau royal réel[2].

Le maître d'œuvre de la pyramide de Meidum était le vizir et le fils du roi Néfermaât, qui détenait le titre de « Chef de tous les travaux de construction royaux ». Son mastaba (M16) est situé à quelques centaines de mètres au nord de la pyramide.

Le complexe funéraireModifier

 
Plan du complexe funéraire de Meïdoum

La pyramide était entouré d'un mur d'enceinte rectangulaire de deux mètres de haut, qui avait une longueur de 236 mètres dans le sens nord-sud et une largeur de 218 mètres dans le sens est-ouest, dont il ne reste cependant que très peu de vestiges. Il comprenait plusieurs éléments qui devaient être caractéristiques de la construction ultérieure de la pyramide et d'un complexe de pyramides. La cour fermée de la pyramide avait un sol en argile séchée[3].

Le temple funéraireModifier

Le temple mortuaire original, qui a été construit à la fin de la deuxième phase (E2), n'existe plus, car il a dû faire place à la troisième phase de construction (E3). Ce temple original était probablement aussi situé du côté est, puisque l'entrée haute de la pyramide signifiait que l'espace précédent du côté nord n'était plus disponible. Comme la pyramide n'était plus prévue comme tombeau au moment de la troisième phase de construction, seul un petit temple en forme de chapelle a été construit à sa place au lieu d'un vaste temple mortuaire. Pour la première fois, ce temple n'était pas situé du côté nord mais du côté est, innovation qui sera reprise dans toutes les pyramides ultérieures[4].

Le temple a une structure très simple et se compose de seulement deux pièces menant à une petite cour ouverte donnant directement sur la pyramide, où se trouvent un autel et deux grandes stèles vierges de toute inscription. La largeur du temple est de neuf mètres et sa longueur de 9,18 mètres. Les dalles originales du plafond de la partie couverte du temple sont toujours en place et intactes. Il est donc considéré comme le temple le mieux préservé de l'Ancien Empire[4]. Les magasins du temple et les fausses portes, qui étaient toujours présents dans les grands temples mortuaires, sont ici complètement absents[2]. Le bon degré de conservation est dû au fait que le temple a été longtemps caché sous la ceinture de débris de la pyramide et donc protégé du vol de pierres.

La pyramide satelliteModifier

 
Deux vues en coupe de la pyramide satellite

Sur le côté sud, il y avait une petite pyramide secondaire, dont les restes très endommagés ont été retrouvés par Flinders Petrie. C'est le plus ancien exemple de pyramide de culte, qui a remplacé la tombe sud des pyramides à degrés précédentes[3]. Toute la superstructure et une partie de l'infrastructure sont en grande partie détruites. Vito Maragioglio et Celeste Rinaldi ont reconstitué à partir des parties restantes qu'il s'agissait probablement d'une pyramide à degrés avec une longueur de base de 26,3 mètres et trois ou quatre degrés. Comme dans la pyramide principale, la maçonnerie était disposée en couches inclinées vers l'intérieur[3]. L'infrastructure était similaire à celle de la pyramide principale et consistait en un passage incliné menant du nord à la chambre principale. Les fouilles dans la zone de la pyramide de culte ont mis au jour un fragment de stèle en calcaire sur laquelle Horus était représenté[3]. Les découvertes précédentes n'ont pas fourni de preuves que la pyramide secondaire a également été convertie en une véritable pyramide[5],[6].

Le tombeau de la courModifier

Sur le côté nord de la cour de la pyramide se trouvent les restes d'un mastaba, qui était probablement prévue pour l'une des épouses royales. Lors des fouilles, le squelette d'une femme a été retrouvé, mais aucun objet n'a été trouvé qui permettrait d'attribuer la tombe à une certaine reine[5],[7].

La chausséeModifier

 
Chaussée de la pyramide

Un élément qui est apparu pour la première fois dans ce complexe pyramidal et qui est devenu un élément standard dans pratiquement tous les autres complexes de pyramides était la chaussée. Ici, elle a été taillée dans le sol rocheux, pavée d'argile et pourvu de murs de calcaire sur les côtés. Aucun signe de toiture n'a été trouvé. Le chaussée n'a été creusée qu'à proximité immédiate de la pyramide et n'a pas été poursuivi jusqu'au bout de la vallée[3].

Petrie a découvert une autre voie au sud de la chaussée, qui menait du sud-est directement au centre de la pyramide. Également taillée dans la roche, celle-ci avait des murs en briques de boue. Il s'agit peut-être d'une version abandonnée de la chaussée[7].

Le temple de la valléeModifier

Dans les complexes pyramidaux ultérieurs, le temple de la vallée est toujours situé dans le prolongement de la chaussée. Ici, en revanche, seuls quelques restes de murs en briques crues ont été trouvés lors des fouilles. Il pourrait s'agir d'une ébauche du temple de la vallée, mais il est également concevable qu'au vu des autres éléments rudimentaires du complexe, seule une structure très simple ait été construite ici aussi, puisque la pyramide n'avait plus de fonction funéraire[8]. Les vestiges du mur pourraient également avoir appartenu à la ville pyramidale de Snéfrou[2].

La pyramideModifier

En raison de sa méthode de construction et de son histoire, la pyramide de Meïdoum est considérée comme une transition entre la pyramide à degrés et la pyramide à fasses lisses[9]. L'aspect actuel de cette pyramide est celui d'une tour à trois degrés s'élevant d'un tas de décombres, ce qui est dû à la rupture du parement extérieur et des remplissages des degrés. Le matériau de construction de la zone centrale provient de carrières situées à environ huit cents mètres au sud de la pyramide[10].

Les phases de constructionModifier

 
Vue en coupe de la pyramide de Meïdoum et des trois phases de construction

En raison du caractère très ruineux du bâtiment, il est facile de voir aujourd'hui que la pyramide a été construite en plusieurs phases, car des éléments de toutes les phases de construction sont exposés. Ainsi, les différentes techniques de construction sont reconnaissables et peuvent être datées par les graffitis de construction, que Petrie a trouvés sur certains blocs, du règne de Snéfrou[11].

Selon Peter Jánosi, la pyramide de Meïdoum représente une transition importante d'une pyramide à degrés à une véritable pyramide en termes d'histoire de la construction, comme le montrent les étapes respectives de la construction : elle a commencé comme une construction à sept degrés dans le style de la IIIe dynastie, mais a ensuite été élargie et agrandie, après avoir atteint le cinquième degré, d'un degré de pierre supplémentaire pour atteindre huit degrés au lieu de sept. Dans les dernières années de son règne, Snéfrou a apparemment décidé de convertir la pyramide en une pyramide à fasses lisses avec un angle d'inclinaison de 51°50'35", qui est très proche de celui de la pyramide de Khéops. Ainsi, la pyramide, une fois terminée, a un noyau dans le style de la IIIe dynastie et une enveloppe dans le style d'une véritable pyramide de la IVe dynastie[12].

Phase 1Modifier

La pyramide d'origine (E1) a été construite selon la même méthode que les pyramides à degrés de la IIIe dynastie. Elle était constituée de couches inclinées vers l'intérieur avec un angle d'inclinaison de 75° en calcaire local, qui était recouvert à l'extérieur de pierres lisses en calcaire fin. Cette première phase de construction avait une longueur de base d'environ cent-cinq mètres et devait atteindre une hauteur de soixante-et-onze mètres en sept degrés. Après la construction du quatrième ou du cinquième degré, un changement de plan a eu lieu[13]. La seule différence de construction avec les pyramides à degrés précédentes est que certaines parties de la sous-structure se trouvent maintenant à l'intérieur du corps de la pyramide, alors qu'auparavant elles étaient complètement creusées dans le sol rocheux[14].

Phase 2Modifier

 
Pyramide avec les indications des différentes phases encore visibles sur le monument actuel

La deuxième phase (E2) de construction a consisté à élever la pyramide d'un huitième degré. Pour cela, une autre couche de mur avec un angle d'inclinaison de 75° a été ajoutée, ce qui a conduit à un élargissement de la base à cent-vingt mètres et à une hauteur de quatre-vingt-cinq mètres. Le revêtement de la première phase, qui était déjà en place, est resté en place pendant la construction et a été simplement muré. La nouvelle couche de la deuxième phase de construction a également reçu à nouveau le revêtement de calcaire fin. L'achèvement de la pyramide à degrés de cette forme a eu lieu environ pendant la 14e année du règne de Snéfrou[13]. Malgré l'achèvement des travaux, Snéfrou fit construire deux autres grandes pyramides à Dahchour, ce qui suggère qu'il ne prévoyait plus d'être inhumé à Meïdoum[15].

Phase 3Modifier

Les pierres de la troisième et dernière phase (E3) indiquent les 15e, 16e et 17e recensements du bétail du règne de Snéfrou, même si la régularité et la fréquence de ces recensements de sont pas connues avec certitude. La maçonnerie de cette phase a été posée en couches horizontales, comme cela avait été introduit précédemment dans la partie supérieure de la pyramide rhomboïdale et dans la pyramide rouge. Le parement des degrés de la deuxième phase de construction est resté intact et a été recouvert d'un mur. La troisième phase de construction a également reçu à nouveau un parement de calcaire fin provenant de Tourah, qui est partiellement conservé sous la ceinture de débris. L'inclinaison des surfaces de la pyramide était avec 51°50' encore plus raide que dans la pyramide rouge et ressemble donc à la valeur de la pyramide de Khéops ultérieure. Cette extension a porté la longueur de la base à cent-quarante-sept mètres et la hauteur de la pyramide achevée à 93,5 mètres, ce qui en fait la cinquième plus haute pyramide d'Égypte[16],[17]. Le volume total de la pyramide était de 638 733 m3[18].

Toutefois, il n'est pas certain que la troisième phase de construction ait été terminée. Il est possible que des rampes de construction aient été conservées, ce qui a facilité le vol ultérieur de pierres et pourrait expliquer pourquoi ce vol s'est déroulé de haut en bas, contrairement à la plupart des autres pyramides. La théorie catastrophique selon laquelle le nouveau revêtement a glissé pendant la construction pourrait entre-temps être réfutée par les enquêtes sur la décharge[8].

Effondrée, exploitée ou inachevée ?Modifier

Une théorie temporairement très populaire sur l'état de la pyramide, mais non reconnue dans le cadre des recherches égyptologiques, est celle du physicien Kurt Mendelssohn, selon laquelle une catastrophe s'est produite pendant la construction et que le parement extérieur ainsi que des parties des couches de pierre extérieures, qui avaient été posées en tant qu'extension sur un bâtiment initialement plus petit, ont glissé, rendant visible la structure intérieure de la pyramide. Cette théorie pouvait déjà être réfutée au moment de sa publication par le fait que des graffitis du Nouvel Empire ont été trouvés dans le temple de la pyramide[19]. De plus, les couches de dépôt de la ceinture de débris ne correspondent pas à un glissement unique, mais à une formation sur une plus longue période. De plus, elle contredit la théorie selon laquelle, bien que des restes aient été retrouvés plus tard lors du déblaiement des décombres, aucune corde, aucun bois ni même des cadavres d'ouvriers de la IVe dynastie n'ont été retrouvés[18],[13]. Par conséquent, on suppose généralement aujourd'hui que le revêtement a glissé progressivement, vraisemblablement lors du vol des pierres.

Plus récemment, George Johnson a également supposé que la pyramide de Meïdoum n'avait jamais été achevée et que l'amoncellement de gravats autour de la pyramide visible aujourd'hui était le résultat du démantèlement de la rampe de construction[20],[8]. Une telle rampe existant encore pourrait également expliquer pourquoi ici le vol de pierres a eu lieu de haut en bas et non l'inverse comme dans la plupart des autres pyramides.

Plusieurs graffitis de visiteurs dans le temple de la pyramide, qui sont datés de la XVIIIe dynastie, témoignent toutefois du fait qu'il était encore accessible jusqu'à cette époque et que la ceinture de gravats n'existait donc pas encore. De plus, les inscriptions vantent parfois la beauté du temple, ce qui indique également l'intégrité de la structure à cette époque[19]. Dans la ceinture de gravats autour de la pyramide, on a également trouvé des tombes, dont les plus anciennes datent de la XXIIe dynastie et se trouvent à environ sept mètres au-dessus du niveau du temple de la pyramide, ce qui limite le début de la destruction à la période comprise entre les XVIIIe et XXIIe dynasties. Par conséquent, le vol systématique de pierres a probablement commencé, comme pour beaucoup d'autres pyramides, à l'époque de Ramsès II[4].

Les appartements funérairesModifier

Descenderie et distribution intérieureModifier

 
Vue axonométrique de la distribution interne

Gaston Maspero trouva en 1881 l'entrée de la pyramide à onze mètres au-dessus du sol, mais l'essentiel du travail fut réalisé par Flinders Petrie qui pénétra pour la première fois dans la pyramide en 1881 lors des fouilles effectuées dans la zone entre 1888 et 1891. Une longue descenderie de pente assez raide traverse la masse calcaire de la pyramide sur une profondeur d'une cinquantaine de mètres. Elle aboutit à un couloir horizontal dans lequel se trouvent deux logettes faisant office d'antichambres. Au bout de ce couloir bas de plafond se trouve un puits vertical par lequel on monte à la chambre funéraire.

Une salle récemment découverteModifier

Les travaux des architectes Gilles Dormion et Jean-Yves Verd'hurt, qui étudient les pyramides depuis 1986, ont permis la découverte de deux nouvelles chambres funéraires dans la pyramide. Il s'agit d'un passage découvert en haut du puits d'accès à la chambre funéraire inachevée de la pyramide. Ce court passage est suivi de deux chambres de décharge, en voûte en encorbellement comme la chambre funéraire, mais d'une facture soignée. Il n'y a aucune communication entre ce passage et les chambres. La seconde découverte fut celle d'un couloir remontant dans le massif de la pyramide de manière parallèle à la descenderie que l'on emprunte en entrant dans la pyramide. Le couloir est cependant obstrué après un cheminement assez long.

Cette découverte a permis de réinterroger le plan d'ensemble de la pyramide. Les espaces nouvellement mis au jour sont d'une ampleur presque égale au dispositif initialement connu de la pyramide de Meïdoum.

La nécropole annexeModifier

Directement à l'est du mur d'enceinte de la pyramide se trouve le mastaba M17, qui a été exploré par Petrie en 1917. Il est constitué de briques de boue non cuites et son constructeur est inconnu. Le sarcophage trouvé à l'intérieur n'avait pas d'inscriptions et abritait une momie. Le M17 a été rempli de gravats de calcaire provenant de la construction de la pyramide - probablement la troisième phase de construction.

À environ cinq-cents mètres au nord de la pyramide se trouve la nécropole des princes et des dignitaires de la IVe dynastie du roi Snéfrou. De très belles tombes décorées ont été trouvées à cet endroit. En 1871, Mariette y a découvert la célèbre chapelle du mastaba M16, appartenant au prince et maître d'œuvre présumé de la pyramide de Néfermaât et contient la célèbre peinture des Oies de Meïdoum, exposée aujourd'hui au Musée du Caire. Le mastaba M16 du prince Rahotep et de sa femme Néfret a livré deux magnifiques statues assises du couple, découvertes par Mariette la même année et aujourd'hui également exposées au Musée du Caire.

 
Panorama de la nécropole de Meïdoum, avec au premier plan le mastaba M17

Notes et référencesModifier

  1. Miroslav Verner, Die Pyramiden, Reinbek 1999, p. 194 « Die Pyramide des Snofru in Meidum »
  2. a b et c Rainer Stadelmann, Die ägyptischen Pyramiden. Vom Ziegelbau zum Weltwunder, p. 80.
  3. a b c d et e Miroslav Verner, Die Pyramiden, Reinbek 1999, p. 193 « Die Pyramide des Snofru in Meidum ».
  4. a b et c Miroslav Verner, Die Pyramiden, Reinbek 1999, p. 192–193 « Die Pyramide des Snofru in Meidum ».
  5. a et b Alan Winston, The Meidum (Maidam) Pyramid (Probably of Snefru) in Egypt
  6. Vito Maragioglio, Celeste Rinaldi, L'Architettura delle Piramidi Menfite, Tip. Artale, Torino 1963–1977.
  7. a et b Miroslav Verner, Die Pyramiden, Reinbek 1999, p. 185–195 « Die Pyramide des Snofru in Meidum ».
  8. a b et c Mark Lehner, Geheimnis der Pyramiden. p. 97 « Die ersten echten Pyramiden: Meidum und Dahschur ».
  9. Alberto Siliotti, Zahi Hawass, Pyramiden. Pharaonengräber des Alten und Mittleren Reiches, Erlangen 1998, p. 145.
  10. Günther A. Wagner, Einführung in die Archäometrie, Springer, Berlin 2007, (ISBN 978-3-540-71936-6), p. 175.
  11. Alberto Siliotti, Zahi Hawass, Pyramiden. Pharaonengräber des Alten und Mittleren Reiches, Erlangen 1998, p. 155.
  12. Peter Jánosi, Die Pyramiden, p. 64.
  13. a b et c Miroslav Verner, Die Pyramiden, Reinbek 1999, p. 189 « Die Pyramide des Snofru in Meidum ».
  14. Miroslav Verner, Die Pyramiden, Reinbek 1999, p. 191 « Die Pyramide des Snofru in Meidum ».
  15. Miroslav Verner, Die Pyramiden, Reinbek 1999, p. 192 « Die Pyramide des Snofru in Meidum ».
  16. Miroslav Verner, Die Pyramiden, Reinbek 1999, p. 189–190 « Die Pyramide des Snofru in Meidum ».
  17. Alberto Siliotti, Zahi Hawass, Pyramiden. Pharaonengräber des Alten und Mittleren Reiches, Erlangen 1998, p. 154.
  18. a et b Mark Lehner, Das erste Weltwunder – Die Geheimnisse der ägyptischen Pyramiden, p. 97–99.
  19. a et b Digital Egypt for Universities: A graffito found at the temple of the Meydum pyramid.
  20. Alberto Siliotti, Zahi Hawass, Pyramiden. Pharaonengräber des Alten und Mittleren Reiches, Erlangen 1998, p. 156.

Références bibliographiquesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :