Le moussem, appelé également waada dans certaines régions d’Algérie[1], agdud en berbère[2],[3],[4] ou mouggar dans le sud-ouest du Maroc (berbère Tachelhit)[5],[6], désigne en Afrique du Nord une fête régionale annuelle qui associe une célébration coutumière, qui peut parfois être religieuse (souvent pour honorer un saint) à des activités festives et commerciales.

AlgérieModifier

 
Sebiba dans l'oasis de Djanet.
 
Waada tribale de la région de l'Ouarsenis à la fin du XIXe siècle

L'Algérie compte de nombreuses festivités appelées dans certaines régions : moussem ou waada ou rekb. Ces festivités sont pour la plupart des manifestations culturelles liées à la récolte, aux saints musulmans ou à la nature. Ces fêtes locales sont majoritairement religieuses mais aussi profanes. L'origine du nom rekb ou waâda vient du mot waâd signifiant « rencontre » et « rassemblement »[7].

Le moussem algérien le plus important du territoire est celui de l’oasis de Béni Abbès[8].

Certains sont classés au patrimoine mondial immatériel de l'Unesco

Parmi les moussems et waada algériens, on peut citer :

 
Mausolée de Sidi Lakhdar Ben Khlouf
  • le tafsit (« les couleurs du printemps ») : cette festivité est propre à la région du Hoggar. Elle marque aujourd'hui l’avènement du printemps se célèbre pendant trois jours. Durant le tafsit, plusieurs activités aujourd'hui sont proposées comme la randonnée au cœur du Sahara, l'élection de « Miss Hoggar », du meilleur artisan, du plus beau dromadaire[12].
  • le Moussem des dattes de Taghit (« la fête de la datte ») : ce moussem est fêté à la fin de chaque mois d’octobre coïncidant à la récolte des dattes qui est la principale ressource agricole de la Saoura[12] ;
  • le Moussem de Mâatkas (« la fête de la Poterie »): la fête de la poterie se déroule chaque été durant le mois de juin, dans la région de Mâatkas en Kabylie dans la wilaya de Tizi Ouzou. Le métier de la poterie dans cette région est essentiellement féminin[12] ;
  • le Moussem du corail d'El Kala : il s'agit du moussem le plus important de l'extrême nord-est algérien, célébré en été durant le mois d'août. Il réunit de nombreux pêcheurs, artisans et commerçants.[réf. nécessaire] ;
  • le Moussem des fraises de Skikda : il célèbre la récolte des fraises en musique traditionnelle[13]
  • la Waada de Sidi Lakhdar Ben Khlouf, le plus important moussem dans le wilaya de Mostaganem[14] ;
  • la Waada de Sidi El Hasni (wilaya d'Oran)[15] ;
  • la Waada de Sidi Yahia Bensfia[16] (wilaya de Tlemcen) ;
  • la waada d'Asla dans la wilaya de Naama, en l'honneur de Sidi Ahmed El Mejdoub[17].

MarocModifier

Au Maroc, près de 600 à 700 moussems existent[18]. Certains sont très célèbres et attirent, en plus des tribus locales, des touristes marocains ou étrangers. On peut citer :

Notes et référencesModifier

  1. Yazid Ben Hounet, « Moussem et loisirs dans le Haut Sud-Ouest algérien : La fabrication des valeurs et symboles collectifs », dans Laurent Sébastien Fournier, La fête au présent : mutations des fêtes au sein des loisirs, L'Harmattan, , 415 p. (ISBN 9782296074859, lire en ligne), p. 51.
  2. Ahmed Skounti, Le Sang & le Sol Nomadisme et sédentarisation au Maroc (lire en ligne)
  3. Michel Peyron, Le Mariage chez les Ayt Yafelman de l'Atlas marocain, Études et Documents Berbères,
  4. Tassadit Yacine, Jean Amrouche et le pluralisme culturel,
  5. Au cœur de l'Atlas: Mission au Maroc 1904-1905
  6. Léopold Justinard: quarante ans d'études berbères : choix de textes
  7. « Patrimoine mondial immatériel, la waâda de Sidi Cheikh, un rendez-vous annuel à El Bayadh », sur Djazairess (consulté le 11 novembre 2020)
  8. Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Algérie : 2011-2012, Paris, Nouvelles Éditions de l'Université, coll. « Le Petit Futé », , 5e éd., 476 p. (ISBN 978-2-7469-2575-5), p. 93.
  9. « UNESCO - Le pèlerinage annuel au mausolée de Sidi ‘Abd el-Qader Ben Mohammed dit « Sidi Cheikh » », sur ich.unesco.org (consulté le 11 novembre 2020)
  10. « UNESCO - Le sbuâ, pèlerinage annuel à la zawiya Sidi El Hadj Belkacem, Gourara », sur ich.unesco.org (consulté le 11 novembre 2020)
  11. « UNESCO - Le rituel et les cérémonies de la Sebeïba dans l'oasis de Djanet, Algérie », sur ich.unesco.org (consulté le 11 novembre 2020)
  12. a b et c « Fêtes locales », sur ONT (consulté le 11 novembre 2020)
  13. Dib Nassima, « Skikda célèbre sa fête annuelle de la fraise dans une ambiance festive », sur www.aps.dz (consulté le 11 novembre 2020)
  14. Rosa Chaoui, « Redécouvrir les qasidate de Sidi Lakhdar Benkhlouf », Midi Libre, no 742,‎ , p. 14 (lire en ligne).
  15. IDIR MOKRANI, « La waada de Sidi El-Hasni célébrée du 4 au 7 juillet à Oran », sur www.aps.dz (consulté le 11 novembre 2020)
  16. http://www.vitaminedz.com/fr/Algerie/Sidi-yahia-bensfia/16265/Photos/1.html
  17. « La waâda de Asla à Naama : Un rituel qui se perpétue | El Watan », sur www.elwatan.com (consulté le 11 novembre 2020)
  18. Florence Dyan (dir.), Maroc, Paris, Michelin, , 560 p. (ISBN 978-2-06-713875-9, lire en ligne), p. 46
  19. « Moussem de Moulay Abdellah Amghar », sur cheval-eljadida-maroc.com, office de tourisme d'El Jadida (consulté le 9 novembre 2016)
  20. « Le moussem de Tan-Tan », sur UNESCO (consulté le 23 février)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier