Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour le film italien de 1937, voir Monsieur Max (film, 1937).

Monsieur Max est un téléfilm français de 86 minutes réalisé par Gabriel Aghion en 2006. Il retrace une vie légendaire du poète Max Jacob, depuis les années d'entre-deux-guerres jusqu'à la mort de celui-ci au camp de Drancy en 1944, juste avant qu'il ne soit déporté pour Auschwitz. Max Jacob est incarné par Jean-Claude Brialy, autre homosexuel du Tout Paris, dont c'est l'ultime rôle.

Sommaire

SynopsisModifier

Le 24 février 1944, la Gestapo arrête Max Jacob. Au moyen de multiples analepses, le film nous fait voyager dans les souvenirs du poète, traverser différentes époques et rencontrer de célèbres peintres, poètes ou écrivains amis de Max Jacob, jusque quarante ans en arrière quand celui-ci habitait le Bateau-Lavoir avec Pablo Picasso. C'est plus particulièrement avec Jean Cocteau et Sacha Guitry que Max Jacob partage confidences, enchantements et frasques du Paris de l'entre deux guerres. Puis il est conduit à Drancy.

Le récit est construit autour d'une intrigue fictive, celle d'une jeune femme, Alice, petite orpheline élevée un temps par Max Jacob avant qu'il ne la perde de vue. Alice ira jusqu'à être volontairement déportée afin de retrouver le poète alors que Guitry et de Cocteau tardent à intervenir. Le sentiment de Max Jacob, qui mourra avant d'être sauvé, d'être abandonné par ses amis répond à celui qu'avait éprouvé l'orpheline enfant.

De la fiction à la réalitéModifier

Dans la réalité, Alice s'appelait Raymonde et Max Jacob l'a très peu connue, jouant et se promenant de temps en temps avec elle, qui avait alors treize ans, durant l'été 1907.

En juillet 1907, Fernande Olivier, la compagne stérile de Pablo Picasso, dans un désir d'embourgeoisement lié au succès nouveau du peintre, obtient de l'Assistance publique de pouvoir faire un essai d'adoption. Entre mondanité et nuits d'alcool, le couple infernal ne s'occupe pas de l'adolescente et le seul adulte a lui prêter attention est le poète de l'enfance, Max Jacob. Quand Picasso décide de faire poser Raymonde, Fernande, jalousie ou peur de l'inceste, renvoie l'objet de son fantasme d'enfant à l'orphelinat. C'est encore à Max Jacob, qu'après trois mois, en septembre 1907 est lâchement confiée la cruelle démarche.

Entre le 24 février et le 15 mars 1944, les amis de Max Jacob, dont Jean Cocteau et Sacha Guitry, ont multiplié sans délai ni retard les démarches pour faire libérer le poète, mais une fragilité pulmonaire acquise dans l'enfance n'a pas permis à celui-ci de résister plus de neuf jours aux conditions de détention.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Lien externeModifier