Ouvrir le menu principal

Michel Veilande

homme politique français

BiographieModifier

Premières armesModifier

Il entre en service comme simple soldat au régiment de Berwick le 13 mai 1786, et doit à sa conduite un avancement assez rapide.

Armée du RhinModifier

Il passe au 1er bataillon de la 53e demi-brigade de ligne, lors de sa réunion à la 159e, devenue ensuite 10e de ligne. Il fait les campagnes de 1792 à 1796 dans l'armée du Rhin, et se distingue dans la retraite du Palatinat, aux sièges de la tête de pont de Mannheim et de Kehl, où il est l'un des premiers qui s'élancent dans les retranchements des ennemis. Pour ces deux actions, il est cité à l'ordre du jour de l'armée de siège.

En 1796, il a un cheval tué sous lui à l'affaire de Rastadt. La même année, il se distingue aux combats de Biberach et de Kinzetfeld.

Armée d'Angleterre, puis d'ItalieModifier

Il fait les campagnes de 1797 à l'armée d'Angleterre, et celles de 1798 et 1799 à l'armée d'Italie. En décembre 1799, il est nommé chef de bataillon au 87e régiment de ligne. Le 29 mars 1800, il commande un bataillon à la prise des hauteurs de Saint-Jacques-de-Ligoni, en Ligurie, et est grièvement blessé. Il protège la retraite de la division Grenier après Novi le 15 août 1799.

Il fait la campagne de 1801 à l'armée des Grisons, et la suivante à l'armée d'observation du Midi. Le 25 novembre 1803, il est nommé major du 18e régiment de ligne.

Armée de RéserveModifier

En 1804 et 1805, il sert à l'armée de réserve. Il reçoit le 16 mai 1806, le grade de colonel du 88e régiment de ligne, qu'il commande le 14 octobre à la bataille d'Iéna, où il a un cheval tué sous lui. Il en perd un second le 26 décembre à la bataille de Pułtusk, où, avec moins de 30 hommes, il sauve l'aigle de son régiment qui était enveloppé par une masse d'infanterie et de cavalerie russe. Il combat à l'affaire du 11 mai 1807, sur l'Omuleff, en Pologne, y perd encore un cheval. Le 14 mai 1807, il est créé officier de l'ordre de la Légion d'honneur.

Campagne d'EspagneModifier

De 1808 à 1812, il est à l'armée d'Espagne. En 1808, à la création des titres, il est nommé baron de l'Empire, et le 10 mars 1809, il est fait chevalier de l'ordre de la Couronne de Fer. Le 19 octobre 1809, il commande une brigade à la bataille d'Ocana, y a un cheval tué sous lui, et y reçoit une forte contusion à la poitrine.

Il est promu au grade de général de brigade le 28 décembre 1810. Il est cité pour sa belle conduite et sa bravoure avec honneur dans les rapports de l'armée, pour, les sièges de Saragosse, de Badajoz et de Campo-major, ainsi que les batailles de Gebora et d'Albuera les 19 février et 16 mai 1811, actions dans la dernière desquelles il a deux chevaux tués sous lui. Il est cité aussi pour les affaires del Puonte, del Arzobispo et de Villagarcia. À Croumena, le général Veilande surprend l'avant-garde de l'armée anglaise à laquelle il enlève 120 chevaux et 93 hommes. Dans la nuit du 6 au 7 avril 1812, il est fait prisonnier de guerre lors de la prise de Badajoz par l'armée anglo-portugaise.

Retour en FranceModifier

Il ne recouvre la liberté que le 28 mai 1814, après une captivité des plus pénibles, et rentre alors en France, où il est bien accueilli par la Restauration. Il est nommé par le roi chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis et le 23 août, commandeur de l'ordre de la Légion d'honneur.

Cent JoursModifier

Lors des Cent-Jours, il commande une brigade de l'armée d'observation de l'Est. Il est mis à la retraite comme maréchal de camp le 18 octobre 1815.

Député libéral sous la RestaurationModifier

Le 8 mars 1821, il est élu par le second arrondissement (Vouziers) du département des Ardennes à la Chambre des députés, en remplacement de Louis Lefèvre-Gineau, qui a opté pour l'arrondissement de Mésières, par 117 voix (127 votants, 896 inscrits). Il prend place dans l'opposition constitutionnelle et y vote constamment avec les libéraux. Il ne se représente pas en 1824.

Monarchie de JuilletModifier

Réintégré dans le cadre de réserve de l'état-major général le 22 mars 1831, il est définitivement admis à la retraite le 1er mai 1832.

Il meurt à Brières (Ardennes) le 21 mars 1845.

Différents gradesModifier

  • Entrée en service le
  • sergent-fourrier le
  • sergent-major le
  • adjudant-sous-lieutenant le
  • lieutenant le
  • capitaine de grenadiers le
  • adjudant-major-capitaine le (25 pluviôse an IV)
  • chef de bataillon le (16 frimaire an VIII)
  • major le
  • général de brigade le
  • mise en inactivité le

DécorationsModifier

  • Officier de l'ordre de la Légion d'honneur le , puis Commandeur le
  • Chevalier de l'ordre de la Couronne de Fer le
  • Chevalier de l'ordre royal et militaire de saint Louis en 1814

BibliographieModifier

  • Jean-Baptiste-Joseph Boulliot, Biographie Ardennaise ou histoire des Ardennais, Paris, 1830, vol.2, p. 506-508 [1].
  • Jean Baptiste Pierre Jullien, chevalier de Courcelles, Dictionnaire historique et biographique des généraux français, tome neuvième, Paris, 1833, p. 384. sur GoogleBooks
  • « Michel Veilande », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]
  • Tulard, Jean (dir.), Dictionnaire Napoléon, Paris, Fayard, Volume 2 (I-Z), 1999, p. 924.
  • Arthur Chuquet, « Le général baron Michel Veilande, de Manre », dans la Revue historique ardennaise, vol. 5, publiée par Paul Laurent, Paris : Librairie Alphonse Picard et fils, 1898, pp. 320-326 [2]

Notes et référencesModifier