Ouvrir le menu principal

Michel Olyff

artiste belge
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Olyff.
Michel Olyff
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
(91-92 ans)
Anvers Drapeau de la Belgique
Nationalité
Activité
Œuvres principales
Logos du Patrimoine mondial, du Lotto, de la RTB, de la BRT

Michel Olyff, né en 1927 à Anvers, est un graphiste belge[1],[2].

BiographieModifier

JeunesseModifier

Fils de l'ingénieur et caricaturiste Hubert Olyff, alias Bizuth, et descendant par sa mère Claire de la lignée d'artistes De Vigne[3], Michel Olyff déménage avec ses parents en 1937 dans le quartier ucclois du Kammerdelle où il voisinera les familles d'artistes Dasnoy, Strebelle, Moeschal et Leplae[4].

Après une scolarité chahutée par la guerre, il entre en 1947 à l'Institut des arts décoratifs de La Cambre à Bruxelles dont il sortira diplômé en illustration du livre après avoir suivi l'enseignement de Joris Minne. En même temps, il se rapproche du groupe CoBrA en formation et participe en 1948 à la création des Ateliers du Marais, à Bruxelles, avec Alechinsky. S'y retrouvent également leurs contemporains et condisciples Olivier Strebelle et Reinhoud, mais aussi Luc de Heusch et Christian Dotremont[5]. Trois numéros de la revue Cobra ont été illustrés de ses gravures et lithographies[6].

ActivitésModifier

Parallèlement à des recherches créatives personnelles – grands dessins à l'encre de Chine, gravures sur bois, lino ou lithographies, lettrages –, il applique son art dans de nombreuses disciplines graphiques[7] :

« Quand j’ai créé cet emblème [celui de la RTB], je me suis fixé une espèce de scénario. Qu’est-ce que la radio ? Qu’est-ce qu’on utilise dans les studios ? Tout ce qui est enregistré tourne pour être émis : un disque sur une platine, les bandes magnétiques, les bobines de cinéma, etc. J’ai donc créé un disque (le “disque” blanc dans l’emblème) et une spirale (en noir) qui part de ce disque et qui va de plus en plus loin. Cette spirale s’interrompt lorsqu’on arrive à obtenir la forme du pavillon d’un phonographe, d’un instrument à vent. Ce n’est donc ni une oreille, ni un œil, symboles de récepteur, mais bien un pavillon ou un cornet, symbole de l’émetteur. »dans « Interview de Michel Olyff, créateur de l'emblème de la RTB(F) : un procès emblématique ! », Comment télez-vous ?, no 37,‎ , p. 10-14 (lire en ligne)

« Pour celui-là [le logo de la Loterie nationale], je me suis inspiré de l’ancien signe, une sorte de corne d’abondance, qui était un peu croquignolet, trop compliqué... Mon bigorneau, c’est une refonte de cette corne d’abondance, schématisée, simplifiée. J’ai essayé que ce soit compact. Un bon logo, c’est quelque chose de simple et de marquant. De mémorisable rapidement aussi. Mais la panique du graphiste, c’est de se dire : c’est très simple, est-ce que cela n’existe pas déjà ? »dans Sophie Devillers, « Olyff, dans l’inconscient collectif », La Libre Belgique,

En 1975, il devient titulaire du cours de gravure à l'école d'arts plastiques Le 75 ; il dispensera aussi les cours de technique de la lettre à l'École nationale supérieure d'Architecture et des Arts décoratifs de La Cambre[6] et sera maître de conférence invité à l'Université catholique de Louvain (cours de graphisme en journalisme et édition).

Avec ses professeurs de typographie et amis Fernand Baudin et Lucien de Roeck, il fit partie des « piliers » des Rencontres internationales de Lure, depuis les premières éditions jusqu'au début du XXIe siècle[17].

Engagé dans la défense d'un métier qui à ses débuts n'avait pas encore vraiment de nom, il devient membre de l'Alliance graphique internationale en 1966. De 1972 à 1974, il a présidé la Chambre belge de graphistes[18].

Il est membre de la Classe des Arts de l'Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique depuis 1993. Il en fut président en 2001[19].

Vie privéeModifier

Il est établi à Haut-Ittre en Brabant wallon depuis le début des années 1970[1]. Sa fille Clothilde, née en 1962, pratique et enseigne également la création typographique à La Cambre et au 75[20].

Il a été décoré du Grand Cordon de l'ordre de Léopold.

OuvragesModifier

  • (nl) Ernest Hemingway (trad. de l'anglais par Albe, ill. Michel Olyff), De Oude Man en de Zee [« The Old Man and the Sea »] (ouvrage pour la jeunesse), Bruges, Desclée de Brouwer, , 32 p. (OCLC 811854647, notice BnF no FRBNF14571991)
  • Delepeleire (Marc), Gabriel Thoveron, Michel Olyff, Les Médias à découvert, Vie ouvrière, Bruxelles, 1988. (ISBN 9782870032268)
  • Michel Olyff, Conversation avec Ben Durant, Gerpinnes, Tandem, , 64 p. (ISBN 2-87349-046-2)
  • Michel Olyff, « Questions graphiques, enjeux et contraintes : Discours », Bulletin de la Classe des Beaux-Arts, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 6e série, vol. 12, nos 7/12,‎ , p. 345-373 (ISSN 0378-0716, notice BnF no FRBNF42496171)

RéférencesModifier

  1. a et b Sophie Devillers, « Olyff, dans l’inconscient collectif », sur www.lalibre.be, La Libre Belgique, (consulté le 2 juillet 2019)
  2. Le nouveau Dictionnaire des Belges - Éditions Le Cri - (ISBN 2-87106-063-0)
  3. Michel Olyff, Michel Olyff : conversation avec Ben Durant, Gerpinnes, Tandem, , 64 p. (ISBN 2873490462 et 9782873490461, OCLC 901062624, lire en ligne)
  4. « Jacques Moeschal, membre de l'Académie des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts | Art-info.be », sur art-info.be (consulté le 2 juillet 2019)
  5. G. Dt, « Un musée Cobra? », sur www.lalibre.be, La Libre Belgique, (consulté le 2 juillet 2019)
  6. a et b « Olyff, Michel », sur Centre de la Gravure et de l'Image imprimée (consulté le 2 juillet 2019)
  7. « Les Rencontres internationales de Lure | 2015. « Portrait / paysage, un monde de formats » : Michel Olyff. Du Signe à l’Éthique », sur Les Rencontres internationales de Lure, (consulté le 2 juillet 2019)
  8. « Œuvres de Michel OLYFF dans les collections des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique », sur www.fine-arts-museum.be (consulté le 2 juillet 2019)
  9. Voir notamment cet article sur la création informatisée de lettres-transfert : Michel Olyff, « Les originales d'Alfac », Communication & Langages, vol. 90, no 1,‎ , p. 73–86 (DOI 10.3406/colan.1991.2337, lire en ligne, consulté le 2 juillet 2019) ou l'étude Pour une signalisation routière à l'échelle humaine. Un alphabet plus lisible (1970).
  10. Nouvelle Biographie nationale, vol. 1, Bruxelles, Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, (ISSN 0776-3948, lire en ligne [PDF]), p. 10
  11. « Interview de Michel Olyff, créateur de l'emblème de la RTB(F) : un procès emblématique ! », Comment télez-vous ?, Bruxelles, Association des téléspectateurs actifs, no 37,‎ , p. 10-14 (lire en ligne, consulté le 4 juillet 2019)

    « L’emblème est le plus petit dénominateur commun d’une firme. C’est par cela qu’on la reconnaît. Pour sa création, chaque emblème a un cahier des charges et une histoire particulière. Pour la RTBF, le “pavillon de phonographe” représenté seul est un emblème. Et les lettres “RTBF” seules (des initiales et pas un mot) forment un “sigle”. On a parlé erronément du “logo de la RTBF”. Un logo, c’est un mot qui est dessiné d’une manière origi- nale pour ne pas ressembler au même mot qui pourrait se trouver ailleurs. Un exemple clair est le logo de “Coca-Cola”. Le logo, ou logotype, est un mot ou un nom qui a été arrangé graphiquement pour être chargé d’une personnalité. »

  12. « Notre histoire – 2006 : La RTBF se dote d'une nouvelle ligne graphique », sur RTBF Entreprises (consulté le 3 juillet 2019)
  13. Christine Simon, « La farceuse histoire du logo est classée », sur lesoir.be, Le Soir, (consulté le 3 juillet 2019)
  14. Pierre Bertinchamps, « Séquence nostalgie : l’oreille de Michel Olyff disparaît du paysage audiovisuel belge... | Infos Télévision », sur Télépro, (consulté le 3 juillet 2019)
  15. « Centre Culturel d'Ittre - Michel Olyff », sur www.ittreculture.be, (consulté le 3 juillet 2019)
  16. Michel Olyff, « 1972 : le symbole du livre », Communication & Langages, vol. 13, no 1,‎ , p. 55–61 (DOI 10.3406/colan.1972.3917, lire en ligne, consulté le 2 juillet 2019)
  17. Christian Bessigneul, « Les rencontres internationales de Lure », La Lettre, Paris, Académie des Beaux-Arts, vol. 77 « La Typographie ou l'art de la lettre »,‎ , p. 20 (ISSN 1265-3810, lire en ligne)
  18. (fr + nl) Hugo Puttaert, « Michel Olyff. Een beeld als beeltenis / Une image comme effigie : Une magnifique carrière et toujours actif avec la même détermination souriante. Un maximaliste qui peut tout aussi bien se montrer très minimaliste », Addmagazine, Papyrus, no 4,‎ , p. 32-37 (lire en ligne [PDF]).  
  19. Annuaire pour 2016, Bruxelles, Académie royale de Belgique (no 182), , 248 p. (ISSN 0373-0778, lire en ligne [PDF]), p. 28
  20. « Clotilde Olyff - Linotype Font Designer Gallery », sur www.linotype.com (consulté le 2 juillet 2019)

Voir aussiModifier