Michel-Aloys Ney

Michel-Aloys Ney
Naissance
Paris (France)
Décès (à 45 ans)
Fontenay-aux-Roses, Seine (France)
Origine Drapeau de la France France
Arme cavalerie
Grade Général de division
Années de service 1852-1881
Commandement 3e régiment de dragons
9e régiment de lanciers
20e régiment de dragons
6e régiment de chasseurs à cheval
Conflits Expédition du Mexique
Guerre contre l'Allemagne
Faits d'armes 2 citations (1864 et 1966) lors de l'expédition du Mexique
5 blessures lors de la bataille de Rezonville
Distinctions Légion d'honneur
Médaille d’Italie
Médaille du Mexique
Nichan Iftikhar
Ordre de Saint-Stanislas
Ordre de l'Épée
Ordre de Saint-Michel (Bavière)
Ordre de Notre-Dame de Guadalupe
Famille Fils de Michel Louis Félix Ney
Petit-fils du maréchal Ney
Petit-fils du général Souham

Michel-Aloys Ney, né le à Paris et mort le à Fontenay-aux-Roses, est un général français.

FamilleModifier

Il est le fils de Michel Louis Félix Ney, duc d'Elchingen, et de Marie-Joséphine Souham et petit-fils du maréchal Ney et du général Souham.

Il épouse le à Rocquencourt Marguerite Laure Juliette Heine dite Paule (1847-1903). Elle est la fille adoptive de Charles Heine, banquier et de Cécile Furtado-Heine.

Le couple aura sept enfants, deux fils et cinq filles, dont Cécile (1867-1960) qui épouse en 1884 le prince Joachim Napoléon Murat, arrière-petit-fils de Joachim Murat.

BiographieModifier

CampagnesModifier

Il sert en Orient, lors de la guerre de Crimée en 1854, puis en Afrique [C'est-à-dire ?] de 1855 à 1860, avec un passage en Italie en 1859, en Afrique et en Syrie de 1859 à 1862, au Mexique de 1862 à 1866, enfin lors de la guerre franco-allemande de 1870.

AffectationsModifier

En , il est engagé volontaire dans le régiment de son oncle Napoléon Joseph Ney, quelques mois après le décès de son cousin du même âge. En 1861, il est officier aux chasseurs de la Garde impériale.

En 1863, il est promu lieutenant dans un régiment de chasseurs d'Afrique.

Pendant l’expédition du Mexique, il est capitaine, commandant d'une unité de contre-guérilla sous les ordres de Du Pin. Il est nommé chef d'escadron au 6e régiment de hussards après le combat de Yerba-Buena[1]. Il remplace un temps Du Pin et est chargé d'enquêter sur ses « exactions ».

Il sera ensuite colonel du 3e régiment de dragons le , passera au 9e de lanciers en . Il fait partie des colonels de l'armée de Moselle à la suite de l'occupation par l'armée prussienne. Il arrive au 20e de dragons en septembre de la même année pour finir au 6e régiment de chasseurs à cheval en .

Nommé en 1875 général de division, il commande la cavalerie du 4e corps et en 1877 la troisième division de cuirassiers à Senlis.

En 1881, il est retrouvé mort, tué d'un coup de pistolet, dans une maison qu'il avait louée à Fontenay-aux-Roses. On considère vraisemblablement qu'il s'est suicidé[réf. nécessaire]. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (29e division), dans la sépulture où repose son père, son grand-père et d'autres membres de la famille[2].

Sa veuve Paule se remarie en 1882 avec Victor Masséna, duc de Rivoli.

TitresModifier

DécorationsModifier

NotesModifier

  1. Dessin de M. Cachès dans L'Illustration : Combat entre le 1er escadron de contre-guérilla Ney et le régiment de lanciers de Mexico au rancho de la Hierba-Buena
  2. NEY Michel, duc d'Elchingen, prince de la Moskova sur Tombes et sépultures dans les cimetières et autre lieux