Ouvrir le menu principal

Max-Philippe Delavouët

poète français
Max-Philippe Delavouët
Description de cette image, également commentée ci-après
Max-Philippe Delavouët vers 1950.
Naissance
Marseille (Bouches-du-Rhône)
Décès (à 70 ans)
Grans (Bouches-du-Rhône)
Auteur
Langue d’écriture Français, provençal
Genres

Max-Philippe Delavouët, ou Mas-Felipe Delavouët en provençal, né à Marseille le , et mort le à Grans, est un poète et écrivain français d’expression provençale et française.

Sommaire

BiographieModifier

Né à Marseille le 22 février 1920, orphelin très jeune, Max-Philippe Delavouët vient vivre auprès de sa grand-mère maternelle à Grans (Bouches-du-Rhône). Là se trouve le mas du Bayle-Vert, dans la Crau irriguée, au pied des Alpilles ; Delavouët en cultive les terres jusqu'à sa mort (18 décembre 1990). Engagé volontaire, il s’éloigne du Bayle-Vert de novembre 1938  à novembre 1941. À son retour il décide d’être paysan et d’écrire.

C’est au Bayle-Vert que, parallèlement à sa création littéraire, il entreprend un travail d’édition artisanale à faible tirage, sur beau papier, de ses œuvres et de celles de ses amis, ces dernières illustrées par ses soins[1]. Il crée un caractère typographique original appelé Touloubre, du nom de la rivière qui arrose Grans, caractère mis au point par Yves Rigoir.

Delavouët élabore en même temps une importante œuvre graphique : gravure sur bois et linos, gouaches, cartons de tapisserie, calligraphie…

L'œuvre littéraireModifier

L'œuvre littéraire de Max-Philippe Delavouët[2] est pour l'essentiel, poétique, rédigée en provençal (graphie mistralienne) avec en regard une traduction française de l'auteur. Delavouët s'engage pour la défense d'une littérature exigeante, par son activité éditoriale et au sein du Groupamen d'Estùdi Prouvençau (Groupement d'Études Provençales) [3], fondé en 1952.

Après la parution de ses premiers poèmes dans les revues Fe, l’Armana prouvençau et Marsyas, Delavouët crée la collection des Livres du Bayle-Vert,  inaugurée par Quatre cantico pèr l’age d’or (Quatre cantiques pour l’âge d’or, 1950) illustré de lithographies d'Auguste Chabaud.

Suit une intense activité créatrice et éditoriale [1] avec la publication de grands poèmes parfois donnés au préalable à des revues : Istòri dóu rèi mort qu’anavo à la desciso ( Histoire du roi mort qui descendait le fleuve, 1961) ; Camin de la crous (Chemin de la croix, 1966) ; Fablo de l’ome e de si soulèu (Fable de l’homme et de ses soleils, 1968).

Il édite et illustre également dans cette collection des poètes provençaux : Joseph d’Arbaud, Fernand Moutet,  Jean-Calendal Vianès [4]Sully-André Peyre.

Delavouët  écrit et fait représenter plusieurs pièces de théâtre [5], dont Tistet-la-Roso o Lou quiéu dóu pastre sènt toujour la ferigoulo (Tistet-la-Rose, ou Le cul du berger sent toujours le thym), et un « ballet parlé », Lou cor d’Amour amourousi, d'après les enluminures du Livre du Cœur d’Amour épris du roi René d’Anjou.

Il rédige également le scénario du film La marche des Rois, réalisé par Yves Rigoir avec les décors de Paul Coupille, et diffusé par la TV romande.

C'est en 1971 que paraissent, chez José Corti, les deux premiers tomes de son œuvre majeure : Pouèmo [6], dans lesquels huit pièces inédites s’ajoutent à trois déjà parues. En 1977, toujours chez Corti, paraît la  Balado d’aquéu que fasié Rouland (Ballade de celui qui faisait Roland) qui occupe à elle seule le troisième tome de Pouèmo, tandis que les deux derniers tomes seront publiés par le Centre de Recherches et d'Études Méridionales (CREM, Saint-Rémy-de-Provence) : le quatrième en 1988 ; le cinquième, le Cant de la tèsto pleno d’abiho (Chant de la tête pleine d’abeilles), achevé en 1985, paraîtra après la mort du poète, en 1991.

Delavouët reçoit pour son œuvre divers prix : prix Mistral en 1951, prix de l’Académie rhodanienne en 1961 et grand prix littéraire de Provence en 1973.

Jean-Daniel Pollet consacre à Delavouët, en 1989-1990, un film pour l’émission Océaniques  sur FR3 : L’arbre et le soleil : Mas-Felipe Delavouët et son pays, diffusé à la télévision après la mort du poète, en 1991.

PublicationsModifier

On trouvera la bibliographie exhaustive du poète dans les fascicules de Claude Mauron, 1992 et 2001 (voir Sources).

PoésieModifier

  • Quatre cantico pèr l’age d’or (Quatre cantiques pour l’âge d’or) réunissant Cantico dóu bóumian que fuguè torero (Cantique du gitan qui fut torero) ; Cantico de l'ome davans soun fiò (Cantique de l’homme devant son feu) ; Cantico pèr lou blad (Cantique pour le Blé) ; Cantico pèr nosto amo roumano (Cantique pour notre âme romane), lithographies d’Auguste Chabaud, Bayle-Vert, 1950.
  • Uno pichoto Tapissarié de la Mar (Une petite Tapisserie de la Mer), bois gravés d’Henri Pertus, Bayle-Vert, 1951.
  • Pouèmo pèr Evo (Poème pour Eve), bois gravés de Jean-Pierre Guillermet, Bayle-Vert, 1952.
  • Istòri dóu Rèi mort qu’anavo à la desciso (Histoire du Roi mort qui descendait le fleuve), Bayle-Vert, 1961.
  • Amour di Quatre Sesoun (Amour des Quatre Saisons), Bayle-Vert, 1964.
  • Camin de la Crous (Chemin de la Croix), Bayle-Vert, 1966.
  • Fablo de l’Ome e de si soulèu (Fable de l’Homme et de ses Soleils), Bayle-Vert, 1968.
  • Pouèmo I : Pouèmo pèr Evo (Poème pour Eve) ; Courtege de la Bello Sesoun (Cortège de la Belle Saison) ; Blasoun de la Dono d’Estiéu (Blason de la Dame d’Eté ) ; Cansoun de la mai auto Tourre (Chanson de la plus haute Tour) ; Ço que Tristan se disié sus la mar (Ce que Tristan se disait sur la mer), Ed. José Corti, 1971.
  • Pouèmo II : Danso de la pauro Ensouleiado (Danse de la Pauvre Ensoleillée) ; Camin de la Crous (Chemin de la Croix) ; Pèiro escricho de la Roso (Pierre écrite de la Rose) ; Istòri dóu Rèi mort qu’anavo à la desciso (Histoire du Roi mort qui descendait le fleuve) ; Lou Pichot Zoudiaque ilustra (Le petit Zodiaque illustré) ; Lusernàri dóu Cor flecha (Lucernaire du Cœur fléché ), Ed. José Corti, 1971.
  • Pouèmo III : Balado d’aquéu que fasié Rouland (Ballade de celui qui faisait Roland), Ed. José Corti, 1977.
  • Pouèmo IV : Inferto à la Rèino di mar (Offrande à la Reine des mers) ; Ouresoun de l’Ome de vèire (Oraison de l’Homme de verre) ; Dicho de l’Aubre entre fueio e racino (Dire de l’Arbre entre feuilles et racines), CREM, Saint-Rémy-de-Provence, 1983.
  • Pouèmo V : Cant de la tèsto pleno d’abiho (Chant de la tête pleine d’abeilles), CREM, Saint-Rémy-de-Provence, 1991.
  • Cansoun de l'amour dificile (Chanson de l'amour difficile), Bayle-Vert, 1993.
  • Cansoun de la Printaniero (Chanson de la Printanière), illustrations de Charles-François Philippe, Bayle-Vert, Grans, 2005.
  • L’ Endormie (L’ Endourmido), dans Anthologie de la poésie française du XXe siècle, vol. 2, Gallimard (Poésie), 2000.
  • Lou Camin de la Crous di Gardian (Le Chemin de la Croix des Gardians), Ed. L’Aucèu libre, 2009, introduction et notes de Claude Mauron.

Poésie, rééditionsModifier

  • Cantico pèr nosto amo roumano (Cantique pour notre âme romane), C.R.D.P., 1979.
  • Cantico dóu bóumian que fuguè torero (Cantique du gitan qui fut torero), CREM, Saint-Rémy-de-Provence, 1990.
  • Fablo de l’ome e de si soulèu (Fable de l’homme et de ses soleils), CREM, Saint-Rémy-de-Provence, 1996.
  • Cantico pèr lou blad (Cantique pour le blé) et Cantico de l’ome davans soun fiò (Cantique de l’homme devant son feu), CREM, Saint-Rémy-de-Provence, 2001.
  • Pouèmo pèr Evo (Poème pour Eve), Centre Mas-Felipe Delavouët, Grans, 2010.
  • Courtege de la bello sesoun (Cortège de la belle saison), C.M.-F.D., Grans, 2012.
  • Istòri dóu rèi mort qu’anavo à la desciso (Histoire du roi mort qui descendait le fleuve), C.M.-F.D., Grans, 2013.
  • Cansoun de la mai auto tourre (Chanson de la plus haute tour), C.M.-F.D., Grans, 2014.
  • Lou pichot Zoudiaque ilustra (Le petit Zodiaque illustré), C.M.-F.D., Grans, 2015.
  • Amour di Quatre Sesoun (Amour des Quatre Saisons), C.M.-F.D., 2015 [réédition en fac-similé réduit].
  • Ço que Tristan se disié sus la mar (Ce que Tristan se disait sur la mer), C.M.-F.D., 2017.
  • Blasoun de la Dono d’Estiéu (Blason de la Dame d’Eté), C.M-F.D., 2017.
  • Danso de la pauro Ensouleiado (Danse de la pauvre Ensoleillée), C.M.-F.D., 2018.
  • Camin de la Crous (Chemin de la Croix), C.M.-F.D., 2019.

Collection thématique Belugueto (Etincelle)Modifier

  • Bergers et troupeaux, Centre Mas-Felipe Delavouët, Grans, 2018.
  • les Oiseaux, Centre Mas-Felipe Delavouët, Grans, 2019.

Autres œuvres poétiquesModifier

  • Les arbres de Ben Lisa, photographies originales de René Ben Lisa, tirage sérigraphique d'Yves Rigoir, poèmes de Max-Philippe Delavouët, 1964 (13 exemplaires).
  • Moisson, photographies originales d’Yves Rigoir accompagnées de poèmes de Max-Philippe Delavouët, Lambesc, 1967 (14 exemplaires).
  • Sabo, photographies originales d’Yves Rigoir accompagnées de textes bilingues de Max-Philippe Delavouët, Lambesc, 1988 (14 exemplaires).
  • Écritures, photographies originales de Martha Jordan, accompagnées de poèmes de Max-Philippe Delavouët, Genève, 1988 (30 exemplaires).
  • L’Ange foudroyé, photographies originales  de Martha Jordan, accompagnées de poèmes de Max-Philippe Delavouët, Genève, 1990 (30 exemplaires).

ThéâtreModifier

  • Teatre (Théâtre ) réunissant Ercule e lou roussignòu (Hercule et le rossignol) ; Benounin e li capitàni (Bénounin et les capitaines) ; Lis escalié de Buous (L’escalier de Buoux), CREM, 2000.
  • Lou Cor d’Amour amourousi (Cœur d’amour épris), C.M.-F.D., Grans, 2011.
  • Tistet-la-Roso o lou quiéu dóu pastre sènt toujour la ferigoulo (Tistet-la-Rose ou le cul du berger sent toujours le thym), C.M.-F.D./CREM, Grans, 2016.

PréfacesModifier

  • Durance, photographies originales  d’Yves Rigoir, Lambesc, 1961.
  • Objets sculptés par les Bergers de Provence, photographies originales  d’Yves Rigoir, Bayle-Vert, 1965.
  • Les Ballades de François Villon, Louis Jou, 1974.
  • La cuisine provençale de tradition populaire de René Jouveau, éd. du Message, Berne, [s. d.] avec des illustrations de Max-Philippe Delavouët.
  • Patrimòni (Patrimoine), La Dicho dóu Vièi Granouien, (Le Dire du Vieux Gransois), C.R.D.P., Marseille, 1981.
  • Auguste Chabaud : L’Homme et le Cadre, éd. Cercle d’Art, 1983.

CinémaModifier

  • La Marche des rois, réalisation Yves Rigoir, scénario de Max-Philippe Delavouët, décors de Paul Coupille, Genève, TV romande, 1966.
  • L'Arbre et le Soleil : Mas-Felipe Delavouët et son pays, film de Jean-Daniel Pollet, émission Océaniques, FR3, 1991.

Notes et référencesModifier

  1. a et b http://www.delavouet.fr/docs/catalogue_oeuvres.pdf
  2. On trouvera la bibliographie de Max-Philippe Delavouët, exhaustive jusqu’en 2000, dans Cl. Mauron, Bibliographie de Mas-Felipe Delavouët, Nîmes 1992 ; Bibliographie de Mas-Felipe Delavouët : premier supplément, Centre de Recherches et d’Études Méridionales, Saint-Rémy-de-Provence, 2001 (œuvres de Delavouët, études sur le poète, mention de divers événements) ; voir pour les œuvres principales http://www.delavouet.fr/docs/notice_bio.pdf (= « La vie et l’œuvre de Max-Philippe Delavouët : notice bio-bibliographique », dans Polyphonies p. 49-52) ; et http://www.delavouet.fr/docs/catalogue_oeuvres.pdf.
  3. http://data.bnf.fr/11876435/groupement_d_etudes_provencales/
  4. http://www.idref.fr/027183475
  5. http://www.delavouet.fr/theatre.html
  6. Voir le détail des poèmes qui composent les cinq tomes ci-dessous (Bibliographie).

AnnexesModifier

SourcesModifier

  • Claude Mauron, Bibliographie de Mas-Felipe Delavouët, Centre de Recherches et d’Études Méridionales, 1992.
  • Claude Mauron, Bibliographie de Mas-Felipe Delavouët : premier supplément, Centre de Recherches et d’Études Méridionales, 2001.
  • Claude Mauron, La vie et l’œuvre de Max-Philippe Delavouët : notice bio-bibliographique, dans Polyphonies n° 21-22, hiver 1996-1997, p. 49-52.

BibliographieModifier

Articles de presseModifier

Ils sont recensés exhaustivement jusqu’en 2000 dans la Bibliographie de Mas-Felipe Delavouët et son Supplément, Claude Mauron, C.R.E.M. (voir Sources) ; on retiendra en particulier ceux de Claude Mauron et Céline Magrini.

Articles parus après 2000
  • Claude Mauron, "Initiation à la géographie poétique de Max-Philippe Delavouët", "La pensée de Midi", no 1, 2000/1, p. 74-79.
  • Philippe Gardy, "Réémergences de l'épopée dans la littérature en occitan de la deuxième moitié du XXème siècle", dans Les genres littéraires émergents, textes rassemblés et présentés par Jean-Marie Seillan, l'Harmattan, 2005 (p. 265-282).
  • Céline Magrini-Romagnoli, "Max-Philippe Delavouët et l’art roman en Provence", La France Latine no 147, 2008, p. 151-191.
  • Philippe Gardy, "Terroir nouveau", p. 9-28 ; Jean-Yves Casanova, "Echos de la parole entre ciel et terre : Max Rouquette, Max-Philippe Delavouët", p. 31-47, dans Max Rouquette et le renouveau de la poésie occitane. La poésie d’oc dans le concert des écritures poétiques européennes (1930-1960), Ph. Gardy et M.-J. Verny coord., Études occitanes no 5, P.U.M., Montpellier, 2009.
  • Céline Magrini-Romagnoli,  "Adam et son arbre chez trois écrivains de l’enracinement : André de Richaud, Charles-Ferdinand Ramuz et Max-Philippe Delavouët", La France Latine no 151, 2010, p. 117-192.
  • Céline Magrini-Romagnoli,  "Cor d’Amour amourousi de Max-Philippe Delavouët, un ‘ballet parlé’ en provençal moderne, inspiré du Livre du Cœur d’Amour espris", p. 35-47, dans Les Arts et les Lettres en Provence au temps du roi René, de Chantal Connochie-Bourgne et Valérie Gontero-Lauze, P.U.P., 2013.
  • Philippe Gardy, "La Ròsa e la Pèira" sur "Tistet-la-Roso o lou quiéu dóu pastre sènt toujour la ferigoulo", Revue Oc no 119, 2016, p. 63-65.
  • Jean-Yves Casanova. "Mas-Felipe Delavouët, désir de l'oeuvre : de Pouèmo à Pouèmo", Université de Pau et des pays de l'Adour (PLH-ELH), 2018
  • Estelle Ceccarini. "Les Livres du Bayle-Vert : l'activité éditoriale singulière de Mas-Felipe Delavouët", Aix-Marseille université (CAER), 2018

Ouvrages critiquesModifier

  • Jean Thunin : La présence et le mythe : lecture de l’œuvre poétique de Mas-Felipe Delavouët, La Destinée, Salon-de-Provence, La Destinée, 1984.
  • Pierre Boutang : Mas-Felipe Delavouët : L'Âge d'or et le Poème pour Eve dans la Source sacrée : les Abeilles de Delphes II, éd. du Rocher, 2003.
  • Felip Gardy, Figuras dau poèta e dau poèma dins l’escritura occitana contemporeana : Marcela Delpastre, Mas-Felipe Delavouët, Bernat Manciet, Renat Nelli,  éd. Jorn, 2003.

Mémoires et thèses universitairesModifier

  • Jacky Leroy, L’œuvre poétique de Mas-Felipe Delavouët : une lecture écrite, Université Catholique de Louvain, 1971 (174 p. dact.).
  • Maryse Wehrung, Mas-Felipe Delavouët, poète provençal : problème de thématique,  sous la direction de Georges Straka, Université de Strasbourg, 1979 (108 p. dact.).
  • Giacomo Pavan, I motivi della Passione di Cristo nella letteratura occitana : il Camin de la Crous di Mas-Felipe Delavouët, sous la direction de Monica Longobardi, Università degli Studi di Ferrara, 2018 (143 p.).

RevueModifier

Depuis 2010 le Centre Mas-Felipe Delavouët publie dans les Cahiers du Bayle-Vert de nombreux articles et études ;  chaque numéro accompagne une œuvre éditée ou rééditée dans l’année par le Centre Mas-Felipe Delavouët :

  • Cahiers du Bayle-Vert 1, 2010, Autour d'Eve
  • Cahiers du Bayle-Vert 2, 2011, Autour de Coeur d’Amour
  • Cahiers du Bayle-Vert 3, 2012, Autour du Cortège de la Belle Saison 
  • Cahiers du Bayle-Vert 4, 2013, Autour de Histoire du Roi mort qui descendait le Fleuve 
  • Cahiers du Bayle-Vert 5, 2014, Autour de Chanson de plus haute Tour
  • Cahiers du Bayle-Vert 6, 2015, Avec le temps...
  • Cahiers du Bayle-Vert 7, 2016, Autour du théâtre...
  • Cahiers du Bayle-Vert 8, 2017, Autour de Tristan...
  • Cahiers du Bayle-Vert 9, 2018, Autour de la danse et de l'été...
  • Cahiers du Bayle-Vert 10, 2019, Autour du Chemin de la Croix...

Liens externesModifier