Ouvrir le menu principal

Maurice Pons

écrivain et traducteur français
Ne doit pas être confondu avec Maurice Pon.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pons.
Maurice Pons
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 88 ans)
Moulin d'Andé ou AndéVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction
Œuvres principales

Maurice Pons, né à Strasbourg le et mort le [1] à Andé, est un écrivain français. Romancier et nouvelliste, il est également l'auteur de traductions depuis l’anglais[2].

BiographieModifier

Après avoir entrepris des études de philosophie qu'il s'empresse d'abandonner, Maurice Pons publie sa première nouvelle en 1951 chez Julliard, Métrobate, qui sera suivi, en 1953, de La Mort d'Éros. En 1955, toujours chez Julliard, suit un recueil de récits, Virginales, qui obtient le prix de la Nouvelle et dont François Truffaut tirera le scénario de son film Les Mistons. Cet ouvrage fait découvrir un langage qui emprunte à l'enfance à la fois ses magies et ses audaces ; il sera réédité en 1984 par Christian Bourgois.

Comédien amateur, Pons devient journaliste et éditeur d'occasion, collaborant à la revue Arts et travaillant chez Cino Del Duca, avant d'abandonner définitivement la vie parisienne pour se retirer en 1957 au moulin d'Andé.

En 1958, il écrit Le Cordonnier Aristote, roman autobiographique édité chez Julliard. Puis en 1960 Le Passager de la nuit, récit sur la guerre d'Algérie. Maurice Pons est un des signataires du manifeste des 121 titré « Déclaration sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie ».

En 1965, il publie Les Saisons. Cet inclassable récit, fable noire insaisissable, régulièrement rééditée[3], est un « roman-culte », le plus célèbre des ouvrages de l'auteur et sans doute son chef-d'œuvre.

Aux éditions Denoël, paraissent ensuite Rosa en 1967, parodie de roman historique qui se révèle être un conte, offrant un refuge au plus malheureux des hommes. En 1973, Maurice Pons explore dans Mademoiselle B. un monde inexplicable rationnellement, dans quoi il nous mène en pèlerinage. Mêlant toujours le réel et le fantastique, il narre dans La Maison des brasseurs (1978) la quête d'un jeune peintre à la recherche des secrets des tableaux de Gustav De Wing (1867-1922).

En près de quarante ans d'écriture, Maurice Pons a livré une vingtaine de livres, courts la plupart du temps. Depuis son premier recueil, Virginales, jusqu'aux Délicieuses frayeurs parues en 2006, la plupart de ses ouvrages, notamment ses deux romans les plus connus (Les Saisons et Rosa), n'ont cessé d'être réédités et traduits à l'étranger. Certains de ces écrits ont été portés à l'écran et à la scène, que ce soit pour le théâtre ou pour des spectacles de danse.

Un styleModifier

« Dans l’univers de Pons, le présent est un avatar, les noms changent, les visages sont floutés. Derrière une apparence de logique, le monde reste abstrait. On n'est sûr de rien du tout, sinon de mourir un jour. Aujourd’hui ! Énorme angoisse à laquelle s’ajoute celle d’écrire, raison pour laquelle Maurice le fait si peu. Et, à l’intérieur de ce chaos mental ténébreux, la grâce infinie du style. Substantifs pleins, adjectifs déliés. On se régale à ce festin morbide. Pons aura été l’un des écrivains les plus doucement bouleversants du XXe siècle. Au XXIe siècle, il continue. »[4]

ComédienModifier

  • 1950 : Adam exilé de Johan De Meester, mis en scène par l’auteur, Théâtre Hébertot.
  • 1950 : Lucifer de Johan De Meester, mis en scène par l’auteur, Théâtre Hébertot.

ŒuvresModifier

  • Métrobate, Julliard, 1951 ; réédité sous le titre Pourquoi pas Métrobate ? suivi de L'Histoire de Métrobate, Balland, 1982.
  • La Mort d'Éros, Julliard, 1953.
  • Virginales, Julliard, 1955 ; Christian Bourgois, 1984 ; Julliard, 1989. Grand prix de la nouvelle.
  • Le Cordonnier Aristote, Julliard, 1958 ; réédité sous le titre Embuscade à Palestro, Le Rocher, 1992.
  • La Folle Passion de Cléopâtre, un récit tiré de W. Shakespeare, « collection du Moulin », éditions Hautefeuille, 1958.
  • « La Vallée », revue Les Lettres nouvelles, 1960 ; Le Monde diplomatique, janvier 1993.
  • Le Passager de la nuit, Julliard, 1960 ; Le Rocher, 1991.
  • Les Saisons, Julliard, 1965 ; Christian Bourgois, 1975 ; collection « 10-18 », n° 1601, 1983 ; Le Rocher, 1992 ; Christian Bourgois, 1995.
  • Rosa, Denoël, 1967, 2014 ; collection « Folio », n° 688, 1975 ; Julliard, 1994.
  • La Passion de Sébastien N., une histoire d'amour, Denoël, 1968 ; réédité sous le titre Le Festin de Sébastien, Le Dilettante, 1999.
  • Chto !, Christian Bourgois, 1970.
  • Mademoiselle B., Denoël, 1973 ; collection « Folio », n° 1780, 1986.
  • La Maison des brasseurs, Denoël, 1978.
  • La Psychiatrie à visage ouvert, entretiens avec Cyrille Koupernik, Mercure de France, 1979.
  • Patinir ou l'harmonie du monde, en collaboration avec André Barret, Laffont, 1980.
  • « Pratiques d'écriture » et « La Vallée », revue Les Saisons, n° 1, hiver 1990.
  • Témoignage in Le Moulin d'Andé, [ouvrage collectif], préface de Suzanne Lipinska, Quai Voltaire, 1992.
  • Témoignage in 131 nouvellistes contemporains par eux-mêmes, [ouvrage collectif], coordonné par Daniel Zimmermann et Claude Pujade-Renaud, Manya, 1993.
  • Douce-amère, Denoël, 1985 (Prix de la nouvelle de l'Académie Française); Le Dilettante, 1997.
  • Souvenirs littéraires et quelques autres, Quai Voltaire, 1993 ; Le Rocher, 2000.
  • Le Festin de Sébastien, Le Dilettante, 2000.
  • La Dormeuse, Calligramme, 2001.
  • Délicieuses frayeurs, Le Dilettante, 2006.
  • « Le Moulin suspendu », revue La Femelle du requin, n° 28, hiver 2006-2007.
  • Paul Klee, L'Île engloutie, Éditions Invenit, Coll. Ekphrasis, 2011.

TraductionsModifier

PréfacesModifier

  • Tennessee Williams, La Statue mutilée, Laffont, 1959.
  • Edita Morris, Les Fleurs d'Hiroshima, Julliard, 1960.
  • Jonathan Swift, Voyages de Gulliver, traduit et annoté par Jacques Pons, d'après l'édition d'Émile Pons, Gallimard, 1964 et 1965 ; collection « Folio », n° 597,1976.
  • Simone Signoret, La nostalgie n'est plus ce qu'elle était, Seuil, 1976.

CinémaModifier

Notes et référencesModifier

  1. lefigaro.fr, « Décès de l'écrivain Maurice Pons à 91 ans », sur Le Figaro (consulté le 8 juin 2016)
  2. Notice d'autorité de la Bibliothèque nationale de France.
  3. En 1975 par Christian Bourgois, en 1984 par 10/18, et de nouveau par Bourgois en 1992 puis en 2012.
  4. Extrait d’un article signé P. B., paru dans Marianne, et cité par les éditions Le Dilettante en mars 2006 (voir catalogue pdf en ligne).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Dossier Maurice Pons, revue Les Saisons, n° 1, hiver 1990.
  • Jacques Layani, Écrivains contemporains : Madeleine Bourdouxhe, Paul Guimard, Maurice Pons, Roger Vailland, L'Harmattan, 1999.
  • Dossier Maurice Pons, revue La Femelle du requin, n° 28, hiver 2006-2007.

Liens externesModifier