Masaru Satō

compositeur

Masaru Satō (佐藤勝, Satō Masaru?) est un compositeur japonais de musiques de films, né le à Rumoi (Hokkaidō), mort le à Tokyo.

Masaru Satō
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
Tokyo (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
佐藤勝Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions

BiographieModifier

Élevé à Sapporo, au Japon, dernier de six frères aimant tous la musique, Masaru Satō décida très jeune de devenir compositeur. Il étudia à l'Académie nationale de musique et devint l'élève de Fumio Hayasaka, le compositeur attitré des nouveaux films d'Akira Kurosawa. Hayasaka l'emmena avec lui aux Studios Toho, et il travailla avec lui à l'orchestration des Sept Samouraïs (1954). Quand Hayasaka mourut subitement en 1955, la Toho lui demanda d'achever ses deux dernières musiques : Vivre dans la peur de Kurosawa et le Héros sacrilège de Kenji Mizoguchi. Sa première musique complète fut pour le Retour de Godzilla en 1955. Il continua dans cette veine en composant pour plusieurs autres films de la série Godzilla par Jun Fukuda ou des films populaires d'Ishirō Honda. Il resta aussi le compositeur d'Akira Kurosawa jusqu'à Barberousse en 1965. Sa dernière composition, justement, fut pour Après la pluie, le film réalisé en 1999 à partir du dernier scénario de Kurosawa.

En quarante-quatre ans de carrière, se consacrant presque uniquement au cinéma, il composa pour plus de trois cents films. Son style différait de celui de son maître Hayasaka, et surtout de celui d'Akira Ifukube (le principal compositeur des Godzilla), tourné vers l'orchestre et très influencé par l'Occident. Le style de Satō restait très ancré dans la musique japonaise traditionnelle, influencé parfois par le jazz.

Filmographie sélectiveModifier

Notes et référencesModifier

  1. Max Tessier (dir.) et Catherine Cadou, « Ariyoshi Sawako (1931-1984) », dans Cinéma et littérature au Japon de l'ère Meiji à nos jours (catalogue d'exposition Japon des avant-gardes (décembre 1986-mars 1987)), Paris, Centre Georges Pompidou/Fondation du Japon, , 119 p. (ISBN 9782858503728, OCLC 231852249, BNF 34879427), p. 46.
  2. (ja) « 恍惚の人 » [« Les Années du crépuscule »], sur Japanese Cinema Database, agence pour les Affaires culturelles,‎ (consulté le ).

Liens externesModifier