Ouvrir le menu principal

Marine pakistanaise

Flag of Pakistan.svg Marine pakistanaise
پاکستان بحریہ
Image illustrative de l’article Marine pakistanaise
Drapeau de la marine pakistanaise.

Création
Pays Drapeau du Pakistan Pakistan
Allégeance République islamique du Pakistan
Branche Marine de guerre
Type Armée
Rôle Projection, défense nationale, dissuasion nucléaire
Effectif 32 500 marins
5 000 réservistes
5 000 Marines
2 000 gardes côtiers
2 000 personnels civils
100 navires de guerre et 14 avions
Fait partie de Forces armées pakistanaises
Garnison Karachi (1947-1975)
Islamabad (depuis 1975)
Couleurs Bleu marine, blanc
Devise ہمت كا علم، الله كا كرم، لہروں پہ قدم
(« Le courage, la grâce de Dieu, marchez sur les vagues »)
Anniversaire 8 septembre
Guerres Guerres indo-pakistanaise
Guerre du Golfe
Guerre d'Afghanistan
Guerre civile somalienne
Guerre civile du Sri Lanka
Guerre contre le terrorisme
Commandant Zafar Mahmood Abbasi (en)
Pavillon Naval Ensign of Pakistan.svg
Pavillon de beaupré Naval Jack of Pakistan.svg
Emblème Roundel of Pakistan – Naval Aviation.svg

La marine pakistanaise (ourdou : پاکستان بحریہ ; Pɑkistan Bahri'a) est la marine de guerre du Pakistan et représente l'une des composantes des forces armées pakistanaises. Elle est créée à la suite de la dissolution de la Royal Indian Navy après la partition de l'Inde britannique par un acte parlementaire établissant l'indépendance du Pakistan du Royaume-Uni le 14 août 1947[1].

Son objectif principal et sa mission sont d’assurer la défense des communications du Pakistan et de préserver les intérêts maritimes en appliquant des politiques nationales par le biais de l'exercice d’effets militaires et d’activités diplomatiques et humanitaires à l’appui de ces objectifs[2],[3]. En plus de son service de guerre, la marine a mobilisé ses ressources militaires pour superviser les opérations de sauvetage humanitaire dans son pays et participer à des forces opérationnelles multinationales mandatés par l’ONU pour prévenir le terrorisme maritime au large des côtes[4],[5].

La marine pakistanaise est une force de volontaires qui a été principalement en conflit avec l'Inde voisine à deux reprises sur ses frontières maritimes et qui a été déployée à plusieurs reprises dans l'océan Indien pour servir de conseil militaire dans les États arabes et d'autres pays amis lors d'événements multinationaux dans le cadre de son engagement envers les Nations Unies[6]. L’effectif global de la marine est soutenu par les différentes divisions de la marine, y compris l’ aviation, les Marines et l’agence de la sécurité maritime — la branche de la garde côtière de la marine[7],[8],[9]. Depuis sa création le , le rôle défensif de la marine, qui était de sécuriser les compagnies maritimes et avec pour objectif de devenir la deuxième capacité de frappe du Pakistan, est capable de lancer un système de missiles sous-marins pour cibler les positions ennemies.

La Constitution du Pakistan définit le rôle du président pakistanais en tant que commandant en chef civil élu, et la marine est commandée par le chef d'état-major de la marine, nommé par celui-ci, un amiral de rang quatre étoiles, membre éminent du Comité mixte des chefs d'état-major. La marine pakistanaise est actuellement au commandement de l'amiral Zafar Mahmood Abbasi, occupant ce poste depuis le [10].

MissionModifier

L'existence et son rôle constitutionnel sont protégés par la Constitution du Pakistan, qui joue le rôle de branche de service uniforme des forces armées pakistanaises basée sur la marine[11].

« Les forces armées défendent, sous les ordres du gouvernement fédéral, le Pakistan contre les agressions extérieures ou les menaces de guerre et, sous réserve de la loi, assistent les autorités civiles lorsque cela leur est demandé »

— Constitution du Pakistan[12].

HistoriqueModifier

La Marine pakistanaise a créé un « Commandement de la force navale stratégique » en inaugurant, le , des locaux de ce nouvel état-major chargé des armes nucléaires de la Marine. Il se pourrait que cette annonce soit la confirmation de l’existence d’une version sous-marine du missile de croisière Babur/Hatf 7 capable d'être emporté par les sous-marins de la classe Agosta[13].

Guerre contre le terrorisme en Afghanistan et opérations dans le Nord-Ouest (2001 – présent)Modifier

 
Les destroyers de missiles guidés de la classe Tariq participant à l’exercice Inspired Siren dans l’océan Indien en 2002.

Après les attentats terroristes du 11 septembre aux États-Unis, les sanctions contre le Pakistan ont finalement été levées, permettant à la marine de se procurer des systèmes d'armes et des navires de guerre construits par les États-Unis afin de retrouver sa capacité d'opérer dans l'océan Indien alors que le pays participait aux préparatifs de guerre pendant le bras de fer avec l'Inde en 2001-2002[14]. En 2001, la marine a sérieusement envisagé de déployer l’arme nucléaire sur ses sous-marins, bien qu’aucune de ces armes n’ait jamais été déployée dans ce type de bâtiment[15].

En 2003-2004, plusieurs propositions ont été faites pour l’acquisition d'un porte-avions, mais l'idée a vite été rejeté par la Marine elle-même, le pays n’ayant pas aspiré à disposer d’une capacité aérienne[16]. En 2002-2003, la marine pakistanaise a été déployée dans l'océan Indien. Elle a participé aux exercices de lutte navale contre le terrorisme depuis des plates-formes maritimes. Le pays entama des négociations avec la Chine sur la défense en vue d'une acquisition portant sur des frégates à missiles guidés F-22P, finalement construites entre 2006 et 2015[17].

Depuis 2004, le déploiement de la marine dans l'océan Indien a joué un rôle crucial dans le commandement interarmées NAVCENT au Bahreïn. La force a également pris la tête des CTF-150 et CTF-151 et a activement participé à l'opération Enduring Freedom de 2006 à 2010[18],[19],[20]. En 2008, la force opérationnelle navale et le groupe de neutralisation des engins explosifs de l'armée de l'air pakistanaise ont participé à l'Exercise Inspired Union avec l'US Navy dans l'océan Indien afin de développer des compétences en matière de prévention du terrorisme maritime[21].

Son déploiement dans la guerre contre le terrorisme inclut également actions dans la guerre en Afghanistan lorsque les forces spéciales de la marine furent déployées pour participer aux opérations : Black Thunderstorm, Rah-i-Nijat, Mehran et Help[17].

En dépit de sa mission par voie maritime, la Marine a joué un rôle actif dans le contrôle de l'insurrection dans ancienne ceinture tribale au Pakistan occidental, principalement en jouant un rôle dans la gestion de la logistique et la collecte de renseignements, ainsi que la conduite des opérations au sol avec l'armée dans les zones occidentales pour traquer Al-Qaïda[22]. De 2010 à 2011, la marine a eu un bref conflit direct avec les talibans TTP et Al-Qaïda, et ses services de renseignement naval ont pu traquer les militants infiltrés au sein des rangs de la marine[23],[24].

En 2015, la marine a été déployée pour soutenir le blocus du Yémen dirigé par les Saoudiens après avoir accepté la demande de l'Arabie saoudite[25]. Continuellement, la Marine augmente sa portée opérationnelle dans l'océan Indien et aurait réussi à entrer dans les négociations de défense avec la Turquie pour construire communément le projet MILGEM au Pakistan en 2018-2019, tout en annonçant la construction d'un programme nucléaire sous-marin.

FlotteModifier

La flotte de surface de la Marine pakistanaise a effectué plusieurs acquisitions depuis la fin des années 2000. La livraison des trois premières frégates du type Zulfiqar construites en Chine a eu lieu en 2009 et 2010, la 4e est en cours de réalisation à Karachi et deux autres ont été commandées en . L’US Navy a, en outre, livré en 2010 une frégate du type O.H. Perry et quatre autres sont prévues. Enfin deux nouveaux patrouilleurs lance-missiles aux formes furtives ont été mis en service (Azmat construit en Chine) ou vont l’être incessamment (Dehshat construit au Pakistan). La commande d’un navire de soutien logistique est annoncée début 2013 : il sera réalisé à Karachi avec l’assistance du chantier turc TMK et remplacera le vieux Moawin (ex-Poolster néerlandais). Différents autres projets d’acquisition de bâtiments d’occasion ou neufs sont également à l’étude[26].

Unité de surfaceModifier

 
La frégate F-22P Zulfiquar à Port Klang, en Malaisie (27 août 2009).
 
Le patrouilleur Larkana (PB 157) au large des côtes pakistanaises (9 mars 2009).
 
Le navire auxiliaire Nasr amarré au port de Colombo, au Sri Lanka (12 mars 2017).
Frégate/Destroyers
4 Classe F-22P Zulfiqar
  • F-251 PNS Zulfiqar
  • F-252 PNS Shamshir
  • F-253 PNS Sayf
  • F-254 PNS Aslat
2009
PNS Zulfiqar livré en août 2009
PNS Shamshir livré en décembre 2009
PNS Sayf livré le 15 septembre 2010
PNS Aslat livré le 17 août 2011
1 PNS Alamgir 2010
Acquis en août 2010[27].
6 Classe Tariq 1990
Chasseur de mines
3 Classe Eridan
Vedette lance-missiles
2 Classe Jalalat II
2 Navire d'attaque rapide[28]
2 Navire d'attaque rapide
  • PNS Azmat (réserve)[29]
  • PNS ? (en construction)
1 Classe Larkana
1 ?
Plateformes tactiques multi-rôles
2 MRTP-33
2 MRTP-15
  • P01 PNS ?
  • P02 PNS ?
Auxiliaire
1 Classe Fuqing
1 Classe Poolster
2 Pétrolier côtier
1 Navires hydrographiques
1 Autre type
2 Petit pétrolier et utilitaires
  • PNS Madadgar
  • PNS Razad-gar
Navire-école
1 Classe Leander
1 Rah Naward
Aéroglisseur
12 Classe Griffon
Patrouilleur
17 12 Gulf Crafts et 5 patrouilleurs américains ont été livrés gratuitement le 13 février 2010 à Karachi[30].

Unité sous-marineModifier

 
Le Hamza, sous-marin de la classe Agosta-90, au chantier naval de Karachi, en 2006.

Le Pakistan dispose en 2012 de cinq sous-marins : deux Agosta 70 (PNS/M Hasmat et Hurmat, entrés en service en 1979) et trois Agosta 90B (PNS/M Khalid, Saad et Hamza) sur lesquels l'installation de systèmes anaérobies (AIP) est en cours.

En , le gouvernement pakistanais annonce son intention d'acquérir huit sous-marins S-20 dérivé du type 039A chinois[31].

Sous-marins[32]
3 Classe Agosta 90B[33]
2 *Agosta 70[33]

*Un contrat signé en juin 2010 avec la société française DCN pour la mise à jour de la classe Agosta 70

Récompenses et décorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Official History of Pakistan Navy » [archive du ], www.paknavy.gov.pk (consulté le 29 janvier 2019)
  2. Pakistan Navy, « Pakistan Navy: Roles and Function » [archive du ], Naval Inter-Service Public Relation (Naval ISPR), Pakistan Navy Public and Military Affairs, (consulté le 4 juillet 2011)
  3. « IDEAS -Pakistan Navy » [archive du ], ideaspakistan.gov.pk (consulté le 29 janvier 2019)
  4. « Archived copy » [archive du ] (consulté le 18 juin 2012)
  5. Khan, Pakistan Navy (retired), current research officer at Pakistan Naval War College, « Options for Pakistan Navy: § Pakistan Navy: A sentinel for energy and economic security » [archive du ], United States Naval Academy, Commander Muhammad Azam Khan, retired. Current, research officer at the Pakistan Naval War College, , p. 7
  6. (en) Rahul Roy-Chaudhury, India's Maritime Security, Knowledge World, , 208 p. (ISBN 9788186019290, lire en ligne)
  7. (en) The International Institute of Strategic Studies (Iiss), The Military Balance 2017, Routledge, Chapman & Hall, Incorporated, (ISBN 9781857439007, lire en ligne)
  8. Mills, J.M. (2003). Exploring polar frontiers: a historical encyclopedia. 1 (A–M). Santa Barbara: ABC-CLIO.
  9. PN, « Pakistan Navy: Hydrography » [archive du ], Naval Inter-Service Public Relation (Naval ISPR), Pakistan Navy Department of National Research and Hydrography (consulté le 12 juin 2011)
  10. « Zafar Mahmood Abbasi takes over command as Pakistan Navy chief », Pakistan Navy
  11. Chapter 2 « Pakistani constitution », in the PartXII . Pakistani.org.
  12. « [Chapter 2. Armed Forces] of [Part XII: Miscellaneous] » [archive du ], Pakistani.org (consulté le 15 mai 2012)
  13. (en)Usman Ansari, « Pakistan Acknowledges Sea-Based Nuclear Deterrent », sur Defense News, (consulté le 3 octobre 2012)
  14. Lodhi, « An Agosta Submarine for Pakistan » [archive du ], Lieutenant-General F.S. Lodhi, Lieutenant-General F.S. Lodhi, PA (consulté le 7 avril 2012)
  15. NTI, « Nuclear Submarine for Navy » [archive du ], 6 October 1990, NTI 1990 (consulté le 7 avril 2012)
  16. (en) Lowell Dittmer, South Asia's Nuclear Security Dilemma: India, Pakistan, and China, Routledge, (ISBN 9781317459569, lire en ligne)
  17. a et b « Pakistan Navy Chronology of Important Event from 1947 to June 2012 » [archive du ], www.paknavy.gov.pk, Navy ISPR (consulté le 31 janvier 2019)
  18. PN, « Pakistan Navy and Operation OEF » [archive du ], PN Second (consulté le 11 avril 2012)
  19. Pakistan Navy Hands Command of CTF 150 to France
  20. Pakistan Navy Participation In Coalition Maritime Campaign Plan
  21. Lt. (j.g.) Bryan Boggs, USN, « USS Curts, Pakistani Navy Participate in Officer Exchange Program », NNS080602-12, Abraham Lincoln Carrier Strike Group Public Affairs, (consulté le 27 décembre 2010)
  22. Mackey, « Before Attack, Pakistan's Navy Boasted of Role in Fight Against Taliban » [archive du ], NYTimes – The Lede (blog), The New York Times, (consulté le 10 avril 2012)
  23. « Blast hits Pakistan Navy bus, third in a week », Jang Group of Newspapers (consulté le 19 mai 2011)
  24. « A joint attack by al-Qaeda, TTP », Jang Group of Newspapers (consulté le 22 mai 2011)
  25. (en) « Pakistan agrees to send ships to block arms shipments to Yemen rebels » [archive du ], mcclatchydc (consulté le 1er février 2019)
  26. « Focus : Autres marines de l’océan Indien », sur Mer et Marine, (consulté le 14 mars 2013)
  27. Pak signs USD 65 million deal for US frigate – Brahmand.com
  28. PAKISTAN NAVY : A Silent Force to Reckon with... [ a 4 dimensional force]
  29. Azmat Class Fast Attack Craft for the Pakistan Navy
  30. Gulf Craft boats will guard Pakistan's coast | Gulf Craft Inc | AMEinfo.com
  31. (en) « Beijing eyes bigger arms exports after Pakistan deal, experts say », sur South China Morning Post, (consulté le 3 juillet 2015)
  32. Pakistan on verge of selecting HDW submarine
  33. a et b Agosta

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier