Ouvrir le menu principal

Marie-Renée Chevallier-Kervern

graveuse française
Marie-Renée Chevallier-Kervern
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Marie-Renée Chevallier-Kervern (Landerneau, 1902 - 1987) est une graveuse et peintre française.

BiographieModifier

Née en Bretagne, Marie-Renée Kervern partage les premières années de sa vie entre Paris et Amiens, tout en se réfugiant à Landeda au début de la Première Guerre mondiale. Entre 1921 et 1924, elle suit une formation aux Arts Déco, à l'Académie Julian, à la Grande Chaumière et à l'Académie Colarossi ainsi qu'à l'école Art et Publicité, section affichiste.

En 1926, elle épouse l'architecte Fernand-Paul Chevallier, associant le nom de son mari au sien, commence la gravure, et devient sociétaire du Salon des artistes français à partir de 1929, année où elle y expose un bois coloré nommé Au Folgoat[1].

En 1936, elle se rapproche de sa région d'origine, son époux étant nommé architecte de la ville de Brest. Marie-Renée Chevallier-Kervern s'associe avec la faïencerie Henriot de Quimper. La première pièce connue de l'artiste date de 1939 et s'intitule Femme de Plonéour-Trez.

En 1951, Mari-Renée Chevallier-Kervern devient professeur aux Beaux-Arts de Brest[2].

Quelques œuvresModifier

  • Matin à Cannes, huile sur toile
  • Banquet breton, bois gravé et peint
  • Femmes de Plonéour-Trez, faïencerie Henriot
  • Les joueurs de quilles, gravure sur bois de fil ou linoléum. Tirage sur papier japon colorié à l'aquarelle[3]
  • Musée des beaux-arts de Brest[4] :
    • Nature morte à la bouteille, carton, 40,8 x 32,8 cm ;
    • Recouvrance, 1957, huile sur toile, 81 x 60 cm ;
    • La grande marée, huile sur toile, 119,3 x 159,8 ;
    • Portrait de Charles-Estienne, vers 1937, gouache sur papier.

ExpositionsModifier

IllustrationsModifier

  • Jeanne Bluteau, Souvenirs de Brest (poèmes), éditions Pierre Seghers, Paris, 1953, 269 p., illustrations de Marie-Renée Chevallier-Kervern.

HommagesModifier

En 1979, dans son recueil intitulé Petite Navigation celtique, la poétesse Jeanne Bluteau, lui dédie le poème la maison de l' Aber-Wrach.

Notes et RéférencesModifier

  1. René Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 288
  2. Site Bretagne ancienne antiquité
  3. « Les joueurs de quilles, bois gravé », sur http://musee-breton.finistere.fr.
  4. Renaissance du Musée de Brest, acquisitions récentes : [exposition], Musée du Louvre, Aile de Flore, Département des Peintures, 25 octobre 1974-27 janvier 1975, Paris, , 80 p.
  5. Article du Télégramme de Brest du 13 août 2016[1]

AnnexesModifier