Ouvrir le menu principal

Marianne von Brandstetter

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brandstetter.
Marianne Brandstetter

dite baronne[1] von Brandstetter

Nom de naissance Porzel
Alias
« La Baronne »
Naissance (83 ans)
Nuremberg (Allemagne)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Pays de résidence États-Unis (Miami Beach et New York), Monaco et la Suisse
Profession
Héritière, philanthrope, jet setteuse
Activité principale
Rentière
Conjoint
premier mari : non connu. second mari : Frank Brandstetter (divorcé), troisième mari : James Crosby (veuve).
Famille
un fils prénommé Jean (d'un premier mariage)

Marianne Porzel, née le à Nuremberg en Allemagne, de nationalité suisse, est une célébrité et philanthrope ayant participé à de nombreuses émissions de télévision après avoir publié son ouvrage autobiographique La Baronne chez Flammarion en 2002. Elle a également tourné dans deux films, People (2004) et Carla Rubens (2005).

BiographieModifier

Jeunesse et débutsModifier

Née dans une famille aisée, d'un père médecin allemand et d'une mère suisse alémanique. Durant la guerre elle est envoyée dans le château de ses grands-parents maternels[réf. nécessaire]. C'est là qu'elle découvre un jour deux familles de voisins juifs cachés[réf. nécessaire] par son grand-père maternel qui fut déporté pour ses opinions anti-nazies[réf. nécessaire]. Sa mère meurt juste après la fin de la guerre et son père se remarie avec une Polonaise dénommée Vera de laquelle elle garde un très mauvais souvenir.

À 16 ans, elle fait un apprentissage d'esthéticienne et obtient son diplôme à ses 18 ans. Elle s'établit à Genève où elle se marie pour la première fois avec un citoyen suisse par lequel elle obtient la nationalité suisse ; son premier mariage durera deux ans, et en naîtra un fils, Jean.

Vie mondaineModifier

Elle rencontre[Quand ?] l’ancien officier supérieur américain Frank M. Brandstetter[2] - fils de l’aristocrate d’origine austro-hongroise Ferenc Brandstetter[3] et de Maria Luise von Hubicki, de la famille d’origine polonaise des chevaliers Drag-Sas[4] - dans sa propriété, lors d'un tournoi de Backgammon. Copropriétaire du mythique hôtel[non neutre] « Las Brisas » avec Carlos Troye, il est aussi propriétaire de l'une des plus belles villas d'Acapulco, « Casa de la tranquilidad », où il reçoit la jet set pour des fêtes et des dîners célèbres dans le monde entier. Elle l'épouse au bout d'un an de vie commune. Marianne en maîtresse de maison côtoie les vedettes, chanteurs, actrices, écrivains, peintres, politiciens de la fin des années 1970. Acapulco étant alors la station balnéaire de la jet Society. Henry Kissinger et sa femme Nancy, les astronautes Buzz Aldrin et Neil Armstrong, le général Ridgway, Barbara Walters, Richard Nixon, Lyndon B. Johnson, Harold Robbins, le Baron et la Baronne Enrico di Portanova (héritier du magnat du pétrole Hugh Roy Cullen (en)), Merle Oberon, Miguel Aleman (ancien président du Mexique) et sa femme Karine, Jacques et Monique Davidoff… sont des familiers de la villa des Brandstetter.

Après un divorce houleux, elle conserve le nom de son mari et adopte comme titre de fantaisie l’appellation de baronne - titre de noblesse que ni son ancien mari ni la famille[5] de ce dernier n’ont jamais possédé ni porté[6] - et s'installe avec le milliardaire James M. Crosby (1927-1986), qui est l'un des hommes les plus riches des États-Unis. Rencontré à Monte-Carlo, James Crosby est propriétaire d'une chaîne nationale d’hôtels situé aux Etats-Unis et des casino Resorts International (Paradise Island aux Bahamas et plusieurs Hôtels-Casinos à Atlantic City, dont le Trump Taj Mahal et plusieurs casinos et hôtels de très grand standing à l'étranger dont un à Monaco et en Suisse). Marianne est souvent très appréciée de tous, elle met souvent ses amis au service du groupe[évasif]. Elle fait ainsi embaucher un de ses amis le chanteur Julio Iglesias pour chanter dans les casinos de Crosby, et une de ses amies, la chanteuse Régine qui sera chargée d'ouvrir des discothèques dans les hôtels du groupe.

Elle vivait entre un appartement de 400 m2 dans l’Impérial House Building à New York ainsi qu'à Atlantic City et dans sa villa de Paradise Island aux Bahamas. Elle faisait régulièrement des allers-retours à Paris en Concorde, ne se déplaçant qu'en hélicoptère entre les différentes résidences de Crosby, accumulant bijoux et vêtements de créateurs. Son époux James Crosby tombe gravement malade, elle le soutien moralement jusqu'à sa mort. Au décès de son mari, elle hérite d'une partie de sa fortune après sa mort en 1987. La part de Marianne est estimée à 800 millions de dollars et devient également propriétaire de 24 % des parts du groupe, qu'elle revendra quelques années plus tard à Donald Trump (son ex-femme Ivana Trump est d'ailleurs une de ses meilleures amies).

Années postérieuresModifier

Aujourd'hui, elle organise principalement des galas de charité pour des causes humanitaires.

Elle vit actuellement entre Monaco dans une suite du Fairmont Monte Carlo, hôtel dont elle est locataire pour la somme de 10 000 euros mensuel présente ou non à l'année, les États-Unis dans un loft à New York donnant sur Central Park ainsi que dans un appartement dans l'un des plus somptueux condominiums de Miami Beach (le Portofino Tower) et un chalet suisse quelques mois dans l'année.

En 2005, Marianne Brandstetter participe à l'émission La Ferme Célébrités 2. Elle a également participé aux émissions : On ne peut pas plaire à tout le monde (2005), 20 h 10 pétantes (2004), Tout le monde en parle (2002), Zone interdite : Les folies de la Jet-Set (2001) et L'été de la jet set (2000) ainsi que Vis ma vie sur TF1 (2002).

Les 13, 14 et 15 septembre 2010, elle vend aux enchères à Monaco au profit de l'association AMPA (qui lutte contre la maladie d'Alzheimer) et du centre hospitalier Princesse Grace l'intégralité de sa garde-robe, soit 300 chapeaux, des centaines de robes, tailleurs, accessoires, bijoux…

ŒuvreModifier

FilmographieModifier

Lien externeModifier

RéférencesModifier

  1. titre de fantaisie
  2. - FRANK MARYAN BRANDSTETTER (1912-2011), Obituary - www.legacy.com, The New York Times, August 2018.
  3. Rodney P. Carlisle et Dominic J. Monetta, Brandy, our man in Acapulco: the life and times of colonel Frank M. Brandstetter (1999)
  4. Hof- und Staats-Handbuch der Österreichisch-Ungarischen Monarchie: für das Jahr 1914 nach amtlichen Quellen zusammengestellt
  5. Personalstand des K. und K. Ministeriums des Kaiserl. und Königl. Hauses (1914)
  6. Mitteilungen des Österreichischen Staatsarchivs, Volume 51, Druck und Verlag der Österreichischen Staatsdruckerei (2004)