Maria la Copte

Esclave de Muhammad

Maria la Copte (arabe : مارية القبطية, Māriyyah al-Qībtīyyāh) (morte en 637) est une esclave égyptienne envoyée, comme présent, à Mahomet. Elle en devient une concubine et de leur union naît Ibrahim. Maria la Copte a marqué la mémoire musulmane et est citée tant sur les questions de genre que sur celle des relations avec les chrétiens. Présente dans les sources écrites à partir du IXe siècle, elle est considérée, par la recherche islamologique, comme une figure littéraire, probablement fictionnelle.

Maria al-Qibtiyya
Maria Al Qibtiyya.png
Biographie
Naissance
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
Empire byzantinVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
مارية القبطيةVoir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Sîrîn bint Sham'ûn (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Muhammad (en) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Statut
Épouse (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religions

Biographie traditionnelleModifier

RésuméModifier

La variété des sources traditionnelles ne permet pas un récit unifié et résumé de sa vie. Ainsi, selon les sources, elle est soit une femme de Mahomet, soit une simple esclave[1].

Pour résumer :Maria la Copte, fille de Sham'un, née en Haute Égypte[2], serait une jeune femme copte, envoyé avec sa sœur Sirin comme cadeau à Mahomet[3] qui en fit sa concubine. Mahomet l'aurait beaucoup aimé[4] . Elle devient la huitième épouse du prophète Mahomet en 628[5]. De leur union naît un fils, Ibrahim[6], décédé très jeune[7]. Maria suscitant la jalousie des autres femmes, Mahomet aurait promis de s'en éloigner, promesse qu'il retira peu après[4]. Après la mort de Mahomet, elle reçut une pension d'Abou Bakr et d'Umar jusqu'à sa mort en 637[4].

SourcesModifier

Maria la Copte est citée par des sources écrites à partir du IXe siècle. Al Tabaqat al-Kubra d'Ibn Sa‘d (d. 230/845) est un des plus anciens textes évoquant sa vie. Les sources suivantes pourront généralement être reliées à celle-ci[1]. Elle est aussi citée par Ibn Kathir, al-Tabari[1]...

L’exégèse musulmane a reconnu, a posteriori, dans certains passages allusifs du Coran une évocation de Maria la Copte. C'est ainsi pour les premiers versets de la sourate 66. Ce passage évoquerait un épisode selon lequel Hafsa, une épouse de Mahomet, aurait découvert celui-ci seul avec Maria. Il lui aurait alors demandé le secret. Les versets 3 et 4 a été rapproché de cet épisode bien qu'ils soient très allusifs[8].

Importance pour les musulmansModifier

Maria la Copte a eu une grande importance pour la mémoire musulmane. Pour Hidayatullah,, le récit de Maria la Copte a trois fonctions dans la mémoire musulmane : "1) pour maintenir la pureté morale du Prophète et les membres de sa maison; 2) instruire les lecteurs sur les caractéristiques de genre des hommes et des femmes; et 3) de promouvoir l'harmonie interconfessionnelle entre musulmans et chrétiens"[1].

La biographie traditionnelle interroge sur le statut de l'esclavage affecte "les conceptions normatives du genre et du sexe parmi les musulmans"[1].

Öhrnberg considérait ce récit comme une transposition de l'histoire d'Hagar et d'Ismaël[9]. Néanmoins, c'est seulement au XXe siècle que de nombreuses sources font des comparaisons entre Maria et Hagar, et donc entre Mahomet et Abraham. Cela permet aussi d’accroître le lien entre l'Égypte et la péninsule arabique[1].Selon les récits, trois prophètes ont eu des femmes égyptiennes, Abraham, Joseph et Mahomet[9].

L'approche de la critique historiqueModifier

Dés 1912, Lammens remettait en cause le récit traditionnel, celui-ci défendant que la mère d'Ibrahim était juive. F. Buhl (1850-1932) considérait que l'histoire pouvait être, dans son essence, correcte, le point de vue de Lammens lui paraissant un scepticisme exagéré[4]. En 2010, Hidayatullah, considérait que Maria la Copte est peu étudiée par la recherche[1].

En 2016, pour l'islamologue français Guillaume Dye, « Il me semble à peu près impossible de retrouver la réalité historique derrière tous ces récits [sur la famille de Mahomet], mais l’idée traditionnelle selon laquelle le Prophète aurait eu sept enfants (un chiffre qui n’est pas anodin dans la culture biblique) ne paraît pas être une information historique. » Pour l'auteur, Maria la Copte est une fiction littéraire[10]. Pour Claude Gilliot, "La figure et « l’histoire » de Māriya al-Qibṭiyya sont truffées de traits légendaires et mythiques"[11].

Dans les versets 28-59 de la sourate 33, section probablement fortement remanié après sa rédaction première, l'évocation de Zayd ibn Harithah est construite de manière à prouver que Mahomet n'est le père d'aucun homme. Le récit de Maria la Copte et de son fils Ibrahim a été construit dans un but similaire[7]. Pour le coptologue Christian Cannuyer (en), Maria, sa sœur Sirine (en) et (peut-être également) Ibrahim n'ont jamais existé[12]. Cette démonstration s'appuie sur les anachronismes, les invraisemblances du récits ainsi que sur son apparition tardive dans la tradition. Ce récit a pour source l'histoire de Marie la romaine et de S(h)irine l'araméenne, épouses du roi persan Chosroès[7].

Pour Powers, le récit de la mort du fils de Maria la Copte permet à Mahomet d’être considéré comme le "sceau des prophètes"[13].Selon cet auteur, à la fin du Ier siècle de l'Hégire, se met en place un dogme selon lequel Mahomet devait mourir sans descendance masculine[7].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f et g Aysha Hidayatullah, "Mariyya the Copt: gender, sex and heritage in the legacy of Muhammad’s umm walad", Islam and Christian –Muslim Relations, 21, 2010, p. 221–243.
  2. « Maryam the Copt - Oxford Islamic Studies Online », sur www.oxfordislamicstudies.com (consulté le 27 mai 2020)
  3. Selon une autre version, quatre jeunes filles auraient été envoyées.
  4. a b c et d Buhl, F., “Māriya”, Encyclopédie de l’Islam, vol. 6, p. 575.
  5. « Anne-Marie Delcambre, Mahomet et les femmes - Clio - Voyage Culturel », sur www.clio.fr (consulté le 25 mai 2020)
  6. E.Geoffroy, "Egypte", Dictionnaire du Coran, 2007, Paris, p.244.
  7. a b c et d Van Reeth J., "Sourate 33", Le Coran des Historiens, t.2b, 2019, p.1119 et suiv.
  8. P. Neuenkirchen, "Sourate 66", Le Coran des Historiens, 2019, Paris, p. 1755 et suiv.
  9. a et b K. Öhrnberg, "Māriya al-qibṭiyya Unveiled.", Studia Orientalia, 55, p.295-304.
  10. Azaiez, M. (Ed.), Reynolds, G. (Ed.), Tesei, T. (Ed.), et al. (2016). The Qur'an Seminar Commentary / Le Qur'an Seminar. A Collaborative Study of 50 Qur'anic Passages / Commentaire collaboratif de 50 passages coraniques. Berlin, Boston: De Gruyter., passage QS 30 Q 33:40
  11. Cl. Gilliot, "Oralité et écriture dans la genèse, la transmission et la fixation du Coran", Oralité & écriture dans la Bible & le Coran, 2014, p. 107.
  12. Pour Van Reeth, celui a "démontré définitivement qu'il s'agit d'une légende".
  13. D. Powers, Muhammad Is Not the Father of Any of Your Men, 2009.

BibliographieModifier

  • Cannuyer Chr., "Mariya, la concubine copte de Muhammad, réalité ou mythe ?", Acta Orientalia Belgica, 2008
  • Van Reeth J., "Sourate 33", Le Coran des Historiens, t.2b, 2019, p.1119 et suiv.
  • Hidayatullah A., "Mariyya the Copt: gender, sex and heritage in the legacy of Muhammad’s umm walad", Islam and Christian –Muslim Relations, 21, 2010, p. 221–243.

Liens externesModifier