Ouvrir le menu principal

Marc-Antoine-François de Gaujal

personnalité politique française
Marc-Antoine-François de Gaujal
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
HéraultVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Marc-Antoine-François, baron de Gaujal, né à Montpellier le et mort à Vias le , est un magistrat, député et historien français.

BiographieModifier

Son père, Marc-Antoine-Dominique de Gaujal, baron de Tholet, est mousquetaire de la garde du roi[1]. Il meurt jeune, en 1786. Mars-Antoine a 14 ans. Et il en a 17 ans lorsque débute la Révolution française. Il émigre et ne revient en France qu'en 1800. Il est nommé magistrat lorsque sont organisées les cours d'appel. Il est successivement conseiller-auditeur près la cour d'appel de Montpellier en 1808, président du tribunal et du collège électoral de Lodève en 1809, substitut du procureur-général près la cour impériale de Montpellier en 1811, procureur-impérial criminel du département de l'Aude. Cette dernière fonction l'amène à publier, en 1814, la Statistique criminelle du département de l'Aude pour l'année 1813.

En 1816, il est nommé président de chambre à la cour royale de Pau ; en 1821, premier président de la cour royale de Limoges, et en 1827, conseiller-d'état en service extraordinaire. Nommé conseiller à la Cour de cassation en 1829 il refuse dans un premier puis accepte en 1837.

Il est député de la Corrèze de 1830 à 1831, siégeant dans la majorité soutenant la Monarchie de Juillet.

Il est membre de différentes sociétés savantes : correspondant de l'Institut et de la Société centrale d'agriculture, membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, membre de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, membre résident (1836) de la Société nationale des antiquaires de France[2], de celle des antiquaires du Nord séant à Copenhague, et de plusieurs autres Sociétés savantes en France et à l'étranger[3].

Il a aussi le grade de chef de bataillon[3].

Ses écritsModifier

Parmi ses écrits, le plus connu est Études historiques sur le Rouergue (1859).

  • Tableau historique sur le Rouergue, suivi de Recherches sur des points d'histoire peu connus, 1819, Lacour-Ollé, 237 pages
  • Essais historiques sur le Rouergue, tome I, Limoges 1823 (448 p.), tome II, Limoges 1825, (503 p.)
  • Discours du 1er février 1830
  • Mémoire sur les antiquités du Larzac, 1836
  • Études historiques sur le Rouergue, tome I, (550 p.), II (619 p.) III (478 p.), Paris 1858, tome IV (590 p.) Paris, 1859

DécorationsModifier

TitresModifier

Dans le brevet du 3 août 1814 de chevalier de Saint-Louis il est qualifié baron de Tholet[3].

Baron à titre héréditaire (lettres patentes du 2 avril 1822)[4].

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. J. Duverger, « Gaujal (baron de) », Le Biographe universel : revue générale biographique et littéraire / par une société d'hommes de lettres français et étrangers,‎ , p. 29-39 (disponible sur Gallica)
  2. Le comité des travaux historiques et scientifiques. Les sociétés savantes de France.
  3. a b c d et e Hippolyte de Barrau, Documents historiques et généalogiques sur les familles et les hommes remarquables du Rouergue dans les temps anciens et modernes, tome 4, page 242.
  4. Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome 20, pages 243 à 244.

Liens externesModifier