Marc-Antoine-François de Gaujal

personnalité politique française

Marc-Antoine-François, baron de Gaujal, né à Montpellier le et mort à Vias le , est un magistrat, député et historien français.

Marc-Antoine-François de Gaujal
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
ViasVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

BiographieModifier

Son père, Marc-Antoine-Dominique de Gaujal, baron de Tholet, est mousquetaire de la garde du roi[1]. Il meurt jeune, en 1786. Mars-Antoine a 14 ans. Et il en a 17 ans lorsque débute la Révolution française. Il émigre et ne revient en France qu'en 1800. Il est nommé magistrat lorsque sont organisées les cours d'appel. Il est successivement conseiller-auditeur près la cour d'appel de Montpellier en 1808, président du tribunal et du collège électoral de Lodève en 1809, substitut du procureur-général près la cour impériale de Montpellier en 1811, procureur-impérial criminel du département de l'Aude. Cette dernière fonction l'amène à publier, en 1814, la Statistique criminelle du département de l'Aude pour l'année 1813.

En 1816, il est nommé président de chambre à la cour royale de Pau ; en 1821, premier président de la cour royale de Limoges, et en 1827, conseiller-d'état en service extraordinaire. Nommé conseiller à la Cour de cassation en 1829 il refuse dans un premier puis accepte en 1837.

Il est député de la Corrèze de 1830 à 1831, siégeant dans la majorité soutenant la Monarchie de Juillet.

Il est membre de différentes sociétés savantes : correspondant de l'Institut et de la Société centrale d'agriculture, membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, membre de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, membre résident (1836) de la Société nationale des antiquaires de France[2], de celle des antiquaires du Nord séant à Copenhague, et de plusieurs autres Sociétés savantes en France et à l'étranger[3].

Il a aussi le grade de chef de bataillon[3].

Ses écritsModifier

Parmi ses écrits, le plus connu est Études historiques sur le Rouergue (1859).

  • Tableau historique sur le Rouergue, suivi de Recherches sur des points d'histoire peu connus, 1819, Lacour-Ollé, 237 pages
  • Essais historiques sur le Rouergue, tome I, Limoges 1823 (448 p.), tome II, Limoges 1825, (503 p.)
  • Discours du
  • Mémoire sur les antiquités du Larzac, 1836
  • Études historiques sur le Rouergue, tome I, (550 p.), II (619 p.) III (478 p.), Paris 1858, tome IV (590 p.) Paris, 1859

DécorationsModifier

TitresModifier

Dans le brevet du de chevalier de Saint-Louis il est qualifié baron de Tholet[3].

Baron à titre héréditaire (lettres patentes du )[4].

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. J. Duverger, « Gaujal (baron de) », Le Biographe universel : revue générale biographique et littéraire / par une société d'hommes de lettres français et étrangers,‎ , p. 29-39 (lire en ligne sur Gallica)
  2. Le comité des travaux historiques et scientifiques. Les sociétés savantes de France.
  3. a b c d et e Hippolyte de Barrau, Documents historiques et généalogiques sur les familles et les hommes remarquables du Rouergue dans les temps anciens et modernes, tome 4, page 242.
  4. Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome 20, pages 243 à 244.

Liens externesModifier