Mammaliaformes

clade qui contient tout les mammifères et leur plus proches branches disparues

Les Mammaliaformes constituent un clade de cynodontes probainognathiens qui contient le groupe-couronne des mammifères et leur plus proches branches disparues[1]. Les cynodontes ont été décimés lors de l'extinction du Trias-Jurassique et les survivants ont subi une radiation évolutive menant principalement aux Mammaliaformes. Ceux-ci regroupent le clade originaire du plus récent ancêtre commun du Morganucodon et du groupe-couronne des mammifères; ce dernier étant le clade originaire des plus récents ancêtres communs aux Monotrèmes, Marsupiaux et Placentaires[2].

En plus de Morganucodon et du groupe-couronne des mammifères, les Mammaliaformes incluent aussi les Docodonta et des genres basaux comme Hadrocodium ainsi que Tikitherium, le membre connu le plus ancien du groupe[3].

DiversitéModifier

Les Mammaliaformes sont des précurseurs des mammifères modernes. Ils avaient cependant, eux-mêmes, déjà atteint une diversité écomorphologique considérable[4].

Les Mammaliaformes primitifs étaient autrefois considérés comme ne disposant que de peu possibilités écologiques pour se diversifier durant une ère Mésozoïque dominée par les dinosaures. Cependant les découvertes au début du XXIe siècle, particulièrement dans le Jurassique de Chine, ont montré des fossiles de genres déjà très diversifiés comme les docodontes fouisseur Docofossor, arboricole Agilodocodon, piscivore aquatique Castorocauda et l'haramiyidien « volant » Arboroharamiya... qui fournissent des preuves évidentes que ces formes ancestrales de « proto-mammifères » s'étaient adaptées à des environnements très variés malgré la concurrence des dinosaures[5],[6],[7].

PhylogénieModifier

Possible cladogramme des Mammaliaformes selon Brusatte et Luo[PlS 1] :

Mammaliaformes

Morganucodontidés (ex. Morganucodon, Megazostrodon)




Kuehneotheriidés


unnamed

Haramiyida


unnamed

Docodonta (ex. Castorocauda)


unnamed

Hadrocodium



Mammalia (groupe-couronne des Mammifères actuels)







Notes et référencesModifier

  1. (en) F. Abdala, « Redescription of Platycraniellus Elegans (Therapsida, Cynodontia) from the Lower Triassic of South Africa, and the cladistic relationships of eutheriodonts », Palaeontology, vol. 53, no 3,‎ , p. 591–618 (DOI 10.1111/j.1475-4983.2007.00646.x)
  2. (en) T. S. Rowe, « Definition, diagnosis, and origin of Mammalia », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 8, no 3,‎ , p. 241–264 (DOI 10.1080/02724634.1988.10011708, lire en ligne)
  3. (en) P. M. Datta, « Earliest mammal with transversely expanded upper molar from the Late Triassic (Carnian) Tiki Formation, South Rewa Gondwana Basin, India », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 25, no 1,‎ , p. 200–207 (DOI 10.1671/0272-4634(2005)025[0200:EMWTEU]2.0.CO;2)
  4. (en) Luo ZX, Meng QJ, Grossnickle DM, et al. New evidence for mammaliaform ear evolution and feeding adaptation in a Jurassic ecosystem. Nature. 2017;548(7667):326–329. doi:10.1038/nature23483
  5. (en) Michelle Douglass, « Early mammal fossils reveal remarkable diversity », BBC News, (consulté le 13 janvier 2020)
  6. (en) « Two New Jurassic Mammals Discovered in China », sur http://www.sci-news.com/, (consulté le 13 janvier 2020)
  7. « Le surprenant succès des mammifères au temps des dinosaures », sur https://www.pourlascience.fr/, (consulté le 14 janvier 2020)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Stephen Brusatte et Zhe-Xi Luo Le surprenant succès des mammifères au temps des dinosaures, Pour la Science No 468 -  :
  1. p. 32

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier