Madeleine Foisil

historienne française

Madeleine Foisil, née le à Isigny-le-Buat dans le département de la Manche et morte le à Cormeilles-en-Parisis dans le Val-d'Oise, est une historienne française, spécialiste de l'époque moderne. Elle consacre l'essentiel de ses travaux aux révoltes populaires du XVIIe siècle et aux écrits du for privé, principalement en Normandie.

Madeleine Foisil
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Madeleine Marie Lucile Foisil
Nationalité
Activité
Parentèle
Henri Foisil (d) (grand-père)
Louis Foisil (oncle)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Biographie

modifier

Une carrière à la Sorbonne

modifier

Madeleine Foisil naît le à Isigny-le-Buat dans le département de la Manche[1]. Elle est la nièce de l'écrivain Louis Foisil[2].

Ingénieur de recherche au CNRS[3], elle est l'assistante de Victor-Lucien Tapié puis de Pierre Chaunu à la Sorbonne au Centre de recherches sur la civilisation de l'Europe moderne[4],[5]. Avec Annick Pardailhé-Galabrun, elle co-organise le séminaire de Pierre Chaunu, en rédige les comptes rendus et y anime les recherches lancées[6]. Dès sa fondation en 1982, Madeleine Foisil est la secrétaire de rédaction de la revue Histoire, économie et société[7].

Les révoltes populaires et l'absence de lutte des classes

modifier

Elle consacre sa thèse, dirigée par Roland Mousnier, à la révolte des Nu-pieds de 1639. Ce travail s'inscrit dans une série de thèses sur les révoltes populaires rédigées par les élèves de Roland Mousnier, avec celles de René Pillorget et Yves-Marie Bercé[8]. Cette révolte des Nu-pieds est en effet un des événements majeurs analysés dans la controverse qui oppose, dans les années 1960, Boris Porchnev à Roland Mousnier sur l'interprétation des révoltes populaires[9]. Boris Porchnev y voit des exemples de lutte des classes, ce que récusent Roland Mousnier et ses élèves[10], dont Madeleine Foisil[11]. Yves-Marie Bercé et Madeleine Foisil sont les élèves de Roland Mousnier qui apportent les contributions les plus décisives à la compréhension des révoltes populaires du XVIIe siècle[12].

Le livre tiré de la thèse est publié en 1970[11]. François Lebrun en souligne le sérieux, le qualifiant de « pièce de valeur »[13]. Emmanuel Le Roy Ladurie y consacre quatre pages de compte rendu dans les Annales ESC, saluant son « érudition, modestie et brio »[14]. Cependant, dans les Annales de Normandie, Guy Lemarchand critique la thèse de Madeleine Foisil, lui reprochant de ne pas assez tenir compte du travail de Boris Porchnev. Il développe une interprétation de cette révolte comme « front de classe »[15].

Les écrits du for privé

modifier

En 1981, Madeleine Foisil publie une étude consacrée au noble normand et mémorialiste Gilles de Gouberville, à partir du journal ou livre de raison que celui-ci a tenu pendant des années. Christian Jouhaud souligne que ce livre donne « force et tempérament à l'histoire de la quotidienneté »[16]. Claude Quétel évoque « la solidité d'une lecture sérielle alliée à la sensibilité chaleureuse d'une historienne dont on aimerait lire un jour quelque grande biographie »[17].

En 1986, Madeleine Foisil intitule le chapitre qu'elle rédige dans le tome 3 de l'Histoire de la vie privée, dirigée par Philippe Ariès et Georges Duby, « L'écriture du for privé ». Elle invente ainsi une expression promise à un bel avenir, qui désigne un type de sources, les livres de raison, journaux personnels et autres textes d'écriture de soi, que les historiens vont utiliser abondamment[18],[19] pour écrire une histoire de l'intime[20]. L'expression est construite à partir de la notion religieuse de for interne[21]. Selon Olivier Poncet, l'expression for privé « sert aujourd'hui de drapeau et de point de ralliement à toutes les entreprises qui visent à valoriser des écrits souvent extrêmement divers et qui ont en commun de porter ou de traduire une expression personnelle »[22].

Dans le cadre du séminaire de Pierre Chaunu à la Sorbonne, Madeleine Foisil prépare l'édition critique du journal de Jean Héroard[5], publiée en 1989. L'importance de la publication de cet ouvrage est soulignée[23],[24]. Selon le journal Le Monde, « jusqu'à l'immense opus proposé aujourd'hui par Madeleine Foisil, personne n'a vraiment lu Héroard »[25]. Jean-Pierre Poussou estime que Madeleine Foisil atteint « une sorte de perfection dans la présentation pleine d'affectivité, d'émotion mais aussi de retenue »[26]. Cette publication met en lumière la source unique que constitue le journal tenu par le médecin de Louis XIII, qui est ensuite l'objet de différentes études et fréquemment utilisé[27].

Autres ouvrages

modifier

En 1998, Madeleine Foisil publie avec Pierre Chaunu et Françoise de Noirfontaine un livre consacré au basculement religieux de Paris au XVIIIe siècle, qui s'inscrit dans le renouveau de l'histoire religieuse moderne[28]. Madeleine Foisil y étudie l'archevêque de Paris Christophe de Beaumont[29] et le journal Nouvelles ecclésiastiques[30].

En 2004, elle consacre un ouvrage à des « femmes de caractère » du XVIIe siècle. Ce livre est salué comme ouvrant « de nouvelles perspectives sur l’histoire des femmes »[31].

Madeleine Foisil meurt le à Cormeilles-en-Parisis dans le Val-d'Oise[1].

Distinctions

modifier

Principales publications

modifier

Éditions de sources

modifier
  • Madeleine Foisil (éd.), Mémoires du président Alexandre Bigot de Monville : Le Parlement de Rouen, 1640-1643, Paris, PUF, coll. « Publications de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Paris-Sorbonne / Recherches » (no 28), , 363 p. (ISBN 978-2233000231)[32]
  • Madeleine Foisil et al. (éd.), Journal de Jean Héroard, médecin de Louis XIII, Paris, Fayard, , 3123 p. (ISBN 978-2213023496)[26],[24].
  • Madeleine Foisil et al. (éd.), Le Journal du sire de Gouberville, Bricqueboscq, éditions des Champs, 1993-1994 (ISBN 978-2266999977, lire en ligne)[18].

Études

modifier
  • Madeleine Foisil, La révolte des Nu-pieds et les révoltes normandes de 1639, Paris, PUF, coll. « Publications de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Paris-Sorbonne / Recherches » (no 57), , 368 p. (ISBN 9782130778868, lire en ligne)[13],[14],[15].
  • Madeleine Foisil, Le sire de Gouberville, Paris, Aubier, coll. « Histoire », , 288 p.[16],[17]
  • Madeleine Foisil, « L'écriture du for privé », dans Philippe Ariès, Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée, t. 3 : De la Renaissance aux Lumières, Paris, Le Seuil, coll. « L'Univers historique », , 640 p. (ISBN 978-2020092937), p. 331-369[18].
  • Bernard Plongeron (dir.), Luce Pietri, J. Longère, Françoise Autrand et Madeleine Foisil, Le diocèse de Paris, t. 1 : Des origines à la Révolution, Paris, Beauchesne, coll. « Histoire des diocèses de France » (no 20), , 482 p.[33]
  • Madeleine Foisil, La vie quotidienne au temps de Louis XIII, Paris, Hachette, , 378 p. (ISBN 978-2010169205)[34]
  • Madeleine Foisil, L'enfant Louis XIII : L'éducation d'un roi 1601-1617, Paris, Perrin, , 263 p. (ISBN 9782262018863).
  • Pierre Chaunu, Madeleine Foisil et Françoise de Noirfontaine, Le basculement religieux de Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, coll. « Histoire », , 619 p. (ISBN 9782213600635)[29],[30].
  • Madeleine Foisil, Femmes de caractère au XVIIe siècle (1600-1650), Paris, Éditions de Fallois, , 238 p. (ISBN 9782877064965)[31]

Références

modifier
  1. a et b « Foisil Madeleine Marie Lucile », sur Relevé des fichiers de l'Insee, deces.matchid.io (consulté le ).
  2. Madeleine Foisil, « Le témoignage littéraire, source pour l'historien des mentalités. Un exemple : Jean de La Varende, 1887-1959 », Histoire, économie et société, vol. 3, no 1,‎ , p. 145–160 (DOI 10.3406/hes.1984.1353, lire en ligne, consulté le ).
  3. Madeleine Foisil, L'enfant Louis XIII : L'éducation d'un roi 1601-1617, Paris, Perrin, .
  4. Pierre Chaunu, « Mémoire vivante, mémoire présente. Victor-Lucien Tapie (1900-1974) et l'Université », Histoire, économie & société, vol. 2, no 3,‎ , p. 375–383 (DOI 10.3406/hes.1983.1472, lire en ligne, consulté le ).
  5. a et b Pierre Chaunu, « Le fils de la morte », dans Pierre Nora (dir.), Essais d'ego-histoire, Paris, Gallimard, , 369 p. (ISBN 9782070711727), p. 61-107.
  6. Denis Crouzet, « Conclusion : les Mardis de l’Histoire de Pierre Chaunu ou une part d’histoire engloutie », dans Denis Crouzet et Alain Hugon (dir.), Un historien dans ses lendemains : Pierre Chaunu, Caen, Presses universitaires de Caen, coll. « Symposia », , 334 p. (ISBN 978-2-38185-003-0, DOI 10.4000/books.puc.15457, lire en ligne), p. 263–272.
  7. « Front Matter », Histoire, économie et société, vol. 1, no 1,‎ (ISSN 0752-5702, lire en ligne, consulté le ).
  8. Nicolas Le Roux, « Histoire moderne », dans Yann Potin et Jean-François Sirinelli, Générations historiennes : XIXe – XXIe siècle, Paris, CNRS éditions, , 800 p. (ISBN 9782271121479), p. 545-555.
  9. Brice Evain, « Raconter la révolte : l’exemple des Nu-Pieds de Normandie (XVIIe – XVIIIe siècle) », Dix-septième siècle, vol. 275, no 2,‎ , p. 221 (ISSN 0012-4273 et 1969-6965, DOI 10.3917/dss.172.0221, lire en ligne, consulté le ).
  10. Déborah Cohen, « Ordres et Classes sous l'Ancien Régime », dans Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia et Nicolas Offenstadt (dir.), Historiographies.Concepts et débats, vol. 2, Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », , 1325 p. (ISBN 978-2-070-43928-7), p. 1140-1149.
  11. a et b Madeleine Foisil, La révolte des Nu-pieds et les révoltes normandes de 1639, Paris, PUF, coll. « Publications de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Paris-Sorbonne / Recherches » (no 57), (lire en ligne).
  12. Anne-Marie Piuz, « Sur les révoltes populaires en France au XVIIe siècle », Schweizerische Zeitschrift für Geschichte. Revue suisse d'histoire. Rivista storica svizzera, vol. 26,‎ , p. 177-183 (lire en ligne).
  13. a et b François Lebrun, « Madeleine Foisil, La Révolte des Nu-Pieds et les révoltes normandes de 1639 », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, vol. 77, no 2,‎ , p. 519–520 (lire en ligne, consulté le ).
  14. a et b Emmanuel Le Roy Ladurie, « Madeleine Foisil, La révolte des Nu-pieds et les révoltes normandes de 1639 », Annales, vol. 28, no 3,‎ , p. 795–799 (lire en ligne, consulté le ).
  15. a et b Guy Lemarchand, « A propos de la révolte des Va Nu-Pieds: Madeleine Foisil, La révolte des Nu-Pieds et les révoltes normandes de 1639 », Annales de Normandie, vol. 20, no 4,‎ , p. 331–342 (lire en ligne, consulté le ).
  16. a et b Christian Jouhaud, « Madeleine Foisil, Le Sire de Gouberville », Annales, vol. 39, no 3,‎ , p. 620–621 (lire en ligne, consulté le ).
  17. a et b Claude Quétel, « Un gentilhomme paysan en Basse-Normandie au XVIe siècle : Madeleine Foisil, Le Sire de Gouberville, préface de Pierre Chaunu », Annales de Normandie, vol. 31, no 3,‎ , p. 311–313 (lire en ligne, consulté le ).
  18. a b et c Nicole Lemaitre et Sylvie Mouysset, « Introduction », dans Lemaitre Nicole, Mouysset Sylvie (dir.), Entre mémoire et histoire : écriture ordinaire et émergence de l’individu : Actes du 134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, « Célèbres ou obscurs : hommes et femmes dans leurs territoires et leur histoire », Bordeaux, 2009, vol. 134, Paris, Editions du CTHS, coll. « Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques » (no 134-3), (lire en ligne), p. 3-9.
  19. Mathilde Chollet, « Les écrits du for privé dans le Haut-Maine à l’époque moderne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest. Anjou. Maine. Poitou-Charente. Touraine, nos 115-1,‎ , p. 133–158 (ISSN 0399-0826, DOI 10.4000/abpo.360, lire en ligne, consulté le ).
  20. Nicole Lemaitre, « Le for privé dans la correspondance officielle au XVIe siècle. Le cas du cardinal d’Armagnac (1530-1585) », dans Lemaitre Nicole, Mouysset Sylvie (dir.), Entre mémoire et histoire : écriture ordinaire et émergence de l’individu : Actes du 134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, « Célèbres ou obscurs : hommes et femmes dans leurs territoires et leur histoire », Bordeaux, 2009, vol. 134, Paris, Editions du CTHS, coll. « Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques » (no 134-3), (lire en ligne), p. 37-49.
  21. Jean-François Courouau et Sylvie Mouysset, « À la recherche des écrits du for privé du Midi de la France et de Catalogne », Annales du Midi, vol. 122, no 270,‎ , p. 165–173 (DOI 10.3406/anami.2010.7315, lire en ligne, consulté le ).
  22. Olivier Poncet, « Sylvie Mouysset. Papiers de famille. Introduction à l’étude des livres de raison (France, XV). Préface de François-Joseph Ruggiu », Bibliothèque de l'École des chartes, vol. 166, no 1,‎ , p. 267–269 (lire en ligne, consulté le ).
  23. Roger Chartier, Le jeu de la règle : Lectures, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, coll. « Études culturelles », , 288 p. (ISBN 979-10-300-0545-5, DOI 10.4000/books.pub.31166, lire en ligne), p. 49-54.
  24. a et b Chantal Gaulin, « Journal de Jean Héroard, médecin de Louis XIII. - Edité sous la direction de Madeleine Foisil », Journal d'agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, vol. 35, no 1,‎ , p. 330–330 (lire en ligne, consulté le ).
  25. « Le petit prince », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. a et b Jean-Pierre Poussou, « Madeleine Foisil et al. Journal de Jean Héroard, médecin de Louis XIII, 1989 », Annales de démographie historique, vol. 1991, no 1,‎ , p. 341–343 (lire en ligne, consulté le ).
  27. Marie-France Morel, « Époque moderne », Annales de démographie historique, vol. 102, no 2,‎ , p. 26-32 (ISSN 0066-2062 et 1776-2774, DOI 10.3917/adh.102.0026, lire en ligne, consulté le ).
  28. Lucien Bély, « Le projet européen d'une histoire internationale pour les Temps Modernes », dans Yann Potin et Jean-François Sirinelli, Générations historiennes : XIXe – XXIe siècle, Paris, CNRS éditions, , 800 p. (ISBN 9782271121479), p. 339-348.
  29. a et b Claude Bonnet, « Pierre Chaunu, Madeleine Foisil, Françoise de Noirfontaine : Le Basculement religieux de Paris au 18e siècle, 1998 », Dix-Huitième Siècle, vol. 31, no 1,‎ , p. 606–607 (lire en ligne, consulté le ).
  30. a et b Agnès Walch, « Pierre Chaunu, Madeleine Foisil, Françoise de Noirfontaine, Le basculement religieux de Paris au XVIIIe siècle, 1998 », Annales de démographie historique, vol. 1999, no 1,‎ , p. 224–225 (lire en ligne, consulté le ).
  31. a et b Mathieu Lemoine, « Madeleine Foisil, Femmes de caractère au XVIIe siècle. 1600-1650 », Histoire, économie et société, vol. 24, no 3,‎ , p. 445–446 (lire en ligne, consulté le ).
  32. André Corvisier, « Mémoires d'un parlementaire rouennais: Mémoires du président Alexandre Bigot de Monville. Le Parlement de Rouen : 1640-1643. Texte établi et annoté par Madeleine Foisil », Annales de Normandie, vol. 28, no 3,‎ , p. 320–321 (lire en ligne, consulté le ).
  33. Pierre Maraval, « Le diocèse de Paris. Tome 1 : Des origines à la Révolution. Sous la direction de Bernard Plongeron, avec la collaboration de L. Pietri, J. Longère, F. Autrand, M. Foisil, Paris, Beauchesne, 1987 (= Histoire des Diocèses de France , 20) », Revue d'histoire et de philosophie religieuses, vol. 68, no 3,‎ , p. 351–351 (lire en ligne, consulté le ).
  34. Jean-Jacques Bertaux, « Vie quotidienne : tel roi, tel peuple: Madeleine Foisil, La vie quotidienne au temps de Louis XIII », Annales de Normandie, vol. 43, no 3,‎ , p. 266–266 (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussi

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier