Maître de François de Rohan

enlumineur parisien

Le Maître de François de Rohan est un maître anonyme, enlumineur et dessinateur de gravures actif à Paris entre 1525 et 1546.

Maître de François de Rohan
Période d'activité
Autres noms
Maître de François Ier
Activité
EnlumineurVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail
Mouvement
Mécène

Il doit son nom au frontispice d'un manuscrit enluminé de la Fleur de vertu, un recueil de textes moraux traduit en français par François II de Rohan, sur lequel ce dernier est représenté. Peut-être d'origine suisse ou germanique et installé à Paris, il a peint de nombreux manuscrits pour de grands seigneurs ou prélats français.

Ses miniatures représentent des scènes vivantes et colorées, généralement encadrées de décors architecturaux imposants. Il a aussi créé des dessins de gravures sur bois insérées dans des livres imprimés à une époque où l'imprimerie prend le pas sur les manuscrits. Son succès est tel qu'il a contribué à plusieurs manuscrits royaux, dont un livre d'heures destiné à François Ier ainsi que des ouvrages destinés à sa sœur, Marguerite de Navarre.

Les historiens de l'art lui attribuent une vingtaine de décorations de manuscrits, ainsi que les gravures de cinq ouvrages du second quart du XVIe siècle et les volets latéraux d'un petit triptyque sur vélin. Il n'a jusqu'à présent fait l'objet d'aucune identification.

Constitution du corpusModifier

 
Frontispice de Fleur de Vertu représentant son traducteur, François II de Rohan.

Le style de cet artiste a été caractérisé pour la première fois par l'historienne de l'art et conservatrice à la British Library, Janet Backhouse, à partir d'un livre d'heures peint pour le roi François Ier. Elle le désigne alors sous le nom de convention de « Maître de François Ier »[1]. Le corpus de son œuvre est ensuite élargi à de très nombreux manuscrits enluminés et il est alors renommé « Maître de François de Rohan » par l'historien de l'art français et conservateur de la Bibliothèque nationale de France, François Avril. L'historienne de l'art américaine Myra Orth lui consacre un article monographique en 1998, lui attribuant une vingtaine d'œuvres au total[2].

Éléments biographiques et stylistiquesModifier

OriginesModifier

Plusieurs éléments caractéristiques du style de cet artiste suggèrent qu'il est d'origine germanique ou suisse. En effet, la représentation de personnages trapus, l'utilisation de cadres à l'architecture massive, agrémentés de putti rondouillards et les compositions très resserrées des miniatures rappellent l'enluminure allemande ou suisse et plus particulièrement celle qui est mise en œuvre à Bâle au cours des deuxième et troisième décennies du XVIe siècle. Il existait en effet des liens étroits entre Paris et cette ville suisse à l'époque. Il peut donc s'agir d'un Bâlois attiré à Paris, mais aussi d'un peintre parisien fortement influencé par les gravures provenant de cette région[3].

Lieu d'activité et commanditairesModifier

 
Marguerite de Navarre offrant son ouvrage à Anne de Pisseleu, duchesse d'Étampes et favorite de François Ier. Miniature tirée de La Coche ou débat d'amour, Musée Condé, Ms.522

S'il subsiste un doute sur ses origines, les œuvres auxquelles il a contribué indiquent clairement qu'il a été actif à Paris au moins de 1529 jusqu'à 1546, ces dates étant connues grâce à l'habitude de l'enlumineur d'inscrire l'année de réalisation de ses miniatures dans le cadre de l'image[4].

Sans doute à la tête d'un atelier, il répond, au cours des années 1530, à des commandes de grands seigneurs : il s'agit de Guillaume de Montmorency, général des finances du roi, de Nicolas Perrenot de Granvelle, chancelier de Charles Quint[5], Henri de Foix, seigneur de Lautrec et fils du maréchal de France Odet de Foix, mais aussi Yves Mahyeuc, évêque de Rennes et ancien confesseur de Louis XII. Alors au sommet de sa carrière, il est amené à travailler, à la fin des années 1530 et au début des années 1540, pour la cour royale française et particulièrement pour le roi François Ier pour lequel il peint un livre d'heures. Il réalise aussi des commandes pour la sœur de celui-ci, Marguerite de Navarre, ou encore pour un homme très proche du roi, le connétable Anne de Montmorency pour qui il enlumine un livre d'heures à la même époque que celui peint pour le roi. Il n'a, semble-t-il, pas été pour autant un peintre officiel et n'a jamais travaillé exclusivement pour la cour, répondant aussi à des commandes d'autres clients[6].

Caractéristiques de son styleModifier

L'artiste possède un style nettement différent des autres enlumineurs parisiens de son temps comme Noël Bellemare par exemple. Il se distingue par une grande inventivité, ainsi que par un intérêt pour la vie quotidienne. Il s'est fait une spécialité de la représentation des animaux qu'il utilise fréquemment pour rendre ses scènes plus vivantes. Il excelle particulièrement, selon Myra Orth, dans les scènes de chasse. Mais ce n'est pas pour autant qu'il les a observées in vivo pour les représenter, car il se contente fréquemment de les copier de modèles déjà largement diffusés dans les arts à l'époque et notamment par la gravure[7]. Les compositions de ces scènes sont constituées de différents plans disposés sous forme de bandeaux placés les uns au-dessus des autres, rappelant la perspective atmosphérique. Ce type de composition permet aussi de composer différents épisodes d'une même histoire, en jouant sur la taille des personnages, comme dans les scènes de la vraie croix des Heures de Saulx-Tavannes[8].

Le style particulier de cet artiste est reconnaissable dans l'exécution des personnages, qui sont généralement robustes, avec un visage rond, les hommes ayant le plus souvent un nez crochu[9]. Leur visage est généralement doux, avec des yeux en amande et légèrement tombants[10]. Son style est aussi identifiable par les encadrements architecturaux entourant chaque miniature et parfois la portion de texte située sur la même page. Ces décors, lourds et imposants, sont faits d'une grande variété d'éléments architecturaux : arabesques, candélabres, animaux, pilastres et colonnes, ainsi que de nombreux putti. À cette époque à Paris, la mode est pourtant encore aux encadrements floraux ou géométriques que le Maître utilise beaucoup plus rarement. Il n'utilise qu'à une occasion, dans les Heures de François Ier, un atlante et une cariatide, manifestant ainsi l'influence du style maniériste propre à la première école de Fontainebleau[11]. Enfin, le maître anonyme se distingue encore des autres ateliers d'enlumineurs de son époque par sa palette de couleurs : il utilise fréquemment des couleurs chaudes telles que le jaune, l'orange et les marrons. Il associe, par exemple, l'orange au bleu dans les Heures de Nicolas de Granvelle et dans le calendrier de Toulouse et utilise à la fin de sa carrière des couleurs nettement criardes[12].

L'échec de son identificationModifier

Bien qu'il existe des archives très abondantes au sujet des imprimeurs et libraires installés à Paris au XVIe siècle, il est très difficile de retrouver les noms des enlumineurs, car ils n'y sont mentionnés que de manière sporadique. En effet, nombre d'entre eux travaillaient ponctuellement pour plusieurs libraires à la fois. Seuls ces derniers, véritables maîtres d'œuvre des manuscrits enluminés, étaient au contact des commanditaires. Seul le nom du libraire est donc parfois mentionné, en général dans les documents de la comptabilité des aristocrates qui peuvent avoir été conservés. Un tel document mentionne le paiement des différentes copies manuscrites commandées à Paris par le chapelain de Marguerite de Navarre de son long poème La Coche ou débat d'amour, dont deux exemplaires ont été décorés par le maître anonyme et un assistant. Mais, dans ce document daté de janvier 1542, ni le nom des copistes ni le nom de l'enlumineur ne sont mentionnés, ni même celui du libraire qui les a embauchés pour cette tâche[13].

ŒuvreModifier

Œuvres majeuresModifier

Fleur de vertu, BNF Fr.1877Modifier

Ce manuscrit est la traduction d'un ouvrage moralisant écrit en italien au tout début du XIVe siècle par un certain frère Tommaso. Il contient 48 miniatures de grande taille, toutes attribuées au Maître de François de Rohan. Dans le frontispice du manuscrit, est représenté François de Rohan, archevêque de Lyon, présenté comme le traducteur de l'ouvrage. Il n'est pas fait mention du destinataire de l'ouvrage, mais la présence de la fleur de lys dans la main du prélat et la représentation des armes de France et Navarre ont fait penser qu'il avait pu appartenir à Marguerite de Navarre. Ce frontispice est directement inspiré de ceux des éditions vénitienne et florentine du livre à la fin du XVe siècle, même si l'enlumineur l'a adapté à son style par la disposition du paysage ou les traits du personnage. Les autres miniatures représentent les vices et les vertus décrits dans le texte, de manière anthropomorphique ou dans des scènes où des animaux symbolisent ces qualités ou ces défauts. C'est l'occasion pour l'enlumineur de peindre des scènes vivantes et colorées[4].

Heures de François Ier, Metropolitan Museum of ArtModifier

Un document comptable de 1538 indique que la somme de 45 livres est payée par le roi François Ier au copiste Jean Mallard pour la rédaction d'un livre d'heures qu'il doit faire ensuite enluminer. Il pourrait s'agir du présent manuscrit, acquis en 2011 par le Metropolitan Museum of Art de New York. Certaines inscriptions dans l'ouvrage font penser qu'il a appartenu à Marguerite de Navarre, ou qu'il a été décoré à son initiative. L'ouvrage contient 18 grandes miniatures dont deux avec le portrait du roi. Il s'agit tout d'abord d'une représentation de David, devant Bethsabée, au début des psaumes pénitentiels auquel le roi prête ses traits (f.67r). Puis d'un portrait du roi agenouillé devant saint Marcouf, auquel il vouait un culte particulier et qui était censé soigner des écrouelles comme le roi lui-même grâce à ses pouvoirs thaumaturges (f.89r). Le manuscrit constitue, selon Myra D. Orth, le chef-d'œuvre du maître anonyme[9]. Il y met en œuvre toutes les caractéristiques de son style, tels les personnages robustes, les encadrements architecturaux lourds et une palette aux couleurs chaudes[14].

Enluminures attribuéesModifier

Le Maître de François de Rohan a contribué à décorer les manuscrits les plus recherchés par les aristocrates de son temps, à savoir les livres d'heures manuscrits et enluminés. À cette époque, les personnes les plus riches ne se contentent pas de livres d'heures imprimés, mais cherchent à se procurer des ouvrages originaux enluminés à la main. Les miniatures du Maître se démarquent de celles des autres enlumineurs de l'époque par des sujets d'illustration originaux et des compositions vivantes[15]. Il contribue aussi à d'autres ouvrages comme un traité de chasse, des poèmes, des traductions d'ouvrages antiques ou italiens et des livres liturgiques pour des religieux. Il est aussi l'auteur des décorations d'exemplaires de présentation de tirages de livres imprimés, rehaussés de couleurs ou d'enluminures particulières. Il a ainsi décoré la première page de l'exemplaire destiné au roi de la première édition du De transitu hellenismi de Guillaume Budé[16], ainsi que l'exemplaire de la Grande Bible en anglais de 1539 destiné à Thomas Cromwell[17].

Enluminures attribuées[18]
Titre Date Lieu de conservation Description Exemple d'enluminure
Douze fragments d’un calendrier : les âges de la vie et les signes du zodiaque 1522 (après) (ou 1537 ?) Musée des Augustins de Toulouse (Acqs. 57.84.1-12) 12 miniatures recto-verso détachées d'un livre d'heures inconnu ou d'un psautier ayant appartenu à Philippe de Lévis (évêque de Mirepoix) aujourd'hui conservé à la bibliothèque municipale de Foix[19], 6,5 × 9,5 cm  
Guillaume Crétin, Débat entre deux dames sur le passetemps des chiens et des oiseaux 1527-1530 (vers) Cleveland Museum of Art (1991.157)[20], Morgan Library and Museum, New York (M.1176)[21] et collection particulière américaine Manuscrit démembré et 4 miniatures dispersées, 27 × 20,5 cm  
Livre d'heures pour Jacques Aubry, abbé de l'abbaye Saint-Pierre de Lagny[22] 1525-1530 Bibliothèque nationale autrichienne (Cod.1961)[23] Manuscrit de 117 folios, 10 miniatures dont 9 par le maître et son atelier, 14,5 × 10,5 cm  
Traité de chasse de Giovanni Pietro Belbasso 1531 (texte copié en 1510) British Library (Add.Ms.25092)[24] Une miniature en pleine page et 8 bordures avec les armes de Guillaume de Montmorency, 29,8 × 19,8 cm  
La Fleur de Vertu, traduit de l'italien par François II de Rohan, archevêque de Lyon 1530 Bibliothèque nationale de France (Fr.1877)[25] Manuscrit peut-être destiné à Marguerite de Navarre. 84 folios, 48 miniatures, 21,7 × 15,2 cm  
Heures de Nicolas Perrenot de Granvelle à l'usage de Besançon 1531-1532 British Library (Add.Ms.21235)[26] 5 miniatures 21,4 × 15 cm  
Livre d'heures à l'usage de Sarum[27] 1532 Collection particulière américaine, ancienne collection Cornelius J. Hauck, passée en vente chez Christie's, New York, le (lot 134)[28] Manuscrit peut-être commandé par un membre de la cour de France pour être offert à un membre de la cour d'Angleterre. 159 folios, 63 miniatures en pleine page attribuées pour la plupart au maître sauf deux attribuées au style de Noël Bellemare, 11 × 7,5 cm  
Heures de Guillaume et Claude de Saulx-Tavannes 1533 Bibliothèque de l'Arsenal (Ms.640)[29] Manuscrit de 107 folios, 22 grandes et 10 petits miniatures, 22,2 × 15,3 cm  
Registres des « foy, hommäiges et seremens de fidelité que ont faictz et prestez » à Henri de Foix, seigneur de Lautrec 1533-1534 Bibliothèque nationale de France (Fr.4800)[30] Manuscrit de 139 folios papier, 1 miniature de frontispice sur vélin, 29,8 × 20 cm  
Guillaume Budé, De transitu hellenismi, livre imprimé à Paris par Robert Estienne 1534-1535 Bibliothèque nationale de France (Rés.Vél.1177) Livre in octavo, imprimé, doté d'un frontispice enluminé.  
Histoire universelle de Diodore de Sicile 1534 Musée Condé, Chantilly (Ms.721)[31] Manuscrit de 182 feuillets, une miniature de frontispice attribuée à Jean Clouet et Noël Bellemare et 29 lettrines historiées attribuées au Maître de François de Rohan, 29 × 20 cm  
Pontifical d'Yves Mahyeuc 1530-1535 (vers) Bibliothèque de Rennes Métropole (M.1278)[32] Manuscrit de 116 folios, 3 petites miniatures, 18,2 × 12,4 cm  
Processionnal de Renée de la Tour pour le prieuré Saint-Louis de Poissy 1530-1535 (vers) Collection particulière californienne, passé en vente chez Sotheby's à Londres le , lot 78 6 miniatures attribuées au Maître, 12 × 7,5 cm
Livre d'heures à l'usage de Chartres 1536 Collection particulière, passé en vente chez Venator & Hanstein, Cologne le , lot 1181 10 miniatures attribuées pour l'essentiel à l'atelier
François Mangeard, Antiquités de Bourgogne pour Girard de Vienne 1539 Bibliothèque nationale de France (Fr.25208)[33] Manuscrit de 92 folios, 4 miniatures, 20,5 × 15 cm  
The Byble in Englyshe, autrement appelé Great Bible 1539 St John's College Library, Cambridge (Bb.8.30)[34] Exemplaire de présentation destiné à Thomas Cromwell de la Grande Bible en anglais, imprimé sur vélin avec les gravures sur bois mises en couleur et des enluminures ajoutées par le Maître[17].  
Heures d'Anne de Montmorency 1539 Collection particulière, passé en vente chez Ader Picard Trajan, , lot b, puis collection particulière américaine puis mis en vente chez Dr Jörn Günther Rare Books, Stalden[35] Manuscrit de 100 folios, 14 miniatures en pleine page et 21 petites miniatures, 23 × 13,5 cm  
Heures de François Ier 1539 Metropolitan Museum of Art, New York (2011.353)[36] Manuscrit de 93 folios, 18 grandes miniatures et 1 lettrine historiée, 20,8 × 14,6 cm  
Marguerite de Navarre, La Coche ou le débat d'amour, exemplaire offert à Anne de Pisseleu 1541 Musée Condé, Chantilly (Ms.522)[37] Manuscrit de 44 folios, 11 miniatures, 20 × 15 cm  
Marguerite de Navarre, La Coche ou le débat d'amour 1541 Bibliothèque bodléienne, Oxford (Douce 91)[38] Manuscrit de 11 miniatures, attribuées à l'atelier, 20 × 15 cm  
Évangiles de François Ier 1546 Bibliothèque nationale de Russie, Saint-Pétersbourg (Lat. Q.v.I, 204) Manuscrit des évangiles destinées au roi de France mais sans usage connu. Intervention du maître après une première campagne d'enluminures d'Étienne Collault en 1525[39]. 11 miniatures en pleine page et 76 petites dont 33 attribuées au Maître et d'autres à son atelier, 26,8 × 19,2 cm  

Dessins de gravures sur boisModifier

Le style des dessins de l'enlumineur a été rapproché de plusieurs gravures sur bois réalisées à Paris entre 1519 et 1540. Si le peintre n'est sans doute pas l'auteur de ces gravures qui demandent une technicité bien différente de celle de l'enluminure, il est probablement l'auteur des dessins ayant servi de modèle à ces gravures sur bois[16].

Si la diffusion de la gravure se répand considérablement à l'époque et que le Maître y participe lui-même, ce nouveau médium contribue à influencer la miniature de son temps : de fait, les compositions de l'artiste sont à plusieurs reprises influencées par des gravures diffusées à cette époque à Paris. Il est en effet amené à copier certaines des gravures présentes dans le livre d'heures que Geoffroy Tory fait imprimer à Paris en 1525 dans un livre d'heures manuscrit cette fois-ci écrit à l'usage de l'abbaye Saint-Pierre de Lagny. Il se détache tout de même par plusieurs aspects du style vénitien des gravures originales[40]. De la même façon, les 63 miniatures du livre d'heures à l'usage de Sarum (coll. part.) sont inspirées des gravures placées dans différents livres d'heures suivant le même rite imprimés au cours des années 1520 et 1530 à Paris, sans pour autant en constituer des copies serviles[41].

Gravures attribuées[18]
Titre Date Édition Description des gravures Exemple de gravure
Guillaume Budé, Commentarii Linguae Graecae 1529 Chez Josse Bade, Paris Encadrement du frontispice  
Arnoul et Simon Gréban, Le Premier volume du triumphant mystere des Actes des Apostres 1538 Chez Nicolas Couteau, Paris, réédité chez les Angeliers frères, Paris en 1540 puis en 1541 6 gravures, 27 × 17,5 cm  
The Byble in Englyshe, autrement appelé Great Bible 1539 Chez P. Regnault, Paris Dessin du frontispice attribué au Maître[17], 43 cm.  
Biblia picturis illustrata 1540 Chez P. Regnault, Paris, réutilisées dans une bible latine chez Bonhomme et Kerver, Paris, 1551 Au moins 5 gravures attribuées au Maître, 6,5 × 4,5 cm  
Jean Milles de Souvigny, De Praxis criminis persequendi 1541 Chez Simon de Colines pour Les Angeliers frères, à Paris 11 des 13 miniatures attribuées au Maître, 30,5 × 20 cm  

TableauModifier

 
Triptyque de dévotion, 44 × 28,5 cm, collection particulière.

Aucune peinture sur bois n'est attribuée au Maître de François de Rohan, mais un petit triptyque peint sur vélin et apparu à l'occasion d'une vente publique en 2013 lui a été, en partie, attribué. Le panneau central, représentant la Pentecôte avec en son centre la Vierge vêtue d'un manteau fleurdelisé, est attribué à l'enlumineur parisien Étienne Collault. Les panneaux latéraux sont attribués au Maître de François de Rohan, représentant Charlemagne, et Augustin d'Hippone, aux traits caractéristiques du maître. Ce type de tableau, destiné à la dévotion privée, et le choix des personnages représentés, indiquent qu'il était probablement destiné à un membre de la cour royale[42].

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) Myra D. Orth, « The Master of François de Rohan : A Familiar French Renaissance Miniaturist with a New Name », dans Michelle P. Brown et Scott McKendrick, Illuminating the Book : Makers and Interpreters, Essays in Honour of Janet Backhouse, London, Toronto, The British Library, University of Toronto Press, , p. 69-91
  • (en) Kay Sutton, « Sources and the Sarum Hours Illuminated by the Master of François de Rohan », dans Mara Hofmann, Eberhard König, Caroline Zöhl, Quand la peinture était dans les livres. Mélanges en l'honneur de François Avril, Turnhout, Brepols, , 504 p. (ISBN 978-2-503-52356-9), p. 331-343
  • (en) Yassana Croizat-Glazer, « Sin and Redemption in the Hours of François I (1539–40) by the Master of François de Rohan », The Metropolitan Museum Journal, vol. 43,‎ , p. 121-142 (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. (en) Janet Backhouse, « Two Books of Hours of Francis I », The British Museum Quarterly, no 31,‎ , p. 90-96 (JSTOR 4422968).
  2. Orth 1998, p. 69.
  3. Orth 1998, p. 72.
  4. a et b Orth 1998, p. 72-73.
  5. Notice du site Les Enluminures.
  6. Orth 1998, p. 70.
  7. Orth 1998, p. 73-74.
  8. Orth 1998, p. 79.
  9. a et b Orth 1998, p. 80.
  10. Croizat-Glazer 2013, p. 125.
  11. Orth 1998, p. 81.
  12. Orth 1998, p. 81-82.
  13. Orth 1998, p. 70-71.
  14. Croizat-Glazer 2013, p. 121-125.
  15. Orth 1998, p. 76-77.
  16. a et b Orth 1998, p. 82.
  17. a b et c (en) Myra D. Orth, « The English Great Bible of 1539 and the French Connection », dans Susan L’Engle, Tributes to Jonathan J. G. Alexander: The Making and Meaning of Illuminated Medieval and Renaissance Manuscripts, Art, and Architecture, Londres, Harvey Miller, p. 171–184.
  18. a et b Orth 1998, p. 84-85.
  19. Jeanne Bayle, « Les livres liturgiques de Philippe de Lévis, évêque de Mirepoix de 1497 à 1537 », Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, t. LXIII,‎ , p. 161-186 (lire en ligne, consulté le 2 mai 2015).
  20. « Notice », sur ClevelandArt (consulté le 26 avril 2015).
  21. « Notice du ms », sur Morgan Library (consulté le 26 avril 2015).
  22. Stéphanie Deprouw, Olivier Halévy et Magali Vène, « À l’Enseigne du Pot Cassé : Des Livres d’heures d’un genre nouveau », dans Stéphanie Duprouw et al, Geoffroy Tory : Imprimeur de François Ier ; graphiste avant la lettre : catalogue d'exposition du Musée National de la Renaissance, Château d’Ecouen, Paris, Réunion des Musées Nationaux, , p. 41.
  23. « Notice du catalogue », sur ÖNB (consulté le 26 avril 2015).
  24. « Notice du catalogue », sur British Library (consulté le 26 avril 2015).
  25. « Reproduction et notice », sur Gallica (consulté le 14 mai 2015).
  26. « Notice du catalogue », sur British Library (consulté le 26 avril 2015).
  27. « Notice du lot 134 de la vente 1734 du 27 juin 2006 à New York », sur Christie's (consulté le 29 avril 2015).
  28. « Sale 1769 - lot 134 », sur Christie's (consulté le 2 mai 2015).
  29. « Notice et reproduction », sur Gallica (consulté le 26 avril 2015).
  30. « Notice du catalogue », sur BNF (consulté le 26 avril 2015).
  31. « Notice », sur Base Calames (consulté le 26 avril 2015).
  32. « Notice et reproduction », sur Tablettes rennaises (consulté le 26 avril 2015).
  33. « Notice du catalogue », sur BNF (consulté le 26 avril 2015).
  34. « Notice de l'ouvrage », sur Newton Library Catalogue (consulté le 10 mai 2015).
  35. « The Hours of Montmorency, Paris, 1539 - Archive », sur Dr Jörn Günther Rare Books (consulté le 26 avril 2015).
  36. « Notice du ms », sur Metropolitan Museum (consulté le 26 avril 2015).
  37. « Notice du ms », sur Calames (consulté le 26 avril 2015).
  38. « Reproduction des miniatures », sur Bodleian Library (consulté le 26 avril 2015).
  39. Marie-Blanche Cousseau, Autour d'Étienne Collaud. Recherche sur les enlumineurs à Paris sous le règne de François Ier : Thèse de doctorat, t. 1, EPHE, , p. 269
  40. Orth 1998, p. 78.
  41. Sutton 2007, p. 331-339.
  42. « Lot 28 de la vente du 3 décembre 2013 à Londres », sur Sotheby's (consulté le 30 avril 2015).
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 6 juin 2015 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 6 juin 2015 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.