Pontifical romain

Le Pontifical romain (latin : Pontificale Romanum) est un livre liturgique de l'Église catholique romaine contenant les rites suivis par les évêques[1].

Le Pontifical est un rite épiscopal contenant des rubriques et des formules (chants, lectures, prières, et même des indications pour les gestes) sur les sacrements et les sacramentaux qui peuvent être célébrés par un évêque, notamment la consécration du Saint chrême, ou encore les sacramentaux de l'ordination sacerdotale. Cependant, il n'inclut pas les rites relatifs à la messe ou aux offices qui peuvent être trouvés respectivement dans le Missel romain et dans la Liturgie des Heures.

Parce que l'utilisation de l'adjectif pontifical renvoie généralement au Pape, les gens pensent parfois que son utilisation est réservée au chef de l'Église catholique. Or précisément, ce livre est à destination de l'ensemble des évêques dont le pape fait partie, en tant qu'évêque de la ville de Rome. Mais pour autant, l'utilisation de ce livre n'est pas l'exclusivité des évêques mais, en accord avec le droit canonique actuel de l'Église catholique, peuvent aussi être utilisés dans certaines circonstances par d'autres personnes comme les abbés.

Le Pontifical a pour principales sources des textes et rubriques qui existaient dans les anciens sacramentaux et l'Ordines Romani et qui furent agrégés ensemble dans un unique ouvrage par commodité de réalisation des offices par les évêques. Les Pontificaux les plus anciens datent de la fin du IXe siècle. Depuis le milieu du Xe siècle, une compilation assez particulière, connue des historiens comme le Pontifical romano-germanique, deviendra une référence et sera recopiée de nombreuses fois[2]. Néanmoins, ces Pontificaux manuscrits donnèrent naissance à de nombreuses variantes et un pontifical peut assez facilement être interprété de différentes manières comme un Liber Pontificalis, Liber Sacramentorum, Liber Officialis, Ordinarium Episcopale ou encore un bénédictionnaire.

Durant le pontificat de Clément VIII, une version standardisée fut publiée, contenant l'ensemble du rite catholique romain, sous le nom de Pontificale Romanum[3]. Elle fut réimprimée par les autorités avec des nombreuses variantes[4] jusqu'en 1962[5] où son contenu fut grandement réformé en accord avec les décisions du Concile Vatican II.

Cet ouvrage ne doit pas être confondu avec la collection des annales papales intitulée Liber Pontificalis, compilée pour la première fois vraisemblablement vers le Ve ou VIe siècle.

Chrétiens d'OrientModifier

 
Un servant d'autel présentant l' Archieratikon au Patriarche orthodoxe russe de Moscou.

Dans les Églises orthodoxes et les Églises catholiques orientales, l'équivalent du Pontifical est l'Archieratikon (grec ancien : Ἀρχηιερατικόν ; slavon : Чиновникъ Činovnikŭ). Ce livre est souvent imprimé dans un large format et contient les rites d’ordination, de la consécration de l'église mais aussi les parties des Vêpres, des Matines, et de la Divine Liturgie qui concernent exclusivement l'activité des évêques.

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Roman Pontifical » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) Christopher Coredon, A Dictionary of Medieval Terms & Phrases, Woodbridge, D. S. Brewer, , 223 p. (ISBN 978-1-84384-138-8).
  2. A convenient though partial and outdated list is given by Victor Leroquais, Les pontificaux. Manuscrits des bibliothèques publiques de France, 4 vols. (1937).
  3. See the photographic reprint: M. Sodi & A.M. Triacca (edd.), Pontificale Romanum, editio princeps (1595-1596), Libreria Editrice Vaticana, Città del Vaticano, 1997.
  4. Une version publiée par le Pape Léon XIII est retranscrite ici.
  5. See the photographic reprint: A. Ward & C. Johnson (edd.), Pontificale Romanum, reimpressio editionis iuxta typicam anno 1962 publici iuris factae, CLV-Edizioni Liturgiche, Roma, 1999.