Putto

figure d'enfant joufflu, parfois ailé

Un putto (au pluriel : putti) est un enfant nu dans les représentations artistiques. C'est notamment un terme de l'ornementation architecturale italienne qui désigne sur une façade la statue d'un nourrisson joufflu et moqueur. Il s'agit presque toujours d'un garçon.

Putto, détail d'une fresque d'Andrea Mantegna au palais ducal de Mantoue (1474).
La Danse, allégorie, œuvre de Jules Herbays vers 1912. Une jeune femme danse entourée de trois putti ; l’un des putti agite un tambourin.

Un art de la RenaissanceModifier

Les putti se trouvent essentiellement sur les monuments de la Renaissance italienne (la Renaissance florentine les appelle spiritelli), en particulier sur tous les bâtiments relevant du baroque sicilien, dont ils constituent l'une des caractéristiques principales[1].

Le personnage du putto (ainsi que celui des ignudi ) est inspiré de l'art de la Grèce antique et des genii romains, et fut donc redécouvert et utilisé au début du Quattrocento. Ce sont des anges symbolisant l'amour, à ne pas confondre toutefois avec Cupidon (ou Éros)[2].

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Un art populaire égalementModifier

 
Putto du retable de saint Jean-Baptiste dans l'église Notre-Dame de Lampaul-Guimiliau.

Putti et ignudi, enfants et éphèbes nus, sont aussi des motifs de décoration dans bon nombre d'églises ou de chapelles, construites lors de la Renaissance ou peu après, par exemple en Bretagne : on en voit sur les sablières de l'église Notre-Dame de Bodilis, de l'église Sainte-Nonne de Dirinon, de l'église Saint-Tugdual de Combrit, de l'église Saint-Pierre de Gaël, de l'église Saint-Thomas de Landerneau, de la chapelle Saint-Claude à Plougastel-Daoulas, ou sur le retable de l'église de Plonévez-du-Faou, etc.[2].

En musiqueModifier

La chanteuse Juliette fait référence aux puttini (petits putti) dans sa chanson le Congrès des chérubins.

Notes et référencesModifier

  1. (en) John Shannon Hendrix et Charles H. Carman, Renaissance: Theories of Vision, Ashgate Publishing, , p. 117.
  2. a et b Bernard Rio, Le cul bénit. Amour sacré et passions profanes, Coop Breizh, (ISBN 978-2-84346-582-6)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier