Maé-Bérénice Méité

patineuse artistique française
(Redirigé depuis Maé-Bérénice Meité)

Maé-Bérénice Méité née le à Paris est une patineuse artistique française, sextuple championne de France dans la catégorie élite (2014, 2015, 2016, 2018, 2019 et 2020). Elle est également championne de France junior en 2008 et 2009.

Maé-Bérénice Méité
Image illustrative de l’article Maé-Bérénice Méité
Maé Bérénice Méité lors des Internationaux de France 2018
Situation actuelle
Équipe ES Vitry Patinage
Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (29 ans)
Lieu Paris
Taille 1,65 m (5 5)
Parcours
Club actuel ES Vitry Patinage
Entraîneur Katia Krier
Chorégraphe Karine Arribert
Meilleurs scores ISU
Score total174.53 Jeux olympiques d'hiver de 2014
Programme court61.62 Championnats du monde de patinage artistique 2014
Programme libre115.9 Jeux olympiques d'hiver de 2014

Biographie

modifier

Enfance

modifier

Maé-Bérénice Méité découvre le patinage artistique à l'âge de cinq ans au centre aéré de Vitry-sur-Seine. Elle y prend goût et participe rapidement à ses premières compétitions. Dès l'âge de 13 ans, elle maîtrise quatre triples sauts différents. Son sens artistique s'exprime également dans la pratique parallèle du violon.

Elle fait des études de management de 2015 à 2021 à l'Université de Montpellier.

Saison 2008/2009

modifier

C'est la saison qui va faire découvrir Maé-Bérénice Méité auprès du grand public. Alors qu'elle ne participe que pour la deuxième fois aux championnats de France élite, organisés à Colmar en , elle devient vice-championne de France 2009. Elle n'a alors que 14 ans, et devient la dauphine de Candice Didier.

Ce bon résultat va lui permettre d'être choisie par la FFSG (Fédération française des sports de glace) pour représenter la France aux championnats du monde junior de à Sofia où elle prend la 12e place. Le meilleur résultat d'une patineuse française sur cette compétition depuis 1997.

Saison 2009/2010

modifier

Aux championnats de France à Marseille en , elle confirme ses bons résultats de l'année passée en obtenant, pour la seconde année consécutive, une médaille d'argent derrière la toute jeune Léna Marrocco. C'est cette dernière qui est sélectionnée par la Fédération pour participer aux championnats du monde junior à La Haye en , privant ainsi Maé-Bérénice de cette compétition internationale.

Saison 2010/2011

modifier
 
Maé-Bérénice Meité au Trophée Éric Bompard 2010

En , elle patine pour la première fois à des épreuves du Grand Prix ISU senior ; d'abord au Skate America (8e) puis au Trophée Éric Bompard (9e). En décembre, elle perd une place sur le podium des championnats de France à Tours en ne prenant que la médaille de bronze, derrière Yrétha Silété et Lénaëlle Gilleron-Gorry.

La fédération la sélectionne néanmoins pour participer à ses premiers championnats d'Europe, en janvier 2011 à Berne. Elle passe brillamment le cap des qualifications à la 2e place, et termine 9e de la compétition. Il s'agit du meilleur classement européen d'une patineuse française depuis 2002. Cela va permettre à la France d'avoir deux représentantes féminines pour ces championnats à la saison prochaine.

Trois mois plus tard, au mois d'avril, elle participe pour la première fois aux championnats du monde seniors à Moscou. Après avoir remporté les qualifications et terminé 11e du programme court, elle se classe 14e du classement final, ce qui constitue le meilleur résultat d'une patineuse française aux Championnats du Monde seniors depuis 2002.

Saison 2011/2012

modifier

Maé-Bérénice Méité participe en octobre au Nepela Trophy à Bratislava qu'elle remporte. Une semaine plus tard elle remporte les masters de patinage. Fin octobre elle participe à la Coupe de Nice où elle finit à la 4e place. En novembre, elle participe à deux épreuves du Grand Prix ISU, le Trophée NHK (7e) et le Trophée Bompard (6e). Un mois plus tard, lors des championnats de France organisés à Dammarie-lès-Lys, elle échoue une nouvelle fois pour la conquête du titre et doit se contenter de la médaille d'argent, derrière Yrétha Silété.

Sélectionnée pour participer aux championnats d'Europe de janvier 2012 à Sheffield, elle descend de 4 places par rapport à la saison précédente et doit se contenter de la 13e position, derrière la championne de France Yrétha Silété qui est 9e. La France n'ayant qu'une seule place pour les championnats du monde de mars 2012 à Nice, Maé-Bérénice Meité n'est donc que remplaçante pour cette compétition.

Saison 2012/2013

modifier

Pour le Grand Prix ISU, elle se classe 6e du Skate America en octobre. Pour le Trophée Bompard en novembre, elle se classe 5e[1]. Le mois suivant aux championnats de France élites à Strasbourg, elle rate le titre qui lui était promis, en l'absence d'Yrétha Silété, et doit se contenter pour la quatrième fois de la médaille d'argent. Elle laisse l'or à Anaïs Ventard.

Aux championnats d'Europe de janvier 2013 à Zagreb, elle réintègre le top 10 continental en prenant la 10e place. Deux mois plus tard aux championnats du monde de mars 2013 à London, elle bat tous ses records personnels et se classe 11e.

Saison 2013/2014

modifier

Méité a remporté son premier titre national senior aux Championnats de France 2014 . Elle a été sélectionnée pour représenter la France aux Jeux olympiques d'hiver de 2014 à Sotchi , où elle a terminé dixième.

Saison 2014/2015

modifier

En février 2021, Maé-Bérénice Méité participe aux championnats du monde de patinage et se classe quatrième (166.01 points)[2]. Après la suspension par Safesport de son entraineur John Zimmerman en mars 2021 pour violences dans le sport, elle travaille à Grenoble avec Françoise Bonnard[3].

Lors du programme court du championnat du monde à Stockholm, Maé-Bérénice Méité se brise le tendon d'Achille[4]. La blessure la contraint à l'abandon[5].

En juillet 2021, en tant qu'athlète féminine noire et physiquement différente des patineuses habituelles[6], elle est interviewée dans l'émission estivale de France Inter Parcours de combattants par Nassira El Moaddem sur le sujet de la norme. L'émission fait notamment écho au meurtre de George Floyd, qui pousse l'athlète à utiliser la force de sa voix, amplifiée par son palmarès, pour s'exprimer[7].

Jeux Olympiques

modifier

Jeux Olympiques de 2014

modifier

En février 2014, Maé-Bérénice Méité se classe 10e aux Jeux Olympiques de Sotchi. Elle est vue comme la nouvelle Surya Bonaly, du fait de son talent, sa couleur de peau et son physique atypique[8].

On estime à 3900 euros le budget de l'athlète pour ses quatre costumes[9].

Jeux Olympiques de 2018

modifier

Aux Jeux Olympiques de 2018, Maé-Bérénice Méité performe pour le programme court femme sur les chansons de Beyoncé, Halo et Who run the world (girls!)[10],[11]. Elle arrive en 19e position en individuel.

Son équipe se classe 10e.

Palmarès

modifier
Compétition/Saison 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023 2024
Jeux olympiques d'hiver 10e 19e
Championnats du monde 14e 11e 15e 10e 25e CA A
Championnats d'Europe 9e 13e 10e 5e 6e 6e 16e 8e 7e 9e CA
Championnats de France 5e 2e 2e 3e 2e 2e 1re 1re 1re 2e 1re 1re 1re F F 4e F
Championnats du monde juniors 12e CA
Grand Prix ISU 2007/08 2008/09 2009/10 2010/11 2011/12 2012/13 2013/14 2014/15 2015/16 2016/17 2017/18 2018/19 2019/20 2020/21 2021/22 2022/23 2023/24
Skate America 8e 6e 6e 9e
Skate Canada CA 12e
Trophée de France 9e 6e 5e 5e 5e 11e 7e 8e 8e 10e CA F 8e
Coupe de Russie 11e
Trophée NHK 7e F 10e 11e
Légende : F = Forfait ; A = Abandon ; CA = Compétitions annulées à cause de la pandémie de Covid-19

Galerie d'images

modifier

Liens externes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Références

modifier
  1. « J'ai pris beaucoup de plaisir! », sur leparisien.fr, (consulté le )
  2. « Romain Ponsart et Adam Siao Him Fa sur le podium à La Haye », sur L'Équipe, (consulté le )
  3. « L'entraîneur John Zimmerman suspendu suite à l'affaire Morgan Ciprès », sur L'Équipe, (consulté le )
  4. AFP, « Championnats du monde : Maé-Bérénice Méité se blesse au bout de quelques seconde », sur www.eurosport.com, (consulté le )
  5. « Rupture d'un tendon d'Achille pour Maé-Bérénice Meité », sur L'Équipe, (consulté le )
  6. « Anatomie d'une Patineuse: Les pouvoirs de Mae Berenice Meite », sur Olympics.com, (consulté le )
  7. Nassira El Moaddem, « Maé Bérénice Meité : "Vouloir entrer dans la norme, c'est se dénaturer" », sur www.franceinter.fr, (consulté le )
  8. Arnaud Detout, « C'est la nouvelle Surya Bonaly », sur leparisien.fr, (consulté le )
  9. AFP, « JO: les costumes et paillettes du patinage artistique », sur LExpress.fr, (consulté le )
  10. « Beyoncé - sur glace ! Meite rend hommage à Queen B | Lundis Musicaux », sur Olympics.com, (consulté le )
  11. (en) Owen Myers, « Beyoncé on ice! How pop gave new life to figure skating », sur the Guardian, (consulté le )