Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Mélitène
Exercitus romanus 80AD png.png

Le fort de Mélitène en 80 (n°20)

Période d'activité
Localité moderne
Unité présente
Dimension du fort
510x360 mètres, pour environ 18,36 ha[1]
Province romaine
Batailles environnantes
Inconnues

Mélitène (en grec byzantin Μελιτηνή), appelée originellement Arslantepe, est une ville qui fut successivement hittite, assyrienne, puis romaine. Les Assyriens l’appelaient Meliddu. Selon Strabon, elle était « connue des anciens sous le nom de Mélitène », nom qu’adopteront les Romains ; elle constituait alors l’une des dix provinces de la Cappadoce. Située sur les rives d’un affluent de l’Euphrate, à la tête des routes allant d’Asie Mineure en Mésopotamie, elle fut transformée en forteresse abritant les XIIe et XVIe légions romaines. Capturée par les Arabes en 638, elle servit de base à leurs attaques contre l’Empire byzantin. Les Byzantins attaquèrent la ville à leur tour et ne réussirent à la conquérir qu’en 934. Dévastée par les Turcs seldjoukides en 1058, elle fut conquise par les Ottomans en 1515. Le site de l’ancienne ville se trouve à quelques kilomètres de l’actuelle ville de Malatya, capitale de la province turque du même nom.

Sommaire

Périodes hittite et assyrienneModifier

D’après Pline, la cité aurait été fondée par la reine Sémiramis près de l’Euphrate[2]. Les débuts de la bourgade, alors appelée Arslantepe (« la colline du lion »), à quelques kilomètres de la ville moderne de Malatya, correspondent au développement de l’agriculture dans le Croissant fertile, il y a plus de 6 000 ans. À l’Âge du bronze, elle devint le centre d’une région administrative du royaume dit de « Isuwa ». Elle fut alors fortifiée, probablement pour se prémunir des attaques hittites venant de l’ouest, lesquels intégreront la Cappadoce à leur empire au XIVe siècle av. J.-C. En langue hittite, melid ou melit signifie « miel » ce qui pourrait expliquer l’étymologie de « Mélitène ». On retrouve le mot sous plusieurs formes dans les sources de l’époque : hittite = Mallidiya[3] et possiblement Midduwa[4]; accadien = Meliddu [5] et urartien = Melitea. Une autre explication est que le nom dériverait de celui de la rivière Melas qui se jette dans l’Euphrate[6].

Vers 1200 av. J-C., l’Empire hittite, envahi par les Peuples de la Mer et les Phrygiens, éclate en un ensemble de principautés, parmi lesquelles Milid. La ville devint le centre du nouvel État de Kammanu; elle conserva les traditions hittites. Les chercheurs ont découvert un palais à l’intérieur des murs de la ville dont les lions et statues du souverain constituent de beaux exemples de l’art hittite de l’époque.

Le souverain assyrien Téglath-Pahlasar Ier(1115-1077 av. J.-C.) conquit la Cappadoce vers 1110 av. J.-C. et obligea le royaume de Malidya à verser un tribut à l’Assyrie. La cité continua toutefois à prospérer et prit part aux coalitions fomentées par les rois d'Urartu contre l’Assyrie. Le roi Sargon II (722-705) finira par s’en emparer en 712 av. J.-C. À la même époque, les Cimmériens et les Mèdes envahirent l’Asie mineure et la ville commença à décliner; le site continua toutefois à être occupé pendant la période hellénistique et la période romaine. Selon Strabon, la ville était connue des anciens sous le nom de Mélitène[7]. En 546 av. J.-C. la Cappadoce est conquise par Cyrus le Grand qui l’intègre à l’Empire perse[8]. Bien que vassale de l’Empire perse, la Cappadoce continue à être gouvernée par ses propres dirigeants jusqu’en 330 av. J.-C. alors qu’elle devient indépendante sous le roi Ariarathe Ier qui reconnait la suzeraineté symbolique d’Alexandre le Grand.

Période romaineModifier

Le royaume de Cappadoce, gouverné par la maison d’Ariobarzanes (95-36 av. J.-C.) [9] devint un client de Rome en 63 av. J.-C. et s’allie aux Romains contre les Séleucides[10]. Suite à la disgrâce du roi Archélaos, la Cappadoce est intégrée par Tibère à l’Empire romain et devint une province impériale avec les régions du Pont et de l’Asie mineure; les Romains y construisent des forts militaires pour la défense du secteur septentrional du limes oriental. Selon Tacite, le gros des troupes romaines sous la direction de Gnaeus Domitius Corbulon aurait été concentré aux alentours de Mélitène[11]. Une fois la guerre civile et la Première Guerre judéo-romaine terminées, Mélitène (quoique sur un site différent) devint la base de la légion XII, dite Fulminata, dont la mission était de surveiller la province de Cappadoce[12], alors que la seconde (Flavia Firma) était située à Salata. Elle contrôlait alors l’accès du sud de l’Arménie et du Haut-Tigre; elle y restera jusqu’à la fin du IVe siècle si l’on en croit la Notitia Dignitatum[13]. Elle constituait la fin de la grande voie de circulation à l’est de Césarée et attira une population civile importante, ce qui lui valut de recevoir le statut de « cité » sous Trajan au début du IIe siècle av. J.-C.[12] qui l’annexa à la nouvelle province d’Arménie, avec la Grande-Arménie et la Sophène[14]. Elle était reconnue pour les monnaies impériales qui y étaient battues du IIIe siècle au Ve siècle.

Procope décrit avec admiration ses temples, agoras et théâtres dont il ne reste malheureusement rien aujourd’hui. Sous Dioclétien, elle réapparut en tant que province distincte du diocèse du Pont[15] et devint le centre de la province de l’Arménie Mineure ou Arménie Inférieure, également appelée Petite-Arménie (en arménien Փոքր Հայք) lorsqu’il divisa la province de Cappadoce en deux nouvelles provinces : l’Arménie première avec sa capitale à Sebasteia (aujourd’hui Sivas) et l’Arménie seconde avec sa capitale à Mélitène[16].

Au Moyen ÂgeModifier

Des réformes administratives conduites sous Justinien (527-565) abrogèrent les lois coutumières locales et réorganisèrent la région en Arménie II et Arménie III afin de fondre l’élément arménien dans l’élément grec[17]. Les murailles de la cité furent construites au VIe siècle sous les empereurs Anastase (emp. 491-518) et Justinien (emp. 527-565)[18]. Celles qui subsistent aujourd’hui datent dans leur ensemble de la période arabe, probablement du VIIIe siècle quoiqu’elles incorporent divers éléments de constructions plus anciennes[19].

Justinien, comme son successeur, Justin II (emp. 565-578), dut faire face aux Perses dont le roi Khosro Ier envahit l’Arménie romaine; n’ayant pu s’emparer de Theodosiopolis (Erzeroum), il se dirigea vers la Cappadoce où il dut affronter les forces romaines près de Mélitène. Défait par ces dernières, il dut repasser l’Euphrate et subit en 575 la plus grande défaite infligée aux Perses pendant ces guerres[20],[21].

La ville fut conquise par les forces du califat de Rashidun en 638 et servit de base pour leurs incursions au cœur de l’empire byzantin, lesquelles se poursuivirent sous les Abbassides. Constantin V réussit à prendre brièvement Mélitène à l’été 741, puis la reprit en 751 de même que Théodosiopolis; les habitants de ces villes furent déportés en Thrace, les musulmans dispersés à travers le territoire et les murs de la ville rasés [22],[23],[24]. En 760, le calife Al-Mansour s’empara de la ville et lui redonna une partie de l’importance qu’elle avait perdue. Renommée Malatya, la ville se développa au IXe siècle sous l’émir autonomiste Omar al-Aqta qui s’opposa aux forces de l’Empire byzantin jusqu’à ce qu’il soit défait et tué lors de la bataille de Lalakaon en 863[25]. Mélitène devint alors le refuge de nombreux Pauliciens[N 1] qui combattirent par la suite dans les rangs arabes contre les Byzantins. Basile Ier (811-886) tenta de s’emparer de la ville dans le cadre de sa lutte contre les Pauliciens que l’émir de Mélitène avait pris sous sa protection, mais sans succès[26],[27].

Elle ne devait être conquise qu’en 931 lorsque le général Courcouas inaugura sa grande campagne d’Orient en Arménie et en Mésopotamie du nord[28],[29]. Retombée aux mains des Arabes, la ville fut finalement prise en mai 934, ses habitants musulmans furent forcés de se convertir ou d’être remplacés par des colons grecs et arméniens; en 965, l’empereur Nicéphore Phocas entreprit de repeupler les frontières de Syrie et Mésopotamie et y invita les jacobites monophysites. Un patriarche jacobite s’établit alors à Mélitène où il entra en constant conflit avec le patriarche chalcédonien[30]. C’est à Mélitène que Bardas Skléros, nommé duc de Mésopotamie, fut déclaré une deuxième fois empereur par ses troupes en 986 dans une vaine tentative d’évincer l’empereur légitime Basile II[31].

Un traité conclu avec les Turcs seldjoukides en 1055 ne parvint pas à arrêter leurs incursions en Asie mineure et en 1058 Mélitène fut mise à sac, suivie l’année suivante par Sébaste[32],[33]. C’est la progression constante des Turcs dans cette région qui conduira l’empereur Romain IV Diogène à s’aventurer en Arménie, dans le but de mettre un terme à ces raids, tentative qui se soldera par la cuisante défaite de Mantzikert (1071).

Cette défaite byzantine provoqua l’émigration de populations arméniennes des régions de l’Euphrate notamment qui allèrent grossir les foyers arméniens déjà présents à Mélitène. Des chefs reconnus par Constantinople y créèrent des ilots de résistance à l’occupation turque. Ainsi, la principauté de Philarète Brachamios couvrit entre 1078 et 1085 les régions d’Antioche, d’Édesse ; Mélitène et la Germanicée cédèrent alors la place à d’éphémères pouvoirs arméniens[34].

Parmi ceux-ci, Gabriel de Mélitène, un Arménien grec orthodoxe qui s’était élevé dans les rangs de l’armée byzantine, gouverna la cité dont il parvint à maintenir l’indépendance de 1086 à 1100 grâce à l’aide du bey des Danismendides. Après cette date, il s’appuya sur les croisés, spécialement sur Bohémond Ier d’Antioche et Baudoin de Boulogne contre les mêmes Danismendides[35]. Les Danismendides réussirent à s’emparer de Malatya l’année suivante, en 1101. Lorsque le sultanat seldjouk d’Anatolie basé à Konya s’empara du territoire des Danismendides à la fin du XIIe siècle, Malatya fut incorporée à leur territoire et le demeura jusqu’à la conquête par les Turcs ottomans en 1515.

Période moderneModifier

Voir article Malatya. L’actuelle cité de Malatya fut fondée en 1838 et le site ancien de Mélitène fut appelé Malatya l’Ancienne[36].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Mouvement religieux néo-manichéen apparu en Asie mineure, alors part de l’Empire byzantin, à la fin du VIIe siècle; il se structura en État militaire autonome, basé dans l'est de l'actuelle Turquie, à la mort du dernier didascale, Sergios, vers 834 et entra en lutte contre l'Empire.

RéférencesModifier

  1. J. Bennett, The Cappadocian frontier: from the Julio-Claudians to Hadrian, p. 312.
  2. Pline, Histoire naturelle, VI, 3
  3. "Melid." Reallexikon der Assyriologie. Accessed 12 Dec 2010.
  4. KBo V 8 IV 18. Puhvel, Jaan. Trends in Linguistics: Hittite Etymological Dictionary: Vol. 6: Words Beginning with M. Walter de Gruyter, 2004. Accessed 12 Dec 2010.
  5. Hawkins, John D. Corpus of Hieroglyphic Luwian Inscriptions. Vol. 1: Inscriptions of the Iron Age. Walter de Gruyter, 2000.
  6. Vailhé (1911) « Melitene »
  7. Strabo, Geographia, XII, i.2,4; XI, xii,2; XI, xiv, 2
  8. Hérodote, I. 73.
  9. Encyclopedia Iranica, http://iranicaonline.org/articles/cappadocia, retrieved 15 August 2016
  10. Ball (2011) p. 436.
  11. Tacite, Annales, Livre XV, para 26.
  12. a et b Sinclair (1987) vol.3, p. 3.)
  13. Armenia e Ponto, para 38
  14. Dédéyan (2007) p. 150
  15. Dédéyan (2007) p. 298
  16. Hewsen (2001) p. 74
  17. Dédéyan (2007) p. 196.
  18. Procope, De AEdificiis, III, 4.
  19. Mitford (1998)pp. 260-261
  20. Bréhier (1969) p. 46
  21. Shepard (2008) p. 168
  22. Ostrogorsky (1977) p. 197
  23. Cheynet (2007) pp. 14-15
  24. Bréhier (1969) p. 83
  25. Ostrogorsky (1977) p. 255
  26. Ostrogorsky (1977) p. 265
  27. Bréhier (1969) p. 113; 117-118
  28. Ostrogorsky (1977) p. 302
  29. Shepard (2008) p. 509
  30. Cheynet (2007) p. 118
  31. Bréhier (1969) pp. 181-182
  32. Harris (2003) p. 33
  33. Jeffreys (2008) p. 273
  34. Cheynet (2007) p. 433.
  35. Ostrogorsky (1977) p. 400
  36. Encyclopaedia Britannica (1982) vol. 7, p. 526.

BibliographieModifier

Sources premièresModifier

  • Notitia Dignitatum. L’ouvrage le plus complet sur le sujet est sans doute le livre de G. Clemente, La Notitia dignitatum (Cagliari : Editrice Sarda Fossataro, 1968) en italien.
  • Suétone. Vies des Césars: Auguste, Tibère, Caligula, Claude. Paris, Les Belles Lettres, 1931. (ISBN 978-2-251-01258-2).
  • Tacite. Anales : livres 1-X. Paris, Les Belles Lettres, 1959.

Sources secondairesModifier

(en) Adontz, Nicholas. Armenia in the Period of Justinian: The Political Conditions Based on the Naxarar System. Trans. Nina G. Garsoïan. Lisbon, Calouste Gulbenkian Foundation, 1970.

(en) Ball, Warwick. Rome in the East: The Transformation of an Empire. Routledge, 2011. (ISBN 978-0415243575).

• Bréhier, Louis. Vie et mort de Byzance. Paris, Albin Michel, 1969. Coll. L’évolution de l’humanité.

(en) Bryce, Trevor. Life and Society in the Hittite World. Oxford et New York, Oxford University Press, 2004. (ISBN 978-0-199-27588-5).

• Cheynet Jean-Claude (dir). Le Monde byzantin, II, L’Empire Byzantin (641-1204). Paris, Presses universitaires de France, 2007. (ISBN 978-2-130-52007-8).

• Dédéyan, Gérard (dir.), Histoire du peuple arménien, Toulouse, Éd. Privat, 2007 (1re éd. 1982) (ISBN 978-2-7089-6874-5).

(en) Harris, Jonathan. Byzantium and the Crusades. Hambledom Continuum. (ISBN 978-1-852-85298-6).

(en) Hawkins, John D. Corpus of Hieroglyphic Luwian Inscriptions. Vol. I: inscriptions of the Iron Age. Berlin, New York, Walter de Gruyter, 2000. (ISBN 978-3-110-10864-4).

(en) Hewsen, Robert H. Armenia, A Historical Atlas, University of Chicago Press, 2001. (ISBN 978-0-226-33228-4).

(en) Jeffreys, Elizateth; John F. Haldon; Robin Cormack. The Oxford Handbook of Byzantine Studies, Oxford, Oxford University Press, 2008. (ISBN 978-0-199-25246-6).

(en) Kazdhan, Alexander P. (ed). The Oxford Encyclopaedia of Byzantium. Oxford, Oxford University Press, 1991. (ISBN 0-19-504652-8).

(en) Keightley, Thomas. The Crusaders or, Scenes, Events, and Characters, from the Times of the Crusades. Adamant Media Corporation. (ISBN 978-1-421-26477-6).

(en)Mitford, Timothy. “The Roman Frontier on the Upper Euphrates” (in) Ancient Anatolia – 50 Years Work by the British Institute of Archeology at Ankara, 1998.

• Ostrogorsky,Georges. Histoire de l’État byzantine. Paris, Payot, 1977. (ISBN 2-228-07061-0).

(en) Shepard, Jonathan. The Cambridge History of the Byzantine Empire, c.500-1492. Cambridge, Cambridge University Press, 2008. (ISBN 978-0-521-83231-1).

(en) Sinclair, T.A. Eastern Turkey, an Architectural and Archeological Survey, Pindar Press, 1987. (ISBN 978-0-907-13232-5).

(en) Vailhé, SIméon. “Melitene” (in) Catholic Encyclopedia. Vol 10. New York, Robert Appleton Company, 1911. Retrieved October 10, 2016 from http://www.newadvent.org/cathen/10166a.htm.

(en) Vryonis, Speros. The Decline of Medieval Hellenism in Asia Minor and the Process of Islamization from the Eleventh through the Fifteenth Century. Berkeley, University of California Press, 1971.

(en) Whittow, Mark. The Making of Byzantium, 600-1025. Berkeley, University of California Press, 1996. (ISBN 0-520-20497-2).

Articles connexesModifier