Lussac (Gironde)

commune française du département de la Gironde

Lussac
Lussac (Gironde)
Le château.
Blason de Lussac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Libourne
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Saint-Émilionnais
Maire
Mandat
Dorothée Breton
2020-2026
Code postal 33570
Code commune 33261
Démographie
Gentilé Lussacais
Population
municipale
1 258 hab. (2018 en diminution de 4,26 % par rapport à 2013)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 57′ 03″ nord, 0° 05′ 42″ ouest
Altitude Min. 22 m
Max. 84 m
Superficie 23,43 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Libourne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Nord-Libournais
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Lussac
Géolocalisation sur la carte : Gironde
Voir sur la carte topographique de la Gironde
City locator 14.svg
Lussac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lussac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lussac
Liens
Site web www.lussac-gironde.fr/

Lussac est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

GéographieModifier

Commune située dans le vignoble de lussac-saint-émilion.

Communes limitrophesModifier

Les communes limuitrophes en sont Saint-Médard-de-Guizières au nord-nord-est, Petit-Palais-et-Cornemps au nord-est, Tayac à l'est, Puisseguin au sud-est, Montagne au sud-ouest, Les Artigues-de-Lussac à l'ouest-nord-ouest, et Abzac au nord-nord-ouest.

Communes limitrophes de Lussac[1]
               Abzac               Saint-Médard-de-Guizières
 

Petit-Palais-et-Cornemps
Les Artigues-de-Lussac

 
  Tayac
Montagne Puisseguin

HydrographieModifier

Voies de communication et transportsModifier

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Lussac est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Libourne, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 24 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (86,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (78 %), forêts (12,7 %), zones agricoles hétérogènes (3,8 %), prairies (3,2 %), zones urbanisées (2,2 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

ToponymieModifier

Le nom de la commune de Lussac provient d'un nom de domaine gallo-romain basé sur l'anthroponyme Lucius[8].

En gascon, le nom de la commune, de graphie identique, se prononce [ly'sat].

HistoireModifier

À la Révolution, la paroisse Saint-Pierre de Lussac forme la commune de Lussac[9].

En 1869, une partie des communes de Lussac et de Montagne en sont séparées pour former la nouvelle commune des Artigues[10].

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790 01/04/1793 M. Queyreau    
02/04/1793 31/10/1813 M. Lavignerie    
01/11/1813 17/05/1816 M. Eymerie    
18/05/1816 31/12/1831 M. Drivet    
01/01/1832 31/12/1844 M. Mouillac   Notaire, conseiller d'arrondissement[11]
01/01/1845 15/06/1845 M. Deymene    
16/06/1845 20/03/1848 M. Chambarriere    
21/03/1848 21/09/1853 M. Deymene    
22/09/1853 30/12/1863 M. Montouroy    
31/12/1863 30/12/1869 M. Charmolue    
31/12/1869 03/10/1870 M. Combret    
04/10/1870 28/05/1871 M. Severac    
29/05/1871 31/01/1874 M. Drivet    
01/02/1874 30/06/1876 M. Mourret    
01/07/1876 16/03/1878 M. Brieu    
17/03/1878 07/06/1884 M. Jeansonnet    
08/06/1884 16/05/1896 M. Leynier    
17/05/1896 ? M. Petit    
         
31/10/1947 20/03/1965 M. Teynac    
21/03/1965 27/03/1971 M. Vergniol    
28/03/1971 08/07/1982 Georges Delord PS Conseiller général
09/07/1982 23/03/1989 M. Gaillard    
24/03/1989 23/06/1995 M. Abadie    
24/06/1995 22/03/2001 Mme Laborie    
23/03/2001 24/05/2020 Mme Martine Cruzel DVG Retraitée de la fonction publique
25/05/2020 En cours Mme Dorothée Breton SE  

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13].

En 2018, la commune comptait 1 258 habitants[Note 3], en diminution de 4,26 % par rapport à 2013 (Gironde : +6,4 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 5752 0322 0542 2912 3852 4542 3812 4642 471
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5122 5202 6401 8721 9101 8321 7211 7051 811
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8971 8701 8291 7191 6681 6281 5811 4611 572
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 5051 5561 4251 4281 4141 3331 3031 3021 269
2018 - - - - - - - -
1 258--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

EnseignementModifier

ÉconomieModifier

La commune a une activité économique quasi exclusivement agricole orientée vers la viticulture et produit des crus AOC de saint-émilion.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • L'église saint-Pierre est un édifice d'architecture romane édifié au XIIe siècle, remanié au XIVe siècle, dévasté par les troupes huguenotes en 1587 et entièrement restauré dans la seconde partie du XIXe siècle avec l'ajout d'un clocher à flèche[18] selon les goûts du cardinal Donnet.
  • Château de Lussac, édifié au cœur du village en 1876 pour Gascon Montouroy[19].
  • Maison du vin, manoir édifié à la fin du XVIIIe siècle pour Paul Montouroy, devenu successivement mairie, gendarmerie, maison de justice, école privée avec une forge dans l’aile droite de l’édifice, théâtre et finalement propriété du syndicat viticole communal, à usage de lieu de dégustation et de promotion des vins de la commune, productrice de crus AOC de saint-émilion[20].
  • Chateau de Bellevue, domaine viticole d'une quinzaine d'hectares[21].
  • Au cœur d'un domaine viticole, à l'est du village, se trouvent les vestiges d'une villa gallo-romaine dite villa de Luccius dont le nom est à l'origine du nom de la commune[22].
  • Lavoir double et fontaine du XIXe siècle[23].
  • Mégalithe du tertre de Picampeau ayant servi à des rites sacrificiels celtiques[24].
  • Château Latour Ségur

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason
D’or aux trois perdrix au naturel.
Détails
Officiel, présent sur le site de la mairie.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 18 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. Lussac sur Géoportail, consulté le 12 octobre 2015.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 18 avril 2021)
  8. Bénédicte Boyrie-Fénié, Institut occitan, Dictionnaire toponymique des communes de Gironde, Pau, Éditions Cairn, , 402 p. (ISBN 978-2-35068-012-5)..
  9. Historique des communes, p. 32, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 12 octobre 2015.
  10. Bulletin des lois de l'Empire français, XIe série, deuxième semestre de 1869, p. 267 sur Google Livres.
  11. « Almanach royal et national... : présenté à Sa Majesté et aux princes et princesses de la famille royale », sur Gallica, (consulté le 24 juillet 2020).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. École Georges-Delord sur le site de la mairie.
  17. Collège de Lussac sur le site de la mairie.
  18. Église Saint-Pierre sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 12 octobre 2015.
  19. Château de Lussac sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 12 octobre 2015.
  20. Maison du vin de Lussac sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 12 octobre 2015.
  21. Château de Bellevue sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 12 octobre 2015.
  22. Villa de Luccius sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 12 octobre 2015.
  23. Lavoir double et fontaine de Lussac sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 12 octobre 2015.
  24. Mégalithe du tertre de Picampeau sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 12 octobre 2015.