Luis Miguel

chanteur mexicain
Luis Miguel
Description de cette image, également commentée ci-après
Luis Miguel en janvier 2008
Informations générales
Surnom El Sol de México (Le soleil du Mexique)
Nom de naissance Luis Miguel Gallego Basteri
Naissance (50 ans)
San Juan, Porto Rico
Activité principale Auteur-compositeur-interprète
Genre musical pop, latino, boléro, mariachi, ranchera
Années actives Depuis 1981
Labels EMI Mexico (1982-1986)
Warner Music Group (1987-présent)
Site officiel [luismigueloficial.com]

Luis Miguel Gallego Basteri, dit Luis Miguel né le , à San Juan, à Porto Rico, est un chanteur mexicain et une icône en Amérique latine, souvent appelé El Sol de México (français : le soleil du Mexique), qui vient du surnom que sa mère lui donnait quand il était enfant - — mi sol. Il s'est essayé avec succès dans un large éventail de styles musicaux, notamment la pop, les ballades, les boléros, les tangos, le jazz, le big band et le mariachi. Luis Miguel est également reconnu comme le seul chanteur latin de sa génération à ne pas être passé sur le marché anglophone lors de l'explosion latine des années 1990.

Bien qu'il n'ait enregistré qu'en espagnol, il a continué à être l'artiste latin le plus vendu dans les années 90, et on lui attribue la popularisation du genre boléro sur le marché grand public. Il a vendu environ 60 millions de disques dans le monde entier, ce qui fait de lui l'un des artistes de musique latine les plus vendus.

La musique pop latine, ainsi que sa vie personnelle et son sens du spectacle sur scène, ont rendu Luis Miguel populaire pendant presque toute sa carrière, qui a débuté au Mexique en 1982. Ayant remporté son premier Grammy Award à l'âge de quatorze ans pour son duo Me gustas tal como eres avec Sheena Easton, il est le plus jeune artiste masculin de l'histoire de la musique à avoir reçu cette distinction. En 1991, la Recording Industry Association of America (RIAA) a reconnu les fortes ventes de son album Romance, lui-même étant le troisième album de musique le plus vendu au Mexique, et l'un des albums en langue espagnole les plus vendus de tous les temps. Il a été le premier artiste latin à avoir reçu deux albums en langue espagnole certifiés platine aux États-Unis avec Romance et Segundo Romance, ce dernier lui ayant valu 35 disques de platine dans toute l'Amérique centrale et du Sud. Il est également reconnu par le Billboard, comme l'artiste ayant le plus de succès dans le top 10 du classement des Billboard Hot Latin Songs. Son album Cómplices est sorti en 2008 et a atteint la 10e place du Billboard 200 ; c'est la plus haute position qu'un album entièrement composé en espagnol ait jamais atteint. Son dernier album ¡México por siempre! est sorti en 2017, ce qui lui a valu sa deuxième place de numéro 1 dans le hit-parade Billboard Regional Mexican Albums (en) et le double statut de platine.

Luis Miguel est également connu pour ses performances live qui rapportent beaucoup. Il est le premier artiste latin en tournée à avoir réalisé les meilleures recettes depuis que Boxscore a commencé à suivre les données sur les tournées en 1990, avec un total de 278,5 millions de dollars. Avec la tournée Luis Miguel, qui a eu lieu en 2010, il a visité 22 pays en Amérique du Nord, en Amérique du Sud et en Europe, où il s'est produit en trois ans avec un total de 223 spectacles dans le monde entier, ce qui en fait la tournée la plus longue et la plus lucrative jamais réalisée par un artiste latin. Il détient également le record du plus grand nombre de présentations consécutives dans l'Auditorio Nacional de Mexico avec un total de 30 concerts consécutifs ainsi que le record du plus grand nombre de présentations dans le même lieu avec un total de 258 concerts. Luis Miguel est désormais numéro deux du classement Billboard des plus grands artistes latinos de tous les temps.

CarrièreModifier

Premiers enregistrements et percée commercialeModifier

Luis Miguel Gallego Basteri est né le , à San Juan, à Porto Rico[1]. Il est l'aîné des trois enfants du couple, et ses frères sont Alejandro et Sergio[2]. En raison de la profession de son père, sa famille est venue au Mexique, puis est retournée dans ses résidences, qui se trouvent à Madrid, en Espagne[3]. Dès son enfance, il y a grandi, où il a étudié jusqu'à la cinquième année de l'école primaire, car en raison de son incursion dans les médias artistiques, il a poursuivi son éducation avec des professeurs privés[4]. Pendant ses années d'enfance, son père, qui était également son manager, l'a encouragé à regarder et à analyser presque tous les films, enregistrements et concerts d'Elvis Presley[5]. Constatant ses qualités musicales, le père met de côté sa propre carrière et décide de se consacrer à son fils. Il l'accompagne à la guitare, cherche à faire ses débuts à la télévision, puis signe un contrat de disque. Luis Miguel a fait ses débuts en tant que chanteur lors du mariage de la fille du président du Mexique de l'époque, José López Portillo, en 1981, à l'âge de 11 ans[6], grâce au soutien du chef de la police de Mexico de l'époque, Arturo Durazo Moreno (en)[7]. Le succès de cette performance a été si remarquable qu'un mois plus tard, Luisito Rey (es) s'est entretenu avec des cadres de la branche mexicaine du label EMI, qui ont proposé à son fils un contrat de disque en 1982. C'est au cours de cette étape que Luis Miguel a pu enregistrer son premier album en 1982, à l'âge de 12 ans, intitulé Un sol qui lui a valu son premier disque d'or[8]. Deux ans plus tard, il a commencé à faire des tournées dans les pays d'Amérique latine, notamment en Colombie, au Venezuela, au Chili et en Argentine[9].

Luis Miguel a commencé à chanter principalement de la pop en espagnol, et Honorio Herrero, directeur d'Hispavox, a composé les chansons de ses troisième et quatrième album[10]. Il a également bénéficié de la collaboration du compositeur Luis Gómez-Escolar (es), du label espagnol[11]. Un scandale a été généré et les paroles de la chanson Decídete ont dû être changées, car elle a été censurée compte tenu de l'âge du chanteur[12], mais l'album suivant, Palabra de honor, de 1984, avec la célèbre ballade qui donne son nom à l'album, a été un succès à cette époque[13] et comportait une chanson de Juan Carlos Calderón, Me gustas tal como eres, qu'il a faite en duo avec la chanteuse écossaise Sheena Easton[14], chanson qui lui permet de gagner son premier Grammy Award[15], faisant de lui le chanteur latin le plus jeune à en recevoir un[16].

En 1983, il joue dans le film Ya nunca más (sorti en 1984)[17] et en 1985, Fiebre de amor[18]. En 1985, à l'âge de 15 ans, il participe au festival de musique de Sanremo, où il remporte la deuxième place avec sa chanson Noi ragazzi di oggi[19]. Plus tard, il enregistrera la chanson dans sa seule production en langue italienne, intitulée Collezione Privata (1985)[14]. La même année, il a également reçu le prix Antorcha de Plata (en) au festival de musique de Viña del Mar pour son single en duo Me gustas tal como eres avec la chanteuse écossaise Sheena Easton[20],[21]. Il y retourne en 1986 et gagne sa seconde Antorcha de Plata[22].

En 1986, il prend une brève pause car sa relation avec son père s'est détériorée en raison d'une mauvaise gestion, de mauvaises décisions financières et du fait qu'il risquait de compromettre les revenus de sa carrière[23]. La même année, Marcela Basteri, la mère du chanteur, disparaît sans laisser de traces, après s'être séparée de son mari et s'être rendue en Espagne[24]. On ne sait toujours pas où elle se trouve en 2020[25]. Peu après avoir signé chez Warner Records, en 1987, il licencie son père et commence à travailler avec Juan Carlos Calderón[26]. L'album Soy Como Quiero Ser, sorti en , s'est vendu à plus de 5 millions d'exemplaires[27]. Il comprenait des reprises de succès tels que Cuando calienta el sol, Ahora te puedes marchar et Yo que no vivo sin ti[28].

Le , le deuxième album de Luis Miguel, Busca una Mujer, est sorti[29]. Le premier single, La incondicional, est devenu un des dix premiers succès dans toute l'Amérique latine au cours du premier semestre de 1989 et, grâce en partie au clip vidéo, il a passé plus de sept mois dans le top 10 de nombreux hit-parades latino-américains[30],[31]. Le clip a choqué de nombreux fans, car il avait coupé ses longs cheveux, qui sont sa marque de fabrique[32]. Fin 1989, le deuxième single Fría como el viento atteint la première place du classement Billboard Hot Latin Songs[33]. Début 1990, il a également été classé dans le top 10 avec Separados, atteignant la huitième place[33].

En 1990, il est passé avec succès du statut de chanteur enfantin à celui de showman adulte avec l'album 20 Años et une série de spectacles à guichets fermés qui ont suivi, d'abord au Mexique puis dans toute l'Amérique latine et ailleurs dans le monde[34]. 20 Años s'est vendu à 600 000 exemplaires au cours de sa première semaine de sortie et a donné lieu à la sortie de trois singles : Tengo todo excepto a ti, Entrégate et Amante del amor, les deux premiers ayant été numéro 1 des Hot Latin Songs en 1990[33].

Vedette internationaleModifier

 
Luis Miguel en concert avec ses mariachis.

En 1991 Luis Miguel sort Romance, un album de boléros romantiques, pour la plupart des années 1950. On lui attribue le mérite d'avoir réinventé le boléro pour le public moderne. L'album Romance, qui est devenu son plus grand succès, s'est vendu à 7 millions d'exemplaires dans le monde entier[35],[36], qui lui ont valu plus de 70 disques de platine et six disques d'or[37], ce qui fait de lui le premier latino-américain à recevoir un disque d'or aux États-Unis pour un album en espagnol[38] et des disques d'or au Brésil et à Taïwan[39]. La même année, il a reçu la nationalité mexicaine du président de l'époque, Carlos Salinas de Gortari[40].

L'année suivante, il est le seul latino-américain invité à participer à l'enregistrement de l'album Barcelona Gold, à l'occasion des Jeux olympiques de Barcelone[41]. Il remporte le prix du meilleur clip vidéo international aux MTV Awards pour la chanson América, América[42], qui fera partie d'un album en édition spéciale, América & en vivo[43]. Et pour Romance, Luis Miguel remporte les prix Billboard 1992 du meilleur artiste latin, du meilleur album et du meilleur artiste de la chanson de langue espagnole[44].

En 1992, il subit le décès de son père, Luisito Rey, ce qui retarde d'un mois le début de l'enregistrement d'Aries[45]. La même année, il donne un concert à Séville dans le cadre de l'Expo dans la capitale andalouse[46].

En 1993, Luis Miguel a sorti son cinquième album studio, Aries, qui lui a valu cette année-là le Grammy Award du meilleur album de pop latine[47]. Cette même année, Luis Miguel est invité par Frank Sinatra à se joindre à lui pour son album Duets II[48] et à se produire en direct dans le cadre d'une émission spéciale télévisée à l'échelle nationale en l'honneur du 80e anniversaire de Sinatra, aux côtés d'autres stars telles que Stevie Wonder et Natalie Cole[49].

En 1994, il a publié une suite de Romance, Segundo Romance, dans laquelle il interprète des classiques latins intemporels tels que Solamente una vez et Historia de un amor[50]. L'album a ensuite remporté un autre Grammy Award, ainsi qu'un disque de platine aux États-Unis[51]. Il a remporté deux Premios Lo Nuestro dans les catégories Artiste pop de l'année et Meilleur album pop, des Billboard Awards pour le Meilleur artiste masculin de l'année et le Meilleur album de l'année[52].

Luis Miguel est le premier chanteur latin qui a fait salle comble au Madison Square Garden à New York et qui a fait salle comble quatre fois de suite à l'Amphithéâtre Universal de Los Angeles, répétant ce fait également avec trois dates au Knight Center Complex (en) de Miami[53].

En 1995, il a battu son propre record en donnant seize concerts consécutifs à l'Auditorium national de Mexico[54], et il s'est classé troisième au monde parmi les chanteurs ayant vendu le plus de billets successivement dans le même lieu[9]. Le de cette année-là, il sort son premier album live, intitulé El concierto (français : Le Concert), enregistré lors de ses prestations à l'Auditorium national, en formats CD, cassette, Laser Disc et Home Video, qui bat des records de vente[55]. Dans ce double album, il fait ses débuts dans le genre du ranchero en chantant les chansons El rey, Si nos dejan, La media vuelta et Amanecí en tus brazos ; accompagné du groupe Mariachi 2000 et du trompettiste mexicain Cutberto Pérez[56].

En 1996, pour sa contribution à l'industrie du disque, Luis Miguel a reçu une étoile et a été intronisé sur le Hollywood Walk of Fame, étant à l'époque le plus jeune chanteur masculin à recevoir une étoile[57]. Peu de temps après, Luis Miguel est rapidement retourné aux studios et a sorti Nada es igual[58], un album pop avec Sueña (en), le thème principal de l'album The Hunchback of Notre Dame de Disney[59].

En 1997, Luis Miguel a sorti son troisième album de la série de boléros Romances[51]. Por debajo de la mesa est sorti en tant que single principal de l'album[60]. Lors de la 40e édition des Grammy Awards en 1998, Luis Miguel a remporté le prix de la meilleure performance de musique pop latine[61]. La même année, il a également reçu le Prix Billboard de musique latine pour l'album pop masculin de l'année[60] et le World Music Award pour l'artiste latin le plus vendu[62].

En 1999, Luis Miguel a sorti son neuvième album studio Amarte es un placer[63],[64] qui, en 2000, lui a valu deux Latin Grammys pour le meilleur album de l'année et le meilleur album pop de l'année[65]. Le single O Tú o Ninguna est devenu numéro 1 sur le Billboard Hot Latin Songs et s'est maintenu en tête pendant huit semaines consécutives[33]. Suite au succès de l'album, Luis Miguel a sorti Mis romances en 2001, son quatrième album dans la série des boléros[66],[67]. L'album, qui s'est vendu à plus de deux millions d'exemplaires dans le monde entier[68],[69], a été suivi par le lancement de la tournée Mis romances qui a eu lieu aux États-Unis, en Europe et en Amérique latine[70].

En 2003, Luis Miguel a sorti son premier album pop en plus de quatre ans, intitulé 33, ce qui témoigne de son âge[71]. L'album, qui comprenait une collection de ballades et de chansons rythmées[72], s'est hissé à la première place du classement Billboard Top Latin Albums, ce qui a valu à Luis Miguel des nominations aux Billboard Music Awards[73] ainsi qu'aux Grammy[74],[75] et Latin Grammy Awards[76]. Lors de la tournée de l'album 33, Luis Miguel a rempli les plus grandes salles des États-Unis, a fait des tournées dans toute l'Amérique latine, y compris au Chili[77],[78] où son album s'est vendu à 2,5 millions d'exemplaires et il a été reconnu la même année par Warner Chile comme l'artiste ayant vendu le plus de disques dans l'histoire du Chili[79].

En plus d'un prix pour son album 33, Luis Miguel a reçu en 2003 un Premio Lo Nuestro a la Excelencia, un prix pour l'ensemble de sa carrière, faisant de lui le plus jeune artiste à recevoir ce prix à l'âge de 33 ans[80].

 
Luis Miguel à Mexico en 2006.

En 2004, Luis Miguel a sorti son album Mexico En La Piel[81], qui est une collection de chansons mariachi traditionnelles mexicaines[82]. Pour cet album, il a reçu un disque de diamant et a remporté le Latin Grammy Award du meilleur album ranchero en 2005[83] ainsi que le Grammy Award du meilleur album mexicain/mexicano-américain[84]. Il a lancé sa tournée Mexico En La Piel en 2005[85],[86]. En 2006, Luis Miguel a donné trente spectacles entre le et le à l'Auditorium national de Mexico[87].

En 2005, Luis Miguel sort Grandes éxitos, son premier album de grands succès, qui reprend les plus belles chansons qu'il a enregistrées tout au long de sa carrière et deux singles inédits : Misterios del amor et Si te perdiera[88]. L'année suivante, il a sorti un album de Noël intitulé Navidades. Il comprend de nombreux standards de Noël en espagnol[89].

Le , Luis Miguel a sorti Cómplices, qu'il a produit lui-même et écrit par le compositeur espagnol Manuel Alejandro. Il s'est vendu à près de 350 000 exemplaires dans les premières 24 heures[90]. Luis Miguel est entré dans l'histoire avec son album Cómplices qui a débuté à la 10e place du Billboard 200, ce qui est la plus haute position jamais atteinte par un artiste latin dans ce classement avec un album entièrement composé en espagnol[91]. Il a également atteint la 1re place du Billboard Top Latin Albums, ce qui fait de lui l'artiste latin ayant le plus grand nombre d'albums no 1 du classement avec un total de 8 albums[91]. Sa tournée Cómplices a débuté à Seattle, dans l'État de Washington, le [92].

Luis Miguel a sorti son album studio éponyme le [93]. La tournée a débuté le dans la ville de Lima, au Pérou, et a couvert les États-Unis, l'Amérique du Sud, le Mexique et l'Espagne, entre autres pays[94]. Le , il a chanté au Festival international de la chanson de Viña del Mar[95]. Avec un million de dollars pour sa prestation, il est devenu l'artiste le plus cher de l'histoire du festival[96].

Le , Telemundo a signé un accord pour les droits de diffusion exclusifs aux États-Unis de la série télévisée officiellement autorisée basée sur l'histoire de la vie de Luis Miguel et a annoncé qu'elle serait diffusée en 2018. Le même jour, Netflix a également révélé qu'elle avait les droits de diffusion en streaming de la bio-série en Amérique latine et en Espagne avec la même date cible[97].

Le , l'album complet, intitulé ¡México Por Siempre! est sorti, il comporte 14 titres de musique traditionnelle mexicaine[98]. La tournée a débuté le , à l'Auditorium national de Mexico, avec huit spectacles et se poursuit dans tout le Mexique, aux États-Unis et en Espagne[99],[100].

Le , Netflix et Telemundo ont commencé à diffuser la série éponyme Luis Miguel[101]. En même temps que la révélation de nombreux rôles connus et inconnus du chanteur, elle a également apporté des moments de nostalgie pour ceux qui la regardent, comme le reflet de sa publicité Sabritas, appelée Saboritas dans la série[102].

Vie privéeModifier

 
Luis Miguel en 2008

Son père était un chanteur, auteur-compositeur et guitariste espagnol, Luis Gallego Sanchez, connu sous le nom de Luisito Rey, et sa mère était une actrice italienne, Marcela Basteri[103]. Son père était originaire de Cadix, une ville du sud-ouest de l'Espagne, et sa mère de la province de Massa-Carrara, en Italie. Il a été nommé Luis Miguel en l'honneur du torero espagnol Luis Miguel Dominguín[104]. Luis Miguel a deux frères plus jeunes, Alejandro et Sergio[105].

Il est né le , mais il célèbre son anniversaire le , car c'est le jour où son père l'a inscrit au registre d'état civil de Porto Rico.[5]

Luis Miguel est père de trois enfants : Michelle Gallego, née le , de sa relation avec Stephanie Salas (en) ; Miguel, né le et Daniel, né le , tous deux de sa relation avec l'actrice Aracely Arámbula[106].

Relation avec Luisito ReyModifier

Lorsque Luisito Rey a réalisé le talent musical de son fils aîné, qui était familièrement surnommé Micky, il a cru qu'il trouverait le salut pour tous ses problèmes financiers. Et il a commencé à imposer au garçon un régime de répétitions très dur, au moyen duquel il voulait, entre autres, lui enlever son accent[107]. Ce sera le début d'un long parcours pour le chanteur qui, comme son père, doit obéir aux ordres de la famille sans pouvoir faire aucune revendication. Luisito a ordonné à son fils, déjà un artiste en pleine ascension, de consommer de l'éphédrine pour combattre la lassitude des longues journées d'enregistrements et de spectacles[108].

D'une certaine manière, le fils est devenu la meilleure entreprise du père. Et il a gagné tellement d'argent que Luis Miguel a failli terminer en prison lorsque Luisito Rey a ouvert des comptes en Suisse et aux Bahamas pour frauder l'impôt sur le revenu et blanchir de l'argent[109].

Pendant des années, c'est Luisito Rey qui a décidé du sort de la carrière de Luis Miguel. Il lui a même ordonné qui fréquenter et a déplacé des représentations de son fils sans son approbation. À sa majorité, Luis Miguel a décidé de mettre fin à la relation de travail avec son père[110].

Luisito Rey est mort le , sans s'être reconcilié avec son fils[111].

Disparition de Marcela BasteriModifier

Marcela Basteri a disparu en et le public n'a plus jamais su ce qui s'est passé. Le chanteur lui-même l'a cherchée pendant plusieurs années. La dernière chose qui a été révélée est qu'il a reçu un rapport de certains enquêteurs qu'il a engagés, mais il n'a jamais donné les détails[112].

L'hypothèse qui revient le plus souvent est que son mari, Luisito Rey, duquel elle était séparée, l'a faite assassiner[113]. Après la séparation, elle a vécu sept mois en Italie, dans sa famille. Elle s'est ensuite rendue à Madrid pour voir son fils aîné, à la demande de Rey. Un mois plus tard, elle disparaît sans laisser de trace[114].

Luis Miguel l'a recherché pendant des années, engageant des enquêteurs privés, et recevant même l'aide du Mossad israélien, suite à l'intervention de l'ancien président du Mexique, Miguel de la Madrid[115].


DiscographieModifier

AlbumsModifier

TournéesModifier

  • (1982) Un sol Tour
  • (1983) Directo al corazón Tour
  • (1983-1984) Decídete Tour
  • (1984-1985) Palabra de honor Tour
  • (1985-1986) Fiebre de amor tour
  • (1987–1988) Soy como quiero ser Tour
  • (1989–1990) Un hombre busca una mujer Tour
  • (1990–1991) 20 años Tour
  • (1991–1992) Romance Tour
  • (1993–1994) Aries Tour
  • (1994) Segundo romance Tour
  • (1995) El concierto Tour
  • (1996) América Tour
  • (1997–1998) Romances Tour
  • (1999–2000) Amarte es un placer Tour
  • (2002) Mis romances Tour
  • (2003–2004) 33 Tour
  • (2005–2007) México en la piel Tour
  • (2008–2009) Cómplices Tour
  • (2010–2013) Luis Miguel Tour
  • (2014–2015) Déjà Vu Tour
  • (2018) México por siempre Tour

Compilations/Box SetsModifier

VidéosModifier

  • Grandes éxitos Videos (2005)
  • Vivo (Vidéo)|Vivo (2000)
  • El concierto (1995)
  • Romance: En Vivo (1992)
  • Luis Miguel: 20 Años (1991)
  • Un año de conciertos (1989)

Notes et référencesModifier

  1. (es) « Vida privada de Luis Miguel llega a los libros », sur AztecaNoticias.com, (consulté le 27 octobre 2020)
  2. (es) « Qué fue de la vida de Alejandro y Sergio, los hermanos menores de Luis Miguel », sur www.lanacion.com.ar, (consulté le 27 octobre 2020)
  3. (es) « Lo que Luismi respondió en su niñez sobre el sex appeal », sur DEBATE (consulté le 27 octobre 2020)
  4. (es) « Hasta qué año estudió Luis Miguel », sur www.capitalmexico.com.mx (consulté le 27 octobre 2020)
  5. a et b (en) Elena Garcia, « 19 Facts About Luis Miguel To Hold You Over Until Season Two Of His Series Comes Out. », sur BuzzFeed (consulté le 27 octobre 2020)
  6. (es) « ¿Quién es la hija del ex presidente a la que le cantó Luis Miguel en su boda? », sur Clase, (consulté le 27 octobre 2020)
  7. Chavo del Toro, « El negro Durazo », sur El Economista (consulté le 27 octobre 2020)
  8. (es) Televisa TIM, « Así nació 'El Sol': El disco debut de Luis Miguel », sur Las Estrellas TV (consulté le 27 octobre 2020)
  9. a et b (es) LOS40, « Biografía de Luis Miguel », sur LOS40, (consulté le 27 octobre 2020)
  10. (es) Ricardo Martínez, « Este hombre inventó la música para encerar… y nadie lo sabe (Parte I) », sur Tercera Cultura, (consulté le 27 octobre 2020)
  11. (es) « Este hombre inventó la música para encerar...y nadie lo sabe », sur Interferencia, (consulté le 27 octobre 2020)
  12. (es) « “Decídete”, la canción de Luis Miguel que fue censurada por escandalizar a mexicanos (Video) », sur Reporte Indigo (consulté le 27 octobre 2020)
  13. (es) Casa Editorial El Tiempo, « Luis Miguel, 50 años de un sol sin ocaso », sur El Tiempo, (consulté le 27 octobre 2020)
  14. a et b (es) « Hoy: Luis Miguel y Sheena Easton (1985) », sur Diario26, (consulté le 27 octobre 2020)
  15. (en) Cordelia Candelaria, Encyclopedia of Latino popular culture, Greenwood Press, (ISBN 0-313-32215-5, 978-0-313-32215-0 et 0-313-33210-X, OCLC 54974592, lire en ligne), p. 550
  16. (es) Redacción LR, « Luis Miguel, el mexicano que a su corta edad hizo historia en los premios Grammy », sur larepublica.pe, (consulté le 27 octobre 2020)
  17. (es) Ernesto Raymundo Huerta, « Luis Miguel: Su película 'Ya nunca más' ficción vs realidad », sur www.milenio.com, (consulté le 27 octobre 2020)
  18. (es) « Lucero: 'Luis Miguel me cargó en brazos' por incendio en película », sur www.milenio.com, (consulté le 27 octobre 2020)
  19. (es) « Así fue el verdadero paso de Luis Miguel por Italia », sur El Universal, (consulté le 27 octobre 2020)
  20. (es) « Luis Miguel desató la locura en la Quinta Vergara », sur La Rata, (consulté le 27 octobre 2020)
  21. (es) « "El padre de Luis Miguel le daba cocaína a los 14 años" », sur El Universal, (consulté le 27 octobre 2020)
  22. (es) « Así ha sido la transformación del cantante Luis Miguel », sur Revista Caras, (consulté le 27 octobre 2020)
  23. (es) « Los secretos revelados en la serie de Luis Miguel », sur infobae, (consulté le 27 octobre 2020)
  24. (es) « Así fueron los últimos días de la mamá de Luis Miguel », sur Quién, (consulté le 27 octobre 2020)
  25. (es) Gilberto Coronel, « Miguel Aldana, exdirector de la Interpol, afirma que la mamá de Luis Miguel está viva », sur DEBATE, (consulté le 27 octobre 2020)
  26. (es) « Él es el hombre que hizo famoso a Luis Miguel y seguramente, al que más extraña », sur Quién, (consulté le 27 octobre 2020)
  27. (es) « Luis Miguel causa furor en fanes – Prensa Libre » (consulté le 27 octobre 2020)
  28. (en-US) Soy Como Quiero Ser - Luis Miguel | Songs, Reviews, Credits | AllMusic (lire en ligne)
  29. (es) « ¿Qué tan cierta es la historia entre Iñárritu, Yazbek y Luis Miguel? », sur Excélsior, (consulté le 27 octobre 2020)
  30. (es) « Los Super Favoritos », Crónica, Guatemala City, Guatemala, Anahté, S.A, nos 68-69; 71-80,‎ , p. 70
  31. (es) « Top Ten Hit Parade », La Revista Otra, Guayaquil, Ecuador, Editorial Umiña de Ecuador, nos 65-67; 69-75,‎ , p. 499
  32. (es) « Lo más difícil de “La Incondicional” fue el corte de cabello de Luis Miguel: Pedro Torres », sur Proyecto Puente, (consulté le 27 octobre 2020)
  33. a b c et d (en) « Luis Miguel - Chart History », sur Billboard (consulté le 27 octobre 2020)
  34. (en) « Luis Miguel Biography | Cuando calienta el sol vinyl record memories. », sur www.all-about-vinylrecords.com (consulté le 28 octobre 2020)
  35. (es) Alfonso Quiñones, « Luis Miguel en Altos de Chavón, y en el Sur profundo, una sonrisa para los turistas », sur www.diariolibre.com (consulté le 28 octobre 2020)
  36. Claudio Vergara, « Los mentores de Luis Miguel revelan sus mitos y obsesiones », sur La Tercera, (consulté le 28 octobre 2020)
  37. (es) « Los discos otorgados a Luis Miguel por sus ventas », sur www.capitalmexico.com.mx (consulté le 28 octobre 2020)
  38. « La madurez que le otorgan los años decide proyectarla en su trabajo cantado boleros en 1991 con su disco ‘Romance’, alcanzando ventas de más de siete millones de copias internacionalmente. Es el primer latinoamericano que recibe un Disco de Oro en los Estados Unidos por un álbum en español y Discos de Oro en Brasil y Taiwán. », sur www.elsiglodetorreon.com.mx (consulté le 28 octobre 2020)
  39. (es) « La evolución de Luis Miguel a sus 48 años », sur www.elsiglo.mx (consulté le 28 octobre 2020)
  40. (es) NOTICIAS EL COMERCIO PERÚ, « Luis Miguel: la verdad de cómo consiguió la nacionalidad mexicana | TVMAS », sur El Comercio Perú, (consulté le 28 octobre 2020)
  41. (es) « Biografía de Luis Miguel », sur CMTV (consulté le 28 octobre 2020)
  42. (en-US) « Luis Miguel », sur ¡Que Onda Magazine!, (consulté le 28 octobre 2020)
  43. (en-US) America & En Vivo - Luis Miguel | Songs, Reviews, Credits | AllMusic (lire en ligne)
  44. (es) « Sorprendete con la cantidad de premios que recibió Luis Miguel en su carrera », sur Luis Miguel | 50 años, (consulté le 28 octobre 2020)
  45. (es) « ¡Feliz Cumpleaños! Recordamos 50 grandes momentos de Luis Miguel », sur TVyNovelas México, (consulté le 28 octobre 2020)
  46. (es) « Concierto de Luis Miguel en Sevilla: El «Sol de América» vuelve a brillar tras su ocaso », sur sevilla, (consulté le 28 octobre 2020)
  47. (en) Warner Music - Building the music for the new Mexico - Luis Miguel, Billboard, (lire en ligne), p. 70
  48. (es) Vista, vol. XIV-XV, Horizon, (lire en ligne), p. 6
  49. (en-US) John J. O'Connor, « TELEVISION REVIEW;The Stars Honor A Legend At 80 (Published 1995) », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 28 octobre 2020)
  50. (en-US) Segundo Romance - Luis Miguel | Songs, Reviews, Credits | AllMusic (lire en ligne)
  51. a et b (en) Cordelia Candelaria, Encyclopedia of Latino popular culture, Greenwood Press, (ISBN 0-313-32215-5, 978-0-313-32215-0 et 0-313-33210-X, OCLC 54974592, lire en ligne), p. 551
  52. « Luis Miguel Sitio Oficial:::::::::::Premios », sur www.luismigueloficial.com (consulté le 28 octobre 2020)
  53. (es) « luis miguel mas », sur unotvplaya.com (consulté le 28 octobre 2020)
  54. (es) Gisela Orozco, « Luis Miguel: ¿Qué tiene 'El Sol' que a todas encandila? », sur chicagotribune.com, (consulté le 29 octobre 2020)
  55. (es) « El Concierto , la nueva producción de Luis Miguel », sur h.elsiglodetorreon.com.mx, (consulté le 29 octobre 2020)
  56. (es) « Luis Miguel sacará un álbum doble », sur h.elsiglodetorreon.com.mx, (consulté le 29 octobre 2020)
  57. (en) « Luis Miguel », sur latimes.com (consulté le 29 octobre 2020)
  58. (es) « NADA ES IGUAL PARA LUIS MIGUEL », sur El Tiempo, (consulté le 29 octobre 2020)
  59. (en) Matt Thompson, « Track of the Day: 'Sueña' - The Atlantic », sur www.theatlantic.com, (consulté le 29 octobre 2020)
  60. a et b (en) Latin Music Quarterly, Billboard, (lire en ligne), p. LYF-32
  61. (en-US) The Associated Press, « The 1998 Grammy Award Winners (Published 1998) », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 29 octobre 2020)
  62. (en) Cordelia Candelaria, Encyclopedia of Latino popular culture, Greenwood Press, (ISBN 0-313-32215-5, 978-0-313-32215-0 et 0-313-33210-X, OCLC 54974592, lire en ligne), p. 552
  63. (es) « A solas con Luis Miguel », sur Clarín.com, (consulté le 1er octobre 2020)
  64. (es) « Presentó su nuevo disco », El Informador,‎ , p. 3-G
  65. (en) David Basham, « Santana, Luis Miguel, Maná Lead Latin Grammy Winners », sur MTV News, (consulté le 1er octobre 2020)
  66. (en) Drago Bonacich, « Mis Romances – Luis Miguel » [archive du ], sur AllMusic, Rovi
  67. (es) « En noviembre nuevo disco de Luis Miguel », [[|El Informador]],‎ , p. 8–D
  68. (es) « Una máquina de vender », Clarín, Grupo Clarín,‎ (lire en ligne[archive du ])
  69. (es) Celeste Rodas, « 'No culpes a la noche... ' - Su último disco vendió mucho menos de lo esperado, recibió duras críticas por parte de la prensa y hasta de Julio Iglesias, quien siempre había defendido su trabajo. », La Opinión, ImpreMedia,‎
  70. (es) « Un explosivo arranque » [archive du ], sur El Salvador,
  71. (es) « Estrena Luis Miguel tema "Te Necesito" », El Universal,‎ (lire en ligne[archive du ])
  72. Mario Tarradell, « A repeat performance - Miguel returns to the well for more of same », Dallas Morning News,‎
  73. (en) Leila Cobo, « Billboard Latin Music Awards Finalists », Billboard, vol. 116, no 8,‎ , p. 67 (ISSN 0006-2510, lire en ligne)
  74. « The complete list of nominees », Los Angeles Times, Tribune Publishing,‎ , p. 4 (lire en ligne[archive du ])
  75. « The Grammy Award Winners of 2004 », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  76. « Latin Grammy Nominations », Los Angeles Times, Tronc,‎ (lire en ligne[archive du ])
  77. (en) Jonathan Cohen, « Billboard Bits: Smoke Out, Michelle Branch, Luis Miguel », sur Billboard, (consulté le 29 octobre 2020)
  78. (es) Constanza Gariglia, « Luis Miguel canta los "33" », sur La Nación, (consulté le 29 octobre 2020)
  79. (de) « Luis Miguel - Biografie », sur Warner Music Germany, (consulté le 29 octobre 2020)
  80. (es) « Luis Miguel irá a Miami a recibir "Premio lo Nuestro" », sur El Universo, (consulté le 29 octobre 2020)
  81. (en) Leila Cobo, Luis Miguel gets road ready, vol. 117, Billboard (no 15), (lire en ligne), p. 10
  82. (es) « Luis Miguel vuelve con Mariachi », sur El Siglo (consulté le 30 octobre 2020)
  83. (en-US) Agustin Gurza, « NEW NAMES RULE AT LATIN GRAMMYS », sur Los Angeles Times, (consulté le 30 octobre 2020)
  84. (es) « Luis Miguel volvió a ganar un Grammy, a 14 años de su último premio », sur La Nación, (consulté le 30 octobre 2020)
  85. (en) « Luis Miguel Planning Extensive Tour » [archive du ], sur Billboard, Prometheus Global Media, (consulté le 18 mai 2018)
  86. (en) « Year-End Top 100 Tours » [archive du ], Pollstar,
  87. (en) « Luis Miguel to perform in 31 concerts at Mexico City's National Auditorium », sur www.efe.com (consulté le 30 octobre 2020)
  88. (es) « Luis Miguel publica hoy 'Grandes éxitos', su recopilatorio más completo », sur LOS40, (consulté le 30 octobre 2020)
  89. (es) « Luis Miguel lanza su disco Navidades », sur La Jornada, (consulté le 30 octobre 2020)
  90. (en) Kelly Bradman, « Luis Miguel | Performing Arts Center », sur The University of Texas at Austin, (consulté le 30 octobre 2020)
  91. a et b (en) Katie Hasty, « Diamond Dominates Billboard 200 With First No. 1 », sur Billboard, (consulté le 30 octobre 2020)
  92. (es) « Luis Miguel comienza gira Cómplices en Seattle con lleno total », sur La Tercera, (consulté le 30 octobre 2020)
  93. (en) Janel Saldana, « Luis Miguel Disease: Singer Opens Up About Hearing Problem, Reporter Reveals Difficulty To Interview Him », sur Latin Times, (consulté le 30 octobre 2020)
  94. (es) « Luis Miguel Tour (2010-2014) », sur www.luismiguelsite.com (consulté le 30 octobre 2020)
  95. (es) Agencia Reforma, « Las críticas deprimen a Luis Miguel », sur Chicago Tribune, (consulté le 30 octobre 2020)
  96. (es) « Conoce cuánto cobraron los artistas que participaron en el Festival de Viña 2015 », sur 24Horas.cl, (consulté le 30 octobre 2020)
  97. (en) Veronica Villafañe, « Telemundo And Netflix Nab Rights To Mark Burnett's Luis Miguel Bio-Series », sur Forbes (consulté le 30 octobre 2020)
  98. (es) « Luis Miguel revela temas de "México por siempre" », sur Milenio, (consulté le 30 octobre 2020)
  99. (es) « Luis Miguel anuncia gira mundial para 2018 », sur La Vanguardia, (consulté le 30 octobre 2020)
  100. (es) « Luis Miguel anuncia gira mundial para 2018, que empezará en México », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne, consulté le 30 octobre 2020)
  101. (es) Óscar Gutiérrez, « Luis Miguel en Netflix: la nueva serie se estrena el 22 de abril », sur CNET en Español (consulté le 30 octobre 2020)
  102. (es) FanaLopez, « El nuevo episodio de la serie de Luis Miguel nos dejó a todos con ganas de comer ‘Saboritas’ », sur BuzzFeed (consulté le 30 octobre 2020)
  103. (es) « El Antes y Despues de Luis Miguel | Biografia, Fotos y Familia », sur Antes y Despues, (consulté le 30 octobre 2020)
  104. (es) « Luis Miguel », sur Quien (consulté le 30 octobre 2020)
  105. (es) « Qué fue de la vida de Alejandro y Sergio, los hermanos menores de Luis Miguel », sur www.lanacion.com.ar, (consulté le 30 octobre 2020)
  106. (es) « Nace segundo hijo de Luis Miguel », sur El Universal, (consulté le 30 octobre 2020)
  107. (es) Agustina Larrea, « Los secretos de la oscura vida de Luisito Rey, el temible padre de Luis Miguel », sur Infobae, (consulté le 30 octobre 2020)
  108. (es) « Qué es la efedrina, la droga que Luisito Rey daba a su hijo Luis Miguel », sur Prensa Libre, (consulté le 30 octobre 2020)
  109. (en) « Luis Miguel, a punto de ir a la cárcel por culpa de Luisito Rey », sur El Sol de México, (consulté le 30 octobre 2020)
  110. (es) « Luis Miguel y el por qué se distanció de su padre, Luisito Rey | TVMAS », sur El Comercio Perú, (consulté le 30 octobre 2020)
  111. (es) « Así fueron las últimas horas de Luisito Rey (en la vida real) », sur Quién, (consulté le 30 octobre 2020)
  112. (es) « Los videos de Luis Miguel hablando sobre la desaparición de su madre Marcela Basteri: qué fue lo que dijo », sur Spoiler - Bolavip (consulté le 30 octobre 2020)
  113. (es) Elia Baltazar, « La misteriosa desaparición de la madre de Luis Miguel: las hipótesis más increíbles sobre el destino de Marcela Basteri », sur infobae, (consulté le 30 octobre 2020)
  114. (es) « La desaparición de la madre de Luis Miguel: cómo fueron las últimas horas de Marcela Basteri? », sur Clarín, (consulté le 30 octobre 2020)
  115. (es) « "Luis Miguel": el Mossad, la agencia que buscó a Marcela Basteri », sur El Comercio Perú, (consulté le 30 octobre 2020)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :