Ouvrir le menu principal

Louis Doguereau

homme politique français

BiographieModifier

Entré à l'École de l'artillerie en 1794, lieutenant à l'armée du Rhin en 1795, capitaine en Égypte et blessé à Saint-Jean-d'Acre, chef de bataillon en 1803, major dans la garde impériale en 1806, colonel en 1807 et envoyé en Espagne, comme chef d'état-major de l'artillerie du général Sébastiani. Il a un cheval tué sous lui à la bataille de Talavera[2].

En 1811, il donne sa démission et reprend du service quand l'ennemi menace le territoire français. Napoléon Ier le nomme colonel d'artillerie à cheval dans la garde impériale. Ce corps se couvre de gloire pendant la campagne de 1814.

Le roi nomme M. Doguereau maréchal de camp le 26 avril 1814, commandeur de la Légion d'honneur et chevalier de Saint-Louis.

Pendant les Cent-Jours, il commande l'artillerie du 3e corps à Mézières.

A la seconde Restauration, il est placé à la tête de l'École d'application de l'artillerie et du génie. Le général Doguereau est nommé lieutenant-général à la promotion du 30 septembre 1832.

Élu membre de la Chambre des députés par le collège électoral de Blois en 1837, puis réélu en 1839 et en 1842, il devient président du comité d'artillerie le 19 avril 1841, et il est fait grand-croix de la Légion d'honneur le 28 avril 1843 et élevé à la dignité de Pair de France le 14 août 1845.

Il est le frère du général de brigade Jean-Pierre Doguereau, chevalier de la Légion d'honneur.

Notes et référencesModifier

  1. La copie de l'acte de naissance du dossier de la Légion d'honneur donne Doguerau et sur l'une des pièces il a signé Louis Doguerau.
  2. « Louis Doguereau », dans Charles Mullié (voir bibliographie)

BibliographieModifier