Ouvrir le menu principal

Lisa Mazzone

personnalité politique suisse

Lisa Mazzone
Illustration.
Portrait de Lisa Mazzone (2015)
Fonctions
Conseillère aux États
En fonction depuis le
Élection
Législature 51e (2019-2023)
Prédécesseur Robert Cramer
Vice-présidente du parti écologiste (Les Verts)
En fonction depuis le
Conseillère nationale
En fonction depuis le
Législature 50e (2015-2019)
Prédécesseur Anne Mahrer
Successeur Isabelle Pasquier
Présidente des Verts genevois
Prédécesseur Émilie Flamand-Lew
Successeur Nicolas Walder
Députée au Grand Conseil du canton de Genève
Législature 1re (2013-2018)
Biographie
Date de naissance (31 ans)
Lieu de naissance Genève (Suisse)
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Drapeau de l'Italie Italie
Parti politique Les Verts
Diplômée de Université de Genève
Profession Femme politique
Site web lisamazzone.ch

Lisa Mazzone, née le à Genève, est une personnalité politique suisse. Elle est conseillère nationale, membre des Verts.

BiographieModifier

Enfance, études et familleModifier

Lisa Mazzone a grandi à Versoix. Son père, Sergio Mazzone, est conseiller municipal de la commune jusqu’en 2011 pour le Parti écologiste de Genève[1].

Outre la nationalité suisse, elle a conservé la nationalité italienne de ses grands-parents[2]. Trois de ceux-ci ont quitté la péninsule pour venir travailler à Genève au CERN après avoir mené des parcours scientifiques divers[3],[4],[5]. Sa grand-mère paternelle, originaire du canton de Saint-Gall, y travaille alors en tant que secrétaire[6].

Elle étudie à l’Université de Genève, en lettres, littératures française et latine[7].

En 2019, Lisa Mazzone vit entre Genève et Berne[8]. Elle vit en couple et est mère d’un garçon né en mai 2019[9].

Carrière politiqueModifier

En 2006, Lisa Mazzone participe à la fondation du parlement des jeunes de Versoix[10] et devient membre du comité de la fédération suisse des parlements de jeunes (2007-2008)[11].

Membre du parti depuis 2008, elle préside les Verts genevois de mars 2014 à mars 2016[12], et est vice-présidente des Verts suisses dès le 16 avril 2016.

Elle siège au conseil municipal du Grand-Saconnex de 2011 à juin 2013, avant d'être élue au Grand Conseil de la République et canton de Genève le , pour la législature 2013-2018[13]. En tant que députée, elle a été membre de la commission des transports et de la commission de l'énergie, qu'elle a présidée à partir du mois de décembre 2014[14]. En 2013, elle obtient également un Bachelor en Lettres (français et latin) à l'Université de Genève.

Conseillère nationaleModifier

Le , lors des élections fédérales, elle est élue au Conseil national avec 12 331 suffrages, pour la législature 2015-2019[15]. Elle est la plus jeune conseillère nationale pour cette 50e législature[16], et à ce titre, a prononcé un discours lors de cette première journée[17],[18]. En raison de cette élection au Conseil national, elle démissionne du Grand Conseil du canton de Genève le 12 novembre 2015[19].

Peu après son élection au Conseil national, Lisa Mazzone affirme : « Mes valeurs m’orientent vers une réflexion pour davantage de temps libre et de partage — tant au niveau des biens, des richesses que des savoirs. Il est temps de sortir de l'approche strictement productiviste qui prévaut aujourd’hui »[20].

Conseillère aux ÉtatsModifier

En octobre 2018, elle annonce qu'elle se porte candidate au Conseil des États lors des élections fédérales suisses de 2019, en remplacement du conseiller aux États Robert Cramer qui ne brigue pas un 4e mandat[21],[22]. Elle est élue au deuxième tour avec Carlo Sommaruga, le dimanche 10 novembre 2019.

Engagements associatifsModifier

 
Manifestation pour le droit d'asile à Lausanne, le .

Le premier engagement de Lisa Mazzone est à Pro Velo Genève. Elle devient coordinatrice de cette association et se fait connaître dès 2010 dans les médias sur le thème de la promotion du vélo dans le canton de Genève[23]. Dès 2014, elle cède sa place de coordinatrice pour devenir chargée de projets au sein de l'association, jusqu’en 2016[8]. Par ailleurs, toujours dans le domaine des transports, elle est vice-présidente de l'Association transports et environnement à partir d'avril 2015.

En février 2015, elle apporte son soutien au collectif « Stop Bunkers » et exprime son indignation par rapport au fait que des requérants d'asile à Genève soient logés dans des abris de la protection civile[24].

Lisa Mazzone préside la Coordination pour un aéroport respectueux de la population et de l’environnement (CARPE), qui dépose en décembre 2016 une initiative populaire cantonale « Pour un pilotage démocratique de l'aéroport de Genève – Reprenons en main notre aéroport »[25]. L'initiative vise à limiter les nuisances à l’environnement et à la santé des habitants en améliorant le contrôle de l'aéroport par le Grand Conseil de Genève. Le 24 novembre 2019, 56 % des citoyens genevois acceptent l’initiative[26],[27].

Elle co-préside avec Priska Seiler Graf (de) (Parti socialiste, Zurich) la « Coalition environnement et santé pour un transport aérien responsable » (CESAR) créée en septembre 2016 par 20 organisations suisses[28]. Elle devient co-présidente de CIVIVA (la Fédération suisse du service civil) en mars 2017[29]. Depuis mai 2018, elle préside la section suisse de la Société pour les peuples menacés (SPM)[30].

Elle est, en outre, membre de plusieurs autres associations, dont Pro Natura, WWF, Public Eye (anciennement Déclaration de Berne), Coopérative de l'habitat associatif (CODHA), Coopérative d'habitation Équilibre[14]. Depuis 2016, Lisa Mazzone est vice-présidente de « HabitatDurable Suisse » (association des propriétaires pour l’habitat durable)[31].

PublicationsModifier

  • Dominique Bourg, Michel Maxime Egger, Philippe Roch, Yvan Rytz, Sophie Swaton et Alexander Feredau (sous la direction de) (préf. Lisa Mazzone), Les transitions écologiques : les fondements d'un monde nouveau, Saint-Julien-en-Genevois ; Genève, Jouvence, coll. « Concept Jouvence » (no 11), , 128 p. (ISBN 978-2-88911-987-5)

BibliographieModifier

  • Francis Cossu, « Lisa Mazzone, l’énergie renouvelée », La Vie protestante,‎ , p. 24-25.

RéférencesModifier

  1. Élections du 13 mars 2011, site de la ville de Versoix.
  2. Lisa Mazzone, l’effrontée du parlement genevois, Le Temps, 16 novembre 2014.
  3. « Luigi Mazzone (1926-2014) », Bulletin interne du CERN, numéro 51-02/2015, 15 décembre 2014.
  4. (en) « Maria and Giuseppe: Lives intertwined with CERN’s history », Pauline Gagnon, 5 février 2014, cern.ch.
  5. « Madame Lucia Fidecaro Mazzone », annonce mortuaire, septembre 2013.
  6. « Mariages » et « Départs », Journal de l'association du personnel du CERN, Nr. 23, nov.-déc. 1956, p. 17,18.
  7. « Lisa Mazzone : Candidate pour les Vert.e.s genevois.es au Conseil national et au Conseil des États », sur www.clafg.ch, Centre de liaison des associations féminines genevoises, (consulté le 24 octobre 2019).
  8. a et b « Portrait », sur lisamazzone.ch, 2018-2019 (consulté le 24 octobre 2019).
  9. Eric Felley, « Lisa Mazzone attend son premier enfant pour le mois de mai », lematin.ch,‎ (lire en ligne, consulté le 24 octobre 2019).
  10. « Lisa Mazzone », site des Verts genevois.
  11. Curriculum vitae « Lisa Mazzone », site de l’Association transports et environnement, Genève.
  12. « Lisa Mazzone élue présidente des Verts genevois », site des Verts genevois, 22 mars 2014 ; Le Courrier, 21 mars 2016.
  13. Élection du Grand Conseil du 6 octobre 2013.
  14. a et b « Mme Mazzone Lisa », Grand Conseil de la République et canton de Genève.
  15. « Élection au conseil national du 18 octobre 2015 », Canton de Genève, résultats officiels.
  16. Luca Di Stefano, « La fulgurante ascension de Lisa Mazzone, benjamine du Conseil national », Tribune de Genève, (consulté le 20 octobre 2015).
  17. 50e législature du Parlement suisse: la Verte Lisa Mazzone a centré son intervention sur l'environnement, Radio télévision suisse, 30 novembre 2015.
  18. Discours de Lisa Mazzone lors de l'ouverture de la 50e législature, Texte et vidéo en streaming du discours sur le site du Conseil national, 30 novembre 2015.
  19. Démission de Lisa Mazzone du Grand Conseil de Genève, Procès-verbal du Grand Conseil de Genève (page 2), 17 novembre 2015. [PDF]
  20. Laura Drompt, « Écologiste et féministe, Lisa Mazzone fourbit ses armes », Le Courrier,‎ , p. 5 (lire en ligne).
  21. Lisa Mazzone, conseillère nationale des Verts et candidate au conseil des Etats, Radio Lac, 2 mai 2019
  22. Lisa Mazzone vise le conseil des États, Tribune de Genève, 17 octobre 2018
  23. « Lisa Mazzone, un nouveau souffle à la tête des Verts », Le Courrier, 6 mars 2014.
  24. « Des députés exigent l'arrêt de l’hébergement souterrain », sur tdg.ch (consulté le 22 octobre 2015).
  25. « 14'450 signatures pour un pilotage démocratique de l'aéroport de Genève », sur www.rts.ch, RTS, (consulté le 15 décembre 2016). « Lancement d'une initiative », Feuille d'avis officielle de la République et canton de Genève, Canton de Genève, no 64,‎ (lire en ligne).
  26. Sylvia Revello, « À Genève, les riverains gagnent une manche face à l’aéroport », Le temps,‎ (lire en ligne, consulté le 24 novembre 2019).
  27. « Les Genevois votent pour un développement maîtrisé de l'aéroport », RTS Info,‎ (lire en ligne, consulté le 24 novembre 2019).
  28. « Une coalition se crée pour réduire les émissions nocives du trafic aérien », Médias, sur www.cesar-klug.ch, Coalition environnement et santé pour un transport aérien responsable (CESAR), (consulté le 11 avril 2018).
  29. « Lisa Mazzone devient co-présidente de la Fédération suisse du service civil », sur www.rts.ch, SSR, (consulté le 14 mars 2017).
  30. « La conseillère nationale Lisa Mazzone devient la nouvelle présidente de la Société pour les peuples menacés », Communiqués de presse, Société pour les peuples menacés - Suisse, (consulté le 17 juin 2019).
  31. « Comité central », sur www.habitatdurable.ch (consulté le 23 février 2017). « De nouveaux visages et une Vision politique », HabitatDurable, no 37,‎ , p. 1 (lire en ligne).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :