Ouvrir le menu principal

Ligne de Colmar-Central à Metzeral

ligne de chemin de fer française

Ligne de
Colmar-Central à Metzeral
Image illustrative de l’article Ligne de Colmar-Central à Metzeral
L'autorail X 73504 en gare de Metzeral
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Colmar, Wintzenheim, Turckheim, Munster, Metzeral
Historique
Mise en service 1868 – 1893
Concessionnaires Est (1868 – 1871)
EL (1871 – 1919)
AL (Non concédée) (1919 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 119 000
Longueur 24,604 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 20 
Nombre de voies Voie unique
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic TER

La ligne de Colmar-Central à Metzeral est une ligne de chemin de fer française du Haut-Rhin. Ligne à voie unique, à écartement standard, non électrifiée, elle constitue un embranchement de la grande ligne Strasbourg - Bâle. Elle relie les gares de Colmar et de Metzeral en passant par Munster.

Elle constitue la ligne n°119 000 du réseau ferré national.

Dans l'ancienne nomenclature de la région Est de la SNCF, elle était numérotée « ligne 34 » et désignée en tant que « Ligne Metzeral – Colmar »[1].

Sommaire

HistoireModifier

La ligne de Munster à Colmar est concédée à la commune de Munster et déclarée d'utilité publique, à titre d'intérêt local, par un décret impérial le 5 août 1866. Ce même décret approuve le traité d'exploitation de la ligne signé le 22 novembre 1865 entre la commune et la Compagnie des chemins de fer de l'Est[2].

La section de Colmar à Munster est ouverte le 3 décembre 1868 par la Compagnie des chemins de fer de l'Est[3].

La ligne est prolongée jusqu'à Metzeral par la Direction générale impériale des chemins de fer d'Alsace-Lorraine (EL) le 1er novembre 1893[4].

Le 17 juillet 1929, une loi déclare déclare d'utilité publique la construction d'une ligne entre Cornimont et Metzeral au travers du massif des Vosges, et assurant la jonction avec la ligne de Remiremont à Cornimont[5]. Cette même loi attribue la nouvelle ligne à l'Administration des chemins de fer d'Alsace et de Lorraine (AL). Cette jonction ne sera jamais réalisée.

Début des années 1990, considérant la fréquentation en érosion constante et l'état de l'infrastructure, il est question de transférer la desserte à la route. Un comité de ligne voit le jour pour défendre une ligne qui se relance au début du siècle suivant, profitant de la régionalisation des TER et de l'impulsion du monde politique local. Des haltes sont aménagées à proximité des principaux établissements scolaires qui génèrent une large part de la fréquentation des rames. Celle-ci s'en voit doublée, mais dans les années qui suivent, l'érosion reprend[6].

Depuis le , un autorail AGC a été mis en place principalement aux tranches horaires les plus chargées, afin de répondre à une capacité insuffisante des autorails X 73500, même en composition de couplage de trois engins[7].

En 2018, la fréquence va d'un train toutes les deux heures (en milieu de matinée et d'après-midi) à deux par heure en pointe. La desserte débute vers h et cesse vers 19 h. Le temps de parcours est de 35 minutes pour 24 km, soit une vitesse commerciale moyenne légèrement supérieure à 40 km/h.

InfrastructureModifier

Gares de la ligneModifier

 
Autorail X 73500 numéro 518 circulant sur la ligne.

La ligne est desservie par 16 gares et haltes, toutes encore en service.

Du fait de la vocation omnibus de cette ligne, Colmar dispose de trois gares sur son ban communal et desservant la ligne : outre la gare de Colmar, principale gare de l'agglomération, les gares de Colmar-Saint-Joseph et de Colmar-Mésanges desservent l'ouest de la ville.

Munster dispose de deux gares, la principale et celle de Munster-Badischhof qui dessert le quartier du même nom à l'est de la commune.

Quant à la commune de Wintzenheim, elle a la particularité d'accueillir trois gares sur son ban communal sans qu'aucune ne desserve son centre-ville : la gare de Logelbach dessert la cité du même nom, géographiquement accolée à Colmar, la gare de Wintzenheim-Saint-Gilles dessert le lycée du même nom, et la Gare de Walbach-La Forge dessert le lieu-dit "La Forge" situé au sud de la commune de Walbach.

Enfin, la commune de Turckheim accueille deux gares sur son ban communal: la sienne et celle d'Ingersheim.

Notes et référencesModifier

  1. [PDF] SNCF Région de l'Est - Carnet de profils et schémas - 1962, voir notamment planche 189, page 102 du PDF.
  2. « N° 14594 - Décret impérial qui, 1° déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer d'intérêt local de Munster à Colmar ; 2° approuve le traité passé, le 22 novembre 1865, pour l'exploitation de ce chemin de fer : 5 août 1866 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie Impériale, série XI, vol. 28, no 1430,‎ , p. 489 - 507.
  3. Ligne Colmar - Munster sur le site d’Étienne Biellmann.
  4. Ligne Munster - Metzeral sur le site d’Étienne Biellmann.
  5. « Loi relative à la déclaration d'utilité publique de deux nouvelles traversées des Vosges : ligne de Saint-Dié à Sainte-Marie-aux-Mines et ligne de Cornimont à Metzeral : 17 juillet 1929 », Journal officiel de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, no 167,‎ , p. 8074 (lire en ligne).
  6. Lettre du Cheminot (10 décembre 2016) : « Ligne Colmar - Metzeral, ce n'est pas encore gagné »
  7. Blog Autrain

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier