Institut Le Rosey

(Redirigé depuis Le Rosey)

Institut Le Rosey
Généralités
Création 1880
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Coordonnées 46° 27′ 31″ nord, 6° 19′ 39″ est
Adresse Château du Rosey
Chemin du Rosey, 3
1180 Rolle
Site internet http://www.rosey.ch
Cadre éducatif
Réseau AIAR (Association Internationale des Anciens Roséens)
Type Internat privé
Président Christophe Gudin
Proviseur Michael Gray
Population scolaire 420
Formation Baccalauréat international
Baccalauréat français
Localisation
Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud
(Voir situation sur carte : canton de Vaud)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Suisse
(Voir situation sur carte : Suisse)
Point carte.svg

L'Institut Le Rosey est une école privée internationale avec internat située dans le château homonyme, sur le territoire de la commune vaudoise de Rolle, en Suisse. Durant les mois d'hiver, l'école est délocalisée dans la station de ski suisse de Gstaad où elle dispose d'un campus secondaire. Elle est considérée comme l'école la plus chère du monde avec des tarifs avoisinant les 100 000 euros pour une année. Issus de plus de 60 nationalités différentes, les 400 élèves ont droit à un enseignement bilingue, français et anglais. Les élèves peuvent passer soit un bac français soit un bac international au terme de leur formation.

HistoireModifier

L'origine de cette maison seigneuriale remonte au XIIIe siècle[1], ce fief noble, mentionné vers 1270, étant alors détenu par Pierre du Rosey. Au XVe siècle, la maison forte appartient à Guillaume Bolomier, grand chancelier du duché de Savoie, qui sera accusé de malversations et exécuté par noyade en 1446 (voir aussi Pierre Gerbais). Au XVIIe siècle, ce domaine passe à la famille Rolaz, qui ajoute le nom de cette terre à son patronyme et devient Rolaz du Rosey. Enfin, en 1880, Paul-Émile Carnal devient propriétaire de ces lieux et y développe un pensionnat réputé. L'institution, aujourd’hui encore, attire des étudiants du monde entier[2]. Il est inscrit à l'inventaire cantonal du patrimoine en 1979[3].

C'est donc en 1880 que Le Rosey est fondé par Paul-Émile Carnal sur le domaine, alors à l'abandon. Son fils Henri, aidé de son épouse américaine, prend la succession en 1912 ; ensemble, le couple ouvre le recrutement des élèves à l'international. L'équipe de hockey de l'Institut remporte trois titres de champion de Suisse de hockey sur glace en 1921, 1924 et 1925. L'établissement continue à fonctionner pendant les deux guerres mondiales. En 1946, Louis Johannot et Helen Schaub prennent la direction du Rosey et s'emploient à moderniser le campus. En 1951 et en 1954, l'équipe de yole de mer du Rosey est deux fois championne de Suisse. En 1967, l'établissement devient mixte, le campus féminin étant implanté à La Combe à partir de 1975, après que l'institut ait racheté cette école de jeunes filles située à quelques centaines de mètres du Rosey. En 1980, Anne et Philippe Gudin deviennent à leur tour directeurs et lancent une rénovation des programmes scolaires et des infrastructures. En 2015, Antoine Gudin leur succède[4]. 140 après sa fondation, Le Rosey est toujours dirigé par la même famille[1].

Cet internat privé offre une éducation bilingue et biculturelle, au travers de cours donnés en français ou en anglais aux élèves âgés de 8 à 18 ans. L'école possède deux campus, l'un au château du Rosey et l'autre, pour le trimestre d'hiver, à Gstaad. Le site du Rosey se complète du Carnal Hall, un auditorium futuriste de 900 places élevé de 2012 à 2014 selon les plans de l'architecte Bernard Tschumi[5],[6].

Les deux campusModifier

 
Vue aérienne du Rosey et de Rolle en 1964.
 
Gstaad, où Le Rosey possède un campus d'hiver.

Le campus d'étéModifier

Le campus d'été est situé à Rolle, une petite commune du Canton de Vaud, il dispose de nombreuses infrastructures sportives et artistiques comme le Paul & Henri Carnal Hall, qui abrite l'auditorium et une bibliothèque de 18 000 références[6]. Les filles sont logées dans le campus de la combe situé à dix minutes de marche.

Situé au pied des montagnes et au bord du lac de Genève, il s'étend sur un domaine d'environ trente hectares. Entre des arbres séculaires s'élèvent des courts de tennis, des piscines, deux terrains de football, une serre botanique ou encore un théâtre. L'école possède aussi des écuries à Grilly[6],[1].

En 2016, l'institut fait venir le chanteur Phil Collins pour se produire en concert et en 2018 Francis Huster pour animer le festival de théâtre[6].

Le campus d'hiverModifier

Durant les mois d'hiver (début janvier à début mars), l'école emménage, personnel compris dans la petite station de sports d'hiver suisse Gstaad dans le canton de Berne. L'après-midi les élèves font du ski à part le jeudi où ils ont cours également l'après-midi, pour ne pas trop perdre en temps de cours, ils ont également cours le samedi matin. Pour profiter au maximum du cadre disponible, des excursions de toute une journée de ski sont organisées environ trois fois pendant le trimestre et d'autres activités, comme la descente aux flambeaux[6].

Le campus principal, où l'intégralité des cours ont lieu, est situé sur la colline du Ried à Gstaad mais quelques chalets servant à l'internat sont situés non loin de la piste de l'Eggli, à sept minutes de marche. Les filles sont logées dans leur campus à Schönried, situé à dix minutes de train, moyen de transport qu'elles utilisent pour se rendre à Gstaad.

Cette tradition de délocaliser le campus pendant l'hiver remonte à 1915, lorsque le directeur décida d'amener à la station les enfants empêchés de rejoindre leurs parents à cause de la Première Guerre mondiale. Concluante, l'opération fut renouvelée puis pérennisée et participa au développement de Gstaad, les familles fortunées s'employant désormais à fréquenter le village pour y croiser leurs enfants entre les cours[6].

Admissions et vie scolaireModifier

À chaque rentrée scolaire, 80 à 100 nouveaux résidents de 8 à 18 ans sont sélectionnés sur 400 demandes d'admissions[6]. Pour les élèves de primaire, un an de pensionnat coûte 83 400 francs suisses, soit plus de 75 300 euros. Pour le collège et le lycée, une année coûte 111 900 francs suisses, soit plus de 101 000 euros[1].

L'institut tient à ce qu'il n'y ait pas plus de 10 % d'élèves issus d'une même région linguistique, afin de favoriser le brassage multiculturel. Quant à leur origine, 50 % sont issus d'Europe, 20-25 % d'Asie, le reste se partageant entre l'Amérique, l'Afrique et le Moyen Orient. Vingt-cinq langues y sont enseignées (dont le chinois, le finnois, le swahili, etc.). Les classes, qui ne comptent pas plus de 10-12 élèves, sont toutes bilingues (la moitié des cours sont dispensés en français)[6].

Les élèves sont rassemblés par classe d'âge en maisonnées, placées sous la responsabilité de leurs professeurs (qui, au nombre de 150, vivent sur place, avec leur famille)[6],[1].

Les activités artistiques et sportives sont encouragées. L'institut dispose ainsi de 30 professeurs de musique, permettant d'apprendre à jouer tous les instruments symphoniques, à quoi s'ajoutent un professeur de cornemuse et une école de rock. Un concours de poésie est organisé chaque année. Au niveau sportif, vingt-deux professeurs sont rattachés à l'école ; il est permis de permis de pratiquer quotidiennement de 15 h 30 à 19 h un nombre conséquent de disciplines (tennis, natation, football, équitation, voile, aviron, ski nautique, snowboard, etc.). Les élèves ont aussi droit aux cours d'un « directeur de la nature », qui a la charge de la leur faire redécouvrir par de multiples activités (dormir dans un igloo, faire l'ascension du mont Cervin, etc.)[6]. Ils bénéficient enfin de conférences sur de nombreux sujets (économie, sciences, politique...), notamment par le biais des conférence TEDx.

L'Institut organise par ailleurs de nombreuses conférences sur l'économie, les sciences, la politique ou l'environnement avec notamment des invités des fameuses conférences TEDx[1].

Créée en 1922, l'Association internationale des Anciens Roséens (AIAR) rassemble les anciens élèves et édite un bulletin annuel[4],[7].

AccréditationsModifier

L'Institut Le Rosey est accrédité par le New England Association of Schools and Colleges (en), l'Organisation du baccalauréat international, le ministère de l'Éducation nationale français et le Council of International Schools[8]. Le Rosey est également membre du European Council of International Schools.

Au baccalauréat français, Le Rosey a un taux de réussite de 100 %, dont 50 % de mentions très bien, même si la majorité des élèves passent le baccalauréat international, notamment afin de viser de grandes universités[6]. 30 % de ses diplômés intègrent ainsi une des 25 meilleures universités du monde (Oxford, Cambridge, le MIT ou encore les établissement de la Ivy League[1]).

Élèves célèbresModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h et i Frédéric Bianchi, « À quoi ressemble l'école la plus chère du monde à 100 000 euros l'année ? », bfmtv.com, 30 juillet 2017.
  2. Paul Bissegger, Les Monuments d’art et d’histoire du canton de Vaud VII, Rolle et son district, Société d'histoire de l'art en Suisse, coll. « Monuments d’art et d’histoire de la Suisse », (ISBN 978-3-03797-029-4), p. 367-371
  3. « Fiche de recensement 211 », sur recensementarchitectural.vd.ch
  4. a et b « Une Histoire riche... », sur rosey.ch (consulté le 19 mars 2020).
  5. 24 Heures, 6-7 juillet 2013, p. 15
  6. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r Ghislain de Montalembert, « Le Rosey : le pensionnat de la jeunesse dorée », Le Figaro Magazine, semaine du 28 février 2020, p. 62-70.
  7. « L’AIAR. Association Internationale des Anciens Roséens », sur rosey.ch (consulté le 19 mars 2020).
  8. (en) « European Council of International Schools: Le Rosey »,
  9. Alain-Fabien Delon n'est pas membre de l'Association internationale des Anciens Roséens (AIAR) ayant été renvoyé après moins d'un an de l'internat pour comportement inacceptable.
  10. Philippe Delorme, Les Dynasties perdues (préface du roi Siméon II de Bulgarie), collection « Point de vue », Express Roularta, 2011, 286 pages, page 172 (ISBN 978-2-84343-855-4)
  11. Iman Ansari et Patrick Germain, Mon père, mon frère, les Shahs d’Iran - Entretiens avec Son Altesse Impériale le prince Gholam-Reza Pahlavi, Éditions Normant, 2004, 336 pages (ISBN 2915685061), pages 63 et suivantes.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Le Rosey : un siècle de souvenirs : 1880-1980, [S.l.] : [s.n.], 1980, 164 p.
  • Le Rosey : [yearbook], Rolle (Bibliothèque cantonale et universitaire, Lausanne Riponne : réserve B, cote 2VP 949).
  • Le Rosey : 1880 - 1930 : cinquantième anniversaire, [Genève] : [Sadag], [1930].
  • L’Écho du Rosey (irrégulier) (Bibliothèque cantonale et universitaire, Lausanne Riponne, dépôt légal P2, cote B 9918).

Liens externesModifier