Laudun (côtes-du-rhône villages)

région viticole
(Redirigé depuis Laudun (AOC))

Laudun
Image illustrative de l’article Laudun (côtes-du-rhône villages)
Vignobles de Laudun-l'Ardoise.

Désignation(s) Laudun
Appellation(s) principale(s) côtes-du-rhône villages
Type d'appellation(s) AOC
Reconnue depuis 1967
Pays Drapeau de la France France
Région parente vignoble de la vallée du Rhône
Sous-région(s) vallée du Rhône méridionale
Localisation Gard rhodanien
Saison deux saisons sèches (hiver et été) et
deux saisons pluvieuses (automne et printemps)
Climat tempéré méditerranéen sous influence du mistral
Superficie plantée 475 hectares
Cépages dominants grenache N, mourvèdre N, syrah N, grenache blanc B, clairette B, marsanne B, roussanne B, bourboulenc B et viognier B
Vins produits rouges, blancs et rosés
Production 19 100 hectolitres
Pieds à l'hectare minimum 4 000 pieds par ha,
soit maximum 2,5 m² par pied
Rendement moyen à l'hectare 41 à 45 hl/ha[1]

Le laudun[2], ou côtes-du-rhône villages Laudun, est un vin produit sur les communes de Laudun-l'Ardoise, Saint-Victor-la-Coste et Tresques, dans le département du Gard.

Il s'agit d'une des dix-sept dénominations géographiques au sein de l'appellation d'origine contrôlée côtes-du-rhône villages, dans la partie méridionale du vignoble de la vallée du Rhône.

HistoireModifier

Antiquité au Moyen ÂgeModifier

La ville ancienne de Laudun se situait sur le plateau du Camp de César qui domine la ville actuelle. Le plateau dit de Saint-Pierre de Castres, qu'on croit avoir été l'emplacement d'un ancien camp romain, est situé en partie dans la commune de Laudun et en partie dans celle de Tresques. On y a trouvé de tout temps, en assez grande quantité, des inscriptions, des armures, des ustensiles, etc. Après l'abandon de l'oppidum à la fin du VIe siècle. Les premiers vestiges du Moyen Âge (XIe – XIIe siècles) se découvrent sur la colline Sainte-Foy où demeurent des pans de murs du château féodal.

Laudun, riche commune, était une possession des seigneurs de Laudun. Des moulins installés le long de la Tave témoignent de l'activité économique liée à cette petite rivière. Toutefois, le bourg a tiré essentiellement sa richesse et sa renommée de la culture de la vigne.

Période moderneModifier

Le XVIe siècle est marqué par l'édification de demeures aux façades de style Renaissance. Au XVIIe siècle, la confrérie des Pénitents blancs fait construire sur la colline Sainte-Foy une chapelle qui domine le bourg.

Un seigneur de Laudun, François, échanson du Dauphin qui devint plus tard Louis XI, reçut en 1437 le roi Charles VII de France dans son château de Laudun. Vers la fin du XVIe siècle, cette seigneurie est passée par mariage à la maison de Joyeuse. Le bourg s'est ensuite développé vers la plaine avec une deuxième série de fortifications contre lesquelles s'éleva l'église gothique Notre-Dame-la-Neuve (première moitié du XIVe siècle).

Période contemporaineModifier

ÉtymologieModifier

Situation géographiqueModifier

OrographieModifier

GéologieModifier

Ce chapitre retrace brièvement les principaux événements géologiques qui ont régi la mise en place des roches-mères, puis les grandes étapes d’érosion, de recouvrement et d’alluvionnement qui ont modelé le paysage et composé les sols de l’appellation Laudun.

La structure géologique de l’aire viticole de l’appellation CDRV Laudun s’appuie au sud de Saint-Victor-la-Coste sur les reliefs des garrigues constitués des calcaires récifaux de l’Urgonien. Ces calcaires massifs et très résistants proviennent de la grande barrière de corail édifiée il y a 120 millions d’années (MA), au milieu de la période crétacée dans une mer chaude (Barrémien).

Les reliefs au Nord de Laudun et Tresques sont constitués de différentes couches calcaires et gréseuses formées, selon les périodes, en milieu marin peu profond ou en milieu continental littoral. En effet, à la fin de la période du Crétacé supérieur, (fin de l’Ère secondaire), soit 30 MA plus tard, la mer se retire vers le nord, créant dans la région de Bagnols une zone littorale envahie par des deltas sableux provenant des reliefs du Massif Central encore jeune. L’évolution de ces formations a donné des sables blancs, jaunes, ocre à rouges, qui par consolidation donneront des grès siliceux et quartzites. Durant toute cette période, la mer n’a cessé d’avancer et de reculer. Les roches actuelles sont très stratifiées et variables du fait de cette instabilité passée du trait de côte. Éléments calcaires et siliceux, gréseux ou non, avec parfois des strates plus tendres sableuses ou marneuses se superposent et se succèdent aujourd’hui du Serre de Bernon, à la Plaine des Avaux et au Plateau de Lacau.

Ce n’est qu’à l’Ère tertiaire, à la fin de la période éocène-oligocène, soit il y a 30-40 MA que la vallée du Rhône prendra sa direction et son allure générale actuelles. À cette période de grands mouvements liés à l’émersion des chaînes pyrénéo-provençales provoquent plissements d’axe est-ouest et fracturations de l’écorce terrestre. Des failles majeures vont structurer toute la région, comme la faille de Roquemaure qui sépare le domaine des collines calcaires du sud de Saint-Victor-la-Coste de la vallée de la Tave.

La région de Laudun est très représentative de ces deux phases de déformations : plissements puis fracture. La zone de l’étang de Tresques correspond à un axe d’effondrement, la vallée de la Tave à un des cinq synclinaux ayant déformé les terrains du Crétacé supérieur.

Beaucoup plus tard, au Messinien (7MA), la Méditerranée s’assèche et un canyon principal se creuse dans la vallée du Rhône (400 m) avec ses canyons latéraux dont l’un pénètre jusque dans la vallée de la Tave. La mer revient au Pliocène, dans tout l’ensemble rhodanien, et comble ces fossés d’argile (marne du Plaisancien). La phase de remplissage se termine en milieu continental par l’apport de sables fluviatiles (Astien) bien représentés à Saint-Laurent-des-Arbres et débordant sur le Sud-Est de Laudun et sur Saint-Victor-la-Coste (Mayran).

Enfin, entre 2 MA et 12000 ans, se succèdent les cinq grandes glaciations du Quaternaire. À chaque période interglaciaire des matériaux arrachés aux reliefs et transportés par le fleuve Rhône et ses affluents sont redéposés sur les roches en place du Tertiaire et du Secondaire :

Au Villafranchien, le Rhône très puissant forme ses terrasses alluviales à galets roulés arrachés des moraines glaciaires des Alpes jusqu’au abord de Laudun (Suc et Pradelles, Cambon, Garrigues-de-Meyran) et Saint-Victor-la-Coste à l’Est (Cabrières).

Au Würm (70000 – 12000 ans) entre deux périodes froides, les produits d’érosion des reliefs calcaires de Saint-Victor-la-Coste soumis au phénomène de gélifraction s’épandent en coulées boueuses et caillouteuses aux piémonts des reliefs. Ces apports caillouteux sont localement repris, transportés et redéposés en terrasses alluviales par les cours d’eau. Sur Tresques, la Tave laisse ainsi quelques témoins de terrasses alluviales dans la haute plaine actuelle (Le Flaugeas).

C’est aussi à cette époque que des limons et sables éoliens venant du Nord se déposent sur des pelouses steppiques sous abris en piémont des collines calcaires (Les Clauds sur Laudun). Ces lœss sont repris ensuite dans les alluvions et colluvions récentes de la vallée de la Tave.

Enfin les 12000 dernières années ont vu agir sous un climat proche du nôtre, les agents d’érosion : l’eau et la gravité, puis l’homme agriculteur remodelant les pentes et recreusant les réseaux de drainage, comme dans la vallée de la Tave. La vigne y apparaît il y a plus de 2 millénaires.

ClimatologieModifier

De type méditerranéen (méso-méditerranéen) et se caractérisant notamment par un nombre de jours de mistral fort élevé (plus de 110 jours par an).

Données météorologiques de Laudun-L'Ardoise de 1961 à 1990[3]
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc Année
Températures minimales (°C) 1,3 2,6 4,4 7,2 10,8 14,4 17,0 16,3 13,8 9,7 4,9 1,9 8,7
Températures maximales moyennes (°C) 9,4 11,3 14,4 17,8 22,1 26,1 29,6 28,8 25,0 19,7 13,3 9,5 18,9
Températures moyennes (°C) 5,4 6,9 9,4 12,5 16,4 20,2 23,3 22,5 19,4 14,7 9,1 5,7 13,8
Ensoleillement (h) 132 137,1 192,5 230,4 264,6 298,9 345,3 310,7 237,6 187,1 135,2 123,8 2595,3
Pluviométrie (mm) 44,4 57,5 61,1 58,9 72,4 43,6 27,8 56,3 67,6 97,4 57,7 48,9 693,4
à Laudun-L'Ardoise Gard rhodanien moyenne nationale
Ensoleillement 2 595 h/an 2 800 h/an 1 973 h/an
Pluie 693 mm/an 700 mm/an (sur 80 jours) 770 mm/an
Neige 4 j/an 14 j/an
Vent 110 j/an essentiellement du Mistral
Orage 23 j/an 22 j/an
Brouillard 31 j/an 40 j/an
Mois Jan Fev Mar Avr Mai Jui Jui Aou Sep Oct Nov Dec
Records de températures minimales °C (Année) -13,4 (1985) -14,5 (1956) -9,7 (2005) -2,9 (1970) 1,3 (1979) 5,7 (1984) 9,0 (1953) 8,3 (1974) 3,1 (1974) -1,1 (1973) -5,4 (1952) -14,4 (1962)
Records de températures maximales °C (Année) 20,3 (2002) 23,0 (1960) 27,2 (1990) 30,7 (2005) 34,5 (2001) 38,1 (2003) 40,7 (1983) 42,6 (2003) 35,1 (1966) 29,6 (1985) 24,6 (1970) 20,2 (1983)
Source: (fr) https://www.linternaute.com/ville/ville/climat/25721/orange.shtml

VignobleModifier

PrésentationModifier

Le vignoble s'étend sur les communes de Laudun, Saint-Victor-la-Coste et Tresques

EncépagementModifier

Les cépages rouges sont grenache N 50 % minimum, syrah et/ou mourvèdre 20 % minimum. Les cépages blancs sont clairette, marsanne, roussanne, bourboulenc, viognier. Pour l'élaboration des vins rouges, rosés ou blancs, les autres cépages blancs sont admis à 20 % maximum.

Méthodes culturalesModifier

L'appellation sur 298 hectares a une production annuelle de 11 315 hectolitres, avec un rendement de 38 hl/ha.

Terroir et vinsModifier

Les conditions de production de grands vins blancs

Le vignoble de Laudun s’étend sur trois communes Laudun, Tresques et saint-Victor La Coste et possède une mosaïque de terroirs :

Certains présentent des sols caillouteux: épandages calcaire ou terrasses anciennes du Rhône à galets roulés : sols emblématiques des Côtes du Rhône ayant prouvé leur capacité à produire des vins rouges de grande qualité.         

D’autres plus légers, le plus souvent sableux, parfois issus de lœss, ayant une capacité au ressuyage et au drainage conviennent particulièrement pour l’élaboration des vins blancs.

Les millésimesModifier

Ils correspondent à ceux du vignoble de la vallée du Rhône. Ils sont notés : année exceptionnelle  , grande année  , bonne année ***, année moyenne **, année médiocre *.

Millésimes 2000
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Caractéristiques   *** ***         ***    
Millésimes 1990
1999 1998 1997 1996 1995 1994 1993 1992 1991 1990
Caractéristiques *** *** ** ***   ** ** ** ***  
Millésimes 1980
1989 1988 1987 1986 1985 1984 1983 1982 1981 1980
Caractéristiques       ***   **   ***    
Millésimes 1970
1979 1978 1977 1976 1975 1974 1973 19722 1971 1970
Caractéristiques       ** ***   *** ** **  
Millésimes 1960
1969 1968 1967 1966 1965 1964 1963 1962 1961 1960
Caractéristiques ** *     *** *** ** ** ***  
Millésimes 1950
1959 1958 1957 1956 1955 1954 1953 1952 1951 1950
Caractéristiques           ***     **  
Millésimes 1940
1949 1948 1947 1946 1945 1944 1943 1942 1941 1940
Caractéristiques           **     ** **
Millésimes 1930
1939 1938 1937 1936 1935 1934 1933 1932 1931 1930
Caractéristiques *     *** **     ** ** **
Millésimes 1920
1929 1928 1927 1926 1925 1924 1923 1922 1921 1920
Caractéristiques     **   **     **    
Sources : Yves Renouil (sous la direction), Dictionnaire du vin, Éd. Féret et fils, Bordeaux, 1962 ; Alexis Lichine, Encyclopédie des vins et alcools de tous les pays, Éd. Robert Laffont-Bouquins, Paris, 1984, Les millésimes de la vallée du Rhône & Les grands millésimes de la vallée du Rhône

Soit sur 90 ans, 24 années exceptionnelles, 26 grandes années, 16 bonnes années, 22 années moyennes et 2 années médiocres.

Structure des exploitationsModifier

Type de vins et gastronomieModifier

Pour les vins rouges :

Grenache 50% minimum, syrah et/mourvèdre 20% minimum, autres cépages admis de l’appellation le carignan, cinsaut, counoise, muscardin, piquepoul noir, terret noir pour 20% maximum

Sensations  visuelles : robe pourpre à grenat, soutenue et brillante

Sensations olfactives : nez expressif et riche, bouquet composé d’arômes de petits fruits rouges et noirs, mûrs ou confiturés, relevé de notes épicées et de réglisse.

Sensations gustatives : attaque fraîche, équilibre étoffé avec des tannins soyeux, finale longue, persistante et généreuse.

Pour les vins blancs :

Assemblage d’au moins deux des cépages principaux : grenache blanc, clairette, roussane, bourboulenc, et viognier. Les autres cépages blancs de l’appellation (marsanne, piquepoul et ugni blanc) sont admis avec un maximum de 20%.

Sensations  visuelles : robe jaune pâle aux reflets jaune paille éclatante et brillante.

Sensations olfactives : nez aromatique, complexe et fin, révélé par des notes des fruits exotiques, de pêches blanches, d’abricots, et de fleurs blanches.

Sensations gustatives : attaque fraîche, avec une sensation de rondeur et de richesse pour une finale persistante et fondue.

CommercialisationModifier

L'appellation commercialise 12000 hectolitres répartis ainsi : 86% en France, 14% à l’export, 40% en grande distribution, 15% grossistes, 15% en vente directe, 7% cavistes. Pays principaux de destination à l’export : Royaume-Uni, Belgique, et Amérique du Nord.

Les principaux producteurs de l'appellationModifier

La place de Laudun parmi les côtes-du-rhône villagesModifier

Les dix-sept dénominations de l'appellation côtes-du-rhône villages
Dénominations Surface et production Communes ayant droit à une des dénominations géographiques
hectares hectolitres
Cairanne 760 24 540 Cairanne
Chusclan 259 9 576 Chusclan, Orsan, Bagnols-sur-Cèze, Codolet, Saint-Étienne-des-Sorts
Laudun 298 11 315 Laudun, Saint-Victor-la-Coste, Tresques
Massif-d'uchaux 178 5 830 Lagarde-Paréol, Mondragon, Piolenc, Uchaux et une partie de Sérignan-du-Comtat
Plan-de-dieu 367 2 851 Camaret-sur-Aigues, Jonquières, Travaillan, Violès
Puyméras 81 3 243 Mérindol-les-Oliviers, Mollans-sur-Ouvèze, Faucon, Saint-Romain-en-Viennois, Puyméras
Roaix 96 3 176 Roaix
Rochegude 135 4 462 Rochegude
Rousset-les-vignes 52 2 041 Rousset-les-Vignes
Sablet 230 8 163 Sablet
Saint-gervais 137 5 019 Saint-Gervais
Saint-maurice-sur-eygues 136 4 982 Saint-Maurice-sur-Eygues
Saint-pantaléon-les-vignes 61 2 037 Saint-Pantaléon-les-Vignes
Séguret 268 9 176 Séguret
Signargues 600 18 000 Domazan, Estézargues, Rochefort-du-Gard, Saze
Valréas 479 16 883 Valréas
Visan 419 14 510 Visan

NotesModifier

BibliographieModifier

  • G. Pierrefeu et Pierre Le Roy de Boiseaumarié, Circuit touristique Côtes-du-Rhône, Drôme-Vaucluse, Éd. Havas, Avignon, 1956.
  • Ph. Huguier, Vins des côtes-du-rhône, Éd. A. Robert, Marseille, 1973.
  • P. Le Roy de Boiseaumarié, Histoire de l'appellation côtes-du-rhône, Éd. Reflets Méditerranées, Avignon, 1978.
  • Pierre Charnay, Vignobles et vins des côtes-du-rhône, Éd. Aubanel, Avignon, 1985.
  • Robert W. Mayberry, Wines of the Rhône Valley, a guide to origins, Rowman & Littlefield Publishers, Totawa, New Jersey, U.S.A. , 1987.
  • Guy Jacquemont et Patrick Galant, Le Grand Livre des côtes-du-rhône, Éd. du Chêne, Paris, 1988.
  • Charles Pomerol, sous la direction de, Terroirs et vins de France. Itinéraires œnologiques et géologiques, Éd. du BRGM, Orléans, 1990.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier