Lang Lang

Pianiste et concertiste chinois de renommée internationale

Lang Lang (chinois : 郎朗 ; pinyin : Láng Lǎng), né le à Shenyang, est un pianiste et concertiste chinois de renommée internationale. Il réside actuellement aux États-Unis.

Lang Lang
Lang Lang - World Economic Forum Annual Meeting 2010 Davos cropped.jpg
Lang Lang après un concert à la réunion annuelle du Forum économique mondial à Davos en 2010
Fonction
Ambassadeur de bonne volonté de l'Unicef
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (38 ans)
ShenyangVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
郎朗Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Pianiste classiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Taille
1,78 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Instrument
Labels
Sony Classical (en), Deutsche GrammophonVoir et modifier les données sur Wikidata
Maître
Genre artistique
Influencé par
Site web
Distinctions
Prix international Mendelssohn de Leipzig (d) ()
Chevalier de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Discographie
Discographie de Lang Lang (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Jeunesse et premiers succèsModifier

Láng Lǎng[1],[2],[3] naît dans le dortoir d'une caserne de l'armée, d’une mère standardiste et d'un père musicien à l'Orchestre de l'armée de l'air chinoise. Il déclare à ce sujet : « Mes parents avaient vu leurs propres rêves artistiques brisés par la Révolution culturelle, et j'avais d'une certaine façon la charge d'assumer ces rêves. »[4].

À un an et demi, il découvre le piano et la musique classique en regardant deux dessins animés dont un épisode de Tom et Jerry intitulé Le Concerto du Chat (incluant la Rhapsodie hongroise no 2 de Franz Liszt)[5]. Sa mère lui offre alors son premier piano droit. À cette époque, pour lui, musique et piano sont les synonymes d'un jeu.

À trois ans, il étudie avec Zhu Yafen (朱雅芬) du conservatoire de Shenyang[6]. Encouragé par son père, qui gère sa carrière, il est rapidement considéré comme un prodige du piano[7].

En 1987, il remporte le premier prix du concours de Shenyang, exploit qu'il réitère deux ans plus tard, et donne son premier concert en public. À neuf ans, il remporte le premier prix du concours Xingxai à Pékin[8]. Il est admis au conservatoire de Pékin dans la classe de Zhao Pinguo (赵屏国)[9]. Son père démissionne et la famille emménage dans la capitale[10].

À 11 ans, il remporte le premier prix du 4e Concours international de jeunes pianistes à Ettlingen en Allemagne[11] ainsi que, deux ans plus tard, le premier prix du Concours Tchaïkovski pour jeunes musiciens[12], en 1995 au Japon. Dès l'année suivante, il devient l’un des solistes du concert inaugural de l’Orchestre symphonique national de Chine, dont l’invité d’honneur est le président Jiang Zemin[8].

Entre 1997 et 2002, il travaille avec Gary Graffman au Curtis Institute de Philadelphie[13],[14],[15].

En 2001, il se produit pour la première fois au Carnegie Hall[16],[17], point de départ de sa carrière internationale. Il joue dès lors avec les plus grands orchestres américains et européens.

Renommée internationaleModifier

 
Lang Lang en 2008.

Consécration avec son premier enregistrement pour Deutsche Grammophon en 2003 avec les premiers concertos pour piano de Tchaïkovski et de Mendelssohn avec Daniel Barenboïm à la tête de l’Orchestre symphonique de Chicago (Prix Echo 2004)[18].

En , il se produit à la cérémonie d’ouverture de la Coupe du monde de football au Stade olympique de Munich avec les trois orchestres symphoniques de Munich. En collaboration avec la célèbre firme de pianos Steinway & Sons, Lang Lang met au point cinq nouveaux pianos. Son nouvel album intitulé Memory, qui comprend des œuvres de Mozart, Chopin, Schumann et Liszt, prend, en trois semaines seulement, la première place au classement classique du Billboard.

Lang Lang interprète une partie des morceaux de la bande originale du film Le Voile des illusions (2006) composée par le français Alexandre Desplat, œuvre qui remporte le Golden Globe de la meilleure musique originale. Cette même année, il participe à la bande sonore du film chinois La Légende du scorpion noir réalisé par Feng Xiaogang, dont la musique est composée par Tan Dun[19].

En 2007, sa carrière fait l'objet d'un documentaire intitulé Chansons du dragon (Dragon Songs)[20], du nom de l'album que l'artiste prépare à cette époque. Cette même année, il est en nomination pour un Grammy® Award dans la catégorie « Meilleur soliste instrumental » — une première pour un artiste chinois.

Lang Lang joue le lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Pékin[21].

En 2007, il crée une fondation (Lang Lang Music Foundation)[22] afin d'aider de jeunes pianistes prodiges dans plusieurs pays du monde. En 2012, il crée un complexe artistique, en Chine, où les étudiants peuvent suivre des masterclass auprès de maîtres prestigieux, notamment de la Julliard School[23].

En 2009, Lang Lang apparaît pour la première fois dans l'édition 2009 du Time 100, qui recense les cent personnalités les plus influentes dans le monde[24].

En 2010, il joue pour la bande originale du jeu vidéo Gran Turismo 5[25].

En 2010, il joue pour la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle à Shanghai[26],[27],[28].

En , il est nommé docteur "honoris causa" de musique par le prince de Galles au Collège royal de musique[réf. nécessaire]. Le de la même année, le concert qu'il donne avec Charles Dutoit et l'orchestre de Philadelphie pour le 200e anniversaire de Liszt est retransmis dans près de 500 salles, aux États-Unis et en Europe[29]. Il interprète comme soliste plusieurs pièces composées par Conrad Pope et Alexandre Desplat, pour la bande-originale du film My Week with Marilyn de Simon Curtis[30].

De plus, il apparaît dans Pianomania[31], un documentaire germano-autrichien des réalisateurs Robert Cibis et Lilian Franck. Ce film fait partie du catalogue du Goethe-Institut.

Le , à l'occasion de son 30e anniversaire, Lang Lang donne un concert devant 10 000 spectateurs, réunis à Berlin au O2 World accompagné par l'orchestre du Schleswig-Holstein Festival sous la direction de Jahja Ling, et avec son vieil ami, une légende du jazz, Herbie Hancock[32].

En , il est nommé "Messager de la paix" des Nations unies. Les années précédentes, il avait œuvré auprès de l'Unicef[33],[34],[35].

Le , Lang Lang s'est produit lors de la 56e cérémonie des Grammy Awards avec le groupe américain, Metallica. Metallica et Lang Lang ont joué le classique One, tiré de l'album du groupe de metal ...And Justice for All pendant plus de 6 minutes[36].

Le , il joue peu avant la finale du 100 mètres des Championnats du monde d'athlétisme 2015 à Pékin[37].

En 2015, il collabore avec Jean-Michel Jarre à l'occasion de l'album Electronica (volume 1) pour le morceau "The train & the river"[38].

Il apparaît dans l'épisode 4 de la saison 2 de la série Mozart in the Jungle[39].

Prix et distinctions (sélection)Modifier

CollaborationsModifier

PublicationsModifier

AlbumsModifier

  • Lang Lang, Piano Maestro, Sony Classical, 2014 (en collaboration avec Radio Classique, 2 CD + 1 Documentaire en français "Lang Lang : le rêve d'un jeune homme brillant" réalisé en 2012, inédit en DVD)
  • Lang Lang: Live At Seiji Ozawa Hall, Tanglewood, 2001
  • Rachmaninoff: Piano Concerto No. 3, Scriabin Etudes [Live], Telarc, 2002 (avec Yuri Temirkanov et le S. Petersburg Philharmonic)
  • Tchaikovsky, Mendelssohn: First Piano Concertos, Umvd Labels, 2003 (avec Daniel Barenboim et le Chicago Symphony Orchestra)
  • Rachmaninov: Piano Concerto No. 2; Paganini Rhapsody, Deutsche Grammophon, 2005 (avec Valery Gergiev et Mariinsky (Kirov) Theater Orchestra)
  • Memory, Deutsche Grammophon, 2006 (Frederic Chopin, Franz Liszt, Wolfgang Amadeus Mozart, Robert Schumann)
  • Beethoven: Piano Concertos Nos. 1 & 4, Deutsche Grammophon, 2007 (avec Christoph Eschenbach et l'Orchestre de Paris)
  • Dragon Songs, Deutsche Grammophon, 2007
  • Chopin. The Piano Concertos, Deutsche Grammophon, 2008 (avec Zubin Mehta et le Philharmonique de Vienne)
  • The Magic Of Lang Lang, Deutsche Grammophon, 2008 (Haydn, Rachmaninov, Tchaikovsky, Mozart, Liszt, etc.)
  • Tchaikovsky / Rachmaninov: Piano Trios, Deutsche Grammophon, 2008 (avec Vadim Repin au violon et Mischa Maisky au violoncelle)
  • Liszt, My Piano Hero, Deutsche Grammophon, 2011 (avec Valery Gergiev et le Philharmonique de Vienne)
  • The 50 Greatest Piano Pieces by Lang Lang, 2013
  • Lang Lang in Paris, 2015
  • Romance, 2017
  • Piano Book, 2019

VidéosModifier

  • Benedict Mirow, Lang Lang. Live at Carnegie Hall, Deutsche Grammophon, 2004
  • Dragon Songs, 2007
  • Christian Kurt Weisz, Lang Lang. Live in Vienna, Sony Masterworks, 2010
  • Thomas Grube, Lang Lang. Liszt now, Sony Masterworks, 2011
  • mozart in the jungle, épisode 5 saison 2

AutobiographieModifier

Éditions originalesModifier

TraductionModifier

  • Lang Lang (trad. de l'anglais américain par Judith Coppel), Le piano absolu [« Journey of a Thousand Miles: My Story »], Jean-Claude Lattès, , 301 p. (ISBN 9782709630412),

PublicitéModifier

  •  : il lance au niveau international la chaussure Adidas « Lang Lang ». La marque a créé le logo « Lang Lang »[45].
  • 2009 : il est l'égérie de la marque Montblanc[46].

CritiquesModifier

  • (en-US) Tim Page, « Lang Lang, Twice Blessed », The Washington Post,‎ (lire en ligne),
  • Julian Sykes, « Critiques. Lang Lang, intrépide, insouciant », Le Temps,‎ (lire en ligne),
  • Alexandre De Louit, « Lang Lang, ou l’incompréhension de Martha Argerich », Res Musica,‎ (lire en ligne),
  • (de) Max Nyffeler, « Review: wunderknaben, sehbücher und eine oper über den rassenhass », Neue Zeitschrift für Musik (1991-), Vol. 166, No. 2,‎ , p. 74-75 (2 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Alex Ross, « The Wow Factor, Lang Lang and Yundi Li at Carnegie Hall. », The New Yorker,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Chiu-Tze Lin, « LANG LANG: The Pride of Music Pianist, Teacher And Inspiration To All », American Music Teacher, Vol. 57, No. 4,‎ , p. 22-25 (4 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) David Remnick, « The Olympian, How China’s greatest musician will win the Beijing Games. », The New Yorker,‎ (lire en ligne),
  • (en-GB) Jasper Rees, « Lang Lang: piano star the critics love to hate », The Telegraph,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Eric Hung, « Performing "Chineseness" on the Western Concert Stage: The Case of Lang Lang », Asian Music, Vol. 40, No. 1,‎ , p. 131-148 (18 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Anne Midgette, « Lang Lang’s unique style, good and bad, offers originality », The Washington Post,‎ (lire en ligne),
  • Christophe Huss, « L’autre visage de Lang Lang », Le Devoir,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Richard S. Ginell, « Review: Lang Lang shows why purists are coming around », The Los Angeles Times,‎ (lire en ligne),
  • (en-GB) George Hall, « Lang Lang review – a finely disciplined performance », The Guardian,‎ (lire en ligne),
  • Sylvie Bonier, « Lang Lang à Genève, comme partout ailleurs, l’adoration des foules », Le Temps,‎ (lire en ligne),
  • Lorenzo Ciavarini Azzi, « Interview du pianiste Lang Lang : "Toute interprétation est une recréation" », France Info,‎ (lire en ligne),
  • (en-GB) Fiona Maddocks, « Lang Lang: 'It's about the joy that music can give' », The Guardian,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Michael Cooper, « Why Lang Lang’s Return Is a Big Deal for Classical Music », The New York Times,‎ ,
  • « Lang Lang, un retour sur scène très attendu », France Musique,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Joshua Barone, « Review: Lang Lang, Classical Music’s Superstar, Returns Quietly », The New York Times,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Inna Faliks, « The future of classical music is Chinese », The Washington Post,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Joshua Barone, « Review: Lang Lang Returns, Rehabilitated and Almost Reformed », The New York Times,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Eric C. Simpson, « Lang Lang shows sensitivity and depth in Philharmonic’s Beethoven gala », New York Classical Review,‎ (lire en ligne),
  • Jany Campello, « COMPTE-RENDU, critique concert. PARIS, Philharmonie, le 24 fev 2020. Lang Lang, Eschenbach », Classique News,‎ (lire en ligne)

RéférencesModifier

  1. Encyclopædia Universalis, « LANG », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 15 juin 2020)
  2. (en-US) « Lang Lang | Chinese musician », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 15 juin 2020)
  3. « Lang Lang | enciclopèdia.cat », sur www.enciclopedia.cat (consulté le 15 juin 2020)
  4. « LA CHINE AU PRÉSENT », sur www.chinatoday.com.cn (consulté le 15 juin 2020)
  5. (en-CA) « Lang Lang | Biographies », sur nac-cna.ca (consulté le 15 juin 2020)
  6. (en-GB) Rosanna Greenstreet, « Lang Lang: 'I'd play the piano at 5am' », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 15 juin 2020)
  7. « Lang Lang joue du piano pour lui et pour son père », Le Monde, .
  8. a et b « La magie Lang Lang, pianiste et prodige ! », sur Franceinfo, (consulté le 15 juin 2020)
  9. (en) « Pianist Lang Lang », sur www.china.org.cn (consulté le 15 juin 2020)
  10. (en) Tania Bryer,Lucy Handley, « Chinese virtuoso Lang Lang thought his career 'was over as a pianist' aged nine », sur CNBC, (consulté le 15 juin 2020)
  11. (en-GB) John Hind, « Lang Lang: ‘Beethoven was a sausage lover’ », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 15 juin 2020)
  12. a et b « Lang Lang pianiste chinois », sur www.pianobleu.com (consulté le 15 juin 2020)
  13. (en-US) Michael Cooper, « Piano Stars Gather for a Legend’s 90th », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 15 juin 2020)
  14. (en-US) « Graffman », sur www.curtis.edu (consulté le 15 juin 2020)
  15. (en-US) Kristen A. Graham, « Pianist Lang Lang gives nearly $1M for piano education in Philly », sur https://www.inquirer.com (consulté le 15 juin 2020)
  16. (en) « Lang Lang: Carnegie Hall Recital Debut », sur www.scena.org (consulté le 15 juin 2020)
  17. (en-US) Anne Midgette, « MUSIC REVIEW; Charging Down the Keyboard With Fireworks and Power », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 15 juin 2020)
  18. Alexandre De Louit, « Lang Lang, ou l’incompréhension de Martha Argerich « À Emporter « ResMusica » (consulté le 15 juin 2020)
  19. « Tan Dun: The Banquet - Original Soundtrack - Deutsche Grammophon: DG 4776459 | Buy from ArkivMusic », sur www.arkivmusic.com (consulté le 15 juin 2020)
  20. (en) « Lang Lang: Dragon Songs », sur PopMatters, (consulté le 15 juin 2020)
  21. « Lang Lang, pianiste virtuose à la croisée des genres », sur Franceinfo, (consulté le 15 juin 2020)
  22. (en-US) Jessica Duchen, « Lang Lang's Inspirational International Music Foundation », sur uDiscover Music, (consulté le 15 juin 2020)
  23. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Fig
  24. (en-US) Herbie Hancock, « The 2009 TIME 100 - TIME », Time,‎ (ISSN 0040-781X, lire en ligne, consulté le 15 juin 2020)
  25. « Lang Lang - Gran Turismo 5 The Official Soundtrack », sur Discogs (consulté le 15 juin 2020)
  26. « L'Expo de Shanghai vue à travers les yeux de Gong Li et de Lang Lan-Le Quotidien du Peuple en ligne », sur french.peopledaily.com.cn (consulté le 15 juin 2020)
  27. (en) « Shanghai World Expo 2010 », sur www.cctv.com (consulté le 15 juin 2020)
  28. (en) « Chinese pianist Lang Lang talks about his confidence in Chinese culture - Global Times », sur www.globaltimes.cn (consulté le 15 juin 2020)
  29. (en-US) By David Patrick Stearns, Inquirer Music Critic, « Lang Lang in the spotlight for simulcast with Philadelphia Orchestra », sur https://www.inquirer.com (consulté le 15 juin 2020)
  30. (en-US) « My Week With Marilyn (Music from the Motion Picture) by Conrad Pope », sur Apple Music (consulté le 15 juin 2020)
  31. « Pianomania », sur Jour2Fête, (consulté le 15 juin 2020)
  32. (de) Mercedes-Benz Arena Berlin, « LANG LANG & Herbie Hancock :: Artists | Mercedes-Benz Arena Berlin », sur www.mercedes-benz-arena-berlin.de (consulté le 15 juin 2020)
  33. (en) « Goodwill Ambassador », sur UNICEF (consulté le 15 juin 2020)
  34. (en) United Nations, « Lang Lang », sur United Nations (consulté le 15 juin 2020)
  35. (en) « Chinese piano virtuoso Lang named UNICEF Goodwill Ambassador », sur UN News, (consulté le 15 juin 2020)
  36. (en-US) Kory Grow et Kory Grow, « See Metallica's Searing 'One' With Classical Pianist Lang Lang », sur Rolling Stone, (consulté le 15 juin 2020)
  37. « Mondiaux d'athlétisme : Patrick Montel gaffe sur le pianiste Lang Lang », sur ozap.com (consulté le 15 juin 2020)
  38. « Air, Moby et Lang Lang s'invitent sur le nouvel album de Jean-Michel Jarre », sur RTBF Culture, (consulté le 15 juin 2020)
  39. (en-US) Laura M. Holson, « Musicians on How ‘Mozart in the Jungle’ Conducts Itself », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 15 juin 2020)
  40. (en) « Lang Lang », sur GRAMMY.com, (consulté le 15 juin 2020)
  41. (en-GB) « Lang Lang (pianist) », sur Gramophone (consulté le 15 juin 2020)
  42. (en-US) « Awards since 2007 | Mendelssohn House & Felix Mendelssohn Bartholdy Foundation » (consulté le 15 juin 2020)
  43. (en-GB) Deutsche Welle (www.dw.com), « Lang Lang picks up double ECHO Award in Germany | DW | 19.10.2015 », sur DW.COM (consulté le 15 juin 2020)
  44. (en) « Lang Lang, Yang Tianwa awarded 'Echo Klassik' prize in Germany[1]- Chinadaily.com.cn », sur www.chinadaily.com.cn (consulté le 15 juin 2020)
  45. « Lang Lang x adidas Originals Gazelle », sur HYPEBEAST (consulté le 15 juin 2020)
  46. Partenariat Montblanc sur son site officiel.

Liens externesModifier