Lancer du javelot aux Jeux olympiques

Lancer du javelot aux Jeux olympiques
Description de cette image, également commentée ci-après
Jan Železný, champion olympique en 1992, 1996 et 2000.
Généralités
Sport Athlétisme
Lancer du javelot
Organisateur(s) CIO
Éditions 26e en 2021
Catégorie Jeux olympiques

Palmarès
Tenant du titre Neeraj Chopra (2021)
Liu Shiying (2021)
Plus titré(s) Jan Železný (3)
Ruth Fuchs et Barbora Špotáková (2)
Records Andreas Thorkildsen (90,57 m, 2008)
Osleidys Menéndez (71,53 m, 2004)

Le lancer du javelot masculin figure au programme des Jeux olympiques depuis la quatrième édition, en 1908 à Londres. Les femmes participent à cette épreuve depuis les Jeux de 1932, à Los Angeles.

Avec trois médailles d'or remportées, le Tchèque Jan Železný est l’athlète le plus titré dans cette épreuve. Sa compatriote Barbora Špotáková et l'Allemande Ruth Fuchs, avec deux titres, détiennent quant à elles le record de victoires féminines.

Les records olympiques de la discipline sont actuellement détenus par le Norvégien Andreas Thorkildsen, auteur de 90,57 m en finale des Jeux olympiques de 2008, à Pékin[1], et par la Cubaine Olisdeilys Menéndez, créditée de 71,53 m lors des Jeux olympiques de 2004, à Athènes[2].

ÉditionsModifier

Années 96 00 04 08 12 20 24 28 32 36 48 52 56 60 64 68 72 76 80 84 88 92 96 00 04 08 12 16 20 Total
Hommes X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X 26
Femmes X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X 21

HommesModifier

HistoriqueModifier

1908-1936Modifier

 
Jonni Myyrä, champion olympique en 1920 et 1924.

L'épreuve du lancer du javelot fait sa première apparition olympique lors des Jeux olympiques de 1908, à Londres où la finale voit s'opposer seize concurrents issus de six nations. L'épreuve est remportée par le Suédois Eric Lemming avec un lancer à 54,83 m, devançant le Norvégien Arne Halse et l'autre suédois Otto Nilsson<[3]. Lors de ces mêmes Jeux est organisé pour la première et unique fois de l'histoire un concours de lancer du javelot style libre, épreuve remportée également par Eric Lemming.

Lors des Jeux olympiques de 1912, à Stockholm, Eric Lemming conserve son titre olympique dans le style classique en effectuant un lancer à 60,64 m, devançant le Finlandais Juho Saaristo et le Hongrois Mór Kóczán[4]. Comme à Londres quatre ans plus tôt, une épreuve supplémentaire de lancer du javelot est organisée, le lancer du javelot à deux mains, consistant à additionner les résultats obtenus par les athlètes à l'aide de leur bras droit et de leur bras gauche[5]. Le Finlandais Juho Saaristo remporte ce concours disputé pour la première et seule fois aux Jeux olympiques.

Le Finlandais Jonni Myyrä, alors détenteur du record du monde du lancer du javelot, remporte le titre des Jeux olympiques de 1920 à Anvers. Il réalise la marque de 65,78 m, nouveau record olympique, et devance ses deux compatriotes Urho Peltonen et Pekka Johansson[6]. La veille, lors des qualifications, Jonni Myyrä est blessé par un javelot lancé par l'Américain Arthur Tuck, javelot lui éraflant le coude gauche[7].

Quatre ans plus tard, aux Jeux olympiques de 1924 à Anvers, Jonni Myyrä conserve son titre olympique avec un meilleur lancer mesuré à 62,96 m, nouveau record olympique. Le Suédois Gunnar Lindström et l'Américain Eugene Oberst se classe respectivement deuxième et troisième de la finale composée de six concurrents[8].

Le titre des Jeux olympiques de 1928, à Amsterdam, est remporté par le Suédois Erik Lundqvist qui réalise un lancer à 66,60 m (record olympique). Il devance le Hongrois Béla Szepes et le Norvégien Olav Sunde, le favori finlandais Eino Penttilä ne prenant que la sixième place[9]. Quelques jours après ces Jeux, Erik Lundqvist portera le record du monde à 71,01 m.

Lors des Jeux olympiques de 1932, à Los Angeles, le Finlandais Matti Järvinen confirme son statut de favori en remportant le titre olympique après avoir amélioré à cinq reprises le record du monde entre 1930 et 1932. Il s'impose avec la marque de 72,71 m, record olympique qui tiendra jusqu'en 1952, et devance ses deux compatriotes, Matti Sippala et Eino Penttilä[10]. Pour commémorer l'exploit de Matti Järvinen, la Finlande fera bâtir, en 1939, une tour d'une hauteur de 72,71 m surplombant le Stade olympique d'Helsinki où les Jeux olympiques de 1940 auraient dû avoir lieu[11].

En 1936, lors des Jeux olympiques de Berlin, l'Allemand Gerhard Stöck s'impose sur son sol avec un lancer à 71,84 m, devant les Finlandais Yrjö Nikkanen et Kalervo Toivonen. Matti Järvinen, qui a amélioré à cinq autres reprises le record du monde depuis son titre olympique de 1932, termine cinquième de l'épreuve en raison d'une blessure[12].

1948-1964Modifier

 
Podium des Jeux olympiques de 1964 (Kulcsár, Nevala et Lūsis).

Lors des Jeux olympiques de 1948 à Londres, le Finlandais Tapio Rautavaara inscrit son nom au palmarès en remportant la finale avec un lancer à 69,77 m réussi à son premier essai. L'Américain Steve Seymour est médaillé d'argent avec 67,56 m et le Hongrois József Várszegi médaillé de bronze avec 67,03 m[13].

En 1952, lors des Jeux olympiques d'Helsinki, l'Américain Cyrus Young devient le premier non-européen à remporter le titre olympique du javelot. En finale, il réalise un nouveau record olympique avec la marque de 73,78 m, réalisée à son deuxième essai, et devance son compatriote William Miller (72,46 m) et le Finlandais Toivo Hyytiäinen (71,89 m), champion d'Europe en 1950<[14]. A la neuvième place, apparait l'Américain Bud Held qui révolutionnera la discipline dès l'année suivante en créant ses propres modèles de javelot, et en étant le premier athlète à dépasser la limite des 80 mètres[15].

Lors des Jeux olympiques de 1956, à Melbourne, le record olympique est amélioré cinq fois en finale : par Cyrus Young, par le Soviétique Viktor Tsybulenko à deux reprises, par le Polonais Janusz Sidło et enfin par le Norvégien Egil Danielsen qui atteint la marque de 85,71 m à son quatrième essai, remportant le titre olympique en établissant un nouveau record du monde. Janusz Sidło est deuxième avec 79,98 m et Viktor Tsybulenko troisième avec 79,50 m[16]. Le concours est marqué par des vents violents soufflants face aux concurrents[17].

Médaillé de bronze à Melbourne, Viktor Tsybulenko devient champion olympique lors des Jeux olympiques de 1960, à Rome, en établissant le meilleur lancer de sa carrière avec 84,64 m, réussi à sa première tentative. Il devance l'Allemand Walter Krüger (79,36 m) et le Hongrois Gergely Kulcsár (78,57 m)[18]. Janusz Sidło, champion d'Europe en 1958 et médaillé d'argent en 1956, se classe 8e de l'épreuve alors que l'Américain Al Cantello, détenteur du record mondial depuis 1959, prend la 10e place.

Lors des Jeux olympiques de 1964, à Tokyo, le Finlandais Pauli Nevala remporte le titre olympique avec la marque de 82,66 m, devançant de justesse Gergely Kulcsár (82,32 m) et le Soviétique Jānis Lūsis (80,57 m). Le Norvégien Terje Pedersen, qui était devenu le premier athlète à lancer au-delà des 90 mètres en portant le record du monde à 91,72 m quelques jours avant le début des Jeux, est éliminé dès les qualifications[19].

1968-1984Modifier

 
Klaus Wolfermann, champion olympique en 1972.

En finale des Jeux olympiques de 1968, à Mexico, quatre records olympiques sont améliorés successivement : par le Finlandais Jorma Kinnunen (86,30 m), par Jānis Lūsis une première fois (86,34 m) et par Gergely Kulcsár (87,06 m). À son sixième et dernier essai, Jānis Lūsis, qui a battu le record du monde quelques semaines avant le début de la compétition (91,98 m), porte le record olympique à 90,10 m et s'adjuge la médaille d'or, devant Jorma Kinnunen (88,58 m) et Gergely Kulcsár (87,06 m)[20].

Quatre ans plus tard, lors des Jeux olympiques de 1972, à Munich, Jānis Lūsis est le grand favori de la compétition après avoir remporté son quatrième titre de champion d'Europe en 1971, et avoir porté le record du monde à 93,80 m peu avant ces Jeux. Cependant, il cède son titre olympique à l'Allemand Klaus Wolfermann, malgré un lancer à 90,46 m réalisé à son sixième et dernier essai. Klaus Wolfermann le devance de 2 cm seulement en atteignant la marque de 90,48 m à sa cinquième tentative (nouveau record olympique), l'Américain William Schmidt complètant le podium avec 84,42 m. En trois Jeux olympiques consécutifs, Jānis Lūsis s'adjuge trois médailles dans trois métaux différents[21].

Le Hongrois Miklós Németh remporte le titre des Jeux olympiques de 1976, à Montréal, en établissant un nouveau record du monde avec un lancer à 94,58 m, réalisé dès son premier essai. Il devance le Finlandais Hannu Siitonen (87,92 m) et le Roumain Gheorghe Megelea (87,16 m) et décroche l'or olympique 28 ans après son père, Imre Németh, champion olympique du lancer du marteau en 1948[22].

Lors des Jeux olympiques de 1980, à Moscou, la victoire revient au Soviétique Dainis Kūla qui s'impose avec un lancer à 91,20 m réalisé à son quatrième essai. Son compatriote Aleksandr Makarov est médaillé d'argent avec 89,64 m et l'Est-allemand Wolfgang Hanisch médaillé de bronze avec 86,72 m[23]. Miklós Németh, champion olympique en titre, se classe huitième de la finale alors que son compatriote Ferenc Paragi, nouveau détenteur du record du monde, termine à la dixième place[24].

Aux Jeux olympiques de 1984, à Los Angeles, le Finlandais Arto Härkönen s'adjuge le titre olympique avec un jet à 86,76 m réalisé au quatrième essai, devançant le Britannique Dave Ottley (85,74 m) et le Suédois Kenth Eldebrink (83,72 m)[25]. L'Est-allemand Uwe Hohn, qui a porté le record du monde à 104,80 m quelques jours avant le début de ces Jeux, est absent pour cause de boycott de la RDA, de même que son compatriote Detlef Michel, champion du monde en 1983[26]. Arto Härkönen est le premier gaucher à remporter un titre olympique au lancer du javelot.

1988-2004Modifier

 
Andreas Thorkildsen, champion olympique en 2004 et 2008.

Lors des Jeux olympiques de 1988, à Séoul, le Finlandais Tapio Korjus remporte la médaille d'or en effectuant un lancer à 84,28 m à son sixième et dernier essai, devançant le Tchécoslovaque Jan Železný (84,12 m), alors détenteur du record du monde avec le deuxième modèle de javelot en vigueur depuis 1986[27], et l'autre finlandais Seppo Räty (83,26 m), champion du monde en 1987[28]. La veille, en qualifications, Jan Železný avait établi un nouveau record olympique avec 85,90 m.

Aux Jeux olympiques de 1992, à Barcelone, Jan Železný s'assure le titre olympique en réalisant un lancer à 89,66 m dès sa première tentative (record olympique). Le podium est complété par Seppo Räty, médaillé d'argent avec 86,60 m et le Britannique Steve Backley, médaillé de bronze avec 83,38 m[29].

Quatre ans plus tard, lors des Jeux olympiques de 1996 à Atlanta, Jan Železný devient le premier athlète depuis Jonni Myyrä en 1924 à conserver son titre olympique au lancer du javelot[30], quelques semaines après avoir porté le record du monde à 98,48 m avec le nouveau modèle de javelot en vigueur depuis 1991[31], et un an après avoir remporté son deuxième titre de champion du monde. Le Tchèque l'emporte avec la marque de 88,16 m qu'il effectue à son deuxième essai, devant Steve Backley (87,44 m) et Seppo Räty (86,98 m) qui monte pour la troisième fois consécutive sur un podium olympique[32].

Jan Železný remporte son troisième titre olympique consécutif lors des Jeux olympiques de 2000, à Sydney, en établissant la marque de 90,17 m à son troisième essai (nouveau record olympique). Steve Backley, qui a remporté les trois derniers titres de champion d'Europe, est médaillé d'argent, comme à Atlanta quatre ans plus tôt, avec 89,85 m alors que le Russe Sergey Makarov s'adjuge la médaille de bronze avec 88,67 m[33].

Lors des Jeux olympiques de 2004, au stade olympique d'Athènes, le Norvégien Andreas Thorkildsen remporte le concours en effectuant un lancer à 86,50 m à son deuxième essai, nouveau record personnel. Il devance le Lituanien Vadims Vasiļevskis (84,95 m) et Sergey Makarov, champion du monde en 2003, qui obtient sa deuxième médaille de bronze consécutive aux Jeux (84,84 m). Steve Backley termine au pied du podium avec 84,13 m alors que le triple tenant du titre Jan Železný se classe neuvième de l'épreuve[34].

Depuis 2008Modifier

 
Neeraj Chopra, champion olympique en 2021.

Andreas Thorkildsen conserve son titre olympique en remportant le concours des Jeux olympiques de 2008, à Pékin. Avec un lancer à 90,57 m réalisé à sa cinquième tentative, le Norvégien devance de près de 4 mètres le Letton Ainārs Kovals (86,64 m) et le Finlandais Tero Pitkämäki (86,16 m)[35]. Il bat par la même occasion le record olympique du Tchèque Jan Železný situé à 90,17 m et datant de 2000[36].

En 2012, le Trinidadien Keshorn Walcott crée la surprise en s'imposant lors des Jeux olympiques de Londres avec la marque de 84,58 m établie à son deuxième essai (record national), devançant de 7 cm l'Ukrainien Oleksandr Pyatnytsya (84,51 m) et de 48 cm le Finlandais Antti Ruuskanen (84,12 m)[37]. Plus jeune champion olympique de l'histoire du lancer du javelot à seulement 19 ans, il n'est que le deuxième non-européen après Cyrus Young, titré en 1952 à Helsinki, à s'imposer en finale olympique du javelot [38]. En , Oleksandr Pyatnytsya est disqualifié pour dopage[39]. La médaille d'argent est réattribuée à Antti Ruuskanen et la médaille de bronze au Tchèque Vítězslav Veselý.

Lors des Jeux olympiques de 2016, à Rio de Janeiro, l'Allemand Thomas Röhler remporte le concours avec un jet à 90,30 m réussi à son cinquième essai, devant le champion du monde en titre Julius Yego (88,24 m), qui est le premier médaillé africain dans cette épreuve, et le champion olympique en titre Keshorn Walcott (85,38 m)[40].

En 2021 à Tokyo, l'Indien Neeraj Chopra crée la sensation en décrochant le titre olympique avec un lancer à 87,58 m, offrant ainsi la première médaille d'or de l'histoire de son pays en athlétisme aux Jeux Olympiques. Derrière lui, les Tchèques Jakub Vadlejch (86,67 m) et Vítězslav Veselý (85,44 m) prennent respectivement les deuxième et troisième place, Vesely obtenant même la deuxième médaille de bronze olympique de sa carrière après celle de Londres en 2012[41]. Grand favori pour la finale, l'Allemand Johannes Vetter se classe seulement neuvième alors qu'il avait réussi la deuxième meilleure performance de tous les temps en 2020 avec 97,76 m. Le champion olympique en titre Thomas Röhler avait quant à lui déclaré forfait peu avant les Jeux en raison d'une blessure au dos[42].

PalmarèsModifier

Édition Or Argent Bronze
1908   Eric Lemming (SWE)
54,83 m
  Arne Halse (NOR)
50,58 m
  Otto Nilsson (SWE)
47,11 m
1912   Eric Lemming (SWE)
60,64 m
  Juho Saaristo (FIN)
58,66 m
  Mór Kóczán (HUN)
55,50 m
1920   Jonni Myyrä (FIN)
65,78 m
  Urho Peltonen (FIN)
63,60 m
  Pekka Johansson (FIN)
63,09 m
1924   Jonni Myyrä (FIN)
62,96 m
  Gunnar Lindström (SWE)
60,92 m
  Eugene Oberst (USA)
58,35 m
1928   Erik Lundqvist (SWE)
66,60 m
  Béla Szepes (HUN)
65,26 m
  Olav Sunde (NOR)
63,97 m
1932   Matti Järvinen (FIN)
72,71 m
  Matti Sippala (FIN)
69,80 m
  Eino Penttilä (FIN)
68,70 m
1936   Gerhard Stöck (GER)
71,84 m
  Yrjö Nikkanen (FIN)
70,77 m
  Kalervo Toivonen (FIN)
70,72 m
1948   Tapio Rautavaara (FIN)
69,77 m
  Steve Seymour (USA)
67,56 m
  József Várszegi (HUN)
67,03 m
1952   Cyrus Young (USA)
73,78 m
  William Miller (USA)
72,46 m
  Toivo Hyytiäinen (FIN)
71,89 m
1956   Egil Danielsen (NOR)
85,71 m
  Janusz Sidło (POL)
79,98 m
  Viktor Tsybulenko (URS)
79,50 m
1960   Viktor Tsybulenko (URS)
84,64 m
  Walter Krüger (EUA)
79,36 m
  Gergely Kulcsár (HUN)
78,57 m
1964   Pauli Nevala (FIN)
82,66 m
  Gergely Kulcsár (HUN)
82,32 m
  Jānis Lūsis (URS)
80,57 m
1968   Jānis Lūsis (URS)
90,10 m
  Jorma Kinnunen (FIN)
88,58 m
  Gergely Kulcsár (HUN)
87,06 m
1972   Klaus Wolfermann (FRG)
90,48 m
  Jānis Lūsis (URS)
90,46 m
  Bill Schmidt (USA)
84,42 m
1976   Miklós Németh (HUN)
94,58 m
  Hannu Siitonen (FIN)
87,92 m
  Gheorghe Megelea (ROU)
87,16 m
1980   Dainis Kūla (URS)
91,20 m
  Aleksandr Makarov (URS)
89,64 m
  Wolfgang Hanisch (GDR)
86,72 m
1984   Arto Härkönen (FIN)
86,76 m
  Dave Ottley (GBR)
85,75 m
  Kenth Eldebrink (SWE)
83,72 m
1988   Tapio Korjus (FIN)
84,28 m
  Jan Železný (TCH)
84,12 m
  Seppo Räty (FIN)
83,26 m
1992   Jan Železný (TCH)
89,66 m
  Seppo Räty (FIN)
86,60 m
  Steve Backley (GBR)
83,38 m
1996   Jan Železný (CZE)
88,16 m
  Steve Backley (GBR)
87,44 m
  Seppo Räty (FIN)
86,98 m
2000   Jan Železný (CZE)
90,17 m
  Steve Backley (GBR)
89,85 m
  Sergueï Makarov (RUS)
88,67 m
2004   Andreas Thorkildsen (NOR)
86,50 m
  Vadims Vasiļevskis (LAT)
84,95 m
  Sergueï Makarov (RUS)
84,84 m
2008   Andreas Thorkildsen (NOR)
90,57 m
  Ainars Kovals (LAT)
86,64 m
  Tero Pitkämäki (FIN)
86,16 m
2012[note 1]   Keshorn Walcott (TRI)
84,58 m
  Antti Ruuskanen (FIN)
84,12 m
  Vítězslav Veselý (CZE)
83,34 m
2016   Thomas Röhler (GER)
90,30 m
  Julius Yego (KEN)
88,24 m
  Keshorn Walcott (TRI)
85,38 m
2020   Neeraj Chopra (IND)
87,58 m
  Jakub Vadlejch (CZE)
86,67 m
  Vítězslav Veselý (CZE)
85,44 m

Multiples médaillésModifier

Hommes
Rang Athlète Pays Période Or Argent Bronze Total
1 Železný, JanJan Železný   Tchéquie 1988–2000 3 1 0 4
2= Lemming, EricEric Lemming   Suède 1908–1912 2 0 0 2
2= Myyrä, JonniJonni Myyrä   Finlande 1920–1924 2 0 0 2
2= Thorkildsen, AndreasAndreas Thorkildsen   Norvège 2004–2008 2 0 0 2
5 Lūsis, JānisJānis Lūsis   Union soviétique 1964–1972 1 1 1 3
6= Tsybulenko, ViktorViktor Tsybulenko   Union soviétique 1956–1960 1 0 1 2
6= Walcott, KeshornKeshorn Walcott   Trinité-et-Tobago 2012-2016 1 0 1 2
8 Backley, SteveSteve Backley   Grande-Bretagne 1992–2000 0 2 1 3
9= Kulcsár, GergelyGergely Kulcsár   Hongrie 1960–1968 0 1 2 3
9= Räty, SeppoSeppo Räty   Finlande 1988–1996 0 1 2 3
11= Makarov, SergeySergey Makarov   Russie 2000–2004 0 0 2 2
11= Veselý, VítězslavVítězslav Veselý   Tchéquie 2012–2021 0 0 2 2

Record olympiqueModifier

Évolution du record olympique masculin[43],[44]
Marque Athlète Lieu Date Record
Premier modèle (1912-1986)
47,11 m   Otto Nilsson Londres
53,69 m   Eric Lemming Londres
54,83 m   Eric Lemming Londres
55,37 m   Juho Saaristo Stockholm
57,42 m   Eric Lemming Stockholm
60,64 m   Eric Lemming Stockholm
61,00 m   Juho Saaristo Stockholm
63,60 m   Urho Peltonen Anvers
65,78 m   Jonni Myyrä Anvers
66,60 m   Erik Lundqvist Amsterdam
71,25 m   Matti Järvinen Los Angeles
72,71 m   Matti Järvinen Los Angeles
73,78 m   Cyrus Young Helsinki
74,76 m   Cyrus Young Melbourne
74,96 m   Viktor Tsybulenko Melbourne
75,84 m   Viktor Tsybulenko Melbourne
79,98 m   Janusz Sidło Melbourne
85,71 m   Egil Danielsen Melbourne WR
86,30 m   Jorma Kinnunen Mexico
86,34 m   Jānis Lūsis Mexico
87,06 m   Gergely Kulcsár Mexico
90,10 m   Jānis Lūsis Mexico
90,48 m   Klaus Wolfermann Munich
94,58 m   Miklós Németh Montréal WR
Deuxième modèle (du au )
85,90 m   Jan Železný Séoul
Modèle actuel (depuis le )
89,66 m   Jan Železný Barcelone
89,85 m   Steve Backley Sydney
90,17 m   Jan Železný Sydney
90,57 m   Andreas Thorkildsen Pékin

FemmesModifier

HistoriqueModifier

1932-1964Modifier

 
Tilly Fleischer, championne olympique du lancer du javelot en 1936 à Berlin.

Le concours du lancer du javelot féminin fait sa première apparition olympique à l'occasion des Jeux de Los Angeles 1932. L'Américaine Mildred Didrikson Zaharias s'impose avec la marque de 43,69 m et devance deux athlètes allemandes : Ellen Braumüller qui termine à la deuxième place avec 43,50 m et Tilly Fleischer, médaillée de bronze avec 43,01 m. L'Américaine Nan Gindele, alors détentrice du record du monde avec 46,74 m, ne termine qu'à la cinquième place. « Babe » Zaharias remportera deux autres médailles lors de ces Jeux : l'or sur 80 m haies et l'argent au saut en hauteur[45].

Quatre ans plus tard, aux Jeux olympiques de Berlin, Tilly Fleischer s'empare du titre olympique en effectuant un meilleur lancer à 45,18 m à son cinquième essai, nouveau record olympique. Sa compatriote du Reich allemand Luise Krüger remporte la médaille d'argent avec un jet à 43,29 m, la Polonaise Maria Kwaśniewska s'adjugeant la médaille de bronze avec 41,80 m[46]. L'Autrichienne Herma Bauma, qui figurait parmi les favorites à la victoire, termine au pied du podium.

Aux Jeux olympiques de Londres en 1948, Herma Bauma est sacrée championne olympique à l'âge de 35 ans, douze ans après sa dernière participation olympique. Détentrice du record du monde depuis 1947, elle atteint la marque de 45,57 m (nouveau record olympique) et devance sur le podium la Finlandaise Kaisa Parviainen (43,79 m) et la Danoise Lily Carlstedt (42,08 m)[47].

La Tchécoslovaque Dana Zátopková remporte le concours du lancer du javelot aux Jeux olympiques de 1952, à Helsinki en portant, dès sa première tentative, le record olympique à 50,47 m. Elle devance deux athlètes soviétiques : Aleksandra Chudina, deuxième avec 50,01 m et Yelena Gorchakova, troisième avec 49,76 m[48]. Le sacre de Dana Zátopková intervient moins d'une heure après celui de son mari Emil Zátopek dans l'épreuve du 5 000 m.

En 1956, à Melbourne, la Soviétique Inese Jaunzeme améliore à trois reprises le record olympique en réalisant successivement 51,63 m à son premier essai, 53,40 m à son quatrième essai, et enfin 53,86 m à son sixième et dernier essai. la Chilienne Marlene Ahrens obtient la médaille d'argent avec 50,38 m et l'autre soviétique Nadezhda Konyayeva, détentrice du record du monde depuis 1954, la médaille de bronze avec 50,28 m[49]. La tenante du titre Dana Zátopková termine au pied du podium.

En 1960, lors des Jeux olympiques de Rome, la Soviétique Elvīra Ozoliņa confirme son statut de favorite en remportant la titre avec un jet à 55,98 m qu'elle établit à son premier essai (nouveau record olympique). Dana Zátopková s'adjuge la médaille d'argent avec 53,78 m, devant l'autre soviétique Birutė Kalėdienė (53,45 m)[50].

Lors des Jeux olympiques de 1964 à Tokyo, la Soviétique Yelena Gorchakova établit un nouveau record du monde dès les qualifications avec la marque de 62,40 m. Mais, plus tard dans la journée en finale, elle est battue par la Roumaine Mihaela Peneș, âgée de 17 ans seulement, qui créée la surprise en réalisant 60,54 m à son premier essai. La Hongroise Márta Rudas se classe deuxième du concours avec 58,27 m alors que Gorchakova doit se contenter de la médaille de bronze avec un meilleur lancer mesuré à 57,06 m[51]. La tenante du titre Elvīra Ozoliņa se classe cinquième de l'épreuve.

1968-1984Modifier

 
Ruth Fuchs, championne olympique en 1972 et 1976.

À Mexico en 1968, la tenante du titre Mihaela Peneș prend la tête du concours dès sa première tentative avec un jet à 59,92 m, mais cette marque est améliorée par la Hongroise Angéla Németh qui bat son record personnel à son deuxième essai avec 60,36 m. Peneș conserve la médaille d'argent devant l'Autrichienne Eva Janko, troisième avec 58,04 m[52].

Quatre ans plus tard, en finale des Jeux olympiques de Munich, l'Est-allemande Ruth Fuchs s'empare de la médaille d'or en réalisant 63,88 m à son cinquième essai, nouveau record olympique. Elle devance sa compatriote Jacqueline Todten, qui obtient la médaille d'argent en atteignant la marque de 62,54 m à son sixième et ultime essai, et l'Américaine Kate Schmidt, médaillée de bronze avec 59,94 m. La Polonaise Ewa Gryziecka, qui avait battu le record du monde quelques semaines avant la compétition, ne termine qu'à la 7e place[53].

Ruth Fuchs est la favorite des Jeux olympiques de 1976 après avoir notamment amélioré à quatre reprises le record du monde entre 1972 à 1976, et avoir obtenu le titre européen en 1974. À Montréal, Fuchs devient la première athlète féminine à conserver son titre olympique au javelot en réalisant 65,94 m dès son premier essai, améliorant de 80 cm le record olympique qu'avait établi la veille en qualifications l'Allemande de l'Ouest Marion Becker. Celle-ci décroche la médaille d'argent avec 64,70 m, Kate Schmidt obtenant la médaille de bronze comme à Munich quatre ans plus tôt[54].

En 1980, lors des Jeux de Moscou, Ruth Fuchs ne parvient pas à décrocher un troisième titre olympique d'affilée en ne prenant que la 8e place de la finale avec 63,94 m. La surprise vient de la Cubaine María Colón, vainqueure des Jeux panaméricains de 1979, qui s'impose avec un jet victorieux de 68,40 m qu'elle réalise à son premier essai, nouveau record olympique. La Soviétique Saida Gunba se classe deuxième avec 67,76 m et l'Est-allemande Ute Hommola troisième avec 66,56 m. L'autre soviétique Tatyana Biryulina, qui avait battu le record du monde quelques jours plus tôt en devenant la première athlète à lancer au-delà des 70 mètres, ne prend la sixième place avec 65,08 m[55].

En l'absence des meilleures athlètes des pays du Bloc de l'Est absentes des Jeux olympiques de Los Angeles pour cause de boycott, le titre est remporté par la Britannique Tessa Sanderson qui réalise 69,56 m dès sa première tentative, signant un nouveau record olympique. Elle devance la Finlandaise Tiina Lillak, championne du monde un an plus tôt à Helsinki et détentrice du record du monde depuis 1983, qui obtient la médaille d'argent avec 69,00 m. L'autre britannique Fatima Whitbread décroche la médaille de bronze grâce à un jet à 67,14 m[56].

1988-2004Modifier

 
Petra Felke, championne olympique en 1988.

L'Est-allemande Petra Felke est la grande favorite des Jeux olympiques de 1988 après avoir porté le record du monde à 80 mètres quelques jours avant le début de la compétition. Felke s'adjuge la médaille d'or en établissant un nouveau record olympique à son deuxième essai avec 74,68 m. Fatima Whitbread, championne d'Europe en 1986 et championne du monde en 1987, se classe à la deuxième place avec 70,32 m, devançant l'autre Est-allemande Beate Koch (67,30 m)[57].

En 1992 à Barcelone Natalya Shikolenko, qui concourt sous les couleurs de l'équipe unifiée de l’ex-URSS, prend la tête dès son entrée dans le concours en atteignant la marque de 68,26 m. Mais le titre revient finalement à l'Allemande Silke Renk qui réalise 68,34 m à son sixième et dernier essai, devançant sur le podium Natalya Shikolenko et l'autre Allemande Karen Forkel (66,86 m). La Chinoise Xu Demei, championne du monde en 1991 à Tokyo, est éliminée dès les qualifications[58].

Quatre ans plus tard, aux Jeux olympiques d'Atlanta, la championne du monde du monde en titre Natalya Shikolenko rate son concours et ne termine 12e et dernière de la finale. La victoire revient à la Finlandaise Heli Rantanen qui s'impose avec un lancer à 67,94 m qu'elle établit à son premier essai. Elle devance l'Australienne Louise McPaul, médaillée d'argent avec 65,54 m et la Norvégienne Trine Hattestad, médaillée de bronze avec 64,98 m[59]. Silke Renk, la tenante du titre, ne parvient à franchir le cap des qualifications.

Lors des Jeux de 2000 à Sydney, Trine Hattestad est sacrée championne olympique en établissant un nouveau record olympique dès sa première tentative avec 68,91 m. La Grecque Miréla Manjani-Tzelíli, qui figurait parmi les favorite après son titre de championne du monde obtenu un an plus tôt à Séville et son record du monde réalisé cette même année, décroche la médaille d'argent avec 67,51 m, devant la Cubaine Olisdeilys Menéndez, troisième avec 66,18 m[60]. Trine Hattestad décroche son troisième titre international majeur après avoir été championne du monde en 1993 et 1997. Durant la saison 2000, elle a également amélioré par deux fois le record du monde.

Championne du monde en 2001, et nouvelle détentrice du record du monde avec 71,54 m, Olisdeilys Menéndez remporte le titre des Jeux olympiques de 2004 en établissant un nouveau record olympique à son premier essai avec 71,53 m. L'Allemande Steffi Nerius, qui bat son record personnel avec 65,82 m, monte sur la deuxième marche du podium et devance la tenante du titre Miréla Manjani, médaillée de bronze avec 64,29 m[61].

Depuis 2008Modifier

 
Barbora Špotáková, championne olympique en 2008 et 2012.

Aux Jeux Olympiques de 2008 à Pékin, la Tchèque Barbora Špotáková, championne du monde en titre, remporte la médaille d'or en établissant un nouveau record d'Europe du lancer du javelot avec un jet à 71,42 m réussi à son sixième et dernier essai. Elle devance initialement la Russe Mariya Abakumova, auteure de 70,78 m, mais cette dernière est convaincue de dopage en 2016 et est déchue de sa médaille d'argent au profit de l'Allemande Christina Obergföll (66,13 m), la Britannique Goldie Sayers (65,75 m) récupérant finalement la médaille de bronze.

Quatre ans plus tard à Londres, Spotakova décroche son second titre olympique consécutif devant les Allemandes Christina Obergföll et Linda Stahl. La Tchèque sort victorieuse grâce à un lancer à 69,55 m réalisé à son quatrième essai, ses trois autres essais validés étant également supérieurs au meilleur jet de sa dauphine Christina Obergföll (65,16 m), laquelle glane malgré tout sa deuxième médaille d'argent olympique d'affilée.

A Rio de Janeiro en 2016, Spotakova ne parvient pas à réaliser la passe de trois, ce qui aurait été une première dans l'histoire de la discipline chez les femmes, mais réussit tout de même à s'emparer de la médaille de bronze avec un jet à 64,80 m, laissant la Croate Sara Kolak remporter le titre à l'âge de 21 ans avec un nouveau record national à la clé (66,18 m), devant la Sud-Africaine Sunette Viljoen (64,92 m).

Lors des Jeux de 2020 à Tokyo, la Chinoise Liu Shiying devient la première Asiatique titrée dans cette épreuve en lançant dès son premier essai à 66,34 m, sa meilleure performance de la saison. La Polonaise Maria Andrejczyk et l'Australienne Kelsey-Lee Barber (championne du monde en 2019) complètent le podium avec respectivement 64,61 m et 64,56 m[62].

PalmarèsModifier

Édition Or Argent Bronze
1932   Babe Didrikson (USA)
43,69 m
  Ellen Braumüller (GER)
43,50 m
  Tilly Fleischer (GER)
43,15 m
1936   Tilly Fleischer (GER)
45,18 m
  Luise Krüger (GER)
43,29 m
  Maria Kwasniewska (POL)
41,80 m
1948   Herma Bauma (AUT)
45,57 m
  Kaisa Parviainen (FIN)
43,79 m
  Lily Carlstedt (DEN)
42,08 m
1952   Dana Zátopková (TCH)
50,47 m
  Aleksandra Chudina (URS)
50,01 m
  Elena Gorchakova (URS)
49,76 m
1956   Inese Jaunzeme (URS)
53,86 m
  Marlene Ahrens (CHI)
50,38 m
  Nadezhda Konyayeva (URS)
50,28 m
1960   Elvīra Ozoliņa (URS)
55,98 m
  Dana Zátopková (TCH)
53,78 m
  Birute Kalediene (ROU)
53,45 m
1964   Mihaela Penes (ROU)
60,54 m
  Márta Rudas (HUN)
58,27 m
  Elena Gorchakova (URS)
57,06 m
1968   Angéla Németh (HUN)
60,36 m
  Mihaela Penes (ROU)
59,92 m
  Eva Janko (AUT)
58,04 m
1972   Ruth Fuchs (GDR)
63,88 m
  Jacqueline Todten (GDR)
62,54 m
  Kate Schmidt (USA)
59,94 m
1976   Ruth Fuchs (GDR)
65,94 m
  Marion Becker (FRG)
64,70 m
  Kate Schmidt (USA)
63,96 m
1980   Maria Colón (CUB)
68,40 m
  Saida Gunba (URS)
67,76 m
  Ute Hommola (GDR)
66,56 m
1984   Tessa Sanderson (GBR)
69,56 m
  Tiina Lillak (FIN)
69,00 m
  Fatima Whitbread (GBR)
67,14 m
1988   Petra Felke (GDR)
74,68 m
  Fatima Whitbread (GBR)
70,32 m
  Beate Koch (GDR)
67,30 m
1992   Silke Renk (GER)
68,34 m
  Natalya Shikolenko (EUN)
68,26 m
  Karen Forkel (GER)
66,86 m
1996   Heli Rantanen (FIN)
67,94 m
  Louise McPaul (AUS)
65,54 m
  Trine Hattestad (NOR)
64,98 m
2000   Trine Hattestad (NOR)
68,91 m
  Mirela Manjani-Tzelili (GRE)
67,51 m
  Osleidys Menéndez (CUB)
66,18 m
2004   Osleidys Menéndez (CUB)
71,53 m
  Steffi Nerius (GER)
65,82 m
  Mirela Manjani (GRE)
64,29 m
2008[note 2]   Barbora Špotáková (CZE)
71,42 m
  Christina Obergföll (GER)
66,13 m
  Goldie Sayers (GBR)
65,75 m
2012   Barbora Špotáková (CZE)
69,55 m
  Christina Obergföll (GER)
65,16 m
  Linda Stahl (GER)
64,91 m
2016   Sara Kolak (CRO)
66,18 m
  Sunette Viljoen (RSA)
64,92 m
  Barbora Špotáková (CZE)
64,80 m
2020   Liu Shiying  (CHN)
66,34 m
  Maria Andrejczyk (POL)
64,61 m
  Kelsey-Lee Barber  (AUS)
64,56 m

Multiples médailléesModifier

Femmes
Rang Athlète Pays Période Or Argent Bronze Total
1 Špotáková, BarboraBarbora Špotáková   Tchéquie 2008–2016 2 0 1 3
2 Fuchs, RuthRuth Fuchs   Allemagne de l'Est 1972–1976 2 0 0 2
3= Zátopková, DanaDana Zátopková   Tchécoslovaquie 1952–1960 1 1 0 2
3= Peneş, MihaelaMihaela Peneş   Roumanie 1964–1968 1 1 0 2
5= Fleischer, TillyTilly Fleischer   Allemagne 1932–1936 1 0 1 2
5= Hattestad, TrineTrine Hattestad   Norvège 1996–2000 1 0 1 2
5= Menéndez, OsleidysOsleidys Menéndez   Cuba 2000–2004 1 0 1 2
8= Whitbread, FatimaFatima Whitbread   Grande-Bretagne 1984–1988 0 1 1 2
8= Manjani, MirélaMiréla Manjani   Grèce 2000–2004 0 1 1 2
8= Obergföll, ChristinaChristina Obergföll   Allemagne 2008–2012 0 1 1 2
11= Gorchakova, YelenaYelena Gorchakova   Union soviétique 1952–1964 0 0 2 2
11= Schmidt, KateKate Schmidt   États-Unis 1972–1976 0 0 2 2

Record olympiqueModifier

Évolution du record olympique féminin[63]
Marque Athlète Lieu Date Record
Ancien modèle (1932-1999)
43,69 m   Mildred Didrikson Los Angeles
44,69 m   Ottilie Fleischer Berlin
45,18 m   Ottilie Fleischer Berlin
45,57 m   Herma Bauma Londres
46,17 m   Aleksandra Chudina Helsinki
50,47 m   Dana Zátopková Helsinki
51,63 m   Inese Jaunzeme Melbourne
53,40 m   Inese Jaunzeme Melbourne
53,86 m   Inese Jaunzeme Melbourne
55,98 m   Elvira Ozolina Rome
62,40 m   Yelena Gorchakova Tokyo WR
63,88 m   Ruth Fuchs Munich
65,14 m   Marion Becker Montréal
65,94 m   Ruth Fuchs Montréal
66,66 m   Ute Hommola Moscou
68,40 m   Maria-Caridad Colon Moscou
69,56 m   Tessa Sanderson Los Angeles
74,68 m   Petra Felke Séoul
Modèle actuel (depuis le )
67,34 m   Osleidys Menendez Sydney
68,91 m   Trine Hattestad Sydney
71,53 m   Osleidys Menendez Athènes

Anciennes épreuvesModifier

Une épreuve de lancer de javelot « style libre » s'est déroulée en 1908 à Londres[64], et une épreuve du lancer du javelot « à deux mains » est apparue lors des Jeux olympiques de 1912 à Stockholm[65].

Lancer du javelot style libreModifier

Édition Or Argent Bronze
1908   Eric Lemming (SWE)
54,45 m
  Michális Dórizas (GRE)
51,36 m
  Arne Halse (NOR)
49,73 m

Lancer du javelot à deux mainsModifier

Édition Or Argent Bronze
1912   Juho Saaristo (FIN)
109,42 m
  Väinö Siikaniemi (FIN)
101,13 m
  Urho Peltonen (FIN)
100,24 m

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. L'Ukrainien Oleksandr Pyatnytsya, initialement deuxième du concours, est disqualifié pour dopage en 2016. Le Finlandais Antti Ruuskanen récupère la médaille d'argent et le Tchèque Vítězslav Veselý la médaille de bronze.
  2. La Russe Maria Abakumova, initialement deuxième du concours, est convaincu de dopage en 2016 et est déchue de sa médaille d'argent au profit de l'Allemande Christina Obergföll, la Britannique Goldie Sayers récupérant la médaille de bronze.

RéférencesModifier

  1. (en)« Record olympique masculin », sur iaaf.org (consulté le )
  2. (en)« Record olympique féminin », sur iaaf.org (consulté le )
  3. (en) « 1908 Summer Olympics - Javelin Throw, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  4. (en) « 1912 Summer Olympics - Javelin Throw, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  5. Parienté et Billouin 2003, p. 755.
  6. (en) « 1920 Summer Olympics - Javelin Throw, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  7. Parienté et Billouin 2003, p. 759.
  8. (en) « 1924 Summer Olympics - Javelin Throw, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  9. (en) « 1928 Summer Olympics - Javelin Throw, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  10. (en) « 1932 Summer Olympics - Javelin Throw, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  11. Parienté et Billouin 2003, p. 762.
  12. (en) « 1936 Summer Olympics - Javelin Throw, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  13. (en) « 1948 Summer Olympics - Javelin Throw, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  14. (en) « 1952 Summer Olympics - Javelin Throw, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  15. Parienté et Billouin 2003, p. 765.
  16. (en) « 1956 Summer Olympics - Javelin Throw, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  17. Parienté et Billouin 2003, p. 770.
  18. (en) « 1960 Summer Olympics - Javelin Throw, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  19. (en) « 1964 Summer Olympics - Javelin Throw, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  20. (en) « 1968 Summer Olympics - Javelin Throw, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  21. (en) « 1972 Summer Olympics - Javelin Throw, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  22. (en) « 1976 Summer Olympics - Javelin Throw, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  23. (en) « 1980 Summer Olympics - Javelin Throw, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  24. Parienté et Billouin 2003, p. 778.
  25. (en) « 1984 Summer Olympics - Javelin Throw, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  26. Parienté et Billouin 2003, p. 779.
  27. Le 1er avril 1986, entre en vigueur le nouveau règlement de l'IAAF qui modifie les spécifications du javelot, en avançant de quatre centimètres le centre de gravité afin de permettre à l'engin de piquer et de le rendre moins planant. Dans le même temps, la Fédération internationale décide d'ouvrir une nouvelle liste de record du monde
  28. (en) « 1988 Summer Olympics - Javelin Throw, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  29. (en) « 1992 Summer Olympics - Javelin Throw, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  30. Parienté et Billouin 2003, p. 785.
  31. L'IAAF déclare illégale l'utilisation de javelot à queue striée et impose celle du javelot lisse. Comme elle l'avait fait en 1986, elle décide d'ouvrir une nouvelle liste de record du monde à compter du 18 novembre 1991
  32. (en) « 1996 Summer Olympics - Javelin Throw, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  33. (en) « 2000 Summer Olympics - Javelin Throw, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  34. (en) « 2004 Summer Olympics - Javelin Throw, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  35. (en) « 2008 Summer Olympics - Javelin Throw, Men », sur olympedia.org (consulté le )
  36. (en) « Thorkildsen breaks Zelezny's Olympic record to retain title », IAAF,
  37. (en) Pat Butcher, « After springing biggest surprise of the Games, Walcott 'enjoying every moment' », sur iaaf.org, (consulté le )
  38. (en) Ian Stafford, « Trinidad teenager Walcott completes remarkable double by landing javelin gold », sur dailymail.co.uk, (consulté le )
  39. (en) « 6 track athletes handed doping bans after Olympic retests », sur ctvnews.ca,
  40. « L'Allemand Thomas Rohler champion olympique du lancer de javelot » (consulté le )
  41. « L'Indien Neeraj Chopra sacré au javelot aux JO de Tokyo, le favori Johannes Vetter 9e », sur L'Équipe (consulté le )
  42. « Thomas Röhler, champion olympique du javelot, déclare forfait pour les Jeux de Tokyo », sur L'Équipe (consulté le )
  43. (en) « Progression du record olympique du lancer du javelot masculin », sur olympedia.org (consulté le )
  44. (en)« Progression du record olympique masculin », sur trackfield.brinkster.net (consulté le )
  45. (en) « 1932 Summer Olympics - Javelin Throw, Women », sur olympedia.org (consulté le )
  46. (en) « 1936 Summer Olympics - Javelin Throw, Women », sur olympedia.org (consulté le )
  47. (en) « 1948 Summer Olympics - Javelin Throw, Women », sur olympedia.org (consulté le )
  48. (en) « 1952 Summer Olympics - Javelin Throw, Women », sur olympedia.org (consulté le )
  49. (en) « 1956 Summer Olympics - Javelin Throw, Women », sur olympedia.org (consulté le )
  50. (en) « 1960 Summer Olympics - Javelin Throw, Women », sur olympedia.org (consulté le )
  51. (en) « 1964 Summer Olympics - Javelin Throw, Women », sur olympedia.org (consulté le )
  52. (en) « 1968 Summer Olympics - Javelin Throw, Women », sur olympedia.org (consulté le )
  53. (en) « 1972 Summer Olympics - Javelin Throw, Women », sur olympedia.org (consulté le )
  54. (en) « 1976 Summer Olympics - Javelin Throw, Women », sur olympedia.org (consulté le )
  55. (en) « 1980 Summer Olympics - Javelin Throw, Women », sur olympedia.org (consulté le )
  56. (en) « 1984 Summer Olympics - Javelin Throw, Women », sur olympedia.org (consulté le )
  57. (en) « 1988 Summer Olympics - Javelin Throw, Women », sur olympedia.org (consulté le )
  58. (en) « 1992 Summer Olympics - Javelin Throw, Women », sur olympedia.org (consulté le )
  59. (en) « 1996 Summer Olympics - Javelin Throw, Women », sur olympedia.org (consulté le )
  60. (en) « 2000 Summer Olympics - Javelin Throw, Women », sur olympedia.org (consulté le )
  61. (en) « 2004 Summer Olympics - Javelin Throw, Women », sur olympedia.org (consulté le )
  62. « Shiying Liu championne olympique du javelot aux JO de Tokyo », sur L'Équipe (consulté le )
  63. (en) « Progression du record olympique du lancer du javelot féminin », sur olympedia.org (consulté le )
  64. (en) « Athletics at the 1908 London Summer Games:Men's Javelin Throw, Freestyle », sur sports-reference.com (consulté le )
  65. (en) « Athletics at the 1912 Stockholm Summer Games:Men's Javelin Throw, Both Hands », sur sports-reference.com (consulté le )

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Robert Parienté et Alain Billouin, La Fabuleuse Histoire de l'athlétisme, Minerva, , 1021 p. (ISBN 978-2-8307-0727-4)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier