Ouvrir le menu principal

La Vieille Fille (film, 1972)

film sorti en 1972

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Vieille Fille.

La Vieille Fille est un film franco-italien réalisé par Jean-Pierre Blanc et sorti en 1972. Soutenu par la performance des deux acteurs principaux, qui en sont également coproducteurs, ce premier long métrage à la construction rigoureuse valut à son auteur l'Ours d'argent du meilleur réalisateur.

SynopsisModifier

Une panne de voiture contraint un homme un peu suffisant à s'arrêter dans une petite station balnéaire et à loger provisoirement dans un hôtel de second ordre. Il y rencontre toute une galerie de personnages volontairement caricaturés à l'excès et notamment une femme entre deux âges, seule et timide. Leurs conversations sur la pluie et le beau temps déboucheront sur de probables retrouvailles amoureuses (?) post-vacances.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Succès inattenduModifier

À la suite des premières projections chez le producteur, les distributeurs ne souhaitaient plus assurer la sortie du film. Il fut finalement sorti en salle comme « roue de secours », à la suite de l'échec commercial et du retrait prématuré de l'affiche de Les Deux Anglaises et le Continent de François Truffaut. La Vieille Fille reçut alors l'estime du public[1] et de la critique. Le film correspond bien à la comédie de mœurs à la française.

CommentairesModifier

Le Français moyen en vacances y est dépeint de façon un peu caricaturale. Par exemple : les femmes attrapant des coups de soleil faute de crème solaire, les acrobaties sur la plage pour mettre son maillot de bain, les rédactions peu inspirées de courrier aux familles... La vie de l'hôtel est aussi croquée de façon mordante : patrons et clients aux mains baladeuses, employés mal embouchés, le dessert servi à un client alors que l'autre n'en est qu'à l'entrée (hareng en l'occurrence). Annie Girardot est remarquable : son personnage subit avec stoïcisme tout au long du film questions et réflexions apparemment anodines mais usantes sur son statut de femme célibataire et sans enfant.

AnnexesModifier