Marthe Keller

actrice et metteuse en scène suisse
Marthe Keller
Description de cette image, également commentée ci-après
Marthe Keller en 2016.
Naissance (78 ans)
Bâle, Suisse
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Profession Actrice
Metteur en scène
Films notables La Demoiselle d'Avignon (TV)
Marathon Man
Fedora
Le Lien (TV)

Marthe Keller, née le à Bâle, est une actrice et metteuse en scène suisse.

BiographieModifier

Fille de Iohann Keller, jockey et entraîneur de chevaux, d'origine allemande, et de Martha Stierli[1], Marthe Keller se prédestine à une carrière de danseuse jusqu'à ce qu'un accident de ski (ménisque brisé) mette un terme à ses ambitions à seize ans[2],[3].

Elle se tourne alors vers le théâtre, prend des cours de comédie et s'inscrit à l'école Stanislavsky à Munich, en Allemagne. Elle fait des tournées avec le Schillertheater de Berlin, avant de débuter à l'écran, en 1966, dans un film de Guy Hamilton, Mes funérailles à Berlin[2],[3].

Bloquée à Paris par les événements de Mai 68 et ne pouvant retourner à Berlin, elle y reste et tourne deux comédies de Philippe de Broca (Le Diable par la queue en 1968 et Les Caprices de Marie en 1970)[2],[3].

C'est en 1972 qu'elle devient populaire auprès de millions de téléspectateurs français en incarnant la princesse Kristina de Kurland, Koba Lye-Lye, auprès de Louis Velle, dans le feuilleton La Demoiselle d'Avignon, un des principaux feuilletons français des années 1970[3].

Elle continue sa carrière internationale jouant successivement pour Mauro Bolognini (Vertiges en 1975), John Schlesinger (Marathon Man en 1976) et surtout Sydney Pollack (Bobby Deerfield en 1977)[2],[3].

Actrice de cinéma et de théâtre, jouant aussi bien en français, allemand, anglais qu’en italien, elle ajoute la mise en scène d'opéra à ses activités au début des années 2000. Elle a mis en scène les Dialogues des carmélites à l'opéra national du Rhin (prix de la critique de la meilleure mise en scène), Lucia di Lammermoor à l'opéra de Washington et Don Giovanni au Metropolitan Opera de New York. Elle enseigne également à Lausanne.

Vie privéeModifier

Elle a un fils, Alexandre, né en 1971 de sa relation avec Philippe de Broca, rencontré lors du tournage du film Le Diable par la queue, et des petites-filles. Elle fut également pendant 7 ans, de 1977 à 1984, la compagne d'Al Pacino dont elle reste proche. Sa carrière l'a conduite à Berlin, Paris, Hollywood, New York[4],[3]. Elle se ressource en Suisse à Verbier.

MusiqueModifier

En 1984, elle sort le 45 tours Les paillettes de l'amour chez Carrère, dont elle fait la promotion sur plusieurs plateaux de télévision dont l'émission Champs-Elysées présentée par Michel Drucker le 9 juin 1984[5],[6].

DistinctionModifier

FilmographieModifier

CinémaModifier

 
Marthe Keller en 1975.

TélévisionModifier

Opéra (mise en scène)Modifier

ThéâtreModifier

RécitantModifier

  • Jeanne d'Arc au bûcher d'Arthur Honegger
  • Perséphone de Stravinsky
  • Songe d'une nuit d'été de Mendelsshon

DistinctionsModifier

Jury de festivalModifier

Notes et référencesModifier

  1. Who’s Who in France : dictionnaire biographique, Éditions Jacques Lafitte, .
  2. a b c et d « Marthe KELLER », sur notrecinema.com (consulté le )
  3. a b c d e et f Adrien Gombeaud, « Comme au cinéma », Vanity Fair n°55, mars 2018, pages 126-133
  4. Laurence Deonna - Bénédict de Tscharner, Femmes suisses dans le monde du 17e au 21e
  5. Institut national de l'audiovisuel, « Marthe Keller "Les paillettes de l'amour" », sur ina.fr (consulté le )
  6. « Les paillettes de l’amour », sur encyclopedisque.fr (consulté le )
  7. « Palmarès 2007 », sur le site du Festival de la fiction TV (consulté le ).

Liens externesModifier