La Tour-Saint-Gelin

commune française du département d'Indre-et-Loire

La Tour-Saint-Gelin
La Tour-Saint-Gelin
Mairie de La Tour-Saint-Gelin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Chinon
Intercommunalité Communauté de communes Touraine Val de Vienne
Maire
Mandat
Claude Le Fur
2020-2026
Code postal 37120
Code commune 37260
Démographie
Population
municipale
520 hab. (2018 en diminution de 5,11 % par rapport à 2013)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 03′ 02″ nord, 0° 24′ 12″ est
Altitude Min. 63 m
Max. 117 m
Superficie 13,45 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Sainte-Maure-de-Touraine
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
La Tour-Saint-Gelin
Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire
Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
La Tour-Saint-Gelin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Tour-Saint-Gelin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Tour-Saint-Gelin
Liens
Site web latoursaintgelin.com

La Tour-Saint-Gelin est une commune française du département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La Tour-Saint-Gelin est située à environ 8 kilomètres de Richelieu.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

HydrographieModifier

 
Réseau hydrographique de La Tour-Saint-Gelin.

Le réseau hydrographique communal est constitué d'un seul cours d'eau de 0,846 km de longueur[1],[2].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

La Tour-Saint-Gelin est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. La commune est en outre hors attraction des villes[6],[7].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (92,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (92,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (76,2 %), zones agricoles hétérogènes (12 %), zones urbanisées (4,5 %), cultures permanentes (4 %), forêts (3,3 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

HistoireModifier

Village du sud de la Touraine qui a été connu pour ses vins de qualité pendant des siècles.

ToponymieModifier

Tour est le nom primitif de la commune et saint Gelin le patron de la paroisse.
La Tour de Sainct Gelin, (Archives Nationales-JJ 163, n° 64, fol. 30 v°) ; La Tour Sainct Gelin, (Archives nationales-JJ 205, n° 462, fol. 262 v°) ; La Tour Saint Gelin, XVIIIe s. (Carte de Cassini).
La paroisse de La Tour-Saint-Gelin se divisait en Petite-Touraine, Élection de Richelieu, et en Grande-Touraine, Élection de Chinon. La Petite-Touraine correspondait à la plus grande partie de la collecte fiscale de La Tour-Saint-Gelin et la Grande-Touraine à celle du Pont-Amboizé et une partie de La Tour-Saint-Gelin.
Le procès-verbal de délimitation du , approuvé par arrêté préfectoral du , réunit l’enclave que Courcoué possédait dans La Tour-Saint-Gelin, à cette commune : la Néronnerie, le Grand-Creuilly et une partie du Petit-Creuilly, soit 47 ha et 3 habitations.
Délimitation réalisée de La Tour-Saint-Gelin d’avec Lièze par ordonnance royale du  : La Tour-Saint-Gelin cède à Lièze la Richardière, soit 72 ha, et Lièze cède à La Tour-Saint-Gelin la Ménardière et sa partie du village du Petit-Creuilly, soit 110 ha. Avant cette ordonnance, les villages des Bouillons, d’Oiré et des Plantis formaient une enclave ; ils furent maintenus dans le territoire de La Tour-Saint-Gelin.
Délimitation réalisée de Lémeré d’avec La Tour-Saint-Gelin par ordonnance royale du  : la limite incertaine entre Lémeré et La Tour-Saint-Gelin, qui traverse le village de la Barrière, est modifiée et Lémeré cède sa partie à La Tour-Saint-Gelin (Archives nationales-F 2 II Indre-et-Loire 2, plan annexé à la minute).

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Jacques Menanteau Inconnu  
mars 2014 2020 Martial Teston Inconnu  
mars 2020 En cours Claude Le Fur Inconnu retraité

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11].

En 2018, la commune comptait 520 habitants[Note 2], en diminution de 5,11 % par rapport à 2013 (Indre-et-Loire : +1,25 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8058067298088458459241 0041 007
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 011964944897929902929891905
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
882872863793763773766730729
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
771761667596549534546545527
2018 - - - - - - - -
520--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monumentsModifier

  • Le manoir du Grand Creuilly

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 1er février 2019).
  2. « Carte hydrologique de La Tour-Saint-Gelin », sur https://www.geoportail.gouv.fr/ (consulté le 1er février 2019).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 5 mai 2021)
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 5 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.