La Brugeoise et Nivelles

Alstom Bruges
logo de La Brugeoise et Nivelles
Logo de Alstom Bruges.
illustration de La Brugeoise et Nivelles
Deux TVR du Transport léger guidé de Caen construits par Bombardier à Bruges.

Création 1913
Dates clés 1977 : BN Constructions Ferroviaires et Métalliques
1988 : Bombardier Transportation Belgium (rachat par Bombardier)
2021 : Alstom Bruges (rachat par Alstom)
Disparition Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société anonyme
Siège social Vaartdijkstraat 5, Bruges
Drapeau de la Belgique Belgique
Direction Sébastien Ridremont
Actionnaires Drapeau de la France Alstom (100 %)
Activité Construction ferroviaire
Société mère Alstom Belgium
Sociétés sœurs Ateliers de construction du Nord de la France, Adtranz
BCE 0405.129.408
Site web rail.bombardier.com

Fonds propres 624 704 605 (2019)

Société précédente La Brugeoise, Nicaise et Delcuve, Les Ateliers Métallurgiques de Nivelles
Bombardier Transportation Belgium

Alstom Bruges, anciennement La Brugeoise et Nivelles (BN), puis Bombardier Eurorail, puis Bombardier Transportation Belgium est une filiale du constructeur ferroviaire français Alstom, basée à Bruges, en Belgique.

Elle était la filiale belge du constructeur ferroviaire canadien Bombardier Transport de 1988 à 2021. La Brugeoise et Nivelles, ou BN, était un constructeur belge de matériel ferroviaire, essentiellement de tramways et d'automotrices électriques. À la fin des années 1980, la BN est passée sous pavillon canadien (rachetée par Bombardier).

HistoriqueModifier

 
La Brugeoise, Nicaise et Delcuve

Créé en 1956 par fusion de La Brugeoise, Nicaise et Delcuve et des Ateliers Métallurgiques de Nivelles.

Devenue entretemps une filiale à 97 % du groupe canadien Bombardier Inc., cette société a disparu en 1988, l'implantation de Bruges a survécu sous le nom de Bombardier Transportation Belgium.

La société a notamment mis au point en 1985 le GLT, ancêtre de l'actuel « tram sur pneus » TVR de Nancy et Caen. Un parcours de test avait été construit entre Jemelle et Rochefort à cette fin.

Le 29 mai 1991, Bombardier regroupe ses activités ferroviaires européennes au sein de « BN Constructions Ferroviaires et Métalliques S.A. » qui devient Bombardier Eurorail[1]. Elle intègre alors ANF-Industrie, Bombardier-Rotax-Wien et Bombardier-Prorail Limited.

Le site de Nivelles comprenait des ateliers qui s’étendaient sur 4,5 hectares, avec un personnel de 850 personnes. Il a fermé ses portes en 1989[2].

Identité visuelleModifier

ProductionModifier

Le site de Bruges assemble essentiellement du matériel ferroviaire pour le marché belge (par exemple, les voitures à deux niveaux de type M6), en consortium avec Alstom, qui a acquis la branche « transport » des Ateliers de Constructions Électriques de Charleroi (Alstom Belgium). Ce duo fut à l'origine d'une grande majorité du matériel ferroviaire Belge jusqu'à ce que la législation européenne impose de mieux mettre en concurrence les fournisseurs pour l'attribution des marchés publics[réf. souhaitée].

Notes et référencesModifier

Articles connexesModifier