Léon Binet

médecin français

Léon René Binet, né le à Saint-Martin-Chennetron (Seine-et-Marne) et mort le dans le 8e arrondissement de Paris[1], est un médecin et professeur de physiologie français, spécialiste de la réanimation cardiaque.

Léon Binet
Léon Binet.jpg
Léon Binet.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Enfant
Jean Paul Marie Binet (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions

Il est le père de Jacques-Louis Binet.

BiographieModifier

Léon Binet fait ses études de médecine à Paris, entre 1911 et 1924. En 1912, il est Préparateur des travaux pratiques de physiologie à la Faculté de médecine de Paris. En 1916, il devient Chef provisoire des travaux de médecine expérimentale à la Faculté de médecine de Paris. Il devient docteur en médecine en 1918 puis chef du laboratoire de pathologie expérimentale et comparée à la Faculté de médecine de Paris en 1919. Agrégé de physiologie en 1923, il est médecin des hôpitaux en 1925 et en 1927 chargé de cours de physiologie, puis chef des travaux de physiologie (1929) à la Faculté de médecine de Paris. Il est docteur ès sciences en 1929, et devient en 1931 médecin chef de service à l'Hôpital Sainte-Périne puis à l'Hôpital Necker (1932).

De 1931 à 1968, il est professeur de physiologie à la Faculté de médecine de Paris. De 1946 à 1968, il est doyen de la Faculté de médecine de Paris. En 1957, il est nommé médecin honoraire des Hôpitaux. Il devient en 1968 doyen et professeur honoraire.

Léon Binet s'est consacré à l'exploration fonctionnelle de la respiration et à la lutte contre l'asphyxie ; il a mis au point les techniques de la réanimation avec leur cortège d'agents correcteurs. Pénétrant dans les mécanismes intimes de la vie, il étudia l'équilibre hydrominéral, la respiration tissulaire, les oxydoréductions cellulaires, le rôle du glutathion. Il étudia la rate comme réservoir de sang et en fit sa thèse de doctorat ès sciences.

Il publia, avec son maître le Doyen Roger, un traité célèbre de physiologie.

À partir de 1923, Léon Binet profite de ses vacances dans la maison de sa belle-famille à Saint-Priest-la-Feuille (Creuse) pour rédiger de nombreux livres d'histoire naturelle (Scènes de la vie animale, Au bord de l'étang, Cent pas autour de ma maison, Creuse mon beau pays, Leçons de biologie dans un parc), étudiant et observant la campagne creusoise.

Il est l’un des co-fondateur de l’Association Claude-Bernard avec Gabriel Richet.

Titres, distinctions et hommagesModifier

Léon Binet était membre de plusieurs sociétés savantes : Académie des sciences (membre résidant (1942-1961), Académie nationale de chirurgie (membre, 1961), Académie nationale de médecine (membre résidant de la section des sciences biologiques, 1939, Président pour 1959), comité des travaux historiques et scientifiques (membre résidant, 1925-1933), Société de biologie (membre).

Il est Grand-Croix de la Légion d'Honneur.

Le centre hospitalier de Provins (Seine-et-Marne), ainsi que le principal amphithéâtre du centre universitaire des Saints-Pères (capacité de 1000 places environ), portent son nom.

Œuvres et publicationsModifier

  • La Vie de la mante religieuse, 1931
  • Scènes de la vie animale, 1933
  • Nouvelles scènes de la vie animale, 1934
  • Autres scènes de la vie animale. Voyage en Amérique du Sud, 1935
  • Les Scènes de la vie animale (choix), 1946
  • En marge des congrès, 1939
  • Au bord de l'étang, 1939 (préface de Georges Duhamel), prix Nicolas Missarel de l'Académie française
  • Les Animaux au service de la science, 1940
  • Cent pas autour de ma maison, biologie de campagne, 1941
  • Comment se défend l'organisme, Que sais-je ? no 5, 1941
  • Problèmes de physiologie comparée (avec François Bourlière), 1948
  • Les grandes découvertes françaises en biologie médicale de 1877 à nos jours (avec René Dujarric de la Rivière,Antoine Lacassagne,André Lemierre,Pierre Mollaret,Louis Pasteur Vallery-Radot), Paris, Ernest Flammarion, coll. « Bibliothèque de philosophie scientifique »,
  • Feuilles d'hôpital. Médecine d'hier, médecine d'aujourd'hui. Recherches sur la physiopathologie de l'appareil respiratoire. Avec de l'eau et du sel. Le soufre auxiliaire de la vie. Le besoin d'oxygène. Un service parisien pendant l'occupation, 1940-1944, Paris, Amédée Legrand, 1949
  • Au service de la médecine, 1951 (préface de Louis de Broglie)
  • Univers de la biologie, 1951
  • Esquisses et notes de travail inédites de Claude Bernard, recueillies et commentées par Léon Binet, 1952
  • La faculté de médecine de Paris. Cinq siècles d'art et d'histoire (avec Pierre Vallery-Radot), 1952
  • Les Curiosités de la vie animale, 1952
  • Médecins, biologistes et chirurgiens, 1954
  • Le Roman de la mante religieuse, 1954
  • Le Roman du moineau, 1955
  • La Vie des bêtes sur la terre, dans les airs et dans les eaux, 1955 (préface de Georges Duhamel, illustrations de Roger Reboussin)
  • Secrets de la vie des animaux, 1956
  • Creuse, mon beau pays, 1958
  • Ce monde passionnant des oiseaux, 1959
  • Leçons de biologie dans un parc, 1961
  • Gérontologie et gériatrie. La lutte contre les années, 1961
  • Mes oiseaux. Biologie et médecine, 1964
  • Un médecin aux champs, 1965
  • Mes conseils de santé, 1968

BibliographieModifier

  • Jean Bernard, « Notice sur la vie et l'œuvre de Léon Binet (1891-1971) » C R Acad Sci. (séance du ), Texte intégral.
  • André Cornet, « Léon Binet, physiologiste et médecin, 1891 -1971 » Histoire des sciences médicales 1992;26(4):259-262. Texte intégral.
  • André Sicard, « Le Doyen Léon Binet et la Chirurgie » Histoire des sciences médicales 1992;26(4):251-254. Texte intégral.
  • Jean-Paul Binet, « Souvenirs d'un fils » Histoire des sciences médicales 1992;26(4):255-258. Texte intégral.

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Liens externesModifier