Ouvrir le menu principal

L'Incroyable Histoire du facteur Cheval

film biographique français co-écrit et réalisé par Nils Tavernier
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cheval (homonymie).
L'Incroyable Histoire du facteur Cheval
Description de cette image, également commentée ci-après
Ferdinand, son épouse Philomène et sa fille Alice

Réalisation Nils Tavernier
Scénario Laurent Bertoni
Fanny Desmarès
Nils Tavernier
Acteurs principaux
Sociétés de production Fechner Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre biographique
Durée 104 minutes
Sortie 2018

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Incroyable Histoire du facteur Cheval est un film biographique français co-écrit et réalisé par Nils Tavernier, sorti en 2018.

Ce film retrace, de façon romancée, la vie du facteur Ferdinand Cheval, qui conçut et réalisa, il y a plus de cent ans, une sculpture monumentale dénommée le Palais idéal et qui est encore visible de nos jours dans la petite ville de Hauterives, située dans la Drôme.

SynopsisModifier

PrésentationModifier

Des lettres plein sa sacoche de facteur, Ferdinand Cheval (toujours appelé Joseph dans le film), homme simple et taciturne, fils de paysans drômois, bute contre une pierre d'achoppement. Il commence dès lors à imaginer un temple de la nature abreuvé par « deux sources de vie et de sagesse ». Malgré les épreuves de la vie, il trouvera le temps, la force et la volonté de réaliser son rêve de « Palais idéal », pierre par pierre, repérées lors des trente-trois kilomètres de sa tournée diurne autour de son village d'adoption, la petite cité d'Hauterives.

À la nuit tombée, Ferdinand, qui a collecté ses cailloux, va construire son rêve de palais en poussant sa « fidèle » brouette pleine[1], en dépit de la raillerie des gens du village, mais avec l'estime de son administration. Petit à petit, des gens venus des quatre coins de la France vont finir par reconnaître son talent.

Résumé completModifier

Ferdinand Cheval, alias Joseph, est un homme réservé et solitaire. Le film commence en 1869 alors qu'il a récemment été nommé facteur à Hauterives. Son chef de poste, qui a une réelle sympathie pour lui, garde de côté les cartes postales illustrées qui sont illisibles et dont le service postal n'a pas pu identifier le destinataire. Le premier drame de Ferdinand sera la mort de sa première femme Rose et la séparation avec son fils Cyrille, âgé d'environ dix ans, sa famille considérant qu'il n'est pas apte à assurer la charge de celui-ci.

Plus tard, au cours de ses tournées, il fait connaissance de Philomène, une jeune veuve qui vit dans une ferme des environs et qu'il finira par épouser. Ferdinand reste distant et rêveur, mais il sait pétrir la pâte (il explique avoir été apprenti boulanger) et son épouse l'aime comme il est. En 1879, une fille prénommée Alice naît de leur union et si, au début, Ferdinand reste un père plutôt distant au grand désespoir de Philomène, l'homme finit par s'attacher à sa petite fille.

Entre-temps, lors d'une de ses tournées qui lui font parcourir la campagne drômoise, le facteur bute sur une pierre et dévale une pente abrupte en manquant de se rompre le cou. Il en perd d'ailleurs la moitié de son courrier, qu'il finira par récupérer. Intrigué par les raisons de sa chute, Ferdinand remonte sur le lieu de l'accident et déterre une grosse pierre, cause de son accident. Trouvant sa forme curieuse, il décide de l'emporter chez lui. Dès lors, un projet incroyable prend naissance dans son esprit : édifier un immense palais fait de pierres trouvées durant sa tournée et soudées par du mortier, qu'il dédiera à sa fille.

Qu'il neige, qu'il vente, qu'il pleuve, le facteur se lance dans sa recherche de pierres originales et élabore, année après année, son œuvre sous les yeux d'Alice, qui défend son père face aux sarcasmes des enfants du village qui le traitent de fou. Peu de temps après, son fils Cyril, qui a réussi sa formation de tailleur, vient lui rendre visite et découvre sa petite sœur. Malgré son attitude réservée, Ferdinand est ému de revoir son fils après en avoir été séparé durant des années.

Puis un jour de 1894, le facteur fait une sévère chute depuis son échafaudage et se retrouve alité. Il se rend alors compte que sa fille est très sérieusement malade. Celle-ci mourra dans le courant de l'année, créant une douleur telle que le facteur hurlera de désespoir en constatant son décès. Il veut absolument déposer son corps dans le sous-sol du palais qui n'est pas encore achevé, mais le maire lui explique que la loi de la République s'y oppose formellement. De rage et de dépit, Cheval renverse le bureau de l'édile. Alice sera donc enterrée au cimetière communal. Peu de temps après, Cyril décide de s'installer au village d'Hauterives avec son épouse et leurs filles Eugénie et Alice, redonnant ainsi au facteur un peu de joie de vivre, celui-ci décidant de reprendre son œuvre qu'il avait laissée de côté après la mort de son unique fille.

 
Carte postale représentant le facteur Cheval dans son œuvre

Au fil du temps, le palais devient célèbre. Tout d'abord dans la région (un journaliste de Romans-sur-Isère était déjà venu du temps d'Alice), mais maintenant, c'est de toute la France que les gens commencent à évoquer son œuvre. Le palais est presque abouti et Cyril vient avec ses filles rendre visite à son père. Celui-ci, enfin heureux, appelle Alice à haute voix et l'inquiétude monte autour de lui, mais le facteur ne faisait qu'appeler sa petite-fille qui jouait en haut du palais. Un photographe vient même immortaliser l'œuvre et des cartes postales vont être éditées.

Le malheur retombe sur Ferdinand lorsque deux morts viennent encore l'endeuiller. D'abord, son fils Cyril, puis son épouse Philomène. Très malade et recluse sur un fauteuil, son épouse lui demande si elle va mourir et le facteur lui répond alors, sans ménagement, mais sans méchanceté, comme une évidence, que oui, elle va mourir… Après ces deux décès et sachant qu'il ne pourra pas être inhumé sous son palais, le facteur décide de construire sa propre tombe, inspirée de son palais idéal, dans le cimetière même de sa commune. Un jour, sa petite-fille Alice, qui, autrefois, avait déjà émis le souhait d'organiser sa noce dans le palais, lui présente son fiancé et demande à son grand-père si il viendra à son mariage. Celui-ci lui répond en lui demandant l'heure de la cérémonie.

Les dernières images du film présentent la fête de mariage d'Alice, qui se déroule juste devant le palais idéal, et le facteur devenu octogénaire observe les invités danser, dont de nombreux enfants. C'est alors que, mélangeant sa peine et sa joie, Ferdinand voit au-delà de l'image de sa petite-fille Alice, la vision de sa propre fille Alice, qui vient l'inviter pour danser.

Fiche techniqueModifier

Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données Unifrance
 
Ferdinand Cheval en pleine créativité artistique en janvier 1890[n 1]

DistributionModifier

ProductionModifier

Genèse et développementModifier

L'idée du film est née de la rencontre entre la future scénariste du film Fanny Desmarès, passionnée par l'histoire du facteur dauphinois, et la productrice Alexandra Fechner, qui contactera ensuite Nils Tavernier pour mettre en scène ce personnage atypique.

Le film est produit par Alexandra Fechner[5] de Fechner Films[4].

TournageModifier

Le tournage s'est déroulé à Hauterives, mais uniquement lors des scènes situées à l'intérieur du Palais idéal[n 5] et essentiellement dans le village drômois de Mirmande pour les décors extérieurs[16] durant les mois de septembre et d'octobre 2017[7].

AccueilModifier

Sorties et festivalModifier

La première a lieu le à Hauterives[9], à laquelle ont assisté 850 spectateurs[17]. Le lendemain, le film est projeté à la séance de clôture du festival De l'écrit à l'écran, à Montélimar[8],[18].

CritiquesModifier

L'Incroyable Histoire du facteur Cheval

Score cumulé
SiteNote
Allociné 
Compilation des critiques
PériodiqueNote
CinéSéries 
Télérama 
Les Inrockuptibles 

Les critiques sont plutôt assez partagées entre une franche admiration et une certaine déception.

Critiques positives

Fabrice Leclerc, spécialiste du cinéma dans l'hebdomadaire français Paris Match, considère que[19] : « Nils Tavernier offre un beau film sur l’amour inconditionnel et l’âpreté de la vie avec un épatant Jacques Gamblin ».

Selon, Corinne Renou-Nativel, critique de la page culture dans le quotidien la Croix, le film « réussit avec brio à restituer le passage du temps » et « puise sa beauté dans le mystère qui continue d’entourer le Palais idéal du facteur Cheval ». Elle considère également que Jacques Gamblin (« extraordinairement ressemblant ») et Laetitia Casta (d'une beauté sereine) offrent tous deux des prestations remarquables, donnant ainsi une « version romantique et lyrique » au film[20].

Pour CinéSéries : « Nils Tavernier réussit un excellent film, destiné à bouleverser intelligemment le plus grand nombre »[21].

Critiques négatives

Le journaliste et critique de cinéma français, Jean-Baptiste Morain, écrit dans les Inrocks que[22] : « Tout cela ne constitue pas une fiction passionnante… », en ajoutant que « tout est ramené à des clichés faciles ».

Dans le quotidien Le Monde, la journaliste Clarisse Fabre considère que c'est « une belle idée » et que Jacques Gamblin s’est « donné sans compter pour incarner son personnage », mais que son jeu « reste figé », ne laissant aucune place à la fantaisie qui, selon la journaliste, devait habiter le facteur Cheval[23].

Box officeModifier

Pour sa première semaine de diffusion (du au ), le film réalise 256 173 entrées dans toute la France[24], la seconde semaine (du au ) 179 379 entrées et la troisième semaine (du au ), un chiffre de 115 207 entrées, soit un cumul de 550 759 entrées sur trois semaines[25], score honorable, sachant que L'Incroyable Histoire du facteur Cheval est sorti dans la même période que de grandes superproductions hollywoodiennes dont il subit la concurrence, telles que Glass ou La Mule et même Aquaman, pourtant dans sa sixième semaine de diffusion, mais aussi d'autres films français très populaires tels que Les Invisibles et Yao[26].

Autour du filmModifier

Autour des acteursModifier

  • Pour jouer le rôle du facteur, Jacques Gamblin a dû perdre quelques kilos afin d'apparaître plus maigre avec un visage émacié et s'est laissé pousser la moustache[27].
  • Nils Tavernier a reconnu avoir écrit ce film en se basant sur le jeu de Jacques Gamblin, principal acteur de son précédent film, dénommé De toutes nos forces et qui se basait déjà sur la biographie d'un destin exceptionnel et atypique[28].
  • Si Jacques Gamblin fut très vite pressenti pour incarner Ferdinand Cheval, c'est l'actrice Alexandra Lamy qui avait été initialement choisie pour interpréter le rôle de Philomène[29].

DistinctionModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. « C'est un espace, un jardin en chantier parce qu'un facteur construit un palais. On va avoir du gravier, des végétaux qui vont disparaître pour les besoins du film, et réapparaître en une semaine. - Marie-José Georges, la directrice du Palais Idéal[2]. »
  2. « quand on veut, on peut. Impossible n’est pas français ![5]. »
  3. « Je suis facilement le défenseur des rêveurs, de ces gens que la société considère à côté de la convention[11]. »
  4. « Il avait aussi un rapport à la nature, au cosmique, à l'univers. C'est ancré dans le sol -il ramasse des pierres tous les jours- et cela s'élève vers le ciel. Il y a beaucoup de spiritualité[12]. »
  5. « le tournage se déroule au coeur du Palais imaginé, rêvé, par ce facteur qui "a les pieds sur terre mais la tête dans les étoiles" comme le définit l'acteur Jacques Gamblin qui l'interprète à l'écran[15]. »

RéférencesModifier

  1. Site du facteur Cheval, page sur l'histoire du facteur Cheval, consulté le 24 février 2019
  2. a et b Nathalie Rodrigues, « Drôme : le Palais Idéal ramené plus de cent ans en arrière », sur France Bleu Drôme-Ardèche, (consulté le 28 septembre 2017)
  3. Jean Yves Baxter, « Nils Tavernier », sur RCF, (consulté le 15 août 2018).
  4. a b et c « Facteur Cheval », sur Groupe Fechner, (consulté le 28 septembre 2017)
  5. a et b Carole Raynaud, « Cheval : le film sur le créateur du Palais idéal en tournage », sur Le Dauphiné Libéré, (consulté le 28 septembre 2017)
  6. a et b « L’histoire du Facteur Cheval bientôt sur les écrans : l'interview de la productrice Alexandra Fechner », sur Chérie Fm, (consulté le 28 septembre 2017)
  7. a et b « Facteur Cheval », sur Taxshelter, (consulté le 29 septembre 2017)
  8. a et b « Le Facteur Cheval », sur delecritalecran.com (consulté le 30 septembre 2018)
  9. a et b Nathalie Rodrigues, « Le film "Le Facteur Cheval" met les larmes aux yeux aux habitants d'Hauterives », sur francebleu.fr, (consulté le 30 septembre 2018)
  10. https://twitter.com/francebleuDA/status/1044449891307720704
  11. Carole Raynaud, « Jacques Gamblin incarne le facteur Cheval », sur Le Dauphiné Libéré, (consulté le 29 septembre 2017)
  12. Florence Beaudet et Nathalie Rodrigues, « Jacques Gamblin dans la peau du facteur Cheval à Hauterives : "Ce personnage m'apporte tous les jours" », sur France Bleu Drôme-Ardèche, (consulté le 28 septembre 2017)
  13. « Ferdinand Cheval dit le Facteur Cheval (1836 / 1924) », sur site officiel du Facteur Cheval, (consulté le 28 septembre 2017) : « 1878 : Quelques mois plus tard, il rencontre Claire-Philomène-Richaud, qu’il épouse en second mariage. »
  14. « Zélie Rixhon, la fille du Facteur Cheval dans le nouveau thriller de M6 », sur Le Dauphiné Libéré, (consulté le 15 août 2018)
  15. Isabelle Gonzalez, « Drôme: Le Palais Idéal et le facteur Cheval bientôt à l'écran », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, (consulté le 28 septembre 2017)
  16. Nathalie De Keyzer et Nathalie Rodrigues, « Drôme : le tournage du film sur le Facteur Cheval a débuté à Mirmande », sur France Bleu Drôme-Ardèche, (consulté le 28 septembre 2017).
  17. Stéphane Hilarion, « Jacques Gamblin en Facteur Cheval émeut les habitants de Hauterives », sur Culturebox-France Info, (consulté le 30 septembre 2018).
  18. Laure Ostwalt, « Soir de clôture du festival De l'écrit à l'écran : on chavire ! », sur La Tribune, (consulté le 30 septembre 2018).
  19. Site du magazine Paris-Match, page "L’incroyable histoire du facteur Cheval de Nils Tavernier - la critique", consulté le 21 janvier 2019.
  20. Site du journal La Croix, page "« L’incroyable histoire du facteur Cheval », le rêve obstiné d’un homme pudique", consulté le 21 janvier 2019.
  21. « Critique de Roma (Film, 2017) », sur Cinéséries, (consulté le 9 janvier 2019).
  22. Site du magazine Les Inrocks, page "L'incroyable histoire du facteur Cheval" : film malin sur artiste naïf", consulté le 21 janvier 2019.
  23. Site du journal Le Monde, page "« L’Incroyable Histoire du facteur Cheval » : un portrait dénué de fantaisie", consulté le 21 janvier 2019.
  24. Site Allociné, page "Box office, nombre d'entrées pour le film L'Incroyable Histoire du facteur Cheval", consulté le 29 janvier 2019.
  25. Site Cbo Box Office, nombre d'entrées pour les films en France, consulté le 30 janvier 2019
  26. Site du quotidien "le télégramme de Brest", article "Box-office. L’octogénaire Clint porte « La Mule » en tête !", consulté le 31 janvier 2019.
  27. Site allociné, page anecdotes du film, consulté le 31 janvier 2019.
  28. Site Info Limoges Métropole, article "L’incroyable histoire du facteur Cheval est un film romantique avec des histoires d’amour", consulté le 1er fevrier 2019.
  29. Site de Flora Chaduc, page "Le facteur Cheval, un personnage romantique et rude", consulté le 22 janvier 2019.
  30. Brigitte Baronnet, « Festival de Sarlat 2018 : le triomphe d'Edmond au palmarès », sur Allociné, (consulté le 10 novembre 2019)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier