Kfar Kama

Kfar Kama
Kafrkama.jpg
Géographie
Pays
District
Superficie
8,85 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
228 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Démographie
Population
3 466 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
391,5 hab./km2 ()
Fonctionnement
Statut
Localisation sur la carte d’Israël
voir sur la carte d’Israël
Red pog.svg

Kfar Kama (en hébreu : כְּפַר כַּמָא, en arabe : كفر كما, en adyguéen : Кфар Кама) est une ville principalement peuplée de Circassiens située en Basse Galilée, en Israël. En 2008, le village comptait 2 900 habitants[1].

HistoireModifier

AntiquitéModifier

Les archéologues ont supposé que Kfar Kama était le village Helenoupolis que Constantin a établi en l'honneur de sa mère Hélène[2]. Les fouilles effectuées en 1961 et 1963 ont révélé des tombes du IVe siècle[3]. Deux églises datées du début du VIe siècle, l'une dédiée à Sainte Thecla, ont été découvertes, avec des mosaïques multicolores de motifs floraux, animaux et géométriques.

À l'époque des Croisés, il était connu sous le nom de Kapharchemme ou Capharkeme[4]. Des ruines et des parties de cinq colonnes de calcaire ont été découvertes en plus d'un pressoir circulaire en basalte et de citernes[5].

En 2020, une équipe d'archéologues dirigée par Nurit Feig de l'Autorité des antiquités d'Israël a découvert les restes d'un monastère ou d'une église du VIe siècle. Les excavateurs ont également révélé des mosaïques de sol peintes montrant des formes géométriques, des motifs floraux bleus, noirs et rouges. Les principaux paramètres de l'église découverte sont de 12 × 36 mètres. Plusieurs autres pièces ont été découvertes près de l'église. Selon Shani Libbi, il est possible de révéler des pièces supplémentaires sur le terrain grâce à un levé radar pénétrant dans le sol[6],[7],[8].

 
Circassiens en costume traditionnel, Kfar Kama.

En 1596, Kfar Kama est apparu dans les registres fiscaux ottomans en tant que village de la Nahiya de Tibériade dans la Liwa de Safad. Il y avait une population de 34 familles musulmanes et payait un taux d'imposition fixe de 25 % sur les produits agricoles, qui comprenaient le blé, l'orge, les cultures d'été, le coton et les chèvres ou ruches d'abeilles ; un total de 5 450 akçe[9],[10].

Une carte de l'invasion de Napoléon en 1799 par Pierre Jacotin montrait l'endroit, nommé El Hadaci[11]. En 1838, il a été mentionné comme un village dans le district de Tibériade[12].

Dans les années 1870, le village était décrit comme ayant des maisons en pierre de basalte et une population de 200 musulmans vivant sur une plaine de terre arable[13].

En 1878, un groupe de 1150 immigrants circassiens de la tribu Adyghe des Chapsoughs, exilés du Caucase par les Russes vers l'Empire ottoman en raison de la guerre russo-circassienne, s'installent dans le village. Au départ, ils gagnaient leur vie en élevant des animaux, mais sont ensuite devenus agriculteurs. La première école a été créée vers 1880[14].

Ère du mandat britanniqueModifier

 
Mosquée à côté du centre du patrimoine circassien à Kfar Kama.

État d'IsraëlModifier

 
Circassiens de Kfar Kama, 2011.

Kfar Kama est l'un des deux villages circassiens d'Israël. L'autre est Rehaniya. Les Circassiens sont des musulmans qui, contrairement à la principale minorité arabe musulmane israélienne, effectuent un service militaire dans les forces de défense israéliennes[15],[16]. L'école du village enseigne en circassien, hébreu, arabe et anglais[17].

Un centre du patrimoine circassien est situé dans le village[18].

Résidents notablesModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Population of Localities Numbering above 2,000 Inhabitants and Other Rural Population » [PDF], Israel Central Bureau of Statistics, .
  2. Yoram Tsafrir, Leah Di Segni et Judith Green, (TIR): Tabula Imperii Romani: Judaea, Palaestina, Jerusalem, Israel Academy of Sciences and Humanities, (ISBN 965-208-107-8, lire en ligne)Tsafrir, Di Segni and Green, 1994, 142.
  3. Claudine Dauphin, La Palestine byzantine, Peuplement et Populations, vol. III : Catalogue, Oxford, Archeopress, (ISBN 0-86054-905-4, lire en ligne), p. 727.
  4. (en) Denys Pringle, Secular buildings in the Crusader Kingdom of Jerusalem: an archaeological Gazetter, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-46010-7, lire en ligne).
  5. (en) C.R. Conder et H.H. Kitchener, The Survey of Western Palestine: Memoirs of the Topography, Orography, Hydrography, and Archaeology, vol. 1, Londres, Committee of the Palestine Exploration Fund, (lire en ligne), p. 391 ; SWP I, p. 391.
  6. (en) « Sixth-century church found by Circassian village near Mount Tabor », Haaretz.com (consulté le ).
  7. (en-US) Amanda Borschel-Dan, « Large 6th century church compound uncovered near site of Jesus’ transfiguration », www.timesofisrael.com (consulté le ).
  8. (en) Francesca Recchia et Mehta, Jaimini, « Creative Kabul - Spaces of resistance », Domus, no 953,‎ (lire en ligne).
  9. (en) Wolf-Dieter Hütteroth et Kamal Abdulfattah, Historical Geography of Palestine, Transjordan and Southern Syria in the Late 16th Century, Erlanger Geographische Arbeiten, Sonderband 5. Erlangen, Germany: Vorstand der Fränkischen Geographischen Gesellschaft, (ISBN 3-920405-41-2, lire en ligne), p. 190.
  10. À noter que Rhode, 1979, p. 6 écrit que le registre du district de Safad étudié par Hütteroth et Abdulfattah n'était pas de 1595/6, mais plutôt de 1548/9.
  11. (en) Y. Karmon, « An Analysis of Jacotin's Map of Palestine », Israel Exploration Journal, vol. 10, nos 3,4,‎ , p. 167 (lire en ligne) ; cf. passage en ligne.
  12. (en) Edward Robinson et Eli Smith, Biblical Researches in Palestine, Mount Sinai and Arabia Petraea: A Journal of Travels in the year 1838, vol. 3, Boston, Crocker & Brewster, (lire en ligne). 2nd Appendix, p. 131.
  13. (en) C.R. Conder et H.H. Kitchener, The Survey of Western Palestine: Memoirs of the Topography, Orography, Hydrography, and Archaeology, vol. 1, Londres, Committee of the Palestine Exploration Fund, (lire en ligne), p. 360 ; SWP I, p. 360.
  14. (en) Nirit Reichel, « The role of the educational system in retaining Circassian identity during the transition from Ottoman control to life as Israeli citizens (1878–2000) », Israel Affairs, vol. 16,‎ , p. 251–267 (DOI 10.1080/13537121003643896).
  15. (en) Moshe Gilad, « A Slightly Rarefied Circassian Day Trip », Haaretz,‎ (lire en ligne).
  16. (en) Muslim revivalism and the emergence of civic society. A case study of an Israeli-Circassian community.
  17. (he) Yulie Khromchenko, « מדברים פה בהרבה שפות? נקרא לזה "בית ספר רב לשוני » [« Ils parlent de nombreuses langues ? Appelez cela une « école multilingue » »], Haaretz,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. (en) Moshe Gilad, « A Slightly Rarefied Circassian Day Trip », Haaretz,‎ (lire en ligne).

Liens externesModifier