Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Kazuo Ishiguro

écrivain britannique d'origine japonaise
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ishiguro.
Kazuo Ishiguro
Description de cette image, également commentée ci-après
Kazuo Ishiguro à Cracovie en
Naissance (63 ans)
Nagasaki, Drapeau du Japon Japon
Nationalité Drapeau : Royaume-Uni Britannique (depuis 1982[1])
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Anglais britannique
Genres

Œuvres principales

Kazuo Ishiguro (石黒 一雄, Ishiguro Kazuo?), né le à Nagasaki, est un écrivain, romancier et scénariste britannique d'origine japonaise.

Le , il obtient le prix Nobel de littérature car « il a révélé, dans des romans d’une grande force émotionnelle, l’abîme sous l’illusion que nous avons de notre relation au monde[2] », selon l'explication de l'Académie suédoise.

Sommaire

BiographieModifier

Kazuo Ishiguro est né au Japon, à Nagasaki, le . Il est le fils de Shizuo Ishiguro, un océanographe, et de son épouse Shizuko. Il a deux sœurs.

En 1960, toute la famille part s'installer au Royaume-Uni[3] et emménage à Guildford, dans le Surrey, afin que Shizuo Ishiguro puisse travailler en tant que chercheur au National Institute of Oceanography, situé à Southampton[4].

Kazuo Ishiguro fait sa scolarité primaire dans le Surrey. Ses parents ne pensant rester que temporairement en Angleterre, ils préparent l'enfant à poursuivre le reste de son existence au Japon. Ce retour ne se fera pas.

Ishiguro suit ses études de littérature et de philosophie dans les universités du Kent et d'East Anglia, et est employé comme travailleur social à Glasgow et à Londres[4]. Puis il se consacre à l'écriture à partir de 1982[4] et reste de manière définitive en Grande-Bretagne, aux côtés de sa femme, Lorna MacDougall, qu'il a épousée en 1986[5], et de leur fille Naomi, née en 1992[6].

Carrière littéraireModifier

Kazuo Ishiguro écrit tous ses livres en langue anglaise, bien qu’il ait été élevé par des parents japonais, dans un foyer où l’on parlait cette langue. À l’exception du Géant enfoui (2015), tous ses romans sont rédigés à la première personne.

La plupart d'entre eux se situent dans le passé : Auprès de moi toujours (2005) possède certaines caractéristiques de la science-fiction, avec des éléments futuristes, mais se situe dans les années 1980-1990. L'auteur apprécie les périodes d’avant ou d’après-guerre, car le thème de la remise en question des valeurs et des idées d’une époque lui plaît particulièrement.

Ses livres se situent principalement en Europe, en Angleterre ou au Japon (pour les deux premiers). Son quatrième roman, L’Inconsolé, paru en 1995, où il aborde entre autres les thèmes du déni et de l’oubli, se déroule dans une ville d’Europe centrale.

Ishiguro publie son premier livre Lumière pâle sur les collines en 1982, dans lequel il aborde le thème de la culpabilité parentale. C’est avec ce texte que l’auteur est dévoilé au public : il rencontre immédiatement le succès.

En 1986, Kazuo Ishiguro commence à acquérir une notoriété internationale avec son deuxième roman, An Artist of the Floating World (Un artiste du monde flottant) , qui est distingué par le prix littéraire Whitbread (Whitbread Book Award) et sélectionné pour le Booker Prize. Le livre met en scène un artiste japonais qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, est amené au travers de ses relations avec ses enfants et petits-enfants à remettre en question les idées et l’attitude qu’il a eues pendant la période militariste et coloniale de l'Empire du Japon, qui s'acheva avec la guerre du Pacifique.

C’est en 1989 que paraît le plus célèbre de ses livres : Les Vestiges du jour, qui a connu un grand succès en librairie et a été récompensé par le Booker Prize la même année. Il est adapté au cinéma par James Ivory en 1993, avec Anthony Hopkins dans le rôle du majordome James Stevens.

Dans une interview donnée en 1990, il confie : « Si j’écrivais sous un pseudonyme, et que quelqu’un d’autre posait pour moi en quatrième de couverture, je suis sûr que personne ne dirait ‘cet homme me fait penser à un auteur japonais’. » Parmi les auteurs qui l'ont influencé, il cite Jun'ichirō Tanizaki, Fiodor Dostoïevski ou encore Marcel Proust. Il précise que l’influence japonaise la plus présente dans son œuvre émane du cinéma de Yasujirō Ozu et de Mikio Naruse[7].

Le 5 octobre 2017, il reçoit le prix Nobel de littérature pour l’ensemble de son œuvre. L’académie suédoise estime qu’Ishiguro est un écrivain « qui, dans des romans d’une grande force émotionnelle, a révélé les abîmes que dissimulent notre conviction illusoire d’être connectés au monde ». La secrétaire permanente de l’académie, Sara Danius, souligne que l’univers de l’auteur mêle les styles de Jane Austen, de Franz Kafka, mais aussi de Marcel Proust[8].

ŒuvreModifier

RomansModifier

Recueil de nouvellesModifier

  • 2009 : Nocturnes: Five Stories of Music and Nightfall (Nocturnes : Cinq nouvelles de musique au crépuscule, 2010, traduit par Anne Rabinovitch)

ScénariosModifier

À la télévisionModifier

  • 1984 : A Profile of Arthur J. Mason (pour Channel 4)
  • 1987 : The Gourmet (pour la BBC)

Au cinémaModifier

ChansonsModifier

Ishiguro a signé plusieurs textes pour la chanteuse de jazz américaine Stacey Kent, pour ses albums Breakfast on The Morning Tram (EMI, 2007) et The Changing Lights (2013).

Prix et distinctionsModifier

Adaptations de son œuvre au cinémaModifier

 
Ishiguro en compagnie des interprètes de Never Let Me Go (2010)

Notes et référencesModifier

  1. https://www.independent.co.uk/arts-entertainment/books/features/kazuo-ishiguro-appreciation-nobel-prize-in-literature-a7985211.html.
  2. « Le Nobel de littérature remis à Kazuo Ishiguro », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 5 octobre 2017).
  3. (en) James Procter, « Kazuo Ishiguro », sur http://www.contemporarywriters.com/ (consulté le 15 décembre 2010).
  4. a, b et c « Kazuo Ishiguro », sur le site du British Council.
  5. Biographie de Kazuo Ishiguro, The Guardian, 19 février 2005.
  6. (en) « Never Let Me Go: A Profile of Kazuo Ishiguro », Poets & Writers,‎ (lire en ligne)
  7. « Kazuo Ishiguro, le parcours sans faute du prix Nobel de littérature - Livres - Télérama.fr », sur www.telerama.fr (consulté le 16 octobre 2017)
  8. (en) Dwight Garner, « Kazuo Ishiguro, a Nobel Winner Whose Characters Are Caught Between Worlds », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)

AnnexesModifier