Liste de romans postmodernes

Cette sélection de littérature postmoderne romanesque, par ordre chronologique, ne saurait être ni exhaustive ni objective, mais simplement indicative de tendances.

Très anglophone, elle est complétée par des listes concernant aussi d'autres langues.

par décennieModifier

PrécurseursModifier

1930Modifier

1940Modifier

1950Modifier

1960Modifier

1970Modifier

1980Modifier

1990Modifier

2000Modifier

2010Modifier

par langueModifier

Une partie des ouvrages romanesques des auteurs cités semble correspondre à une partie des caractéristiques du postmodernisme.

allemandModifier

anglaisModifier

Angleterre   Royaume-UniModifier

  AustralieModifier

  • Patrick White (1932-1990), L'Arbre de l'homme (The Tree of Man) (1955), Les Incarnations d'Eddie Twyborn (1979)
  • Rodney Hall (1935-), In Memorian (Just Relations, 1982), L'Épouse (The Grisly Wife, 1994)
  • Clive James (1939-), Brrm! Brrm! (1991)
  • Helen Garner (en) (1942-), The Spare Room (2008)

  CanadaModifier

  ÉcosseModifier

  • Alexander Trocchi (1925-1984), Young Adam (1954), Le Livre de Caïn (1961)
  • Alasdair Gray (1934-), Lanark (1981), Poor Things (1992)
  • Ali Smith (1962-), La Loi de l’accident (2005), Automne (2019)

  États-UnisModifier

  IndeModifier

  IrlandeModifier

  • James Joyce (1882-1941)
  • Flann O'Brien (1911-1966), Kermesse irlandaise (1939), Une vie de chien (1962), L'Archiviste de Dublin (1964), Le Troisième Policier (1968)

  JamaïqueModifier

arabeModifier

bulgareModifier

catalanModifier

chinoisModifier

danoisModifier

espagnolModifier

finnoisModifier

françaisModifier

géorgienModifier

grecModifier

groenlandaisModifier

hongroisModifier

italienModifier

japonaisModifier

néerlandaisModifier

norvégienModifier

  • Dag Solstad (1941-), Onzième roman, livre dix-huit (1992), Honte et Dignité (1994)
  • Jan Kjærstad (1953-), Homo Falsus ou Le Crime Parfait (1984), Le Séducteur (1993), Le Séducteur (1996), L’Explorateur (1999)
  • Jon Fosse (1959-), Melancholia (1995), Andvake (2007), Olavs draumar (2012), Kveldsvævd (2014)

persanModifier

polonaisModifier

portugaisModifier

roumainModifier

russeModifier

serbeModifier

slovaqueModifier

  • Pavel Vilikovský (1941-), Autobiographie du mal, Un chien sur la route, Un cheval dans l'escalier

spanglishModifier

  • Giannina Braschi (1953-), United States of Banana (2011), Yo-Yo Boing! (AmazonCrossing), El imperio de los sueños/l'Empire des Rêves (1988)   Porto Rico

tamoulModifier

tchèqueModifier

turcModifier

  • Oğuz Atay (1934-1977), Tutunamayanlar (Les Décrochés, 1972), Tehlikeli Oyunlar (Les Jeux dangereux, 1973), Bir Bilim Adaminin Romani (Le Roman d'un scientifique, 1975)
  • Orhan Pamuk (1952-), Le Château blanc (Beyaz Kale, 1985), Le Livre noir (1990), Mon nom est Rouge (1998), Neige (2002)
  • Tahir Musa Ceylan (1956-), İçi Yoksul (Pauvre à l’intérieur, 2006), Kestane kıranında kadınlar (Femmes au temps de la tempête des châtaignes, 2008), Yarım adamın aşkları (Les Amours d’un demi-homme, 2009)
  • Hasan Ali Toptaş (1958-), Bin Hüzünlü Haz (Mille Plaisirs Tristes) (1999)
  • Duran Çetin (1964-)

ukrainienModifier

vietnamienModifier

  • Đặng Thân (en) (1964-), 3.3.3.9 [những mảnh hồn trần] (3.3.3.9 [Fragments of Earthly/Naked Souls]), (Hội Nhà Văn Publishers 2011)

yiddishModifier

Romans graphiquesModifier

Cinéma postmoderneModifier

Les scénarios, à tout le moins, tant dans la bande dessinée que dans le cinéma, permettent des doses de postmodernisme. Des études signalent de telles avancées[7],[8],[9].

Quelques pistes :

AnnexesModifier

SourcesModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier