Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ross.
Katharine Ross
Description de cette image, également commentée ci-après
Katharine Ross en 1966
Nom de naissance Katharine Juliet Ross
Naissance (79 ans)
Hollywood, Los Angeles, Californie, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession actrice
Films notables Le Lauréat
Butch Cassidy et le Kid

Katharine Ross (née le 29 janvier 1940)[1] est une actrice américaine qui a joué dans de nombreux films comme au théâtre. Elle a eu le rôle principal dans trois des films les plus populaires des années 1960 et 1970. Elle a joué le rôle d’Elaine Robinson dans Le Lauréat (1967), pour lequel elle a reçu une nomination à l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle ; elle a joué le rôle d’Etta Place dans Butch Cassidy et le Kid (1969), pour lequel elle a gagné un BAFTA (British Academy Film Award) de la meilleure actrice; et elle a joué le rôle de Joanna Eberhart dans Les femmes de Stepford (1975). Elle a remporté un Golden Globe pour avoir joué dans le film Le Voyage des damnés en 1976.

Sommaire

BiographieModifier

Ross est née à Hollywood en Californie, le 29 janvier 1940 alors que son père, Dudley Ross, était dans la marine. Il avait aussi travaillé pour l’Associated Press (AP) est une agence de presse mondiale et généraliste dont le siège est aux États-Unis.

Sa famille s’est installée un peu plus tard à Walnut Creek, en Californie, à l’est de San Francisco, et elle a obtenu son diplôme au lycée de Las Lomas en 1957. Ross était une cavalière passionnée durant sa jeunesse[2] et était amie avec Casey Tibbs, qui était passionné par les rodéos[3].

Elle a étudié à l’université de Santa Rosa Junior pendant un an (1957-1958) où elle a découvert le métier d’actrice grâce à une mise en scène de Le Roi et moi. Elle a quitté l’université et a déménagé à San Francisco pour étudier la comédie. Elle a rejoint The Actors Workshop, un programme prestigieux du sud de la Californie et elle y est restée pendant trois ans (1959-1962)[4],[5], y travaillant en tant que doublure et elle est apparue nue sur scène pour un rôle dans Le Balcon de Jean Genet.

En 1964, elle a été choisie par John Houseman pour jouer le rôle de Cordelia dans une mise en scène de la pièce Le Roi Lear[6],[7]. Durant son séjour à The Actors Workshop, elle a commencé à jouer de petits rôles dans des séries télévisées de Los Angeles afin d’arrondir ses fins de mois[2].

C’est le studio Metro-Goldwyn-Mayer qui lui a permis de se rendre à Hollywood, mais ils ont fini par l’abandonner et elle a heureusement retrouvé du travail avec Universal[8].

Ross a tenté sans succès d’obtenir un rôle dans West Side Story (1961)[9]; son premier rôle à la télévision a été dans Sam Benedict en 1962[4]. Elle a ensuite été prise en charge par l’agent Wally Hiller et en 1964[10], Ross est apparues dans des épisodes de séries telles que Arrest and Trial, Le Virginien et Gunsmoke.

Elle a passé une audition pour The Young Lovers et a obtenu son premier rôle dans un film avec Les Prairies de l'honneur. En 1966, elle a obtenu un des rôles principaux de Mister Buddwing avec la MGM et a donné la réplique à James Garner. Elle est aussi apparue dans l'épisode To Light a Candle de la série télévisée The Road West, un western avec Barry Sullivan produit par la NBC.

Cette année, elle a aussi joué dans le film Le Diable à trois[2]. Ross a connu un grand succès grâce à ses rôles dans deux des films les plus populaires du cinéma. Elle a ainsi joué le rôle d’Elaine Robinson dans Le Lauréat (1967) et a donné la réplique à Dustin Hoffman mais aussi le rôle d’Etta Place dans Butch Cassidy et le Kid (1969) aux côtés de Paul Newman et Robert Redford[11].

Après avoir joué le rôle de la petite-amie de Dustin Hoffman dans Le Lauréat, un rôle pour lequel elle a obtenu une nomination aux Oscars[12] et un Golden Globes en tant que révélation féminine de l’année, elle a déclaré, « Je ne suis pas une star de cinéma... Ce système est à l’agonie et j’aimerais bien l’aider à disparaître. »[2]

Ross a ainsi refusé de nombreux rôles, puis a fini par accepter de jouer dans Butch Cassidy et le Kid. Après cela, elle a refusé de nombreux autres rôles, notamment un rôle dans La Tour infernale[13]. Elle a perdu son contrat avec Universal au printemps 1969 pour avoir refusé de jouer une hôtesse de l’air dans Airport.

Préférant les planches, Ross est retournée à Los Angeles a joué dans de petits théâtres durant la plus grande partie des années 70[14]. L’un de ses rôles les plus connus de cette période a été Les femmes de Stepford en 1975 pour lequel elle a remporté le Saturn Award[15] de la meilleure actrice.

Elle a à nouveau incarné Etta Place dans un téléfilm de 1976, On recherche la femme de Sundance[11]. Elle a remporté Golden Globes de la meilleure actrice dans un second rôle pour avoir joué dans le film Le Voyage des damnés en 1976[16].

Elle a joué dans de nombreux téléfilms[17] comme Murder by Natural Causes en 1979 avec Hal Holbrook, Barry Bostwick et Richard Anderson[18], Rodeo Girl in 1980[19], Les feux de la passion en 1981[20] avec Sam Eliott et Farrah Fawcett et elle a joué dans la série Dynastie 2 : Les Colby en incarnant Francesca Scott Colby[21] aux côtés de Charlton Heston. Elle a aussi joué le rôle de la thérapeute de Donnie dans le film Donnie Darko en 2001.

Ross a réussi à publier plusieurs livres pour enfants, ajoutant ainsi le métier d’écrivain à sa palette de compétences étonnantes.

L’actrice a été mariée à cinq reprises. Son premier mariage a été avec l’acteur Joel Fabiani[5], de 1960 à 1962. Elle a ensuite été mariée à John Marion de 1964 à 1967[22]. En 1969, Ross a épousé le cinéaste Conrad Hall qui a remporté trois Oscars. C’est sur le plateau de Butch Cassidy et le Kid qu’elle l’a rencontré et ils se sont séparés en 1973. Elle a été mariée à Gaetano “Tom” Lisi de 1975 à 1979 qu’elle a rencontré pendant qu’elle jouait la pièce Les femmes de Stepford.

Ross est ensuite mariée à l’acteur Sam Elliott qu’elle a lui aussi rencontré en 1969 sur le tournage de Butch Cassidy et le Kid. Le couple s’est retrouvé sur le tournage de Psychose phase 3 (1978). C’est en mai 1984 qu’ils se marient, quatre mois avant la naissance de leur seule enfant, leur fille Cleo Rose Elliott[23],[24].

FilmographieModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

DistinctionsModifier

Les informations ci-après sont extraites de l’Internet Movie Database.

NominationsModifier

British Academy Film Awards
  • 1969 : BAFTA Awards du meilleur nouveau venu dans un rôle principal pour Le Lauréat
Golden Globes
Laurel Awards
  • 1970 : Golden Laurel actrice 11e place
  • 1971 : Golden Laurel actrice 5e place
Oscar du cinéma
  • 1968 : Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour Le Lauréat

RécompensesModifier

Académie des films de science-fiction, fantastique et horreur
British Academy Film Awards
  • 1971 : BAFTA Awards de la meilleure actrice pour les films Butch Cassidy et le Kid et Willie Boy
Golden Boot Awards
Golden Globes
Laurel Awards
  • 1995 : Golden Laurel de la meilleure actrice dans un second rôle pour Le Lauréat
Bronze Wrangler
  • 1992 : Wrangler de bronze du meilleur téléfilm pour Conagher

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Sur le site des Golden Globes (http://www.goldenglobes.org/browse/?param=/member/29417), elle est victorieuse pour le film Le Diable à trois (Games), alors que sur le site Imdb (https://www.imdb.com/name/nm0001684/awards), elle est victorieuse pour le film Le Lauréat (The Graduate).

RéférencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. According to the State of California. California Birth Index, 1905–1995. Center for Health Statistics, California Department of Health Services, Sacramento, California, ancestry.com; accessed June 24, 2015.
  2. a b c et d Ronald De Paolo, « Sudden Stardom of the 'Graduate Girl' », Life,‎ (lire en ligne)
  3. Jack Bradford, « Off the Grapevine », Toledo Blade,‎ (lire en ligne)
  4. a et b Dick Kleiner, « Katherine, or a Rossy Future », Times Daily,‎ (lire en ligne)
  5. a et b Herbert Gold, Travelers' Tales San Francisco: True Stories, Travelers' Tales, (ISBN 1-885211-85-6, lire en ligne), « When San Francisco Was Cool », p. 30
  6. John Houseman, Final Dress, Simon & Schuster, (ISBN 0-671-42032-1, lire en ligne), p. 263
  7. Murray Schuhmach, « Hollywood 'Lear' lures Carnovsky; Actor Blacklisted in '51 to Play Title Role at U.C.L.A. », New York Times,‎ (lire en ligne)
  8. Charles Champlin, « Katherine Ross: Post-Graduate », The Tuscaloosa News,‎ (lire en ligne)
  9. Suzanne Guldimann, « Actress Katharine Ross kicks off interview series at Malibu Playhouse », Malibu Surfside News,‎ (lire en ligne)
  10. Jimy Tallal, « Playhouse Series Kicks Off with Katharine Ross », The Malibu Times,‎ (lire en ligne)
  11. a et b Ed Andreychuk, The golden corral: a roundup of magnificent Western films, McFarland, (ISBN 0-7864-0393-4, lire en ligne), p. 142
  12. Joyce Haber, « Katharine Ross Lands Role in Public Eye », St. Petersburg Times,‎ (lire en ligne)
  13. Roderick Mann, « Katharine Ross seeking post-"Graduate" honors », The Spokesman-Review,‎ (lire en ligne)
  14. Paul Monaco, The sixties, 1960–1969, University of California Press, (ISBN 0-520-23804-4, lire en ligne), p. 135
  15. « Past Saturn Awards » [archive du ], Saturn Awards, The Academy of Science Fiction Fantasy & Horror Films (consulté le 12 août 2010)
  16. Dick Kleiner, « Katharine Ross – Talent, Luck Gets Actress Parts She Wants », The Sumter Daily Item,‎ (lire en ligne)
  17. Dan Lewis, « Katharine Ross graduates to TV-movies », Nashua Telegraph,‎ (lire en ligne)
  18. https://www.imdb.com/title/tt0079593/
  19. Marilyn Beck, « Marilyn Beck's Hollywood », Tri City Herald,‎ (lire en ligne)
  20. Sheila Graham, « Katharine Jacqueline Stars on No. 2 Choice », The Pittsburgh Press,‎ (lire en ligne)
  21. UPI, « Katharine Ross gets role in 'Dynasty II' », The Milwaukee Journal,‎ (lire en ligne)
  22. Story of love between Sam Elliott and Katherine Ross, who had 4 husbands before
  23. « Katharine Ross », People,‎ (lire en ligne)
  24. Melonie Magruder, « Straight from her heart », Malibu Times,‎ (lire en ligne)