Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Koster (homonymie).
Henry Koster
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
CamarilloVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Herman Kosterlitz
Nationalités
Activités
Fratrie
Hans Kosterlitz (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Peggy Moran (en) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata

Henry Koster (de son vrai nom Herman Kosterlitz) est un réalisateur, scénariste et producteur américain, né le à Berlin (Allemagne), mort le 21 septembre 1988 à Camarillo (États-Unis).

BiographieModifier

Henry Koster naît dans une famille juive de milieu modeste. Il est encore jeune quand son père, qui est simple vendeur, quitte la maison. Il s'arrange pour terminer ses études secondaires à Berlin en écrivant des nouvelles et en réalisant des bandes dessinées.

Koster découvre très tôt le monde du cinéma quand son oncle, vers 1910, ouvre une salle de cinéma à Berlin. Sa mère joue au piano pour accompagner les films, laissant son enfant regarder le spectacle. Après avoir travaillé au départ comme écrivain de nouvelles, Koster est engagé comme scénariste par une compagnie de cinéma berlinoise et devient l'assistant du réalisateur Kurt Bernhardt. Un jour, ce dernier tomba malade et demanda à Koster de se charger de la réalisation d'un film. C'est ainsi que dans les années 1931/1932, il réalisa deux ou trois films pour la compagnie UFA.

Au milieu de la réalisation d'un film, Koster se rend compte qu'il subit déjà une forme d'antisémitisme, et comprend qu'il doit partir. Il perd son sang froid lors d'un accrochage avec un officier SA et l'assomme. Ensuite, il file directement à la gare et quitte l'Allemagne pour la France, où il est engagé à nouveau par son mentor Curtis Bernhardt qui s'était exilé un peu plus tôt. Puis Koster part pour Budapest où il rencontrae et épouse l'actrice et chanteuse Kato Kiraly en 1934 (ils ont divorcé en 1941). À Budapest, il fait la connaissance de Joe Pasternak qui représente la compagnie Universal en Europe, et il réalise trois films pour lui.

En 1936, Koster signe un contrat pour travailler avec Universal à Hollywood, et il s'embarque pour les États-Unis avec sa femme et d'autres réfugiés juifs, pour travailler avec Pasternak. Malgré le fait qu'il ne parlait pas encore anglais, il arriva à convaincre le studio de le laisser réaliser Trois jeunes filles à la page (Three smarts girls), une comédie musicale donnant la vedette à une adolescente de 15 ans, Deanna Durbin. Le film fut un grand succès et sauva Universal de la faillite. Le second film de Koster pour Universal, Deanna et ses boys, avec Deanna Durbin et Leopold Stokowski fut tout à la gloire du studio, de Deanna Durbin, de Pasternak et de Koster. Il dirige encore Deanna Durbin à quatre reprises; notamment dans Three smarts girls grow up, la suite de Three smarts girls, ainsi que dans First Love.

Koster réalise de nombreux films musicaux et familiaux à la fin des années 1930 et au début des années 1940, avec des actrices comme Betty Grable et Deanna Durbin. Il travaille pour Universal jusqu'en 1941, puis à la MGM, et à la Fox en 1948.

En 1947, il reçoit une nomination à l'Oscar du meilleur réalisateur pour la comédie Honni soit qui mal y pense. En 1951, il réalise un de ses films les plus célèbres, Harvey, comédie fantaisiste mettant en vedette James Stewart. Par la suite; il entreprend des productions plus élaborées d'inspiration historique ou religieuse telles que La Tunique (The Robe), un drame biblique et un des premiers films en CinémaScope, Désirée, biographie de Désirée Clary, la première fiancée de Napoléon qui devint reine de Suède, et La Maja nue (The Naked Maja) sur la vie du peintre Goya. Vers la fin de sa carrière, il revient vers la comédie avec des films comme M. Hobbs prend des vacances (Mr. Hobbs Takes a Vacation) mettant à nouveau en vedette James Stewart. Son dernier film est Dominique (The Singing Nun) en 1965. Il se retira à Camarillo en Californie pour se consacrer à la peinture jusqu'à sa mort en 1988.

Il épousa l'actrice Peggy Moran (en) (1918-2002) en 1942 et dirigea tous les grands acteurs de l'époque : James Stewart, Richard Burton dans son premier film américain Ma cousine Rachel, Marlon Brando, Bette Davis, Ava Gardner...

FilmographieModifier

Comme réalisateurModifier

Comme scénaristeModifier

comme producteurModifier

Liens externesModifier