Justyna Kowalczyk-Tekieli

fondeuse polonaise
(Redirigé depuis Justyna Kowalczyk)

Justyna Kowalczyk
Image illustrative de l’article Justyna Kowalczyk-Tekieli
Justyna Kowalczyk à Otepää en 2010.
Contexte général
Sport Ski de fond
Période active de 2000 à 2020
Biographie
Nationalité sportive Polonaise
Nationalité Pologne
Naissance (38 ans)
Lieu de naissance Limanowa
Taille 1,74 m
Poids de forme 64 kg
Surnom Justysia
Club AZS AWF Katowice
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 2 1 2
Championnats du monde 2 2 3
Coupe du monde (globes ind.) 9 3 2
Coupe du monde (épreuves ind.) 31 22 11

Justyna Maria Kowalczyk-Tekieli écouter, née le à Limanowa, est une fondeuse polonaise. Elle est l'une des meilleures fondeuses de l'histoire. Elle a remporté cinq médailles olympiques dont deux titres en 2010 et 2014, huit médailles aux Championnats du monde dont deux titres, tous deux obtenus lors de l'édition 2009 de Liberec, et quatre gros globes de cristal en 2009, 2010, 2011 et 2013. Elle compte soixante-quatre podiums dont trente et une victoires individuelles depuis 2006 (unique Polonaise à avoir remporté une épreuve de Coupe du monde). Elle présente l'un des plus beaux palmarès du ski de fond où seul le Nordic Opening manque à son palmarès malgré deux podiums. Elle est élue sportive polonaise de l'année en 2009, 2010, 2011, 2012 et 2013.

BiographieModifier

CarrièreModifier

DébutsModifier

Kowalczyk démarre au niveau international en 2000 à l'occasion des Championnats du monde junior. L'année suivante, elle prend son premier départ en Coupe du monde à Cogne. Elle est médaillée d'argent en sprint aux Championnats du monde junior de 2003. Cette année, elle est sélectionnée pour les Championnats du monde à Val di Fiemme.

2005 : SuspensionModifier

Lors des Championnats du monde de 2005 à Oberstdorf en Allemagne, Kowalczyk participe à quatre épreuves avant d'être ensuite disqualifié. Ceci fait suite à un contrôle positif à la dexaméthasone lors d'une compétition mineure sur le même site le [1]. La dexaméthasone est une substance qui est autorisé hors compétition mais interdit en compétition. Il agit comme un anti-inflammatoire et un immunosuppresseur. Kowalczyk a utilisé la substance pour soulager une douleur au niveau du tendon d'Achille.

Le , la commission dédiée au dopage de la FIS impose à Kowalczyk une suspension de deux ans (du au ). Fin , la FIS a déterminé que, depuis la dexaméthasone était un glucocorticostéroïde, elle a été classé comme une substance inscrite sur la liste des substances interdites de l'Agence mondiale anti-dopage, et donc la période de suspension pour la première infraction est au maximum d'un an. La FIS réduit donc la suspension à un an.

Kowalczyk fait ensuite appel devant la Tribunal arbitral du sport (TAS) qui juge que Kowalczyk n'a pas utilisé la dexaméthasone pour améliorer ses performances sportives. Elle admet avoir agi par négligence, mais cela ne justifie pas un an de suspension. Selon le TAS, une période de suspension réduite qui se termine le (le jour de l'audience), serait la décision la mieux proportionnée.

2006-2008 : premiers succèsModifier

Il faut attendre , pour qu'elle figure sur un podium de Coupe du monde, avec une troisième place au 10 km classique d'Otepää. C'est au même endroit et sous le même format de course qu'elle signe son premeier succès un an plus tard. Entre-temps, elle a remporté une médaille de bronze au 30 km des Jeux olympiques de Turin en seulement dominée au sprint par Katerina Neumannova et Julija Tchepalova[2]. Il s'agit du premier podium olympique pour son pays en ski de fond.

2009-2013 : titres en Coupe du monde, aux Jeux olympiques et Championnats du mondeModifier

En , elle prend part à ses quatrièmes championnats du monde. Lors de cette édition des Mondiaux, elle obtient sa médaille avec celle de bronze obtenue lors du 10 km classique, alors qu'elle est citée comme favorite[3]. Ensuite, elle connait son premier grand succès en carrière, en remportant la médaille d'or sur la poursuite (7,5 km en classique + 7,5 km libre) en battant dans la fin de course la Norvégienne Kristin Størmer Steira[4]. Pour finir, elle remporte un second titre mondial sur le trente kilomètres libre.

Aux Jeux olympiques d'hiver de 2010, elle remporte la médaille d'argent sur le sprint classique derrière Marit Bjørgen avant de gagner celle de bronze lors de la poursuite quinze kilomètres où elle prive Kristin Størmer Steira d'une médaille au sprint final[5]. Le , elle remporte le premier titre olympique de sa carrière lors de la dernière épreuve féminine, le trente kilomètres classique où elle bat au sprint sa nouvelle rivale Marit Bjørgen qui cherchait à remporter une quatrième médaille d'or durant ces Jeux[6]. La raison de ces succès vient possiblement des nombreuses heures passées à l'entraînement par Kowalczyk qui accumule 200 jours de camp par an[7].

Lors du Tour de ski 2010-2011, elle gagne quatre étapes et tient face à Therese Johaug pour remporter pour la deuxième fois après 2009 la course. Surtout cela contribue à son troisième succès de rang au classement général de la Coupe du monde. Lors des Championnats du monde à Oslo, elle est battue deux fois par la favorite locale Marit Bjørgen sur le dix kilomètres classique et le skiathlon (médaille d'argent) et gagne aussi la médaille de bronze au trente kilomètres libre.

Pour entamer la saison 2011-2012, elle est cinquième du Nordic Opening, mais revient au sommet avec une victoire au dix kilomètres classique de Rogla. Sur le Tour de ski, elle de nouveau dominatrice avec notamment trois victoires à Oberhof et la victoire finale. Elle réalise, peu après, le doublé à Otepää (sprint et dix kilomètres classique), puis gagne le sprint de Moscou et pour finir le dix kilomètres à Szklarska Poreba, devant ses supporters pour son unique victoire en Pologne dans l'élite. Cependant, elle doit abandonner le titre de la Coupe du monde à Marit Bjørgen, Kowalczyk finissant cinquième des Finales à Falun.

En 2012-2013, elle continue avec son habitude sur le Tour de ski, gagnant cinq étapes (portant son total à 14) et son quatrième succès final. Aux Championnats du monde à Val di Fiemme, elle doit attendre l'ultime épreuve, le trente kilomètres classique pour glaner une médaille, qui est d'argent, Marit Bjørgen battant Kowalczyk de 3,7 secondes[8]. Cet hiver voit la polonaise finir pour la quatrième fois en tête du classement général de la Coupe du monde (record partagé avec Bjørgen).

2014 : un deuxième titre olympiqueModifier

Durant la saison 2013-2014, elle débute par deux victoires d'étapes sur le Ruka Triple (Nordic Opening) qu'elle finit au quatrième rang puis gagne le dix kilomètres classique de Lillehammer et le sprint d'Asiago. Ensuite, elle décide de ne pas prendre le départ du Tour de ski, car mécontente du remplacement d'une course en style classique par un sprint libre, programme pouvant défavoriser la Polonaise spécialiste de la technique classique[9]. Ensuite, lors des Jeux olympiques de Sotchi, elle obtient le titre olympique (son deuxième en carrière) sur le 10 km classique devant Charlotte Kalla malgré une légère fracture au pied contractée deux semaines auparavant[10]. Elle abandonne ensuite sur le 30 km. Priviligiant sa rééducation, elle met à terme à sa saison qu'elle occupe à la douzième position finale[11]. En , elle révèle qu'elle souffre d'une dépression depuis plus d'un an et demi[12].

Avant le début de la saison 2014-2015, a annoncé vouloir poursuivre sa carrière au moins jusqu'en 2018, année olympique, ayant retrouvé de la motivation[13]. Elle obtient son meilleur résultat de la saison 2015 lors des Mondiaux de Falun lors du sprint par équipes avec Sylwia Jaśkowiec avec une médaille de bronze. Quelques jours plus tard, début mars, elle ajoute un succès important dans sa carrière en s'imposant sur la Vasaloppet, grande course de ski en marathon[14]. Elle gagne aussi la renommée Birkebeinerrennet en 2017, 2018 et 2019. En 2015 et 2016, elle affiche aucun podium individuel dans la Coupe du monde a son compteur pour la première fois depuis de nombreuses années (13e et 16e du classement général respectivement).

En 2017, elle ajoute un 31e succès (50 en comptant les étapes de tours) à sa collection dans la Coupe du monde à l'occasion du skiathlon disputé sur la future piste des Jeux olympiques de Pyeongchang, à Alpensia.

Aux Jeux olympiques d'hiver de 2018, pour sa quatrième participation, elle est 22e du sprint classique, 17e du skiathlon, 14e du trente kilomètres classique, septième du sprint par équipes et dixième du relais.

En 2019, elle est présente pour sa dernière sélection en équipe nationale aux Championnats du monde à Seefeld. Depuis avoir quitté le circuit de Coupe du monde, elle a pris les rènes de l'équipe nationale féminine polonaise en compagnie de son entraîneur Aleksander Wierietielny[15].

Vie personnelleModifier

En 2014, elle a passé sa thèse de doctorat avec succès qui a pour thème l'entraînement et la technique du skieur de fond[16].

PalmarèsModifier

Jeux olympiques d'hiverModifier

 
Justyna Kowalczyk médaille d'or sur le 30 km des Jeux olympiques de Vancouver.

Justyna Kowalczyk participe à trois éditions des Jeux olympiques. Lors de la première participation, en 2006, elle remporte une médaille de bronze sur le 30 kilomètres. Quatre ans plus tard, elle remporte son premier titre olympique, toujours sur la distance du 30 kilomètres. Elle remporte également une médaille d'argent sur le sprint classique, et une médaille de bronze, sur le skiathlon. En 2014, elle remporte un deuxième titre olympique en s'imposant sur le 10 kilomètres classique.

Résultats aux Jeux olympiques[17]
Épreuve / Édition Sprint 10 km Skiathlon
2 × 7,5 km
30 km Relais
libre classique libre classique Sprint 4 × 5 km
JO 2006
  Turin
44e     DNF 8e  
JO 2010
  Vancouver
    5e      
JO 2014
  Sotchi
      6e DNF 5e 7e
JO 2018
  PyeongChang
  22e   17e 14e 7e 10e

Légende :

  •   : première place, médaille d'or
  •   : deuxième place, médaille d'argent
  •   : troisième place, médaille de bronze
  •   : pas d'épreuve
  • — : épreuve non disputée par la fondeuse
  • DNF : abandon

Championnats du mondeModifier

Justyna Kowalczyk a remporté huit médailles aux Championnats du monde dont deux titres en 2009 en poursuite et sur le 30 km. En 2005, elle est disqualifiée pour utilisation de dexaméthasone[1] qui est un produit interdit et est suspendue un an.

Épreuve / Édition Sprint 10 km Poursuite
2 × 7,5 km
30 km Relais
libre classique libre classique Sprint 4 × 5 km
Mondiaux 2003
  Val di Fiemme
31e   [18] 48e [18]    
Mondiaux 2005
  Oberstdorf
  DSQ DSQ   DSQ DSQ
Mondiaux 2007
  Sapporo
  17e 18e   9e DNF
Mondiaux 2009
  Liberec
          6e
Mondiaux 2011
  Oslo
5e           8e
Mondiaux 2013
  Val di Fiemme
  6e   5e   9e
Mondiaux 2015
  Falun
  4e   17e   5e
Mondiaux 2017
  Lahti
    8e 9e 8e
Mondiaux 2019
  Seefeld
    10e 13e

Légende :

  •   : première place, médaille d'or
  •   : deuxième place, médaille d'argent
  •   : troisième place, médaille de bronze
  •   : pas d'épreuve
  • — : Épreuve non disputée par Kowalczyk
  • DSQ : disqualifiée
  • DNF : abandon

Coupe du mondeModifier

 
Justyna Kowalczyk (29) en quart de finale de Tour de Ski à Prague.
  • 4 gros globes de cristal en 2009, 2010, 2011 et 2013.
  • 5 petits globes de cristal :
    • Vainqueur du classement du sprint en 2010.
    • Vainqueur du classement de la distance en 2009, 2010, 2011 et 2013.
  • 65 podiums :
    • 64 podiums en épreuve individuelle : 31 victoires, 22 deuxièmes places et 11 troisièmes places.
    • 1 podium en épreuve par équipes.

Résultats au .

Différents classements en Coupe du mondeModifier

Justyna Kowalczyk a remporté le gros globe de cristal à quatre reprises en 2009, 2010, 2011 et 2013 auxquels s'ajoutent cinq petits globes de cristal dont un en sprint et quatre en distance. Dans les circuits intégrés à la Coupe du monde, elle a remporté à une reprise les Finales (2009) et à quatre reprises le Tour de ski (2010, 2011, 2012 et 2013). Seul le Nordic Opening ne figure pas à son palmarès malgré deux podiums en 2011 et 2013.

Saison / Épreuve Général Distance Sprint Tour de ski
depuis 2007
Finales
depuis 2008
Nordic Opening
depuis 2011
Ski Tour Canada
depuis 2016
Class. Points Class. Points Class. Points
2002 103e 1 - - 73e 1
2003 88e 8 - - 61e 8
2004 46e 88 42e 51 38e 37
2005 44e 98 30e 76 44e 22
2006 13e 392 17e 225 17e 167
2007 8e 484 10e 252 17e 136 11e
2008 3e 1096 3e 661 8e 301 7e 2e
2009 1re 1812 1re 1004 4e 408 4e 1re
2010 1re 2064 1re 929 1re 575 1re 2e
2011 1re 2073 1re 1039 5e 314 1re 2e 2e
2012 2e 2419 2e 1324 4e 515 1re 5e 5e
2013 1re 2027 1re 1027 2e 430 1re Non terminé 2e
2014 12e 618 7e 348 13e 170 4e
2015 13e 411 13e 292 33e 67 Abandon   10e
2016 16e 598 13e 350 35e 52 23e   11e 9e
2017 21e 404 14e 300 27e 80 19e  
2018 54e 106 49e 45 41e 47 24e  

Détail des victoiresModifier

Épreuve / Édition Sprint 10 km Poursuite
2 × 7,5 km
30 km 15 km Tour de ski ou
Finales ou
Nordic Opening
libre classique libre classique libre classique
2006-07   Otepää
2007-08   Canmore
2008-09   Lahti
 
  Otepää
  Valdidentro
  Vancouver
 
Finales
 
2009-10   Kuusamo
  Canmore
  Otepää
 
  Rybinsk
 
  Rogla
 
Tour de ski
 
2010-11   Rybinsk Tour de ski
2011-12   Moscou
 
 
  Otepää
 
 
  Rogla
  Otepää
  Szklarska Poręba
Tour de ski
 
 
2012-13   Drammen
  Davos
  Canmore
  Lahti
  Canmore Tour de ski
2013-14   Asiago   Lillehammer
  Szklarska Poręba
2016-17   Pyeongchang

Victoires d'étapesModifier

Elle compte notamment quatorze victoires d'étapes sur le Tour de ski.

Numéro Date Lieu Discipline Course à étapes
1. 2 janvier 2010   Oberhof 10 kilomètres classique Tour de ski 2010
2. 7 janvier 2010   CortinaToblach 5 kilomètres classique Tour de ski 2010
3. 19 mars 2010   Falun 2,5 kilomètres classique / prologue Finales
4. 31 décembre 2010 Oberhof 2,5 kilomètres libre / prologue Tour de ski 2010-2011
5. 1er janvier 2011 Oberhof 10 kilomètres classique en poursuite Tour de ski 2010-11
6. 6 janvier 2011 Cortina–Toblach 16 kilomètres libre en poursuite Tour de ski 2010-11
7. 8 janvier 2011   Val di Fiemme 10 kilomètres classique avec départ en masse Tour de ski 2010-11
8. 29 décembre 2011 Oberhof 2,5 kilomètres libre / prologue Tour de ski 2011-2012
9. 30 décembre 2011 Oberhof 10 kilomètres classique en poursuite Tour de ski 2011-12
10. 31 décembre 2011   Oberstdorf Sprint classique Tour de ski 2011-12
11. 7 janvier 2012 Val di Fiemme 10 kilomètres classique avec départ en masse Tour de ski 2011/12
12. 17 mars 2012 Falun 10 kilomètres classique avec départ en masse Finales
13. 30 décembre 2012 Oberhof 9 kilomètres classique en poursuite Tour de ski 2012-2013
14. 3 janvier 2013 Toblach-Cortina 15 kilomètres libre en poursuite Tour de ski 2012-13
15. 4 janvier 2013 Toblach 3 kilomètres classique Tour de ski 2012-13
16. 5 janvier 2013 Val di Fiemme 10 kilomètres classique avec départ en masse Tour de ski 2012-13
17. 20 mars 2013   Stockholm Sprint classique Finales
18. 29 novembre 2013   Kuusamo Sprint classique Nordic Opening 2012-2013
19. 30 novembre 2013 Kuusamo 5 kilomètres classique Nordic Opening 2013

Championnat du monde juniorModifier

En trois participations aux Championnats du monde juniors, Justyna Kowalczyk n'a remporté aucune médaille, son meilleur résultat est une quatorzième place sprint en style libre en 2002 à Schonach.

Épreuve / Édition Sprint km 15 km
classique
Relais
libre classique libre classique
Mondiaux 2000
  Strbske Pleso
41e   58e      
Mondiaux 2001
  Karpacz
30e     48e    
Mondiaux 2002
  Schonach
14e   36e   16e  
Légende :
  : pas d'épreuve.

Ski de marathonModifier

Elle gagne également la Bieg Piastów en 2017 et 2019, le Fossavatn Ski Marathon en 2016 et la Ushaïa Loppet en 2015 entre autres.

Honneurs et distinctionsModifier

Justyna Kowalczyk est élue Sportive polonaise de l'année en 2009, 2010, 2011, 2012 et 2013. Elle a reçu la médaille de l'Ordre Polonia Restituta en 2009.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Topher Sabot, « Kowalczyk Caught For Doping Offense »,
  2. Katerina Neumannova, avec panache, sur radio-canada.ca
  3. Premier titre mondial pour Saarinen, sur rts.ch, le 21 février 2009
  4. Mirko Horminal, CM Liberec : Justyna Kowalczyk reine de la poursuite, sur ski-nordique.net, le 21 février 2009
  5. Mirko Horminal, Sensationnelle Marit Bjoergen, sur ski-nordique.net, le 19 février 2010
  6. (en) Poland's Kowalczyk wins 30km gold, sur bbc.co.uk, le 27 février 2010
  7. (en) Justyna Kowalczyk putting in big hours in Belarus, sur fasterskier.com, le octobre 2010
  8. (en) Results, sur fis-ski.com
  9. Justyna Kowalczyk fait l'impasse, sur lequipe.fr, le 28 décembre 2013
  10. (en) Justyna Kowalczyk of Poland wins women's 10K classical despite fractured foot, sur denverpost.com, le 13 février 2014
  11. (pl) sport.tvp.pl Koniec sezonu dla Kowalczyk. "Dość faszerowania się chemią", sur sport.tvp.pl, le 27 février 2014
  12. Mirko Horminal, Justyna Kowalczyk en dépression, sur ski-nordique.net, le 4 juin 2014.
  13. Mirko Horminal, Justyna Kowalczyk jusqu'en 2018, sur ski-nordique.net, le 9 octobre 2014 (consulté le 9 octobre 2014).
  14. (pl) Przyjechała gwiazda i wygrała. Kowalczyk najszybsza w legendarnym Biegu Wazów, sur sport.tvn24.pl, le 8 mars 2015
  15. (en) Selections Polish team 2020/21 and change of head coach, sur fis-ski.com, le 5 mai 2020
  16. Mirko Horminal, Appelez-la "docteur", sur ski-nordique.net, le 26 septembre 2014.
  17. (en) Profil olympique de Justyna Kowalczyk-Tekieli sur sports-reference.com.
  18. a et b Lors des mondiaux 2003, un dix kilomètres classique et un quinze kilomètres libre sont disputés. La poursuite est disputée sur dix kilomètres.
  19. (en) Justyna Kowalczyk, sur vismaskiclassics.com

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :