Liberec

ville tchèque

Liberec (API : [ˈlɪbɛrɛts]Écouter, en allemand : Reichenberg) est une ville du nord de la Tchéquie, la capitale de la région de Liberec et le chef-lieu du district de Liberec. Sa population s'élevait à 107 389 habitants en 2023[2].

Liberec
Liberec
Liberec : l'hôtel de ville.
Blason de Liberec Drapeau de Liberec
 
Administration
Pays Drapeau de la Tchéquie Tchéquie
Région Liberec
District Liberec
Maire
Mandat
Jaroslav Zámečník[1]
2022-2026
Code postal 460 01
Indicatif téléphonique international +(420)
Démographie
Gentilé Libérois
Population 107 389 hab. (2023)
Densité 1 012 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 46′ 01″ nord, 15° 03′ 22″ est
Altitude 374 m
Superficie 10 610 ha = 106,1 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Tchéquie
Voir sur la carte topographique de Tchéquie
Liberec
Géolocalisation sur la carte : Tchéquie
Voir sur la carte administrative de Tchéquie
Liberec
Liens
Site web www.liberec.cz/default.htm

Sur les autres projets Wikimedia :

Géographie modifier

Liberec se trouve à 72 km à l'est-nord-est d'Ústí nad Labem et à 89 km au nord-est de Prague, mais aussi à 44 km au sud de Görlitz (Allemagne) et à 17 km au sud de Bogatynia (Pologne)[3].

La commune est limitée par Chrastava, Nová Ves et Mníšek au nord, par Bedřichov, Janov nad Nisou et Jablonec nad Nisou à l'est, par Rádlo, Jeřmanice, Dlouhý Most, Šimonovice et Proseč pod Ještědem au sud, et par Světlá pod Ještědem et Kryštofovo Údolí à l'ouest. Par ailleurs, la commune de Stráž nad Nisou forme une enclave à l'intérieur de la commune de Liberec[4].

Histoire modifier

La première référence écrite de Liberec date de 1352, en tant que gué de la Lužická Nisa (Neisse de Lusace) et halte après le passage de la crête du Ještěd. Au XVIe siècle, la ville se développe grâce à l'industrie textile et obtient le statut de ville franche sous le règne de l'empereur Rodolphe II du Saint-Empire romain germanique en 1577. Elle fait alors partie du royaume de Bohême gouverné par Frédéric V du Palatinat, et de la seigneurie des Redern, nobles protestants qui doivent s'exiler après leur défaite à Bílá hora.

Dans les dernières décennies du XIXe siècle, Liberec devient l'un des principaux centres de l'industrie textile d'Autriche-Hongrie, surnommée la « Manchester de Bohême ». Les riches entrepreneurs de la ville font bâtir de somptueuses demeures qui font encore aujourd'hui le charme du centre-ville, épargné par les destructions des deux guerres mondiales.

Jusqu'en 1945, Liberec, alors connue sous le nom de Reichenberg, a une population à 90 % germanophone et fait partie de la région des Sudètes, majoritairement de langue et de culture allemandes. Lors de l'indépendance de la Tchécoslovaquie en 1918, ses habitants souhaitent rejoindre la république de Weimar ou, sinon, la république d'Autriche allemande, mais les Alliés de la Première Guerre mondiale refusent. Reichenberg s'insère convenablement dans le jeu démocratique et la vie sociale tchèques, mais la crise de 1929 frappe sévèrement la région, dont l'économie fortement dépendante des marchés extérieurs, périclite. Frappés par le chômage, les Allemands des Sudètes sont une proie facile pour les nazis au pouvoir en Allemagne depuis 1933, qui réclament le rattachement de la Région des Sudètes au Reich, par l'entremise du chef du Parti allemand des Sudètes, Konrad Henlein, natif de Reichenberg, qui abrite le siège de son parti.

 
Vue générale depuis le beffroi de l'hôtel de ville.

Par les accords de Munich, la région des Sudètes est annexée au Troisième Reich, et Reichenberg devient la capitale du Gau du Sudetenland (Gau de la Région des Sudètes). Pendant la Seconde Guerre mondiale, la région de Liberec compte de nombreux camps de concentration comme celui de Chrastava[5], dépendant de celui de Flossenbürg, en ville-même[6]. La ville a abrité quatre centres d'extermination pour les Roms[7],[8],[9].

À la suite de cette période nazie, les Allemands des Sudètes sont expulsés après la guerre, en application des décrets Beneš, et la région est repeuplée par des habitants venus d'autres régions tchécoslovaques, notamment de la Ruthénie subcarpatique cédée à l'URSS.

En , les forces du Pacte de Varsovie venant étouffer le « printemps de Prague » et mettre un terme au « socialisme à visage humain », traversent Liberec, tuant au passage neuf civils protestataires dont le mémorial se situe aujourd'hui à la mairie.

Population modifier

Recensements (*) ou estimations de la population[10] :

Évolution démographique
1869* 1880* 1890* 1900* 1910* 1921*
22 39428 09030 89034 09936 35034 985
1930* 1950* 1961* 1970* 1980* 1991*
38 56856 89866 29772 30397 474101 967
2001* 2011* 2014 2015 2016 2017
99 102102 754102 301102 562103 288103 853
2018 2019 2020 2021* 2022 2023
103 979104 445104 802104 340102 951107 389

Transports modifier

Par la route, Liberec se trouve à 50 km de Česká Lípa, à 52 km de Mladá Boleslav, à 56 km de Görlitz et à 111 km de Prague[11]. Liberec est reliée à Prague par l'autoroute D10/E55 de Prague à Turnov, puis par la voie express 35/E442 de Turnov à Liberec.

La ville est desservie par un réseau d'autobus ainsi que plusieurs lignes de tramway constituant un réseau de plus de 20 kilomètres.

Climat modifier

Normales et records pour la période 1991-2020 à Liberec
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −3,1 −2,9 −0,4 3,1 7,2 10,5 12,3 12,2 8,8 5,5 1,9 −1,8 4,4
Température moyenne (°C) −1,1 −0,1 3,4 8,4 12,6 16 17,9 17,8 13,5 8,9 3,9 0 8,4
Température maximale moyenne (°C) 1,1 2,9 7,4 13,8 18,2 21,5 23,7 23,5 18,3 12,4 6,2 1,9 12,6
Record de froid (°C)
date du record
−23,8
1987
−24,4
2012
−17,3
2018
−11,1
1996
−4
1980
−0,4
2012
1,6
1989
2
2007
−2,4
2013
−8,8
1997
−16,7
1998
−23,1
1996
−24,4
2012
Record de chaleur (°C)
date du record
14,3
2015
17,1
2021
21,4
2021
27,3
2012
30,2
2005
34,4
2019
36,2
1994
35,9
2015
31,6
2015
25,4
2011
19,1
2008
13,2
2000
36,2
1994
Précipitations (mm) 65 57,2 64,8 41,4 75,3 89,3 99,1 95,9 71,2 59,2 58,6 66,5 843,5
Nombre de jours avec précipitations 13,2 11,2 11,7 8,8 11,1 11,2 11,7 10,6 10 10,2 11,7 12,7 134,1
Source : infoclimat.fr[12].
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
1,1
−3,1
65
 
 
 
2,9
−2,9
57,2
 
 
 
7,4
−0,4
64,8
 
 
 
13,8
3,1
41,4
 
 
 
18,2
7,2
75,3
 
 
 
21,5
10,5
89,3
 
 
 
23,7
12,3
99,1
 
 
 
23,5
12,2
95,9
 
 
 
18,3
8,8
71,2
 
 
 
12,4
5,5
59,2
 
 
 
6,2
1,9
58,6
 
 
 
1,9
−1,8
66,5
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Sport modifier

À Liberec se trouvent le club de football FC Slovan Liberec et le club de hockey HC Bílí Tygři Liberec.

Des compétitions internationales de ski nordique se déroulent régulièrement à Liberec, au point que la ville fut l'hôte des championnats du monde de ski nordique en 2009, et des Championnats du monde junior de ski nordique en 2013.

Personnalités modifier

Voir aussi modifier

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Notes et références modifier

  1. (cs) Élection du conseil municipal de 2018.
  2. (cs) Population des communes de la République tchèque au 1er janvier 2023.
  3. Distances à vol d'oiseau ou distances orthodromiques.
  4. D'après geoportal.gov.cz.
  5. « Liberec, Czechoslovakai, concentration camp », sur alamy.com
  6. « Traces of Evil », sur tracesofevil.com (consulté le ).
  7. (en) Czech Republic: Four concentration camps for Roma ran during WWII in Liberec - part one sur www.romea.cz.
  8. (en) Czech Republic: Four concentration camps for Roma ran during WWII in Liberec - part two sur www.romea.cz.
  9. (cs) « Unknown Roma concentration camps. Roma prisoners built a whole district in Liberec », sur rozhlas.cz via Wikiwix (consulté le ).
  10. Český statistický úřad, Historický lexikon obcí České republiky 1869–2005, vol. I, Prague, Český statistický úřad, 2006, pp. 51-54 ; de 1869 à 1910, les recensements organisés par l'empire d'Autriche-Hongrie sont officiellement datés du 31 décembre de l'année indiquée. — À partir de 2012, population des communes de la Tchéquie au 1er janvier, sur le site de l'Office tchèque de statistique (Český statistický úřad).
  11. Selon viamichelin.fr. Distances suivant l'itinéraire le plus court.
  12. « Normales et records pour la période 1991-2020 à Liberec », infoclimat.fr (consulté le ).