Julián García Vargas

personnalité politique espagnole

Julián García Vargas
Illustration.
Fonctions
Ministre espagnol de la Défense

(4 ans, 3 mois et 21 jours)
Président du gouvernement Felipe González
Gouvernement González III et IV
Prédécesseur Narcís Serra
Successeur Gustavo Suárez Pertierra
Ministre de la Santé et de la Consommation

(4 ans, 7 mois et 14 jours)
Président du gouvernement Felipe González
Gouvernement González II et III
Prédécesseur Ernest Lluch
Successeur Julián García Valverde
Biographie
Nom de naissance Juan Julián García Vargas
Date de naissance
Lieu de naissance Madrid (Espagne)
Nationalité Espagnole
Parti politique PSOE
Diplômé de Université Complutense de Madrid
Profession Économiste
Haut fonctionnaire
Homme d'affaires

Julián García Vargas
Ministres espagnols de la Santé
Ministres espagnols de la Défense

Juan Julián García Vargas[1], né en 1945 à Madrid, est un économiste et homme politique espagnol du PSOE.

BiographieModifier

Il est titulaire d'une licence en sciences économiques de l'Université Complutense de Madrid depuis 1968.

Il travaille deux ans comme analyste d'investissements au sein de la société boursière AGECO, puis réussit les concours pour intégrer le corps supérieur des administrateurs civils de l'État.

Par la suite, il devient inspecteur des finances de l'État.

Il est ensuite nommé sous-directeur à la Direction de la Politique financière du ministère de l'Économie et des Finances, puis sous-délégué des Finances à Madrid.

De plus, il a fait partie de diverses commissions de l'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE) et a suivi des cours au Fonds monétaire international (FMI).

En 1982, il est désigné au poste de directeur de l'ICO, l'Institut du crédit officiel.

Il siège actuellement au sein du conseil d'administration de diverses entreprises et fondations.

Activité politiqueModifier

Le , Julián García Vargas est nommé ministre de la Santé et de la Consommation du deuxième gouvernement de Felipe González. À ce poste, il fait approuver la loi sur les médicaments et crée le plan national de lutte contre le SIDA.

Reconduit dans le troisième cabinet González, il passe au ministère de la Défense lors du vaste remaniement ministériel du .

Il est contraint à la démission le , après la découverte d'écoutes illégales pratiquées par les services secrets à l'encontre de personnalités publiques, dont le Roi Juan Carlos Ier en personne[2].

En novembre cette même année, il est nommé Envoyé spécial de l'Union européenne pour la mise en œuvre des accords de Dayton dans la ville bosniaque de Mostar. Il abandonne cette fonction en .

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Liens externesModifier