Ouvrir le menu principal

Jules Le Gall

anarchiste et franc-maçon français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Gall.
Jules Le Gall
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Domaines

Jules Le Gall est un ouvrier de l'Arsenal de Brest, militant anarchiste, syndicaliste et franc-maçon né le à Brest et mort en déportation à Buchenwald le 13 ou le .

BiographieModifier

Engagement syndicalModifier

Jules Le Gall est le fils d'Eugène Le Galle et d’Émeline Charpentier, il entre dans la vie active comme chaudronnier à l'Arsenal de Brest. Il travaille alors avec Victor Pengam avec qui il cofonde en 1903 un des premiers groupes de la jeunesse syndicale qui compte par la suite une soixantaine de jeunes adhérents, tous ouvrier de l'Arsenal. A la suite des grèves de mai et juin 1904, se crée la bourse du travail de Brest dont il est secrétaire et Victor Pengam le trésorier. En septembre 1904, il est délégué de la Confédération générale du travail (CGT) lors du congrès confédérale de Bourges. En octobre 1905, il est poursuivit en justice pour « incitation à la désobéissance », son procès se conclut par un acquittement en janvier 1906, il continue ses activités de délégué de la CGT[1].

Engagement libertaireModifier

Engagement maçonniqueModifier

DéportationModifier

Arrêté en août 1940 par la police pour répondre de ses activités maçonniques au regard de la législation anti-maçonnique du régime de Vichy, il est de nouveau interrogé par la Gestapo en 1940. Il est finalement arrêté chez lui en juillet 1941 et incarcéré à proximité de Nantes à la prison maritime. Transféré en 1943 au camp de Royallieu à Compiègne, il est ensuite déporté avec 1 942 autres détenus politiques au camp de Buchenwald. Porteur du matricule 44186, il meurt en déportation le 13 ou le 14 juin 1944 probablement d'une gangrène[1],[2].

PosteritéModifier

La ville de Brest donne son nom à un jardin en 2008, en rappelant dans la délibération et sur la plaque ses engagements d'anarchiste et de franc-maçon[2].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Jean-Yves Guengant, Georges-Michel Thomas et Rolf Dupuy, « LE GALL Jules, Louis [Dictionnaire des anarchistes] », sur maitron-en-ligne.univ-paris1.fr, (consulté le 4 novembre 2019).
  2. a et b Y.G, « Jules Le Gall, anarchiste et franc-maçon » », sur Ouest France, (consulté le 4 novembre 2019).

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Jean-Yves Guengant, Nous ferons la grève générale : Jules Le Gall et les anarchistes, Édition Goater, coll. « Mémoires immédiates », , 384 p. (ISBN 979-1097465193).
  • Jean-Yves Guengant (Dossier : la franc-maçonnerie de l'entre-deux-guerres), « Jules Le Gall, anarchiste et franc-maçon », Chronique d'histoire maçonnique, no 84,‎ .