Ouvrir le menu principal

Camp de Royallieu
Frontstalag 122
Compiègne (60), ancien camp de Royallieu 6.jpg
Baraques du camp.
Présentation
Nom local Camp de Royallieu
Type Camp de transit et d'internement nazi
Gestion
Date de création juin 1941
Date de fermeture août 1944
Victimes
Type de détenus communistes, syndicalistes, résistants, civils, Juifs
Nombre de détenus 54 000
Morts 50 000
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Commune française Compiègne
Coordonnées 49° 24′ 09″ nord, 2° 48′ 29″ est

Géolocalisation sur la carte : Oise

(Voir situation sur carte : Oise)
Camp de Royallieu Frontstalag 122

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Camp de Royallieu Frontstalag 122

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Camp de Royallieu Frontstalag 122

Le camp de Royallieu (Frontstalag 122) à Compiègne (Oise) en France est un camp de transit nazi, ouvert de juin 1941 à août 1944[1].

HistoriqueModifier

Seconde Guerre mondialeModifier

La publication en 2008 de la première étude historique réalisée sur le camp d'internement de Royallieu permet d'établir et de faire connaître l'histoire de celui-ci. Ce camp est l'un des plus importants rouages du système totalitaire et génocidaire sur le sol français pendant la guerre[2].

L'ancienne caserne de Royallieu devient en juin 1940 un camp où l'armée allemande regroupe des prisonniers de guerre[3]. Il est transformé ensuite en camp de transit avant la déportation des prisonniers vers l'Allemagne ou la Pologne.

Le camp de Royallieu est le seul camp en France dépendant exclusivement de l’administration allemande (SD : Service de Sécurité). À partir de 1941, Royallieu devient un « camp de concentration permanent pour éléments ennemis actifs » et constitue une réserve d'otages : résistants, militants syndicaux et politiques, juifs, civils pris dans des rafles, ressortissants étrangers, etc. 45 000 personnes transitent par ce camp avant d'être déportées vers les camps de concentration ou d'extermination nazis. C'est de Royallieu que part le le premier convoi depuis la France vers Auschwitz emportant plus de mille juifs. Le camp de Royallieu est de 1942 à 1944 le lieu de transit des déportés pour Mauthausen, Ravensbrück, Buchenwald ou Neuengamme. Plus de 54 000 résistants, militants syndicaux et politiques, civils raflés, juifs y ont été internés[4],[1]. 50 000 d'entre eux[4] sont déportés dans les camps de concentration et d'extermination d'Auschwitz, Ravensbrück, Buchenwald, Dachau, Sachsenhausen, Mauthausen, Neuengamme[4]. Le Frontstalag 122 s'est caractérisé notamment par l'internement et la déportation des « politiques » et personnalités « otages » : communistes, syndicalistes, résistants et civils[1]. Le « camp C »[5], ou le camp juif, tenu au secret, est déjà, vu les conditions d'internement qui y règnent, un lieu d'extermination par la faim et la maladie[5].

Après la guerreModifier

Devenu « quartier Royallieu » après la guerre, ce camp sert de centre d'instruction (CI) de l'Armée de l'Air pour les appelés du contingent dans la fin des années 1950 et au-delà. Formé au combat militaire terrestre en 60 à 70 jours, chaque contingent d'appelés d'environ 1 000 recrues par trimestre quitte ce centre d'entraînement à l'issue de la formation. Les appelés de chaque contingent sont alors dispersés dans les diverses bases aériennes (BA) tant en France qu'en Algérie. Le présentateur de télévision Michel Drucker y fait ses « classes » durant son service national.

Il héberge ensuite le 58e régiment de commandement et de transmissions dans les années 1970 et le 51e régiment de transmissions dans les années 1980.

Lieu de mémoireModifier

L'Armée se retirant, un Mémorial de l'internement et de la déportation peut être créé dans les trois bâtiments conservés du site. Il est inauguré et ouvert au public le [6]. De plus, un chantier est mis en œuvre à proximité des voies de la gare de Compiègne, présentant deux wagons de déportation d'époque.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Détenus connus (par ordre alphabétique)Modifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c J-CV, « Compiègne. Le camp d’internement de Compiègne-Royallieu par Sarah Desève », sur criminocorpus.hypotheses.org, (consulté le 19 juin 2019).
  2. Beate Husser, Jean-Pierre Besse et Françoise Leclère-Rosenzweig (préf. Denis Peschanski), Frontstalag 122 Compiègne-Royallieu : un camp d'internement allemand dans l'Oise, 1941-1944, Beauvais, Archives départementales de l'Oise, , 198 p. (ISBN 978-2-860-60024-8, OCLC 228783175)
  3. « Le camp de Royallieu », sur histoire-compiegne.com (consulté le 19 juin 2019).
  4. a b et c « Le camp de Compiègne-Royallieu 3/3 », sur le site de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC), Service départemental des Yvelines – Mémoires 78, consulté le 3 janvier 2009.
  5. a et b « Le camp de Compiègne-Royallieu 2/3 », sur le site de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC), Service départemental des Yvelines – Mémoires 78, consulté le 3 janvier 2009.
  6. « Ouverture du Mémorial de l'internement et de la déportation - Camp de Royallieu », sur le site du Mémorial de l'internement et de la déportation, memorial.compiegne.fr, consulté le 3 janvier 2009.
  7. Robert Badinter, Barreau de Paris : Hommage à Pierre Masse (19 mai 2009).
  8. Christian Bernadac, Le Train de la mort, Paris, France-Empire, , 365 p. (OCLC 4597885), p. 79-355.
  9. a et b André Verchuren et Jean-Charles Millet sont déportés dans le « Train de la mort ». Ville de départ : Compiègne, destination : camp de concentration de Dachau, le . Dans ce train portant le numéro 7909, dans des conditions épouvantables, 2 500 hommes sont transportés dans 44 wagons à bestiaux. [source : ministère de la Défense, le nombre d'hommes et de wagons a été déterminé à la suite du procès militaire de 1950]. 1 632 prisonniers survivent à ce terrible voyage. Sous une chaleur caniculaire, sans eau, asphyxiés, beaucoup de déportés sont pris d'une folie meurtrière, s'entretuant. À l'arrivée, on dénombra plus de cinq cents morts [source : Christian Bernadac, Le Train de la mort, op. cit.].

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean-Jacques Bernard (préf. Serge Klarsfeld), Le camp de la mort lente : Compiègne 1941-1942, Paris, Ed. Le Manuscrit, coll. « Témoignages de la Shoah », (1re éd. 1944), 334 p. (ISBN 978-2-748-16930-0, OCLC 85771999, lire en ligne).
  • André Poirmeur, Compiègne, 1939-1945. Hitler à Compiègne, occupation et résistance, rapatriement des prisonniers de guerre, Laval inaugure, la relève, service du travail obligatoire, le camp de concentration de Royallieu, libération, Compiègne, , 159 p..
  • Collectif (préf. Philippe Marini), Royallieu 80 ans d'histoire, Montargis, École d'application des transmissions de Montargis Caserne Gudin, , 126 p. (OCLC 417022805).
  • Sylvain Pouteau, Historique de la caserne de Royallieu, Compiègne, 51e Régiment de transmissions, , 120 p..
  • Xavier Leprêtre, De la Résistance à la déportation. Compiègne-Royallieu, 1940-1944, Compiègne, , 222 p. (OCLC 411561532).
  • Le Camp de Royallieu durant la Seconde Guerre mondiale, Beauvais, Service départemental de l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre, (OCLC 469764916).
  • Saül Castro, Le camp juif de Royallieu-Compiègne, 1941-1943, Paris, Le Manuscrit Fondation pour la mémoire de la Shoah, coll. « Témoignages de la Shoah », , 490 p. (ISBN 978-2-304-00474-8, OCLC 259921754).
  • Beate Husser, Jean-Pierre Besse et Françoise Leclère-Rosenzweig (préf. Denis Peschanski), Frontstalag 122 Compiègne-Royallieu : un camp d'internement allemand dans l'Oise, 1941-1944, Beauvais, Archives départementales de l'Oise, , 198 p. (ISBN 978-2-860-60024-8, OCLC 228783175). 
    Ouvrage collectif sous la direction des Archives départementales de l'Oise.
  • (de) Pierre Dietz, Briefe aus der Deportation: französischer Widerstand und der Weg nach Auschwitz, Verlag, 2010, 304 p. (ISBN 978-3-86841-042-6).
  • William Letourneur (trad. Annick et William Cabot, préf. René Louis Besse, postface Paul Le Goupil), Lettres d'un ouvrier déporté : de Maromme à Auschwitz, les deux résistances de William Letourneur, Condé-sur-Noireau, Éditions Charles Corlet, coll. « Résistance en Normandie », , 298 p. (ISBN 978-2-847-06585-5, OCLC 944441759).
  • (de) Paul Le Goupil, Pierre Dietz (trad.), Résistance und Todesmarsch: Ein Franzose in Buchenwald, Halberstadt und Langenstein, Verlag, 2015 (ISBN 978-3-86841-137-9).

FilmographieModifier

  • Marc Tavernier, Camp C, Compiègne-Royallieu, documentaire historique de 57 minutes, Purple Milk Production, 2010. avec des témoignages de survivants et la participation de Serge Klarsfeld.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier