Ouvrir le menu principal

Judaël ou Judhaël est roi de Domnomée armoricaine vers les années 580 à 605.

BiographieModifier

Judaël est le fils ainé et successeur vers 580 de Judual. On ignore tout de son règne. La vita de Judicaël composée par le moine Igomar n'évoque que les circonstances merveilleuses de sa rencontre avec sa future épouse.

Dans les dernières années de la vie de son père le jeune Judaël chasse dans la forêt qui s'étendait de Plounéour-Trez à Plouescat dans une région détachée du pays de Léon (latin: pagus Leonensis) nommé « Kemenet-Ily » en latin Commendatio Ili c'est-à-dire le territoire confié à Ili et qui était dirigée par un certain Ausoch. Judaël fatigué par sa chasse s'endort et fait un songe dans lequel il voit une merveilleuse jeune fille dans laquelle il reconnait Prizel, la fille d'Ausoch. À son réveil il prend le conseil du sage Taliesin qui se trouvait en Armorique et ce dernier lui confirme que le songe signifie qu'il doit épouser Prizel. Le jeune prince épouse donc Prizel fille du comte Ausoch de Léon qui lui donne une vaste descendance composée de quinze fils dont le premier-né est Judicaël[1] et de cinq filles [2],[3]

Chronologiquement le règne de Judaël correspond la fondation de l'évêché d'Aleth par Maclou et aux incursions des bretons de Waroch II et de son fils Canao II dans les territoires des cités de Rennes et Nantes auxquelles il a peut-être participé[4] Sa mort vers 605 ouvre une sanglante succession.

Notes et référencesModifier

  1. suivi de : Eoc, Eumaël, Judoc dit Josse, Doëthwal, Worhaël, Largaël, Riwas, Riwal, Judworet, Haëloc, Judon, Winnoc ou Wenoc, Wenian ou Guinian, Judaël, posthume
  2. Urielle, Onenna, Bredwen, Cléor, Prwst
  3. Arthur de la Borderie, Histoire de Bretagne, tome premier, p. 463-464.
  4. Christian Y.M Kerboul, Les royaumes brittoniques au très haut Moyen Âge, Éditions du Pontig, 1997 (ISBN 2-951031033) p. 198-199.