Joseph de Saxe-Cobourg-Gotha

Joseph de Saxe-Cobourg-Gotha
Description de cette image, également commentée ci-après
Joseph de Saxe-Cobourg-Gotha vers 1873.
Biographie
Titulature Prince de Saxe-Cobourg
Dynastie Maison de Saxe-Cobourg
Nom de naissance José Fernando Francisco Maria Miguel Gabriel Rafael Gonzaga de Sajonia-Coburgo y Braganza
Naissance
Petrópolis, Empire du Brésil
Décès (à 19 ans)
Wiener Neustadt, Autriche-Hongrie
Sépulture Église Saint-Augustin de Cobourg
Père Auguste de Saxe-Cobourg-Gotha
Mère Léopoldine du Brésil
Religion Catholicisme romain

Joseph Ferdinand François Marie Miguel Gabriel Raphaël Gonzague de Saxe-Cobourg-Gotha, prince de Saxe-Cobourg, est né à Petrópolis, au Brésil, le , et il est mort à Wiener Neustadt, en Autriche-Hongrie, le .

FamilleModifier

Le prince Joseph est le troisième fils du prince Auguste de Saxe-Cobourg-Gotha et de son épouse la princesse Léopoldine du Brésil (1847-1871)[1].

Par sa mère, le prince est donc le petit-fils de l'empereur Pierre II du Brésil (1825-1891) et de son épouse la princesse Thérèse-Christine des Deux-Siciles (1822-1889) tandis que, par son père, il descend du prince Auguste de Saxe-Cobourg-Gotha (1818-1881) et de son épouse la princesse Clémentine d'Orléans (1817-1907).

BiographieModifier

Joseph de Saxe-Cobourg-Gotha est né à Petrópolis[N 1] le [4]. En , quatre mois après la naissance de son dernier fils, Louis, sa mère Léopoldine contracte une fièvre typhoïde et meurt, après trois semaines de maladie, le suivant à Vienne. Après la mort de leur mère, se tient un conseil de famille pour décider du devenir de ses enfants orphelins. Selon les vœux de ses grands-parents brésiliens, tandis que les deux aînés, Pierre et Auguste, s’installent, en auprès de leurs grands-parents, à Rio de Janeiro, les deux fils cadets Joseph et Louis demeurent avec leur père, Auguste de Saxe-Cobourg-Gotha qui choisit de rester en Autriche[5]. Le , à l'église villageoise d'Ebenthal, Joseph, que ses proches appellent « José », effectue sa première communion sous les auspices de sa grand-mère Clémentine qui veillait sur ses petits-fils lorsque leur père voyageait[6].

Joseph étudie à l'école militaire de Wiener Neustadt en qualité d'élève officier[3]. En , à Vienne, l'empereur François-Joseph et l'impératrice Élisabeth d'Autriche inaugurent un monument en hommage à l'impératrice Marie-Thérèse. Sous les yeux de sa grand-mère Clémentine, emplie de fierté, le jeune homme défile avec ses condisciples. Trois mois plus tard, au retour de manœuvres militaires, Joseph contracte une pneumonie jugée suffisamment grave pour qu'il soit administré des derniers sacrements au début du mois d'. À l'hôpital de l'école militaire, il reçoit ensuite la visite de sa grand-mère avec laquelle il évoque ses futures chasses à Schladming. Son état paraît s'améliorer, mais, dans la nuit du , il est en proie à une crise d'étouffements qui l'emporte subitement. Ses camarades accompagnent son cercueil jusqu'à la gare en vue de le transférer vers la nécropole des Saxe-Cobourg[7]. Il est inhumé à l'église Saint-Augustin de Cobourg[4].

AscendanceModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le lieu de naissance de Joseph de Saxe-Cobourg est sujet à caution. La plupart des publications indiquent Petrópolis : L'Allemagne dynastique[2], Les Manuscrits du CEDRE[3], La descendance de Marie-Thérèse d'Autriche[4]. Quant à l'Almanach de Gotha, il n'indique pas de lieu de naissance. Son dossier militaire ne mentionne pas son lieu de naissance sur l'acte de décès en 1888.

RéférencesModifier

  1. Enache 1999, p. 694.
  2. Huberty et Giraud 1976, p. 541.
  3. a et b Tourtchine 1987, p. 71.
  4. a b et c Enache 1999, p. 698.
  5. Defrance 2007, p. 233-234.
  6. Defrance 2007, p. 273.
  7. Defrance 2007, p. 298-299.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

OuvragesModifier

 
Blason des Saxe-Cobourg brésiliens.

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Olivier Defrance, La Médicis des Cobourg : Clémentine d’Orléans, Bruxelles, Racine, , 368 p. (ISBN 978-2-87386-486-6 et 2-87386-486-9, lire en ligne).  .
  • Nicolas Énache, La descendance de Marie-Thérèse de Habsburg, Paris, Éditions L'intermédiaire des chercheurs et curieux, , 795 p. (ISBN 978-2-908003-04-8).  
  • Michel Huberty et Alain Giraud, L'Allemagne dynastique : HESSE-REUSS-SAXE, t. I, Le Perreux-sur-Marne, , 597 p.  
  • Jean-Fred Tourtchine, Les Manuscrits du CEDRE : Le Royaume de Portugal - L'Empire du Brésil, vol. III, t. I, Clamecy, Imprimerie Laballery, , 192 p.  .

Articles connexesModifier

Liens externesModifier