Ouvrir le menu principal

Joseph-Charles-Maurice Mathieu de La Redorte

personnalité politique française
Joseph-Charles-Maurice Mathieu de La Redorte
Fonctions
Député
Aude
Ambassadeur
Pair de France
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Père
Autres informations
Distinction
Orn ext Comte (baron-pair).svg
blason

Le comte Joseph-Charles-Maurice Mathieu de La Redorte est un homme politique français né à Paris le , mort dans la même ville le .

Sommaire

BiographieModifier

Issu d'une famille protestante du Rouergue, fils du général-comte David-Maurice-Joseph Mathieu de La Redorte (1768-1833), pair de France, et de la comtesse, née Clary, belle-sœur de Joseph Bonaparte, Joseph Charles Maurice Mathieu de La Redorte fut admis à l’École polytechnique en 1820 et en sortit dans l'artillerie. Il participa à l'expédition de Morée en 1828, à l'issue de laquelle il fut fait chevalier de la Légion d'honneur.

Nommé officier d’ordonnance du duc d’Orléans en 1833, avec le grade de capitaine, il ne tarda pas à donner sa démission pour entrer dans la politique active. Il fut élu député trois fois consécutives par le 2e collège electoral de l'Aude (Carcassonne), où il possédait le château de La Redorte, le 21 juin 1834[1], le 4 novembre 1837[2] et le 2 mars 1839[3]. À la Chambre des députés, il vota habituellement avec l'opposition libérale et le groupe de Thiers. Il combattit la loi d'apanage et fit partie de la coalition formée pour renverser le ministère Molé.

Nommé ambassadeur à Madrid sous le ministère Thiers du 1er mars 1840, il dut se représenter devant ses électeurs qui renouvelèrent son mandat le 18 juillet de la même année[4]. Louis-Philippe le nomma pair de France le 20 juillet 1841.

Après la Révolution de 1848, il ne se présenta pas à l'Assemblée constituante, mais fut élu représentant de l’Aude à l'Assemblée législative le 13 mai 1849[5]. Il vota presque constamment avec la droite, sans montrer d'hostilité vis-à-vis de la politique de l'Élysée.

Rejeté à la vie privée par le coup d'État du 2 décembre 1851, il réapparut sur la scène politique après la guerre de 1870 : élu député de l’Aude à l’Assemblée nationale le 8 février 1871[6], il prit place au centre droit, vota pour la paix, pour l'abrogation des lois d'exil, pour la démission de son ancien ami, Thiers, pour le septennat, pour le ministère Broglie, pour la pétition des évêques, contre le service militaire de trois ans, contre l'amendement Wallon, contre les lois constitutionnelles de 1875.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (62e division)[7].

Son fils Louis-Ernest Mathieu de La Redorte, né à Paris le 25 octobre 1840, fut un opposant à Louis Napoléon ; il s’exila de France, à l’instar de Victor Hugo, et s’installa définitivement à Montréal au Canada, où ses descendants vivent toujours.

ArmoiriesModifier

Image Blasonnement
Armes de comte Mathieu de La Redorte, baron-pair héréditaire

Burelé d'argent et de sinople; au chef de gueules, chargé de 3 étoiles d'or[8],[9].

Notes et référencesModifier

  1. 185 voix sur 328 votants et 441 inscrits contre 112 à M. Fargues
  2. 324 voix sur 356 votants et 492 inscrits
  3. 328 voix sur 351 votants
  4. 207 voix sur 323 votants
  5. 1er sur 6 avec 37.697 voix sur 70.434 votants et 88.291 inscrits
  6. 6e et dernier par 25.277 voix sur 54.560 votants et 92.276 inscrits
  7. Jules Moiroux, Le cimetière du Père Lachaise, Paris, S. Mercadier, (lire en ligne), p. 244
  8. a et b Courcelles 1826, p. 285.
  9. Velde 2005, p. Lay peers.


AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier